Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres de Blaise Pascal, I.djvu/18

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Dans l’exécution de l’édition, la partie mathématique a été réservée à M. Pierre Boutroux : il a publié et commenté les pièces concernant la lettre d’Étienne Pascal et de Roberval à Fermat (I) ; l’Essai pour les coniques (V) ; la Generatio conisectionum (XXIII) ; la Dédicace avec l’Avis, et le Privilège, de la Machine arithmétique (XI et XXXII) ; enfin les divers traités mathématiques de 1654, l’Adresse à l’Académie parisienne de mathématique et la Correspondance avec Fermat (LIV-LXIV).

M. Strowski, qui vient de publier pour la période que nous étudions une excellente monographie psychologique de Pascal, nous a multiplié sans compter ses remarques et ses conseils ; il nous a procuré la photographie de la dédicace de la Machine dont M. Bougouin a fort gracieusement autorisé la reproduction. ― M. Gazier, professeur à la Sorbonne, a bien voulu prendre communication des épreuves de notre édition ; nous ne saurions dire assez ce que nous devons à l’inépuisable obligeance et à l’inépuisable érudition qu’il a tenu à mettre au service de l’édition de Pascal ; nous ne saurions lui marquer assez notre reconnaissance.


I


PLAN GÉNÉRAL DE L’ÉDITION

Nous avons à énumérer les publications successives qui ont constitué l’ensemble des œuvres de Blaise Pascal.

Avant sa seconde conversion Pascal n’avait publié que deux livrets, l’un de 30 p. (avec VI pages de préface) : Expériences nouvelles touchant le vuide (octobre 1647), l’autre de 20 pages : Récit de la grande Ex-