Page:Œuvres complètes de H. de Balzac, III.djvu/450

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


préfère cette haridelle de marquise parisienne à cette excellente fille de la Bretagne ?

— Hélas ! oui, dit la baronne.

Une barque attendait au pied de la jetée où l’embarquement se fit sans gaieté. La marquise était froide et digne. Camille avait grondé Calyste sur son manque d’obéissance, en lui expliquant l’état dans lequel étaient ses affaires de cœur. Calyste, en proie à un désespoir morne, jetait sur Béatrix des regards où l’amour et la haine se combattaient. Il ne fut pas dit une parole pendant le court trajet de la jetée de Guérande à l’extrémité du port du Croisic, endroit où se charge le sel que des femmes apportent dans de grandes terrines placées sur leurs têtes, et qu’elles tiennent de façon à ressembler à des cariatides. Ces femmes vont pieds nus et n’ont qu’une jupe assez courte. Beaucoup d’entre elles laissent insoucieusement voltiger les mouchoirs qui couvrent leurs bustes ; plusieurs n’ont que leurs chemises et sont les plus fières, car moins les femmes ont de vêtements, plus elles déploient de pudiques noblesses. Le petit navire danois achevait sa cargaison. Le débarquement de ces deux belles personnes excita donc la curiosité des porteuses de sel ; et pour y échapper autant que pour servir Calyste, Camille s’élança vivement vers les rochers, en le laissant à Béatrix. Gasselin mit entre son maître et lui une distance d’au moins deux cents pas. Du côté de la mer, la presqu’île du Croisic est bordée de roches granitiques dont les formes sont si singulièrement capricieuses, qu’elles ne peuvent être appréciées que par les voyageurs qui ont été mis à même d’établir des comparaisons entre ces grands spectacles de la nature sauvage. Peut-être les roches du Croisic ont-elles sur les choses de ce genre la supériorité accordée au chemin de la grande Chartreuse sur les autres vallées étroites. Ni les côtes de la Corse où le granit offre des rescifs bien bizarres, ni celles de la Sardaigne où la nature s’est livrée à des effets grandioses et terribles, ni les roches basaltiques des mers du Nord, n’ont un caractère si complet. La fantaisie s’est amusée à composer là d’interminables arabesques où les figures les plus fantastiques s’enroulent et se déroulent. Toutes les formes y sont. L’imagination est peut-être fatiguée de cette immense galerie de monstruosités où par les temps de fureur la mer se glisse et a fini par polir toutes les aspérités. Vous rencontrez sous une voûte naturelle et d’une hardiesse imitée de loin par Brunelleschi, car les plus grands efforts de