Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fut mariée en 1641 avec Florin Perier, conseiller à la cour des aydes, qui estoit son cousin issu de germain, sa mere[1] estant cousine germaine d’Estienne Pascal, mon grand pere.

En 1623 Estienne Pascal eut un fils nommé Blaise Pascal, mon oncle.

En 1625 il eut une fille nommée Jacqueline Pascal, qui est morte religieuse de Port-Royal.

En 1628[2] Antoinette Begon, femme d’Estienne Pascal, mourut âgée de vingt-huit ans.

En 1630 Estienne Pascal vendit sa charge de deuxieme president à la cour des aydes à son frère Blaise Pascal, et la plus grande partie de ses biens[3], qu’il mit en rente sur l’hostel de ville de Paris[4] où il se retira pour vaquer à l’éducation de ses enfants, et surtout à celle de Blaise Pascal.

  1. Jeanne Parrinet, fille d’Antoinette Pascal qui était la sœur de Martin Pascal.
  2. En 1626, suivant Gilberte Perier, dont le témoignage est plus direct (vide infra, p. 50).
  3. En particulier il lui vendit, pour la somme de 6 300lt, la maison qu’il avait acquise en 1614, « sise paroisse St-Pierre, dont partie est située sur les degrés des Grands Gras et partie sur la rue de la Terrasse, consistant en chambres, chapelle, boutiques etc. » (Vente reçue par Chazelles, notaire à Clermont, le 20 octobre 1633, transcrite par M. Bellaigue de Bughas pour Prosper Faugère, Mazarine, ms. 455o). La maison natale de Pascal a été décrite avec soin par Gonod, op. cit. (p. 13 sqq et le plan).
  4. Contrat du 2 janvier 1635. (Voir le reçu donné par Blaise Pascal, comme héritier d’Étienne Pascal le 12 février 1652, du quartier qui était échu en juin 1650, dans les manuscrits légués par Faugère à la Bibliothèque Mazarine, n° 4551). ― M. Gonod a signalé le nom de M. Pascal parmi les deux échevins de Clermont qui furent députés à la Cour en 1630 pour protester contre l’établissement d’un collège des Jésuites à Clermont (voir son édition des Grands Jours d’Auvergne, p. 387 et 388, et Adam, Éducation de Pascal, 1888, p. 7).