Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/474

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


une passion pour s’y plaire ; mais, comme ville, j’aime mieux Venise, quoique j’aie manqué d’y être assassiné.

— Ma foi, sans moi, dit Mistigris, vous la gobiez joliment ? C’est ce satané farceur de lord Byron qui vous a valu cela. Oh ! ce chinois d’Anglais était-il rageur ?

— Chut ! dit Schinner, je ne veux pas qu’on sache mon affaire avec lord Byron.

— Avouez tout de même, répondit Mistigris, que vous avez été bien heureux que j’aie appris à tirer la savate ?

De temps en temps, Pierrotin échangeait avec le comte de Sérisy des regards singuliers qui eussent inquiété des gens un peu plus expérimentés que ne l’étaient les cinq voyageurs.

— Des lords, des pachas, des plafonds de trente mille francs ! Ah çà ! s’écria le messager de l’Isle-Adam, je mène donc des souverains aujourd’hui ? quels pourboires !

— Sans compter que les places sont payées, dit finement Mistigris.

— Ça m’arrive à propos, reprit Pierrotin ; car, père Léger, vous savez bien ma belle voiture neuve sur laquelle j’ai donné deux mille francs d’arrhes… Eh bien ! ces canailles de carrossiers, à qui je dois compter deux mille cinq cents francs demain, n’ont pas voulu accepter un à-compte de quinze cents francs et recevoir de moi un billet de mille francs à deux mois !… Ces carcans-là veulent tout. Être dur à ce point avec un homme établi depuis huit ans, avec un père de famille, et le mettre en danger de perdre tout, argent et voiture, si je ne trouve pas un misérable billet de mille francs. Hue ! Bichette. Ils ne feraient pas ce tour-là aux grandes entreprises, allez.

— Ah ! dame ! pas d’argent, pas de suif, dit le rapin.

— Vous n’avez plus que huit cents francs à trouver, répondit le comte en voyant dans cette plainte adressée au père Léger une espèce de lettre de change tirée sur lui.

— C’est vrai, fit Pierrotin. Xi ! Xi ! Rougeot.

— Vous avez dû voir de beaux plafonds à Venise, reprit le comte en s’adressant à Schinner.

— J’étais trop amoureux pour faire attention à ce qui me semblait alors n’être que des bagatelles, répondit Schinner. Je devrais cependant être bien guéri de l’amour, car j’ai reçu précisément dans les États vénitiens, en Dalmatie, une cruelle leçon.