Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/445

Cette page n’a pas encore été corrigée


HYMNE TRADUITE EN VERS PAR JACQUELINE PASCAL 425

Quel excez de clémence a su te surmonter Que portant les peschez de ton peuple rebelle, Tu souffris une mort horrible à raconter, Pour garantir les tiens de la mort éternelle ?

Jusqu'au fond des enfers tu fis voir ta splendeur, Rachetant tes captifs de leur longue misère ; Et par un tel triomphe en glorieux vainqueur Tu t'assis pour jamais à la droite du Père.

Que la mesme bonté t'oblige maintenant A surmonter les maux dont ton peuple est coupable Remplis ses justes vœux en les luy pardonnant, Et qu'il jouisse en paix de ta veuë ineffable.

Sois notre unique joye, o Jésus nostre roy. Qui seras pour toujours nostre unique salaire 1 Que toute nostre gloire à jamais soit en toy. Dans le jour éternel où ta splendeur esclaire !

��que l'année même où l'on interdit à Jacqueline Pascal de continuer son travail, M. de Saci ait publié VOjfice de l'Eglise et de la Vierge en latin et français. (Achevé d'imprimer du g avril i65o.) — On trou- vera une traduction en vers de cette même poésie latine dans les Hymnes du Bréviaire romain, par Corneille, (Ed. Martj-Lavcaux, t, IX, p. 4.)

�� �