Mahomet second (Marivaux)

N’hésitez pas à l’importer ! voir scan
Gallica


Mahomet second



Acte premierModifier

Scène premièreModifier

IBRAHIM, IRÈNE


IRÈNE

Que me demandez-vous ? quel motif d'entretien peut-il y avoir entre vous et moi ?

IBRAHIM

Eh quoi ! Madame, l'aimable Irène ne me connaît-elle plus ?

IRÈNE

Avant les malheurs de ma patrie, je connaissais un prince qui s'appelait Comnène, et qui sortait d'un sang illustre à qui le mien était allié, mais je ne le reconnais plus dans le favori de Mahomet, dans un homme infidèle à son Dieu, et qui a pu se résoudre à l'ignominie de s'appeler Ibrahim.

IBRAHIM

Il est vrai, Madame, ma condition est changée ; devenu prisonnier de Mahomet, réduit au triste choix de l'esclavage ou du turban, accablé de la misère de ma situation, sans espérance d'en sortir, entouré des ruines de notre Empire, dont il ne reste plus que Constantinople qu'on assiège et qui va tomber à son tour ; je l'avoue, Madame, j'ai succombé, j'ai cédé aux offres du Sultan, je suis devenu Ibrahim, et vous me méprisez. Je n'ai rien à vous répondre ; vous voici dans l'état où j'étais. Captive du Sultan comme moi, exposée à des fers encore plus tristes ; je ne parle point du péril d'une mort sanglante ; dans le cas où vous êtes, nos pareils la demanderaient en grâce, et l'on nous la refuse ; nous ne pouvons la trouver que dans les langueurs de la servitude, et l'on ne nous fait expirer qu'en nous abandonnant au supplice de vivre. C'est à cette épreuve où je vous attends, Madame, elle a rebuté mon courage ; si le vôtre la soutient, vous aurez meilleure grâce à me trouver méprisable.

IRÈNE

Allez Ibrahim, ne travaillez point à m'épouvanter, vous avez quitté votre Dieu, ne soyez point son ennemi jusqu'à le poursuivre dans les autres, ne lui enviez point les cœurs qu'il se réserve ; pourquoi me tentez-vous ? pourquoi m'exagérer le péril ? votre crime vous fait-il haïr mon innocence ? je ne vous crois encore que coupable, auriez-vous le malheur d'être devenu méchant ?

IBRAHIM

Votre zèle est injuste, Madame, et cet emportement que je ne mérite pas…

IRÈNE

Dans l'état odieux où je vous vois, quand je ne fais que vous soupçonner, je vous épargne. Finissons, vous êtes venu pour me parler, est-ce-là tout ce que vous aviez à me dire ?

IBRAHIM

Vous avez touché le cœur du Sultan, Madame ; son amour, si vous le ménagez, peut vous donner le rang d'épouse, que ses pareils n'accordent à personne, et dans l'espérance que j'en conçois moi-même, je n'ai pu lui refuser de vous prévenir sur ses sentiments, et de lui rapporter les vôtres.

IRÈNE, à part.

Juste Ciel !

IBRAHIM

Que voulez-vous que je lui réponde ?

IRÈNE

Rien ; je ne saurais me résoudre à vous charger de ma réponse.

IBRAHIM

Quel est donc le motif qui vous arrête, Madame ?

IRÈNE

La pitié qui me saisit pour vous ; je ne saurais me prêter à l'avilissement où Mahomet vous plonge, vous n'êtes point fait pour servir ses amours, et mon indignation même vous refuse la flétrissure que vous me demandez.

IBRAHIM

De quel avilissement, de quel déshonneur est-il donc question pour moi, Madame ? je ne dois sentir ici que l'injure que vous me faites ; quand je vous apprends que le Sultan vous aime, je vous l'ai déjà dit, c'est qu'il peut vous offrir sa main, du moins je le crois, et c'est dans cet esprit que je vous parle, je ne viens que pour vous consoler.

IRÈNE

Me consoler, moi, Comnène ? eh ! d'où mon cœur pourrait-il recevoir la moindre joie ? que peut-il désormais arriver qui me regarde ? la désolation de ma patrie est-elle un songe ? mon père et mon frère n'ont-ils pas péri ? les morts sortent-ils du tombeau ? à quoi donc puis-je encore m'intéresser sur la terre ? biens, honneurs, liberté, parents, amis, tout y a disparu pour moi, tout y est étranger pour Irène.

