Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


s’était promis de lui faire croire qu’il était disgracieux, laid, mal fait, et de se conduire comme si elle le haïssait.

Nul système n’est plus fécond avec les hommes d’une nature conquérante. Pour eux, trouver ce savant dédain à vaincre, n’est-ce pas le triomphe du premier jour recommencé tous les lendemains ? C’est mieux, c’est la flatterie cachée sous la livrée de la haine, et lui devant la grâce, la vérité dont sont revêtues toutes les métamorphoses par les sublimes poëtes inconnus qui les ont inventées. Un homme ne se dit-il pas alors : — Je suis irrésistible ! Ou — J’aime bien, car je dompte sa répugnance.

Si vous niez ce principe deviné par les coquettes et les courtisanes de toutes les zones sociales, nions les pourchasseurs de science, les chercheurs de secrets, repoussés pendant des années dans leur duel avec les causes secrètes.

Béatrix avait doublé l’emploi du mépris comme piston moral, de la comparaison perpétuelle d’un chez soi poétique, confortable, opposé par elle à l’hôtel du Guénic. Toute épouse délaissée qui s’abandonne abandonne aussi son intérieur, tant elle est découragée. Dans cette prévision, madame de Rochefide commençait de sourdes attaques sur le luxe du faubourg Saint-Germain, qualifié de sot par elle. La scène de la réconciliation, où Béatrix fit rejurer haine à l’épouse qui jouait, dit-elle, la comédie du lait répandu, se passa dans un vrai bocage où elle minaudait environnée de fleurs ravissantes, de jardinières d’un luxe effréné. La science des riens, des bagatelles à la mode, elle la poussa jusqu’à l’abus chez elle. Tombée en plein mépris par l’abandon de Conti, Béatrix voulait du moins la gloire que donne la perversité. Le malheur d’une jeune épouse, d’une Grandlieu riche et belle, allait être un piédestal pour elle.

Quand une femme revient de la nourriture de son premier enfant à la vie ordinaire, elle reparaît charmante, elle retourne au monde embellie. Si cette phase de la maternité rajeunit les femmes d’un certain âge, elle donne aux jeunes une splendeur pimpante, une activité gaie, un brio d’existence, s’il est permis d’appliquer au corps le mot que l’Italie a trouvé pour l’esprit. En essayant de reprendre les charmantes coutumes de la lune de miel, Sabine ne retrouva plus le même Calyste. Elle observa, la malheureuse, au lieu de se livrer au bonheur. Elle chercha le fatal parfum et le sentit. Enfin elle ne se confia plus ni à son amie ni à sa mère qui l’avaient si charitablement trompée. Elle voulut une certitude, et la Certitude