Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/482

Cette page n’a pas encore été corrigée


463 ŒUVRES

encore passible, il eust en mesme temps senty toutes le» pointes de la douleur universelle qu'il sentoit lors de la Passion.

Cela m'apprend qu'encore que la possession de tous les biens du monde et la souflrance de tout ce qu'il évite avec plus de soin, ne soyent pas capables de me toucher, parce qu'estant morte au monde je suis devenue insensible à tout ce qu'il a et à tout ce qu'il est, je ne dois pas laisser de fuir les uns et de rechercher les autres avec ardeur, afin que si, par une punition qui ne seroit que trop juste. Dieu permettoit à cet esprit du monde de re- vivre en moy pour m'y faire revivre, me voyant environ- née de tout ce qu'il appelle maux et privée de tout ce qu'il appelle biens, je commençasse à sentir la douleur qu'un tel estât cause aux personnes qui sont sensibles à tous ses événements, et que cette douleur que je me serois volon- tairement procurée me tint lieu de peines satisfactoires pour estre sauvée comme par le feu. Mais j'espère que comme mon Sauveur n'a plus voulu estre passible depuis sa mort, il empeschera aussy par la toute puissance de sa grâce ceux qui l'imitent dans sa mort de le redevenir à l'égard des choses du monde.

XXVII

Jésus eut après la mort le costé percé d'un coup de lance, et il en sortit de l'eau et du sang * qui estoit resté liquide par miracle", et cette plaie est toujours demeurée ouverte, depuis mesme sa résurrection.

��1. Joan. XIX, 34.

2. Voir V Abrégé de la vie de Jésus-Christ, par Pascal, n» 294, avec référence à l'Évangile et à la déclaration du pape Innocent III, m Dé- cret, de celeb. miss.

�� �