Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/507

Cette page n’a pas encore été corrigée


CORRESPONDANCE DE PASCAL ET DE M. DE RIBEYRE 487

Et je croy mesmes que sans cet adveu public que j'en ay fait, elle auroit passé pour estre de mon in- vention, car les advis qu'on en avoit receus d'Italie avoient beaucoup moins esclatté que mes Expérien- ces faites à Roiien en présence de tant de personnes.

Que si vous desirez sçavoir pourquoyje n'ay pas déclaré dans mon petit livret le nom de l'Auteur de cette Expérience, je vous diray. Monsieur, que la rai- son en est, que nous n'en avions pas alors eu cognois- sance, comme je l'ay déjà dit : si bien que n'en sa- chant pas le véritable Auteur, et voulant faire sçavoir cependant à tout le monde que je ne l'estois pas, je fis ce qui estoit en moy, en déclarant, comme vous avez veu, que Je n'en suis pas l'Inventeur, et quelle avoit esté faicte en Italie quatre ans avant mon escrit.

Mais comme nous estions tous dans l'impatience de sçavoir qui en étoit l'Inventeur, nous en escrivimes à Rome au cavalier Del Posso, lequel nous manda (long temps après mon imprimé), qu'elle est vérita- blement du grand Toricelli, professeur du duc de Florence aux Mathématiques^ . Nousfusmes ravis d'ap- prendre qu'elle venoit d'un Génie si illustre, et dont

��I. La lettre de i644, où Torricelli décrivait rexpérience, n'indi- quait pas expressément qui en était l'auteur; Marc-Antoine Dominicy avait, comme nous l'avons vu, prétendu à la fin de i647 ^^^ Galilée en avait eu l'initiative (t. I, p. 826). Nous n'avons pas la lettre de del Pozzo. Nous avons seulement un passage d'une lettre de Mersenne à Hevelius qui montre qu'à la date indiquée par Pascal, il venait de re- cevoir d'Italie des renseignements relatifs à Torricelli : « Nunc vero Roma litteras recipio, quibus testatur Ricius Torricellum defunctum semi hyperbolaa quadraturam invenisse. » Lettre du i5 mars 16/^8, <Bibl. Nat., f. lat. 10847, f« 167.

�� �