Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/360

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


eut pour effet de contenir les appétits du jeune homme en de justes bornes. Au moment d’entrer chez le comte Octave, je n’étais pas un innocent, mais je regardais comme autant de crimes mes rares escapades. Mon oncle était si vraiment angélique, je craignais tant de le chagriner, que jamais je n’avais passé de nuit dehors durant ces quatre années. Ce bon homme attendait, pour se coucher, que je fusse rentré. Cette sollicitude maternelle avait plus de puissance pour me retenir que tous les sermons et les reproches dont on émaille la vie des jeunes gens dans les familles puritaines. Étranger aux différents mondes qui composent la société parisienne, je ne savais des femmes comme il faut et des bourgeoises que ce que j’en voyais en me promenant, ou dans les loges au théâtre, et encore à la distance du parterre où j’étais. Si, dans ce temps, on m’eût dit : « Vous allez voir Canalis ou Camille Maupin, » j’aurais eu des brasiers dans la tête et dans les entrailles. Les gens célèbres étaient pour moi comme des dieux qui ne parlaient pas, ne marchaient pas, ne mangeaient pas comme les autres autres hommes. Combien de contes des Mille et une Nuits tient-il dans une adolescence ?… Combien de Lampes Merveilleuses faut-il avoir maniées avant de reconnaître que la vraie Lampe Merveilleuse est ou le hasard, ou le travail, ou le génie ? Pour quelques hommes, ce rêve fait par l’esprit éveillé dure peu ; le mien dure encore ! Dans ce temps je m’endormais toujours grand-duc de Toscane, – millionnaire, – aimé par une princesse, – ou célèbre ! Ainsi, entrer chez le comte Octave, avoir cent louis à moi par an, ce fut entrer dans la vie indépendante. J’entrevis quelques chances de pénétrer dans la société, d’y chercher ce que mon cœur désirait le plus, une protectrice qui me tirât de la voie dangereuse où s’engagent nécessairement à Paris les jeunes gens de vingt-deux ans, quelque sages et bien élevés qu’ils soient. Je commençais à me craindre moi-même. L’étude obstinée du Droit des Gens, dans laquelle je m’étais plongé, ne suffisait pas toujours à réprimer de cruelles fantaisies. Oui, parfois je m’abandonnais en pensée à la vie du théâtre ; je croyais pouvoir être un grand acteur ; je rêvais des triomphes et des amours sans fin, ignorant les déceptions cachées derrière le rideau, comme partout ailleurs, car toute scène a ses coulisses. Je suis quelquefois sorti, le cœur bouillant, emmené par le désir de faire une battue dans Paris, de m’y attacher à une belle femme que je rencontrerais, de la suivre jusqu’à sa porte, de l’espionner, de