Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/234

Cette page n’a pas encore été corrigée


186

��ŒUVRES

��doit estre bien considérée et est telle. Quand les arcs NG et NB sont chacun moindres qu'un quart de circonférence, le levier pesé surl'appuy N, poussant vers le centre A pour s'en approcher; quand les arcs GN, NB sont chacun d'un quart de circonférence, le levier GNB chargé des poids G B ne pesé nullement sur l'appuy N, d'autant que les poids sont diamétralement opposez, et partant le leviei

����FiG. 6.

��demeurera de mesme sans appuy ; enfin, quand les arcs égaux NG, NB sont chacun plus grands qu'un quart de circonférence, le levier GNB, chargé des poids égaux G, B, pesé surl'appuy N poussant vers N pour s'esloigner du centre A.

Si ces particularitez sont bonnes, il s'ensuit que vostre second principe ne peut subsister, ce qui paroistra fort clair quand nous l'aurons examiné plus particulièrement, comme il s'ensuit :

Soit donc A le centre commun des choses pesantes, la balance ou le levier EFBGD, dont l'appuy est B. Soit posé un poids comme B, tout entier au point B, pesant de toute sa force sur l'appuy B ; ou bien soit divisé le poids B en parties esgales, E, F, B, G, D, lesquelles soient posées sur le levier aux points E, F, B, G, D,

�� �