On nous dit que dans l’mariage

Échos de FranceA. Durand & Fils1 (p. 99-102).

Les partitions musicales sont temporairement désactivées.