Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/212

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
164
BIOGRAPHIES

lité d’esprit inconcevable. Nous ne nous dismes point adieu, de crainte de nous attendrir, et je me destournay de son passage lorsque je la vis preste à sortir. Voylà de quelle maniere elle quitta le monde. Ce fut le 4 janvier de l’année 1652, estant lors agée de vingt-six ans et trois mois[1].

  1. Le Mémoire de Marguerite Perier sur sa famille fournit un court complément à la Vie écrite par Gilberte Pascal : « Et quoyque l’usage de Port-Royal fust de demeurer un an postulante avant que de prendre l’habit, on le luy donna quatre mois apres. Quatre ou cinq ans apres sa profession, on la fit première maîtresse des novices et sous prieure à Port Royal-des-Champs (Il y avoit à Port-Royal-des-Champs trois maîtresses des novices, comme à Paris, parce que l’on envoyoit toutes les postulantes et les novices pour passer quatre ou cinq mois à Port-Royal-des-Champs durant les années de postulantes et de novices, afin que les religieuses les pussent connoistre, parce qu’il falloit avoir leur voix pour la reception des filles, soit pour leur faire prendre l’habit, soit pour la profession). Ma tante s’y trouva donc lorsqu’au mois d’avril 1661 on leur ordonna de renvoyer les novices et les postulantes, qui fut le temps où l’on commença à persecuter les religieuses pour la signature du formulaire ; ce qui la toucha et l’affligea si sensiblement qu’elle dit et qu’elle ecrivit même à quelques personnes qu’elle sentoit bien qu’elle en mourroit ; et cela arriva en effet, car elle mourut le 4 octobre 1661, agée de trente six ans. » Voir également l’Addition qui se trouve à la suite de la Vie imprimée (Vies intéressantes, 1751, t. II, p. 356, infra, t. III, p. 46).