Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/366

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


philosophiques de l’Incrédulité ; ce courageux homme d’État était religieux, mais sans aucune ostentation : il allait à la première messe qui se disait à Saint-Paul pour les artisans et pour les domestiques pieux. Aucun de ses amis, personne à la Cour ne savait qu’il observât si fidèlement les pratiques de la religion. Il cultivait Dieu comme certains honnêtes gens cultivent un vice, avec un profond mystère. Aussi devais-je trouver un jour le comte monté sur une alpe de malheur bien plus élevée que celle où se tiennent ceux qui se croient les plus éprouvés, qui raillent les passions et les croyances d’autrui parce qu’ils ont vaincu les leurs, qui varient sur tous les tons l’ironie et le dédain. Il ne se moquait alors ni de ceux qui suivent encore l’Espérance dans les marais où elle vous emmène, ni de ceux qui gravissent un pic pour s’isoler, ni de ceux qui persistent dans leur lutte en rougissant l’arène de leur sang, et la jonchant de leurs illusions ; il voyait le monde en son entier, il dominait les croyances, il écoutait les plaintes, il doutait des affections et surtout des dévouements ; mais ce grand, ce sévère magistrat y compatissait, il les admirait, non pas avec un enthousiasme passager, mais par le silence, par le recueillement, par la communion de l’âme attendrie. C’était une espèce de Manfred catholique et sans crime, portant la curiosité dans sa foi, fondant les neiges à la chaleur d’un volcan sans issue, conversant avec une étoile que lui seul voyait ! Je reconnus bien des obscurités dans sa vie extérieure. Il se dérobait à mes regards non pas comme le voyageur qui, suivant une route, disparaît au gré des caprices du terrain dans les fondrières et les ravins, mais en tirailleur épié qui veut se cacher et qui cherche des abris. Je ne m’expliquais pas de fréquentes absences faites au moment où il travaillait le plus, et qu’il ne me déguisait point, car il me disait : « Continuez pour moi, » en me confiant sa besogne. Cet homme, si profondément enseveli dans les triples obligations de l’homme d’État, du Magistrat et de l’Orateur, me plut par ce goût qui révèle une belle âme et que les gens délicats ont presque tous pour les fleurs. Son jardin et son cabinet étaient pleins des plantes les plus curieuses, mais qu’il achetait toujours fanées. Peut-être se complaisait-il dans cette image de sa destinée ?… il était fané comme ces fleurs près d’expirer, et dont les parfums presque décomposés lui causaient d’étranges ivresses. Le comte aimait son pays, il se dévouait aux intérêts publics avec la furie d’un cœur qui veut tromper une autre