Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Monsieur, je parlay hier à Son Altesse 283.1 qui m’a tesmoigné impatience de vous voir avec votre rouë Pascale 283.2. Si vous prenez la peine de venir à dix heures du matin, je croy que c’est celle qui luy est la plus commode…

Bourdelot 283.3.

À l’hostel de Condé, ce 26 febvrier 1644.



283.1. Littré emprunte à Jacques de Caillières cette curieuse information : « L’Italie, fertile en mots honorifiques, nous a donné l’altesse vers 1600, et les gens d’Église même s’en sont emparés ; elle est due aux princes du sang ». — Son Altesse est le père du grand Condé, Henri II de Bourbon, qui devait mourir deux ans plus tard, le 26 décembre 1646.

283.2. La Machine arithmétique, vide infra, p. 291 sqq.

283.3. L’Entretien servant de Préface aux Conversations de l’Académie de Monsieur l’abbé Bourdelot, recueillies par le Sr le Gallois, Paris (1672), contient le passage suivant : « Il y a plus de trente-cinq ans qu’elle fut instituée dans l’hôtel de Condé sous l’authorité de feu Monseigneur le Prince, qui étoit très savant, et qui aimait beaucoup ceux qui étoient en réputation de l’être. Ce grand Prince pour satisfaire à la passion qu’il avoit pour les sciences, voulut que M. Bourdelot assemblât un jour de la semaine dans son Hôtel ce qu’il y avoit de plus beaux Génies dans Paris, afin de s’entretenir avec eux des choses dignes d’un Génie relevé comme le sien… On y vit Messieurs Gassendi, la Mothe le Vayer, Montmor, Paschal, le Pailleur, Petit, Roberval, Hullon, Despagnet père et fils, Verdus et autres esprits sublimes. Voilà de quelle manière l’Académie de Monsieur l’Abbé Bourdelot a commencé », p. 55-56. — Pierre Michon, dit Bourdelot (1610-1685), fut tour à tour médecin du comte de Noailles, du prince de Condé de la reine Christine. En dépit de sa réputation d’athéisme, il avait obtenu de la reine Anne d’Autriche l’abbaye de Massay. Pour la suite des relations entre Bourdelot et Pascal, vide infra, t. III, p. 27