Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/323

Cette page n’a pas encore été corrigée


SECONDE NARRATION DE ROBERVAL SUR LE VIDE 307

question. Au lieu de chercher à établir les variations propor- tionnelles par la rentrée graduelle de l'air, il se borne à faire rentrer l'air aussi rapidement que possible. Ainsi sim- plifiée, l'expérience, exactement comme celle deRoberval, dont la Graintas comparata nous a fourni la description, ne présente plus aucun des phénomènes paradoxaux qui faisaient le déses- poir du P. Merscnne, elle ne soulevait plus aucune des con- troverses sur la raréfaction de l'air ; elle pouvait plaire à Ro- berval ou à Gassendi aussi bien qu'à Descartes, dont elle consacrait les thèses antérieures. C'est de cette expérience, comme l'a montré M. Mathieu *, que Mersenne avait entre- tenu Théodore Haak (concurremment avec les expériences de Roberval) dans une lettre du 12 juin, qui parait perdue, mais dont nous pouvons juger par la réponse de Haak, datée de Londres le 3-i3 juillet i648 : « Nous avons aussi essayé de mesler l'eau avec le vif argent dans le tuyau, et en trou- vons des diversités notables qui nous obligent d'estre cy après plus curieux d'exactitude en nos observations, Je voudrois bien apprendre comment vous gouvernez vos experiments pour ne gaster et perdre quantité de mercure ; et si vous vous servez des verres exacts, ou à l'aventure. Aussi ne sçay je pas bien encore entendre la façon de faire pour vostre dernier expe- riment d'un tuyau dans l'autre, qui [vuide] doit vuider tout *, l'essay nous n'ayant pas encore réussi. » De même, l'abbé de Monflaines, l'ami de Pascal et d'Auzoult, qui avait été en com- munication constante avec Mersenne pour la surveillance des tuyaux que l'on fabriquait à la verrerie de Rouen, écrit à Mer- senne, le 17 juillet 1648 : « Je vous rends grâces de vos nou- velles. M. Auzoult* ne m'ayant quasi faist part de pas une

��1. Revue de Paris, i5 avril 1906, p. 782.

2. Bien entendu, Théodore Haak. ne fait pas de métaphore; vuider tout signifie obtenir le vide complet dans le tuyau, en faisant descendre tout le mercure du tube.

3. Bibl. Nat., nouv. acq. fr., 6206, f^ 118.

^. U est à remarquer qu'Auzoult inventa une quatrième forme de

�� �