IBRAHIM

Ce que vous avez de plus cher y reste peut-être encore.

IRÈNE

Je n'y vois plus qu'un tyran qui m'y tient captive, que des barbares qui m'environnent, et qu'un Ibrahim qui rit de ma douleur.

IBRAHIM

Rassurez-vous, Madame, ce père et son fils que vous pleurez…

IRÈNE

Ah Ciel ! achevez, Comnène, expliquez-vous, il serait cruel de me tromper.

IBRAHIM

Si le Ciel vous les avait conservés ?

IRÈNE

Quoi ! Comnène, ils vivraient ? Serait-il possible ? ils vivraient ? les avez-vous vus ? me sera-t-il permis de les voir ?

IBRAHIM

L'Empereur ne m'en a pas appris davantage, et sans doute il n'est permis qu'à lui de vous dire le reste.

IRÈNE

Eh bien, Comnène, courez lui parler, conjurez-le de hâter ma joie, qu'il me les montre, qu'il se rende à mon impatience ; je lui pardonne tout, si je les vois paraître : quelqu'un vient, je me retire, soyez sensible à mon inquiétude, et revenez m'en tirer, si vous ne m'abusez pas.

IBRAHIM

Vous n'attendrez pas longtemps, Madame.


Scène IIModifier

IBRAHIM, MAHOMET, ROXANE


MAHOMET

C'est Irène que vous quittez, Ibrahim ?

IBRAHIM

Oui, Seigneur, elle sait que vous l'aimez, et m'a paru l'apprendre sans colère ; je ne dis pas que son cœur se promette encore au vôtre, mais elle est dans la douleur, elle est chrétienne, elle gémit d'une infortune qu'elle doit à vos victoires, et cependant elle est tranquille au récit de votre amour. Je ne dis pas assez ; quand je lui ai fait espérer qu'on pouvait lui rendre ce père et ce frère qu'elle regrette, sa reconnaissance pour ce bienfait m'a surpris, on eût dit qu'elle était charmée d'y trouver un motif de ne vous plus haïr ; j'oublie tout, je lui pardonne tout, s'est-elle écriée dans le transport d'un cœur qui se réconciliait avec vous, et je me suis chargé de l'avertir quand elle pourrait les voir.

MAHOMET

Ne tardez donc pas, Ibrahim, allez lui assurer qu'ils vivent et qu'ils me sont chers, et dites qu'on les amène ici dans l'instant qu'Irène y sera venue.

IBRAHIM

Seigneur, ils étaient dans les fers, quand je les ai reconnus ; est-ce dans cet état que vous ordonnez qu'on les amène ?

MAHOMET

Oui, je veux qu'Irène les en délivre elle-même, c'est un plaisir que je réserve à sa tendresse.

IBRAHIM

Je cours exécuter vos ordres, mais, Seigneur, pendant que vos faveurs se répandent sur eux, daignez vous ressouvenir qu'à mon tour j'attends mon bonheur de vous, qu'il en est un que vous avez promis de m'obtenir de cette princesse, et que mon cœur…

ROXANE

J'ignore les promesses que l'Empereur vous a faites, mais si j'y suis intéressée, j'espère qu'il ne les remplira pas sans mon aveu, et c'est sa bonté qui m'en assure.

MAHOMET

Ibrahim, vous savez que je vous aime, et ma faveur vous doit suffire, je hais les désirs importuns ; allez, laissez-moi le soin de vous rendre heureux, et ne prétendez pas me gêner dans les grâces que je vous destine.


Scène IIIModifier

MAHOMET, ROXANE


ROXANE

Je vous l'avoue, Seigneur, le discours d'Ibrahim m'effraye ; daignez m'instruire de ce qu'il ose attendre.

MAHOMET

J'avais dessein de vous le proposer pour époux ; je viens de soumettre les chrétiens à mon Empire, j'en ai triomphé par les armes, mais tout vainqueur que j'en suis, je ne les regarde pas comme des sujets, ce ne sont encore que des ennemis vaincus, à qui ma victoire donne un tyran qu'ils craignent, et non pas un maître qu'ils respectent. Ils m'obéissent dans un effroi sauvage qui a toujours inspiré la révolte, et je voulais les rassurer par l'honneur que j'aurais fait à Comnène ; il est, dit-on, d'un sang qu'ils estiment, mais j'ai changé d'avis sans m'écarter de mon projet. Non, ce n'est plus à lui, Roxane, qu'il faut que votre cœur s'accorde, et votre frère aujourd'hui vous le demande pour un autre.

