Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, IV.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se savait l’objet d’un culte si profond, si naïf, si jaloux, qu’il douta de pouvoir se composer une figure discrète sur le changement survenu dans son moral.

— Comment ferai-je, demain matin ?… se dit-il en s’endormant, et redoutant l’espèce d’inspection à laquelle se livrait Sabine.

En abordant Calyste, et même parfois dans la journée, Sabine lui demandait : « — M’aimes-tu toujours ? » Ou bien : « — Je ne t’ennuie pas ? » Interrogations gracieuses, variées selon le caractère ou l’esprit des femmes, et qui cachent leurs angoisses ou feintes ou réelles.

Il vient à la surface des cœurs les plus nobles et les plus purs des boues soulevées par les ouragans. Ainsi, le lendemain matin, Calyste, qui certes aimait son enfant, tressaillit de joie en apprenant que Sabine guettait la cause de quelques convulsions en craignant le croup et qu’elle ne voulait pas quitter le petit Calyste. Le baron prétexta d’une affaire et sortit en évitant de déjeuner à la maison. Il s’échappa comme s’échappent les prisonniers, heureux d’aller à pied, de marcher par le pont Louis XVI et les Champs-Élysées, vers un café du boulevard où il se plut à déjeuner en garçon.

Qu’y a-t-il donc dans l’amour ? La nature regimbe-t-elle sous le joug social ? la nature veut-elle que l’élan de la vie donnée soit spontané, libre, que ce soit le cours d’un torrent fougueux, brisé par les rochers de la contradiction, de la coquetterie, au lieu d’être une eau coulant tranquillement entre les deux rives de la Mairie, de l’Église ? A-t-elle ses desseins quand elle couve ces éruptions volcaniques auxquelles sont dus les grands hommes peut-être ? Il eût été difficile de trouver un jeune homme élevé plus saintement que Calyste, de mœurs plus pures, moins souillé d’irréligion, et il bondissait vers une femme indigne de lui, quand un clément, un radieux hasard lui avait présenté dans la baronne du Guénic une jeune fille d’une beauté vraiment aristocratique, d’un esprit fin et délicat, pieuse, aimante et attachée uniquement à lui, d’une douceur angélique encore attendrie par l’amour, par un amour passionné malgré le mariage, comme l’était le sien pour Béatrix. Peut-être les hommes les plus grands ont-ils gardé dans leur constitution un peu d’argile, la fange leur plaît encore. L’être le moins imparfait serait donc alors la femme, malgré ses fautes et ses déraisons. Néanmoins madame de Rochefide, au milieu du cortége de prétentions poétiques qui l’entourait, et malgré sa chute, appartenait à la plus haute noblesse,