Ouvrir le menu principal

Les Olympiades
Juliette Lambert

Myosotis ou L’Aimez-moi


MYOSOTIS OU L’AIMEZ-MOI.


Petite fleur dans un parterre
Minaudait en se balançant,
Et disait, tout bas, à la terre :
« Je voudrais mourir en t’aimant ;
» Mais je suis trop belle, vraiment,
» Et l’on me cueillera, ma chère.
» Car mon regard trahit ma foi,
» Et dit aux yeux fixés sur moi :
      » Cueillez-moi. »

Un coin du ciel, sur le parterre,
Aperçut le pied orgueilleux,
Et vit, non sans quelque colère,
Des yeux plus bleus que ses yeux bleus.
Il dit : « Ô fleur, couleur des cieux,
» Malheur à toi : ce soir, ma chère,
» Je te ferai, cueillir; ma foi!
» Tes compagnes diront sans toi :
    » Aimez-moi. »

Le soir même, près du parterre,
Deux beaux enfants se promenaient :
Mais Gaston partait pour la guerre,
Et les larmes d’Eva coulaient.
Quand leurs regards se confondaient,
On devinait l’amour sincère.
Que donner au cœur en émoi ?
Le ciel dit : « Pour gage de foi,
» Mes enfants, cueillez l’Aimez-Moi. »


JULIETTE LA MESSINE.