ROXANE

Mon cœur se refusait à Ibrahim, mais ma main serait à lui si vous l'ordonniez ; c'est vous dire que vous pouvez en disposer à votre gré ; après cela, Seigneur, puis-je savoir à qui vous voulez que je la donne ?

MAHOMET

Ce qui va se passer vous l'apprendra, Roxane, mais tandis que nous sommes seuls, ne me dissimulez rien. Vous étiez avec moi quand on m'a présenté les deux chrétiens, dont l'un, à ce qu'on assure, est le père d'Irène, et l'autre son frère ; que pensez-vous du dernier ? je vis vos yeux s'attacher sur lui.

ROXANE

Son sort me touchait, Seigneur, je le plaignais d'être si jeune et déjà captif.

MAHOMET

Répondez avec franchise ; il joint aux grâces de la jeunesse une physionomie noble et touchante, et vous l'avez remarqué.

ROXANE

Vous lui parliez, Seigneur, et j'écoutais.

MAHOMET

Ce n'est pas tout, ses regards à lui-même se fixaient sur vous, il était sensible à vos charmes.

ROXANE

J'ignore à quoi tend ce discours qui m'embarrasse.

MAHOMET

Vous rougissez, je ne vous presse point de m'en avouer davantage, c'est assez que vous m'entendiez là-dessus, et voici ce qui me reste à vous dire. Jusqu'ici je n'avais point connu l'amour ; le féroce orgueil de vaincre, l'honneur d'effrayer des peuples et de subjuguer des États, le plaisir tumultueux de la guerre et du carnage, et tout ce que la gloire des héros porte avec elle de redoutable, voilà les douceurs qui me flattaient ; je n'en voyais point de plus dignes de charmer une âme qui nous vient du Ciel, et dont, à mon gré, les inclinations devaient être aussi superbes que son origine. Dieu même est appelé le Dieu des combats ; on l'a peint la foudre à la main ; rien ne nous frappe tant que sa puissance, et je croyais qu'à son exemple, pour être le plus heureux de tous les hommes, il fallait en être le plus terrible. Je me trompais, Roxane ; Irène m'a désabusé. Le vrai bonheur ne se trouve ni dans la victoire ni dans la terreur qu'on répand après elle. Ce sang dont nos lauriers sont teints, ces ravages dont nous consternons la terre, et les gémissements des peuples, mêlent à nos plaisirs je ne sais quoi d'inquiet et de funeste qui les corrompt. J'ai senti quelquefois en moi-même la nature s'attrister de ma lugubre gloire, et condamner la joie que mon orgueil osait en prendre. Que le plaisir d'aimer est différent, Roxane ! quelle douce sympathie entre l'amour et nous ! on dirait que nos cœurs, quand ils aiment, ont trouvé leur véritable bonheur. J'ai senti des bornes à tous les autres plaisirs, aucun ne m'a pénétré tout entier. Le fond de mon cœur leur a toujours été inaccessible, ils l'ont toujours laissé solitaire. L'amour seul m'a rempli, lui seul a versé dans mon âme des douceurs aussi intarissables que mes désirs. Depuis que j'aime, je ne me reconnais plus moi-même, j'ai perdu cette fierté farouche qui me rendait si formidable ; je me voyais seul au milieu des hommes ; l'humanité tremblante ne laissait autour de moi que des esclaves, et ne m'accordait pas un cœur qui voulût s'associer au mien ; j'étais comme exilé sur le trône. Tout a changé, Roxane ; il semble que mon amour ait fait ma paix avec tous les cœurs, ils se rapprochent, ils me pardonnent ; c'est ainsi que je le sens, enfin tout me paraît aimable, et je crois l'être devenu moi-même. Ah ! Roxane, si tel est mon sort à présent que j'aime : quel serait-il donc si j'étais aimé.

