Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/510

Cette page n’a pas encore été corrigée


490 , ŒUVRES

logne cette Expérience dont il s'agist que long-temps après moy ; et pour luy dire combien de temps après, il saura que je fis cette expérience en l'année i646 ; que cette mesme année j'y enadjoutay beaucoup d'au- tres ; qu'en 1647. je fis imprimer le récit de toutes; que mon imprimé fut envoyé en Pologne comme ailleurs en la mesme année 1647. ^* qu'un an après mon escript imprimé, le Père Valerien lit en Pologne cette Expérience de Toricelli^ Si ce bon Père lesuite a cognoissance de mon escript et de celuy du Père Capucin (ce que je ne crois pas), qu'il prenne la peine de les confronter, il verra la vérité de ce que je dis.

Il sçaura, en quatriesme lieu, que ce bon Père Va- lerien fit imprimer le récit de cette Expérience qu'il avoit faite : que cet imprimé nous fut envoyé incon- tinent après sa production ; et que nous fusmes très surpris d'y voir que ce bon Père s'attribuoit cette mesme Expérience de Toricelli.

Et enfin, pour comble de conviction, ce bon Père lesuite sçaura, en dernier lieu, que la prétention du P. Valerien fut incontinant repoussée par chacun de nous, et particulièrement par Monsieur de Rober- val, professeur aux Mathématiques, qui se servit de

��I. La chronologie de Pascal est tout à fait inexacte. L'expérience du P. Magni est de 1647, ^^ ^^ ^^'^^^ "^^^^ ^" moins antérieure à l'im- primé de Pascal. La seule publication sur les expériences de Pascal, que le P. Magni aurait pu, sans invraisemblance, être soupçonné d'avoir connu, est la dissertation latine de Jacob Pierius : An detur vacimm in natiira. Voir notre introduction à la première Narration de Roberval, p. 5.

�� �