Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/498

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE M. PASCAL, LE FILS, ADDRESSANTE A M. LE PREMIER PRESIDENT DE LA COUR DES AYDES DE CLERMOJNT FERRAND,

SUR LE SUBJET DE CE QUI s'eST PASSÉ EN SA PRESENCE DANS

LE Collège des Jésuites de Montferrand, aux Thèses DE Philosophie qui lut ont esté dédiées et qui ont

ESTÉ SOUBSTENUËS LE 25 JUIN l65l.

M. DC. LI.

A Monsieur, Monsieur Ribeyre, seigneur de Travers et de S. Sandoux, conseiller du Roy en ses Conseils, premier président en la Cour des aydes de Clermont-Fer- rand.

De Paris ce 12. juillet i65t.

Je prens la liberté de vous escrire sur le subjet des

��I. Prosper Faugère avait acquis en 1868 une lettre du fils de Domat à Brossette, « avocat au Parlement rue du Bœuf à Lion », qm contient des détails intéressants sur le séjour de Pascal en Auvergne et qui fait mention de M. Ribeyre : a Le Père de M^" Pascal l'esprit «stoit intendant en Normandie et originaire d'Auvergne oii il vint avec Mf son fils, âgé de 18 à 19 ans (sic). Il prenoit un soin extraor- dinaire de luy. Gomme on faisoit des conférences sur les sciences chez M*" le P. P. Ribeyre grand père à celuy d'aujourd'huy, mon père s'y trouvoit comme aussy M^ Pascal, qui concourent une si grande incli- nation pour luy que M"" Pascal père demanda à mon père son amitié pour luy et pour son fils. Elle fut liée en mesme temps, et ils se sont aymez tendrement jusqu'à la mort. M*" Pascal fit environ ce temps la cette Roue Pascaline dont vous avez sans doute ouy parler et par le moyen de laquelle l'on fait sans peine toutes les règles d'arithméti- que. Ces conférences continuèrent longtemps et entretenoient à mer-

�� �