Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/519

Cette page n’a pas encore été corrigée


CORRESPONDANCE DE PASCAL ET DE M. DE RIBEYRE 499

que vous avez obtenu en ce point ce que vous desirez, et que vostre lettre est venue à la connoissance de plus de personnes que le Pere n'en avoit informé par ce discours. Que si d'un costé je me puis dire malheureux de m'estre trouvé aune action qui vous a peu déplaire, j'en tire d'ail- leurs beaucoup d'avantage par l'honneur de la lettre qu'il vous a plû m'escrire, par la satisfaction qui me revient de la beauté de son expression, et de l'espérance que vous me donnez de me faire part de l'ouvrage que vous méditez de mettre en lumière. Mais vous m'auriez fait tort, monsieur, si vous aviez crû que vous eussiez besoin de justification en mon endroit : vostre candeur et vostre sincérité me sont trop connues pour croire que vous puis- siez estre convaincu d'avoir fait quelque chose contre la vertu dont vous faites profession, et qui paroist dans tou- tes vos actions et dans vos mœurs. Je l'honore et la ré- vère en vous plus que votre science ; et comme en l'une et l'autre vous esgalez les plus fameux du siècle, ne trouvez pas estrange si, ajoutant à l'estime commune des autres hommes l'obligation d'une amitié contractée de- puis longues années avec M"" votre pere, je me dis plus que personne, monsieur, vostre, etc.

de RiBETRE.

De Glermont, 26 juillet i65i.

�� �