Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/391

Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRE DE PIERRE PETIT A CHANUT 335

monté par le bas de la sarbatane, il faudroit qu'il fust premièrement descendu et passé à travers de l'eau et du mercure, plus pesants que luy*, partant impénétrables par luy. Et de plus, s'il en avoit peu passer une certaine quantité de la longueur de dix huit pouces, pourquoy n'en auroit il pas passé davantage ? qu'est-ce qui en auroit empesché la continuation, qui estoit plus facile que l'entrée-? et partant il n'y auroit point lieu d'asseurer que ce fut l'air, ny de raison aussy pour convaincre que ce n'en estoit pas. Mais voicy ce qui^ semblera faire la décision àd toute la question. Apres que nous eusmes long temps regardé ce vuide apparent ou véritable avec estonnement, et que nous l'eusmes mesuré et marqué sur la sarbatane, je la levay doucement par le haut, et chose estrange, le vuide* s'augmenta encores d'autant de longueur qu'il y avoit de hauteur de mercure dans le fond du vase, sans que le niveau ou hauteur de mercure qui estoit dans la sarbatane changeât en façon quelcon- que, ny remontât comme j'aurois creu ^ De quoy nous estant aperceu nous le fismes plusieurs fois, et vismes tous jours la mesme chose que vous remarquerez bien, et qui m'a donné lieu d'en chercher la raison que ie vous desduiray tantost, et vous en demanderay vostre advis^ En haussant donc la sarbatane j le mercure qui

��1. Texte imprimé : et de cette sorte impénétrables. De plus.

2. Texte imprimé : il n'y avoit donc point lieu de croire que ce fust de l'air.

3. Texte imprimé : semble faire la décision ; après.

4. Texte imprimé : apparent s'augmenta d'autant.

5. Texte imprimé : Ce que vous remarquerez, s'il vous plaist, et qui m'a semblé plus admirable et donné plus de peine à en trouver la raison.

6. Texte imprimé... qu'aucune autre chose. Je vous dis donc qu'en haussant la canne.

7. Texte imprimé : canne.

�� �