Nostradamus (Bonnellier)/Tome 2/L’Ardoise

Abel Ledoux (2p. 175-185).


XI.

L’ARDOISE.


— Eh bien ! maître, que dit l’astrologie ? commença Henri en s’asseyant sur la chaise d’un prie-Dieu.

— Je la consulte peu, sire, et dans le moment le plus brillant de ma vie, celui où il m’est accordé de parler à mon roi, je ne suis inspiré que par la douleur et la honte qu’inflige Henri II à mon cœur paternel.

— Qu’est-ce ? que dites-vous ?… Je ne vous comprends pas !…

— Sire, sans plus de mots,… cherchez dans vos souvenirs d’un jour ; et s’il s’y trouve celui d’une jeune fille qui doive demander à Dieu, à son père, le pardon de bien des fautes ;… si vous vous rappelez que cette impudique enfant, sortant des bras du roi de France, a été menée par ses ordres en une cachette où ne peut l’atteindre la voix même de Nostredame… Un mot, un ordre !… que cette jeune fille soit rendue à ma clémence, qu’elle soit aussitôt arrachée à la prostitution de son asile…

— Silence ! maître, silence !… Sans plus de mots, Henri II vous a compris,… et il se retrouve devant son juge, plus amoureux que coupable ; car la jeune fille dont il peut se rappeler, il la prit au pied d’un autel, où l’anneau du mariage est de paille… Il a brisé cet anneau, voilà tout. Présentez-vous, heure de minuit, devant une petite maison voisine des Carmes, sur la montagne Sainte-Geneviève ; une religieuse vous abordera, vous lui montrerez cette clef que je vous confie, — et, conduit par elle, vous verrez bientôt celle que vous cherchez. Alors, maître, dites-lui, lui portant mes adieux, que dans les prières imposées à sa pénitence, elle dise un mot du roi… Entre tous les exemples laissés par notre glorieux père, nous n’irons point chercher celui de l’échafaud de Saint-Vallier… Le bourreau ne sera jamais l’agent de nos amours.

— Non, sire ! s’écria Nostredame, en tombant à genoux devant le roi, dont il baisa la main.

— Et maintenant, maître de Nostredame, après nous avoir octroyé le pardon d’une offense qui fut involontaire, ne nous direz-vous rien qui concerne plus particulièrement le roi ?

— De tous les orages dont est noirci l’horizon de la France, je n’en vois aucun, sire, qui doive éclater sur votre tête.

— Tant pis, Nostredame, mille fois tant pis ! J’eusse aimé mieux les braver ces orages, car de l’autre côté de cette porte, près de trois enfans bien jeunes, il y a bien des tigres et des lions !…

— Et bien des morts, par accident !…

— Lequel mourra le premier d’eux tous ?

— Dieu seul, sire, compte les jours.

— Mais Dieu vous inspire, parlez pour lui !

— Je ne le puis.

— Est-ce François de Guise qui mourra le premier ?… Oh ! Nostredame, ce seroit tant mieux pour notre race ! Ces Guises, où donc, dans le ciel, est placée leur étoile ?… Seroit-elle couronnée, par hasard ? L’inévitable destinée les pousse, quoique nous en ayons, sur les marches de notre trône… Généraux, cardinaux, ils sont là, et leurs enfans au-dessous d’eux, et eux devant nous !… Mille fois, nous avons vu leur ombre s’alonger sous l’estrade royale, et nous dépasser de la tête !… Mille fois, nous avons surpris leurs regards mesurant la distance qui sépare leur tabouret de notre fauteuil !… Il y a du maître dans ces hommes-là ! Et s’il est dans notre caractère de vouloir des conseils, nous ne voulons pas d’ordres assurément… il y a encore ce prince de Condé, petit chat-tigre qui a faim de la chair du Guise, et peut-être de celle du roi !… Et l’amiral de Châtillon, dont le flegme insupportable exprime à toute heure la pensée du complot… Ces gens-là n’ont l’air de servir le trône que pour se donner le droit d’y monter. — Moins de beaux services, moins de brillante valeur et moins d’orgueil aussi !… Entre vous et nous, dites bien bas, qui d’entre eux mourra le premier ?

