Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
223
GENERATIO CONISECTIONUM

des problèmes solides. Or, je croy que Mons. Pascal a voulu donner ce traité à part, ou le communiquer au moins à ses amis, parce qu’il y répète beaucoup de choses du deuxième traité, mot à mot et assez au long. Et c’est pourquoi il commence par cecy : Definitiones excerptæ ex conicis ; savoir, du deuxième traité susdit, où il explique ce qu’il entend par ces mots, hexagrammum conicum mysticum, etc. On peut juger par là que le premier, le second, le troisième et peut-être le cinquième traité, doivent faire proprement les coniques ; et ce mot se trouve aussi au dos du premier traité. Les grandes figures dorées [illuminées] appartiennent à ce sixième traité.

« J’ai mis ensemble quelques fragments. Il y a un papier imprimé dont le titre est, Essay des Coniques ; et comme il s’y trouve deux fois tout de même, j’espère que vous permettrez, monsieur, que j’en retienne un. Il y a un fragment, De restitutione coni, sçavoir, les diamètres et paramètres étant donnés, retrouver les sections coniques. Ce discours paroît entier, et a ses figures. Il y a un autre fragment où se trouvent ces mots au commencement, Magnum problema ; et je crois que c’est celui-ci qui y est compris : Dato puncto in sublimi, et solido conico ex eo descripto, solidum ita secare, ut exhibeat sectionem conicam datæ similem : mais cela n’est pas mis au net.

« Il y a quelques problèmes sur une autre feuille, qui sont cotés ; mais il en manque le premier : on en tirera ce qu’on pourra en forme d’appendice ; mais le corps de l’ouvrage, composé des IV traités, est assez net et achevé.

« Je conclus que cet ouvrage est en état d’estre imprimé ; et il ne faut pas demander s’il le mérite ; je crois même qu’il est bon de ne pas tarder davantage, parce que je vois paroistre des traités qui ont quelque rapport à ce qui est dit dans celui-cy[1] ; c’est pourquoi je crois qu’il est bon de le donner au plus tôt, avant qu’il perde la grâce de la nouveauté.

  1. Ici se trouvent, dans la copie de Hanovre, quelques lignes raturées qui contiennent cependant des indications intéressantes : « Et il