Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/171

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ÉLOGE


De Messire Charles-Marguerite-Jean-Baptiste Mercier Dupaty
président à mortier au parlement de bordeaux.




Nous ne sommes plus dans ces temps d’ignorance et de barbarie où la magistrature, loin de recevoir les honneurs qui lui sont dus, était, au contraire, dans l’avilissement et dans l’oubli. Les nobles qui ne voulaient que des esclaves, méprisaient les magistrats. Le peuple tremblant sous ses tyrans, n’ayant d’autre sentiment que celui de sa faiblesse, ne pouvait apprécier tout le bien que devaient opérer, pour son bonheur, ceux qui, par leurs fonctions augustes, sont chargés de rendre la justice.

Guidés par le flambeau de la philosophie, nous commençons enfin à croire, d’après les peuples les plus sages et les plus éclairés de l’antiquité, que la valeur qui défend la patrie, et la vertu qui est un gage assuré de sa durée et de sa prospérité, ont également droit à nos éloges : que si le guerrier qui garantit nos remparts des insultes de l’ennemi, mérite toute notre reconnaissance, le magistral, le citoyen vertueux qui veille dans la cité à l’exécution des lois, et qui y entretient l’ordre et l’harmonie, n’en est pas moins digne.

Dans Athènes et dans Rome on voyait à côté des monumens élevés à la gloire des héros, ceux qui étaient consacrés à rappeler à la nation le souvenir des législateurs et des philosophes ; de ces hommes rares et privilégiés, de ces amis de l’humanité, qui semblent n’avoir été placés sur la terre que pour le bonheur de ceux qui l’habitent.

Il m’est donc permis aujourd’hui de célébrer le magistrat dont nous pleurons la perte, de payer à sa mémoire un tribut de reconnaissance et d’admiration, et de jeter quelques