Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/341

Cette page n’a pas encore été corrigée


VERS DEJACQUELINE PASCA 289

Receut la céleste lumière, Et qu'estant presque détaché Du poids de sa masse grossière Il reconnut d'avoir pesché.

Aussy, grand Dieu, si l'amitié Peut esmouvoir quelque pitié Pour un chef d'œuvre sans exemple, Oyez les vœux que désormais Nous irons faire en vostre temple Pour celle qui n'y fut jamais.

Hélas ! son malheur seulement Causa son endurcissement A vivre dans son hérésie ; Et son zèle la decevoit, Recevant pour la mieux choisie La foy que son père approuvoit.

Vous l'enrichites, à nos yeux, De ces dons les plus précieux Dont vous ornez les belles âmes; Et son ardente charité Bruloit de vos divines flammes Son cœur remply de pieté.

Sans cesse elle esperoit en vous. Et toujours son soin le plus doux Estoit de vous estre fidelle. Helas 1 dans son aveuglement,- Luy donnâtes vous tant de zèle. Pour la perdre éternellement ?

I— 19

�� �