Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/415

Cette page n’a pas encore été corrigée


RÉCIT DE DEUX CONFÉRENCES 359

tous ces divers interests que l'on a dit par la ville vous avoir obligez, M. Pascal et vous, à pousser cette affaire, ayant des preuves très asseurées du contraire par la parfaite cognois- sance que j'ay de votre générosité et de la pureté de vos in- tentions. Aussi croy je que c'est ce qui vous met le moins en peine, ayant toujours cette satisfaction en vous mesme que toutes ces choses ont aussi peu de vérité que de fondement... Enfin, Monsieur, vous pouvez asseurer tous ceux qui vous en parleront que je ne me suis point enfuy et que je ne suis point pour abandonner et trahir la vérité dans les occasions. Néanmoins, je vous conjure de disposer les choses, s'il est possible, plutost à la douceur qu'à la rigueur, et de relascher plustost quelque chose de ce que vous avez droit d'exiger pour votre interest, que de ne pas contribuer à terminer cette affaire le plus doucement qu'il se pourra. Je le souhaite de toutes mes affections, outre que je vois le tout desja en très bon chemin, veu que j'apprends que M. de S* Ange a donné un desaveu de toutes ses propositions ; c'est la plus importante partie de tout ce que l'on peut souhaitter de luy pour ce qui regarde la doctrine. Pour le reste qui vous touche, la probité de M'" Pascal et la votre sont trop bien cog- nues pour avoir besoin de ces preuves estrangeres... »

Quelques jours plus tard, sur l'ordre donné le 21 mars au secrétaire Morange, les accusateurs et l'accusé sont réunis.

« Nous soussignez Raoul Halle de Montflaines, Adrien Au-

zoult et Biaise Pascal, ce jourd'huy 16^7, estans mandez

au conseil de Monseigneur l'illustrissime et rellgiosissijne Ar- chevêque de Rouen, Primat de Normandie, auquel presidoit Monseigneur l'Eveque de Belley, par ordre exprez à nous donné de mon dit seigneur l'Archevêque de déclarer s'il est vray qu'en notre présence les propositions cy dessus ayent esté proférées par le dit sieur de Saint Ange, et de signer la dite déclaration ensemble, de donner les journaux des dites deux conférences où les dites propositions ont esté ad vancées, décla- rons avoir ouy proférer toutes les dites propositions par le dit sieur de Saint-Ange en deux conférences tenues le samedy

�� �