Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/393

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE PIERRE PETIT A CHANUT 337

contraire, elle avoit fait un effort pour monter jusques là contre sa nature. Il n'y a donc pas apparence de dire que ce fust de Fair entré dans le^ verre, que l'eaûe en montant en avoit fait sortir par les pores ; si c'estoit encores qu'elle y fut descendue, ou eust este poussée par force ^, il y auroit quelque apparence de faire ce mau- vais jugement. Tant y a que Teffet en fut tel que ie vous le dis, et Monsieur Pascal de longtemps persuadé de cette opinion de Héron, et de plusieurs ^ autres philo- sophes, fut ravy de la voir à son sens confirmée par ceste expérience. Mais je luy dis pour mon regard que je ne croyois pas que tout le monde en peust estre satisfait comme luy* par ce que dans l'opinion commune qui n'admet point de vuide, ils diront tousiours que ce qui paroissoit au dessus du mercure estoit de l'air extrême- ment raréfié, et qu'une petite quantité^ grosse comme la teste d'une espingle, qui pouvoit estre demeurée au fonds de la sarbatane, ou entrée avec le mercure en le ver- sante ou portée avec le doigt quand on l'a mis ^ au trou de la sarbatane pour la boucher : bref qu'un atome d'air, pour ainsy dire, estoit capable de se raréfier, et setendre non seulement jusques à la quantité* des dix

1 . Texte imprimé : tuyau, que l'eau en auroit chassé.

2. Texte imprimé : on en pourrait doubler, mais d'y estre montée d'elle-mcsme, et d'en avoir fait sortir l'air, cela est bien difficile à croire, tant y a.

3. Texte imprimé : anciens.

(x. Texte imprimé : tant parce qu'on a bien de la peine à establir des veritez plus évidentes contre la prévention commune gueparce (jue ceux qui n'admettent point le vuide, disent.

5. Texte imprimé : ne fust elle grosse que comme.

6. Texte imprimé : ou tirée de luy-mesme.

7. Texte imprimé : sur la Sarbatane, et montée jusques en haut d'icelle.

8. Texte imprimé : de l'espace cy dessus.

�� �