Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/488

Cette page n’a pas encore été corrigée


468 ŒUVRES

ensemble, par une parfaite union de cœurs formée par la charité, d'une béatitude parfaite autant qu'elle la peut estre en cette vie.

XXXVIII

Jésus n'est enfermé dans le sépulcre qu'après qu'il est entièrement mort et qu'on en est asseuré*.

Cela m'apprend à ne pas sortir entièrement du monde, qu'après que je seray certaine d'estre effectivement morte au monde.

XXXIX

En cet estât, Jésus est privé de la jouissance de tous les objets qui frappent les sens : non seulement parce qu'estant enveloppé d'un drap et d'un suaire et enfermé dans un rocher impénétrable, il estoit comme à l'abry de toutes les choses les plus sensibles, mais aussi parce que, n'ayant plus de vie, il n'avoit plus le principe du senti- ment, et qu'ainsi il s'estoit osté la faculté de sentir, quand mesme il eust esté exposé à toutes choses.

Cela m'apprend que pour imiter parfaitement mon Sauveur en ce point, il faut non seulement s'enfermer dans des murailles et s'ensevelir sous des voiles, mais aussy que des resolutions inviolables ou mesme des vœux solemnels, nous ostant le pouvoir de^ nous servir sans crime de toutes les choses du siècle, nous en rendent l'usage impossible, et nous préservent ainsi contre elles, quand mesme nous y serions exposés.

��1 . « Pilate le voulut sçavoir absolumemt, avant que de permettre de l'ensevelir. » Note marginale qui renvoie à Marc. XV, 44 et 44*

2. Les cinq mots qui suivent sont omis par Faugère.

�� �