Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/274

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jacmin, née à Honfleur, où naquit ma mère, une Jacmin… il y a onze branches de Jacmin à Honfleur. Donc, ma cousine, alléchée par un héritage improbable, m’a raconté bien des choses…

— La duchesse est vindicative !… dit La Brière.

— Comme une reine, m’a dit Philoxène ; elle n’a pas encore pardonné à monsieur le duc de n’être que son mari, répliqua Butscha. Elle hait comme elle aime. Je suis au fait de son caractère, de sa toilette, de ses goûts, de sa religion et de ses petitesses, car Philoxène me l’a déshabillée, âme et corset. Je suis allé à l’Opéra pour voir madame de Chaulieu, je n’ai pas regretté mes dix francs (je ne parle pas du spectacle) ! Si ma prétendue cousine ne m’avait pas dit que sa maîtresse comptait cinquante printemps, j’aurais cru être bien généreux en lui en donnant trente : elle n’a pas connu d’hiver, cette duchesse-là !

— Oui, reprit La Brière, c’est un camée conservé par son caillou… Canalis serait bien embarrassé si la duchesse savait ses projets, et j’espère, monsieur, que vous en resterez là de cet espionnage indigne d’un honnête homme…

— Monsieur, reprit Butscha fièrement, pour moi, Modeste, c’est l’État ! Je n’espionne pas, je prévois ! La duchesse viendra, s’il le faut, ou restera dans sa tranquillité, si je le juge convenable…

─ Vous ?

— Moi !…

— Et par quel moyen ?… dit La Brière.

— Ah ! voilà ! dit le petit bossu qui prit un brin d’herbe. Tenez, voyez !… Ce gramen prétend que l’homme construit ses palais pour le loger, et il fait choir un jour les marbres les plus solidement assemblés, comme le peuple, introduit dans l’édifice de la Féodalité, l’a jeté par terre. La puissance du faible qui peut se glisser partout est plus grande que celle du fort qui se repose sur ses canons. Nous sommes trois Suisses qui avons juré que Modeste serait heureuse et qui vendrions notre honneur pour elle. Adieu, monsieur. Si vous aimez mademoiselle de La Bastie, oubliez cette conversation, et donnez-moi une poignée de main, car vous me semblez avoir du cœur !… Il me tardait de voir le Chalet, j’y suis arrivé comme elle soufflait sa bougie, je vous ai vu signalé par les chiens, je vous ai entendu rageant ; aussi ai-je pris la liberté de vous dire que nous servons dans le même régiment, celui de Royal-Dévouement !