Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/221

Cette page n’a pas encore été corrigée


ETIENNE PASCAL ET ROBERVAL A FERMAT 173

val et Élienne Pascal s'en firent les défenseurs; ils soutin- rent en faveur du géomètre de Toulouse une polémique res- tée célcLre (Voir OEuv. de Descartes, Ed. Adam et Tannery, t. II, lettres ex et suivantes). Il est vrai que Baillet, parlant de la principale pièce du procès, nous dit que « quoiqu'écrite au nom des deux amis de M. de Fermât, elleétoit toute du stile de M. de Roberval et que M. Pascal n'y avoit eu d'autre part que celle du consentement et de la communication. » ÇLa Vie de Monsieur Descartes, I, p. 332.) Nous n'avons cependant aucune raison de croire que la col- laboration d'Etienne Pascal n'ait pas été effective. Dans le débat de 1637 comme dans celui de i636, son nom est tou- jours associé à celui de Roberval (« Tout conseillers «Se prési- dons Se grands géomètres que soient ces messieurs-là... », dit Descartes), et, selon MM. Adam et Tannery, « la part d'Etienne Pascal a pu être d'autant plus grande qu'en réa- lité Roberval rédigeait très difficilement « (Œuvres de Des- cartes, II, p. i4). V. aussi infra, t. XI, p. 346.

Les mérites scientifiques d'Etienne Pascal étaient tenus par ses savants amis en très haute estime. On en jugera par le témoignage suivant que nous empruntons à une dédicace du Père Mersenne (Harmonie Universelle contenant la théorie et la pratique de la Musique \ Paris, i636. Dédicace du sixième livre (Des Orgues) du Traité des Instrumens). Mer-

I. Baillet ajoute : « M. Descartes et ceux qui avoient l'honneur de connaître cet illustre magistrat [Elienne Pascal] sçavoient assez que, le style de la langue ou de la plume n'étant que l'impression de l'âme, M. Pascal auroit choisi pour écrire contre M. Descartes des Imanières plus conformes à luy-même. Le mérite de cet homme se aisoit déjà reconnoître par bien d'autres endroits que par celuy des Mathématiques,... & M. Descartes, qui n'avoit point le discernement mauvais, n'hésita point à se flater de son amitié dans le temps même qu'il le voyoit engagé dans le parti de ses ennemis. »

I. Ainsi que le fait remarquer Brunet dans le Manuel du Libraire, les exemplaires de l'ouvrage de Mersenne ne sont pas tous complets. La Dédicace à Pascal se trouve dans l'exemplaire de la Bibliothèque Nationale qui porte la cote : Rcs. V, 588.

�� �