Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/408

Cette page n’a pas encore été corrigée

388 OEUVRES

les lieux circumvoisins. C’est une protection toute visible de Dieu sur Port Royal que les 1 200 hommes qui ont loffé aux Granges, ayent vécu avec une si grande retenue, que quand un gênerai janséniste les auroit commandez, ils n’auroient pas plus respecté la maison qui les a reçus. Aussy est elle la demeure des saintes, le refuge des pé- nitents et Fasile des pauvres. Pour moy, aprez avoir en- tendu le récit des fortifications régulières qu’on a faites à nostre château, l’excellence du chef, la vaillance des soldats, et surtout que vous avez enfermé avec vous le Seif^neur des armées, je vous tiens en plus grande seureté que nous ne sommes icy[1]. Il y a[2] péril, à tout moment, de sédition[3]. Hier les marchands des environs du Palais refusèrent d’ouvrir leur boutique; et ceux de la rue S^ Denys, du Pont nostre Dame et ailleurs firent la mesme chose par une resolution prise entre eux, et furent en foule au Palais, criant aux conseillers qu’on leur fit ou la paix ou la guerre tout de bon. On[4] leur donna arrest pour faire ouvrir les boutiques qu’ils refusèrent d’exécuter, et

  1. Cf. Besoigne, Histoire de Port-Royal, 1752, t. I, p. 296 : « Cette vertueuse abbesse [la mère Angélique qui avait au mois de mai de l’année précédente ramené aux Champs une partie de la communauté]… avoit prié les Messieurs qui étoient retirés à la maison des Gran- ges de descendre en bas, et de se loger dans les bâtiments du dehors du Monastère… Ces Messieurs firent réparer les murs aux en- droits où il en étoit besoin, et les mirent en bon état : ils faisoient la garde autour de la maison avec une vigilance continuelle. « Ce fut dans l’intervalle des deux guerres de la Fronde que le duc de Luynes lit bâtir à Vaumurier un château qui pouvait, en cas de trouble, ser- vir à protéger Port-Royal des Champs.
  2. A. [Manuscrit d’Amersfoort] : des périls.
  3. Dans le Choix des Mazarinades, publié par M. Moreau,les pièces datées du 4 mars 1649 occupent plus de 130 pages, t. I, p. 289-422.
  4. G. [Manuscrit de M. Gazier] omet leur.