Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/187

Cette page n’a pas encore été corrigée


FRAGMENT D'UNE LETTRE DE BLAISE PASCAL A SA SŒUR MADAME PERIER»

��Ce 36 janvier 1648.

Ma chère sœur, Nous avons leceutes lettres. J'avois dessein de le faire response sur la première que tu mescrivis il y a plus de quatre mois ^ ; mais mon indisposition et quelques autres affaires m'empescherenl de l'achever. Depuis ce temps là, je n'ay pas esté en estât de t'escrire, soit à cause de mon mal, soit manque de loisir ou pour quelque autre raison. J'ay peu d'heu- res de loisir et de santé tout ensemble. J'essayeray neantmoins d'achever celle cy sans me forcer ; je ne sçay si elle sera longue ou courte. Mon principal des- sein est de t'y faire entendre le fait des visites que tu sçais, où j'esperois d'avoir de quoy te satisfaire et respondre à tes dernières lettres. Je ne puis com-

��I. Le i^r Recueil du Père Guerrier, p. cxl, a cette simple mention : « Lettre de M. Pascal ». — La copie du ms. 12988 f. fr. de la Bibliothèque Nationale porte cette indication : Elle paroist escritc à sa sœur Jacqueline (fol. 867).

3. Nous, c'est-à-dire Jacqueline et Biaise, qui sont à Paris ; Madame Perier est â Rouen, avec son père; Monsieur Perier dans le Bour- bonnais.

3. Ces (juatre mois nous reportent à la seconde quinzaine de sep- tembre, à la date même où Jacqueline écrivait à Madame Perier (FiVe sapra, p. 4 2)- Cette simple remarque suffirait pour rectifier la destina- tion de la lettre.

�� �