Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/31

Cette page n’a pas encore été corrigée


PREMIÈRE NARRATION DE ROBERVAL SUR LE VIDE 15

de la physique scolastîque, Pascal, en arrivant à Paris, trouva aux prises sur un nouveau terrain les partisans de la physique nouvelle, Torricelli et Roberval.

��A ce moment précis, comme en témoigne la première Pré- face des Reflectiones, se produisent deux faits particulièrement intéressants pour l'éditeur de Pascal : La publication de l'ex- périence de Valeriano Magni à Varsovie, qui met en question les droits de priorité acquis par Torricelli et par Pascal — L'in- tervention de Descartes qui, de passage à Paris, arrache pour un temps Mersenne à l'influence de Roberval, et s'entretient directement âxec Pascal du problème du vide.

Dans la Correspondance reçue par Mersenne, on trouve les premières pages d'une lettre écrite de Varsovie le 24 juil- let 1647, par Des Noyers, un Français, qui avait suivi en Pologne Marie de Gonzague, mariée au roi Wenceslas VII de Pologne ^ . Des Noyers exerçait auprès d'elle la charge de secré- taire des commandements ; il est connu dans l'histoire des sciences par sa correspondance avec Hévelius, avec Boulliaud, par les observations météorologiques qu'il fit à Varsovie et que Mariotte rapporte dans le Discours de la Nature de VAir (1676). Voici ce qui nous a été conservé de cette lettre (Bib. nat., f. fr., Nouv. acq. 6204, f** 126):

��Varsovie, le 2/1 juillet 16/J7.

Mon Révérend Père, J'ay creu qu'il ne falloit pas estre beaucoup connu de vous

��i. Le mariage avait eu Heu par procuration le 5 novembre i645> dans la chapelle du Palais-Royal à Paris ; la reine fut couronnée ^ Cracovie le 16 juillet i6i^6. Il n'est pas sans intérêt de rappeler ici, d'après Tallemant des Réaux, qu'elle avait emporté en Pologne deux machines arithmétiques de Pascal. Vide infra, t. XI, p. 347.

�� �