Ouvrir le menu principal

Page:Œuvres complètes de Blaise Pascal Hachette 1871, vol1.djvu/413

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


renaît, et le sommeil : sans cela on s’en ennuieroit. Ainsi, sans la faim des choses spirituelles, on s’en ennuie. Faim de la justice ; béatitude huitième.


72.

Il n’y a que deux sortes d’hommes : les uns justes, qui se croient pécheurs ; les autres pécheurs, qui se croient justes.


73.

Il n’est pas bon d’être trop libre. Il n’est pas bon d’avoir tout le nécessaire.


74.

L’espérance que les chrétiens ont de posséder un bien infini est mêlée de jouissance aussi bien que de crainte : car ce n’est pas comme ceux qui espéreroient un royaume, dont ils n’auroient rien étant sujets ; mais ils espèrent la sainteté, l’exemption d’injustice, et ils en ont quelque chose.


75.

Scaramouche, qui ne pense qu’à une chose. Le docteur, qui parle un quart d’heure après avoir tout dit, tant il est plein du désir de dire. Le bec du perroquet, qu’il essuie quoiqu’il soit net.


76.

Comminutum cor. Saint Paul. Voilà le caractère chrétien. «Albe vous a nommé, je ne vous connois plus. » Corneille. Voilà le caractère inhumain. Le caractère humain est le contraire.


77.

Symétrie est ce qu’on voit d’une vue. Fondée sur ce qu’il n’y a pas de raison de faire autrement. Et fondée aussi sur la figure de l’homme, d’où il arrive qu’on ne veut la symétrie qu’en largeur, non en hauteur ni profondeur.


78.

Universel. — Morale et langage sont des sciences particulières, mais universelles.


79.

Mais il est impossible que Dieu soit jamais la fin, s’il n’est le principe. On dirige sa vue en haut ; mais on s’appuie sur le sable : et la terre fondra, et on tombera en regardant le ciel.


80.

L’ennui qu’on a de quitter les occupations où l’on s’est attaché. Un homme vit avec plaisir en son ménage : qu’il voie une femme qui lui plaise, qu’il joue cinq ou six jours avec plaisir ; le voilà misérable s’il retourne à sa première occupation. Rien n’est plus ordinaire que cela.


81.

La prévention induisant en erreur. — C’est une chose déplorable de voir tous les hommes ne délibérer que des moyens, et point de la fin. Chacun songe comment il s’acquittera de sa condition ; mais pour le choix de la condition, et de la patrie, le sort nous le donne. Cest une chose pitoyable, de voir tant de Turcs, d’hérétiques, d’infidèles, suivre le train de leurs pères, par cette seule raison qu’ils ont été prévenus chacun