Page:Œuvres complètes de François Villon.djvu/72

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L.

Je prens qu’aucun dye cecy,
Si ne me contente-il en rien.
En effect, je concludz ainsy,
Et sy le cuyde entendre bien,
Qu’on doit aymer en lieu de bien.
Asçavoir-mon se ces fillettes,
Qu’en parolles toute jour tien,
Ne furent pas femmes honnestes ?

LI.

Honnestes, si furent vrayement,
Sans avoir reproches ne blasmes.
S’il est vray que, au commencement,
Une chascune de ces femmes
Lors prindrent, ains qu’eussent diffames,
L’une ung clerc, ung lay, l’autre ung moine,
Pour estaindre d’amours les flammes,
Plus chauldes que feu Sainct-Antoine.

LII.

Or firent selon le decret
Leurs amys, et bien y appert ;
Elles aymoient en lieu secret,
Car autre qu’eulx n’y avoit part.
Toutesfois, ceste amour se part :
Car celle qui n’en avoit qu’un
D’icelluy s’eslongne et despart,
Et ayme myeulx aymer chascun.

LIII.

Qui les meut à ce ? J’imagine,
Sans l’honneur des dames blasmer