— Celui que désignent les lignes tracées sur cette ardoise, sire. Et s’approchant d’un meuble sur lequel se trouvoient une tablette et un stylet, Michel y traça rapidement quatre lignes. Tandis qu’il écrivoit :

— Savez-vous, — lui dit le roi, — que sur cette même ardoise, François ier traça bien des vers galans ?

— Oubliés aujourd’hui, même de madame de Valentinois, répliqua naïvement Michel.

— Le trait est sanglant, Nostredame, et irrespectueux pour votre roi. Mais vos paroles seront stériles… Diane de Poitiers est inséparable de Henri II.

— Quelle place votre majesté laisse-t-elle donc à la reine ?

— Celle de régente de France, pendant le voyage que nous allons faire en Lorraine… Mais voyons la prophétie mortuaire : — Il prit la tablette ; Nostredame resta droit et impassible. Le roi lut :


Le lion jeune le vieux surmontera ;
En champ bellique par singulier duel,
Dans cage d’or les yeux lui crèvera.
Deux plaies une, puis mourir ; mort cruelle !


Qu’est-ce cela ? qu’avez-vous écrit ? Pourquoi ces lignes ? que veulent-elles dire ? — Et pressant ses questions, Henri II bégayoit, trembloit, pâlissoit. — Nostredame ! ai-je bien lu ?… Que signifie cela ?… quel coup de cloche funèbre frappe encore à notre oreille ! c’est le troisième. Un fou, un manant, un sorcier me fut un jour amené… Il prédit ma mort dans un combat singulier… Un autre jour, François de Guise,… oui, le guisard, il paroissoit joyeux de la nouvelle !… François de Guise, revenant de chez un astrologue qui avoit son gîte près du Luxembourg, eut l’impudence de nous répéter la promesse de mortalité qui nous étoit faite par son devin… Mourir tué, Nostredame, que nous importe ! « Je ne me soucie de mourir de cette mort, plus que d’une autre ; voir même, je l’aimerois mieux, et mourir de la main de quiconque ce soit, pourvu qu’il soit brave et vaillant, et que la gloire m’en demeure !… » Mourir tué, j’y souscris !… Mais l’heure ? Nostredame, l’heure ? Le moment, le lieu ! Que l’homme ait le temps de se reconnoître, que le roi ait le temps de pardonner !… et puis encore, le temps de finir tant d’affaires mal commencées ! de réparer tant de choses mal faites !… Oh ! qu’ils ne sachent rien, là, de l’autre côté, qu’ils ignorent ces quatre lignes !… Effaçons-les, effaçons-les vite ! Comme elles tiennent sur cette ardoise !… Pour dernier mot sur le roi, Nostredame, mourir nous est indifférent, s’il nous est possible, avant cela, de vivre un peu glorieusement… Silence !… et pour récompenser la vérité la plus terrible que monarque puisse entendre, cinq cents écus d’or sur ma cassette, maître, je vous les donne… Sortons,… non ; ne rentrez pas dans cette galerie… Retirez-vous par cette autre porte, un page de service vous conduira. Dieu vous garde !… priez pour le roi !

Lorsque Henri II reparut au milieu de sa cour, il dissimula mal son émotion, elle fut visible pour tous.

— Beau cousin, — dit-il à François de Guise, parlant de la France et de sa gloire, nous avons parlé de vous. Monsieur le prince de Condé, Michel de Nostredame est vraiment prophète, car il m’a prédit votre constante fidélité, et de nombreux faits d’armes, ouvrage de votre épée…

— N’a-t-il rien dit de vos enfans ni de leur mère ? demanda Catherine de Médicis.

— Il a prophétisé juste, belle reine, en vous désignant comme régente de France… Ainsi donc, le serez dans peu de jours, lorsque nous partirons pour la Lorraine.

— Et de moi, qu’a-t-il dit ? vint demander à son tour madame de Valentinois, sur le ton de l’amertume et de l’ironie.

— Ame de mes pensées, — lui répondit-il à l’oreille, — il a tracé, sur l’ardoise où mon père vous écrivit si galantes poésies, quatre vers qui vouloient dire : Henri mourra l’amant de Diane.