Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/406

Cette page n’a pas encore été corrigée


fois par Victor Cousin dans la Bibliothèque de l'École des Chartes, en 1843 : Un épisode de la Vie de Pascal, t, IV, p. 1 1 i-i46. Cf. Études sur Pascal, 6^ édit., p. 343 sqq. L’étude en a été reprise depuis par l’abbé Urbain, dans la Revue d’histoire littéraire de la France, i5 janvier 1895 : Un épisode de la vie de J.-P. Camus et de Pascal, et par. M. Ch. de Beaurepaire: l Affaire St-Ange, dans les Actes de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres de Rouen, 1901.

Jacques Forton, originaire du diocèse du Mans, docteur en théologie de l’Université de Bourges, avait été profès au couvent des Capucins de Paris et de Rouen ; il avait pris en religion le nom de frère Saint-Ange. Il était l’auteur d’un ouvrage qui devait avoir trois volumes : Conduite du jugement naturel où tous les bons esprits de l'un et de l'autre sexe pourront facilement puiser la pureté de leur science (en trois parties, 1687, i64i, 1645 : B.Nat., 8° R. i0945-6etMaz. 12060). A Paris, dans l’Académie de la vicomtesse d’Auchy, chez qui Malherbe avait fréquenté, et dont Campanella fut l’hôte pendant son séjour en France, Saint-Ange avait tenu des conférences qui avaient eu un certain retentissement, mais qui lui avaient valu aussi quelques désagréments, du genre précisément de ceux qui l’attendaient à Rouen.

« Pour achever, écrit Tallemant des Réaux qui a consacré à Madame d’Auchy son XXVIII^ article, l’histoire de l’Académie de la vicomtesse d’Auchy, je diray que l’Esclache* qui montre la philosophie en françois, y parloit souvent. Cela fit envie à un nommé Saint-Ange, qui prouvoit, à ce qu’il disoit, la Trinité par raison naturelle, et qui siffloit de jeunes enfants sur la philosophie et la théologie, et les en faisoit respondre en françois, de s’introduire aussi chez la vicomtesse.

I, Le nom de l’Esclache se trouve associé à celui de Pascal dans la Muse historique de Loret. Le Courrier du i^ avril 1652 signale des discours sur l’immortalité de l’àme chez Madame d’Aiguillon immédiatement après une conférence scientifique de Pascal ( Vide Infra t. m, p. 25.