Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/268

Cette page n’a pas encore été corrigée


2S2 ŒUVRES

pour leur donner une place dans son Eglise qui est son véritable temple, après les avoir retirés gratuite- ment du néant au point de leur création, pour leur donner une place dans Tunivers, ont une double obligation de le servir et de l'honorer, puisque en tant que créatures ils doivent se tenir dans Tordre des créatures et ne pas profaner le lieu qu'ils rem- plissent, et qu'en tant que Chrestiens, ils doivent sans cesse aspirer à se rendre dignes de faire partie du Corps de Jesus-Ghrist. Mais qu'au lieu que les créatures qui composent le monde s'acquittent de leur obligation en se tenant dans une perfection bor- née, parce que la perfection du monde est aussy bornée, les enfants de Dieu ne doivent point mettre de limites à leur pureté et à leur perfection, parce qu'ils font partie d'un corps tout divin et infiniment parfait; comme on veoit que Jesus-Ghrist ne limite point le commandement de la perfection, et qu'il nous en propose un modelle oii elle se trouve infinie, quand il dit : « Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfaitV » Aussy c'est une erreur bien préjudiciable et bien ordinaire parmi les Ghrestiens et parmi ceux là mesmes qui font profession de pieté, de se persuader qu'il y ait un certain degré de per- fection dans lequel on soit en asseurance et qu'il ne soit pas nécessaire de passer, puisqu'il n'y en a point qui ne soit mauvais si on s'y arreste, et dont on puisse éviter de tomber qu'en montant plus haut...

��I. Math. V, 48 : « Estote ergo vos perfecti, sicut et pater rester cœlestis perfectus est ».

�� �