Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/214

Cette page n’a pas encore été corrigée


198 ŒUVRES

de le voir en cela entrer dans le sentiment de ceux qui ont examiné ces expériences avec le plus de pénétration ; car vous sçavez que la lettre du grand Toricelli, écrite au seigneur Ricchy il y a plus de 4 ans\ monstre qu'il estoit dés lors dans cette pensée, et que tous nos sçavants s'y accordent et s'y confir- ment de plus en plus^ Nous en attendons neantmoins l'assurance de l'expérience qui s'en doit faire sur une de nos hautes montagnes ; mais je n'espère la recevoir que dans quelque temps, parce que, sur les lettres que j'en ay écrites il y a plus de 6. mois% on m'a tousjours mandé que les neiges rendent leurs sommets inacessibles\

Voilà donc quelle est sa seconde ; et quoyqu'il semble qu'il y ait peu de difTerence entre cette ma- tière et celle qu'il y plaçoit dans sa première lettre,

��1. Voir la première lettre de Roberval à des Noyers, supra, p. 21.

2. Allusion à l'impression produite par la visite de Descartes, par la méditation de la corrrespondance de Torricelli avec Ricci que la publication du P. Magni avait rappelée à l'attention des savants (Fide supra, p. 167, n. i), et par la lettre de Baliani à Mersenne, du 25 novembre 16/^7. Baliani se prononce nettement pour l'hypo- thèse de Torricelli. Mersenne avait fait imprimer la lettre, sans doute pour la communiquer à ses amis. Bibl. nat., nouv. acq. fr. 62o4, ^•ï i3. Vide infra, p. 290.

3. De ces lettres, nous n'avons conservé que celle du i5 novem- bre 1647. ^'^ ^'^^^ ^ ®^^^ T^® Pascal fait allusion, et si les copistes ont bien lu le chiffre sur la lettre originale, il y aurait eu confusion de la part de Pascal. Il n'y a plus guère de trois mois que Pascal avait écrit à Parier.

4. M. Vidal de la Blache, dans sa description du Massif Central, a noté précisément pour les parties élevées du Sud et de l'Est « la per- sistance de la couche de neige jusqu'en mai ». Tableau de la Géogra- phie de la France, apud Histoire de France de Lavisse, 1906, t. I, p. 279.

�� �