Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/174

Cette page n’a pas encore été corrigée


158 œUVRES

sion de l'air augmentoit oudiminuoit, et qu'en fia toutes ces diverses hauteurs ou suspensions du vif- argent se trouvoient toujours proportionnées à la pression de l'air \

Certainement, après cette expérience, il y avoit lieu de se persuader, que ce n'est pas l'horreur du Vuide, comme nous estimons, qui cause la suspen-

��I. La première Narration de Roberval montre (p. 26-26) com- ment Pascal savait, dès les expériences de Rouen, augmenter et di- minuer la pression de l'air, d'une part en faisant rentrer de nouvelles bulles d'air dans le tube, d'autre part en soulevant l'appareil de façon à agrandir l'espace au-dessus de la colonne de liquide. Le P. Noël a décrit l'expérience de Pascal dans la Gravitas comparataqai a paru en 1648, et très probablement avant le Récit de la Grande Expérience des Liqueurs (la référence aMX Rejlectiones du P. Mersenne,p. 69, au- rait été naturellement accompagnée d'un mot de regret si le P. Noël avait publié son livre après la mort du P. Mersenne) Voici le texte du P. Noël, que M. Strowski a publié dans son Histoire de Pascal {Ap- pendice m, p. 397) : oc 22 Quare hydrargyrus per tubam sethere, non aère circumdatum, extremo superiore cîausum, inferiore apertum, et in subiecti vasis hydrargyrum sustinentem immersum, lotus descendit? Ut intelligatur, et solvatur illa quaestio Tubus sit vitreus trium pedum hvdrar^vro plenus, utroque extremo vesicas pellicula obturatus : unâ cum suo vasculo in alium tubum sex pedum inferiore extremo vesi- cula obturatum includatur sic, ut in superiore tubi longioris parte fulciatur vasculum : Extremum erecti ad perpendiculum majoris tubi clausum demergatur in vas hydrargjro plénum ; Tubus ipse replea- tur bydrargyro : claudatur extremum superius, aperiatur inferius ; hvdrargyrusad vigesimum-septimumpollicem descendet: Ecce tib' in aethere tubus brevior bydrargyro plenus : Cujus os inferius in vascu- lum sustinentis immersum si reseretur, totus defluet hydrargyrus. Par angustum foramen,quod statim occludatur digito, tubum in ma- iorem fluat Aër modicus; qui est in vasculo tubi minoris hydrargy- rus is inde suum refluet in tubum : qui vero in longiori, descendit. Hoc novnm est experimentum ingeniosè sanè praeter alia multa, non ita pridem a Domino Pascal inventum. » Stephani Natalis Societ. Ifsu presbyteri Gravitas comparala, seu compnratio gravitatis aëris cum hj" drarqyri gravitate. Paris, Cramoisy, iG^S (p. 66-68).

�� �