Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, III.djvu/458

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous promettiez le bonheur et finissiez par nous jeter dans un précipice ?

En entendant cette plaisanterie, dite d’un ton charmant, et qui annonçait quelque changement dans le cœur de Béatrix, Calyste se mit à genoux, prit une des mains moites qu’elle laissa prendre et la baisa d’une façon très soumise.

— Vous avez le droit de repousser à jamais mon amour, et moi je n’ai plus le droit de vous dire un seul mot.

— Ah ! s’écria Camille en voyant l’expression peinte sur le visage de Béatrix et la comparant à celle qu’avaient obtenue les efforts de sa diplomatie, l’amour aura toujours plus d’esprit à lui seul que tout le monde ! Prenez votre calmant, ma chère amie, et dormez.

Cette nuit, passée par Calyste auprès de mademoiselle des Touches, qui lut des livres de théologie mystique pendant que Calyste lisait Indiana, le premier ouvrage de la célèbre rivale de Camille, et où se trouvait la captivante image d’un jeune homme aimant avec idolâtrie et dévouement, avec une tranquillité mystérieuse et pour toute sa vie, une femme placée dans la situation fausse où était Béatrix, livre qui fut d’un fatal exemple pour lui ! cette nuit laissa des traces ineffaçables dans le cœur de ce pauvre jeune homme, à qui Félicité fit comprendre qu’à moins d’être un monstre, une femme ne pouvait être qu’heureuse et flattée dans toutes ses vanités d’avoir été l’objet d’un crime.

— Vous ne m’auriez pas jetée à l’eau, moi ! dit la pauvre Camille en essuyant une larme.

Vers le matin, Calyste, accablé, s’était endormi dans son fauteuil. Ce fut au tour de la marquise à contempler ce charmant enfant, pâli par ses émotions et par sa première veille d’amour ; elle l’entendit murmurant son nom dans son sommeil.

— Il aime en dormant, dit-elle à Camille.

— Il faut l’envoyer se coucher chez lui, dit Félicité, qui le réveilla.

Personne n’était inquiet à l’hôtel du Guénic, mademoiselle des Touches avait écrit un mot à la baronne. Calyste revint dîner aux Touches, il retrouva Béatrix levée, pâle, faible et lasse ; mais il n’y avait plus la moindre dureté dans sa parole ni la moindre dureté dans ses regards. Depuis cette soirée, remplie de musique par Camille qui se mit au piano pour laisser Calyste prendre et serrer les mains de Béatrix sans que ni l’un ni l’autre pussent parler, il n’y eut plus