Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/192

Cette page n’a pas encore été corrigée


176 ŒUVRES

quelque soupçon peut estre aussi desavantageux qu'injuste. Car enfin, aprez y avoir bien songé, je n'y trouve qu'une obscurité où il seroit dangereux et difficile de décider, et pour moy j'en suspends entièrement mon jugement, autant à cause de ma foiblesse que pour mon manque de cognoissance\..

��I . Nous n'avons plus la suite de cette lettre ; elle devait contenir le récit des entretiens de Pascal avec M. Rebours, et elle devait être fort longue, à en juger par l'allusion de la lettre du i*"" Avril (supra» p. 247).

�� �