Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/225

Cette page n’a pas encore été corrigée


ETIENNE PASCAL ET ROBERVAL A FERMAT»

Samedi i6 août i636.

��Monsieur, Le principe que vous demandez pour la Geostatique est que, si deux poids égaux sont joints par une ligne droite ferme et sans poids et, qu'estant ainsy disposez, ils puissent descendre librement, ils ne reposeront jamais jusques à ce que le milieu de la ligne qui est le centre de pesanteur des anciens s'unisse au centre commun des choses pesantes.

Ce principe, que nous avons considéré il y a long- temps, ainsy qu'il vous a esté mandé, paroît d'abord fort plausible. Mais, quand il est question de principe, vous sçavez quelles conditions luy sont requises pourestre receu : desquelles conditions, cette principale manque au prin- cipe dont il s'agit ici, sçavoir que nous ignorons quelle est la cause radicale qui fait que les corps pesans descen- dent et d'où vient l'origine de cette pesanteur. Ainsy, nous n'avons rien de connu asseurement de ce qui arrive- roit au centre où les choses pesantes aspirent, ny aux autres lieux hors la surface de la terre, de laquelle, pour

��I. Nous suivons le texte de la copie conservée à la Bibliothèque Nationale (fonds latin 7226). Un texte un peu différent, revu par Roberval, est donné dans l'édition des Varia Opéra de Fermât (ToO" louse, 1679) et reproduit par Bossut (Voir CEuv. de Fermât, éd. Tannery-Henry, II, p. 35).

1—12,

�� �