Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/257

Cette page n’a pas encore été corrigée


VERS DE JACQUELINE PASCAL 209

��QUATRAIN

SUR LA NAISSANCE D'UN FILS,

A MADAME LA COMTESSE DE FLEIX, *

FAIT SUR-LE-CHAMP.

Avril 1638.

Que ce petit enfant me met en grande peine !

Je travaille pour luy d'une si forte ardeur

Que je crains bien qu'un jour il n'enflamme mon cœur,

Puisque dez à présent il eschauffe ma veine.

��SONNET A LA REYNE SUR LE SUJET DE SA GROSSESSE, PRESENTE A S. M.

May 1638.

Sus, resjouïssons nous, puisque nostre princesse Aprez un si long temp rend nos vœux exaucez. Et que nous cognoissons que par cette grossesse Nos desplaisirs sont morts et nos malheurs cessez.

��I. Nous avons rectifié, d'après le Recueil du P. Adry (Mazarinc, 4552), le nom donné par le P. Guerrier et par Faugère: comtesse d'Essex. — Il s'agit de Marie Glaire de Beaufremont, fille de la marquise de Senecey, surintendante de la maison de la Reine. Elle avait épousé en 1637 Gaston de Foix, comte de Fleix. Madame de Senecey et Madame de Fleix devront à leur zèle contre le jansénisme d'être citées dans les Mémoires d'Hermant. Ed. Gazier, t. III, 1906 p. 240 sq. (Voir aussi le Port-Royal de Sainte-Beuve, 5e édit. t. III, p. 162-163). — Quant au jeune héros de ce quatrain, Gaston-Jean- Baptiste de Foix, duc de Randan, il devait mourir à vingt-sept ans en 1665.

I— 14

�� �