Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nent particulièrement les expériences sur le Vide, ne sont pas de Pascal ; ce sont des écrits destinés à faire comprendre l’évolution des découvertes expérimentales et des conceptions théoriques dans le groupe auquel appartenait Pascal. Nous avons tenu à les donner dans le texte original, afin de prévenir les interprétations tendancieuses auxquelles les traductions ont trop souvent servi de prétexte, en les accompagnant, le cas échéant, d’un commentaire qui en dégage pour tous les lecteurs le sens général.

IV


LES ÉTUDES CRITIQUES



Nous avons ici, non pas à énumérer, car la mention précise s’en trouvera nécessairement dans le détail de nos notes, mais à rappeler d’ensemble les principaux secours que nous ont fournis les travaux des érudits et des critiques.

Ces travaux sont de trois sortes :

1° Les monographies où, après les publications de Prosper Faugère ou de Victor Cousin, après le Port-Royal de Sainte-Beuve, on s’est proposé de saisir la physionomie générale de Pascal : Nourrisson, Pascal, physicien et philosophe, 1885, 2e édit., 1888 ; Joseph Bertrand, Blaise Pascal, 1891 ; Maurice Souriau, Pascal, 1898 ; Victor Giraud, Pascal, l’homme, l’œuvre, l’influence, 1898 (3e édit., 1905) ; Lanson, Art. Pascal de la Grande Encyclopédie, 1898 ; Émile Boutroux, Pascal, 1900 ; Ad. Hatzfeld et Perrier, Pascal, 1901 ; Gustave Michaut, Les Époques de la Pensée de Pascal, 1902 ; F. Strowski,