Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/278

Cette page n’a pas encore été corrigée


230 OEUVRES

mena ; elle luy fit encore grands compliments et luy donna beaucoup de louanges sur sa science. On nous mena ensuite dans une salle où il y eut une collation .magnifique de confitures seiches, de fruits, limonade et choses semblables. En cet endroit là elle me fit des ca- resses qui ne sont pas croyables. Enfin je ne puis pas vous dire combien j'y ay receu d'honneur, car je ne vous escrisque le plus succinctement qu'il m'est possible de... Je m'en ressens extrêmement obligée à M. de Montdory, qui a pris un soin estrange. Je vous prie de prendre la peine de lui escrire par le premier ordinaire pour le re- mercier, car il le mérite bien. Pour moy, je m'estime extrê- mement heureuse d'avoir aidé en quelque façon à une af- faire qui peut vous donner du contentement. C'est ce qu'a toujours souhaitté avec une extrême passion, mon- sieur mon père, vostre trez humble et trez obéissante fille et servante,

Pascal.

De Paris, ce 4 avril 1689.

ÉPIGRAMME DU S' DE SCUDERY

��Aymable et jeune Cassandre, Une autre de mesme Nom, Voulant tromper Apollon, Vit mettre sa Ville en cendre :

Mais vous sans vouloir quitter Ce Dieu qui nous fait chanter

I. Poésies diverses, Paris (Courbé), i645, p. 820.

�� �