ROXANE

Aimé, Seigneur ! eh comment ne le seriez-vous pas, vous qui dans l'âge le plus aimable, nous montrez déjà le plus grand des hommes, vous que l'univers honore de son respect et de son admiration ? Vos pareils n'ont qu'à se déclarer, Seigneur, il n'est point de fierté que le don de leur cœur ne confonde, et si votre choix est tombé sur Irène…

MAHOMET

Eh ! quelle autre qu'Irène eût pu triompher de Mahomet ? il n'était réservé de me soumettre qu'à l'objet le plus parfait dont le Ciel ait honoré la terre. Je ne l'ai vue qu'un instant parmi les captives ; sa douleur l'accablait, ses yeux étaient baignés de larmes. Dans cet état un de ses regards tomba sur moi ; ce regard étonna mon âme altière, me confondit, m'humilia, me rendit plus suppliant qu'elle. Il vengea dans mon cœur la douleur du sien, il me punit de ma victoire, me condamna comme un tyran et me laissa saisi d'un attendrissement qui n'a fini que par l'amour le plus violent qui fût jamais ; le croiriez-vous, Roxane ? Je n'ai point encore osé reparaître ; j'ai craint ses yeux qui m'ont déjà reproché leurs larmes. Chargé du crime de l'avoir affligée, je n'étais pas digne de la revoir, je me cachais à sa colère, et j'attendais que le temps m'eût rendu plus supportable à sa haine, mais enfin le moment est venu, on a découvert ces deux chrétiens qu'elle regrettait, je vais les lui remettre, et j'oserai me montrer à la faveur de ce bienfait. Vous, Roxane, qui voyez l'ardeur que j'ai de lui plaire, j'ai besoin que votre cœur m'aide à réussir ; je vois Irène qu'on nous amène, et ce que je vais faire vous instruira du service que je vous demande.


Scène IVModifier

MAHOMET, ROXANE, THÉODORE, père d'Irène, LASCARIS, son frère, IBRAHIM, IRÈNE


Théodore et Lascaris ont encore leurs fers.

IRÈNE

Où suis-je ? où me conduisez-vous ? (À Ibrahim.) Cruel, vous m'avez donc trompée. (Et puis voyant son père et son frère qu'on amène d'un autre côté) Ah ciel ! ah mon père ! est-ce vous que j'embrasse ? et vous, mon frère, je vous retrouve, et tous deux languissants dans les fers ? (À Mahomet) Ah ! Seigneur, vous qui me les rendez, pourquoi vos bontés me laissent-elles encore tant de douleur ? hélas, ils sont captifs, pourquoi mêler tant d'amertume à ma joie ?

MAHOMET, allant les délivrer.

Goûtez-la toute pure, et que leurs fers disparaissent ; venez, Irène, aidez-moi vous-même à les en délivrer, et que vos mains se joignent aux miennes pour en réparer l'outrage.

THÉODORE

Quoi vous-même, Seigneur !

MAHOMET

Ne m'en empêchez pas, la générosité est le droit du vainqueur, recevez tous deux ce que je fais comme un gage de mon amitié et des honneurs qu'elle vous destine ; votre Empire a passé sous mes lois, et mes victoires vous ont coûté des soupirs ; vous aviez dans vos fers la liberté de me haïr et vous l'avez encore, mais si vous êtes généreux, vous ne la garderez pas longtemps, mes bienfaits m'en répondent ; et vous, Irène, à qui je rends un père qui vous est si cher, oubliez désormais vos malheurs et daignez me suivre avec lui, venez voir Mahomet apprendre aux siens combien il veut qu'on vous honore. (À Lascaris) Vous, jeune chrétien, sur le front de qui l'on voit empreint tant de courage et de noblesse, attendez tout de mon estime, je n'interdis nul espoir à votre cœur, je ne mets rien ici au-dessus de son audace, vous-même vous n'êtes plus à moi. (Et en lui montrant Roxane) Cette Princesse vous a dégagé de mes fers, vous pouvez changer de maître, et je vous laisse avec elle, sortons.


Scène VModifier

LASCARIS, ROXANE


LASCARIS

Vous n'êtes plus à moi et je vous laisse avec elle ; que peut signifier ce discours ? je n'ose l'interpréter, Madame.

ROXANE

L'Empereur s'est assez expliqué, vous ne lui appartenez plus.

LASCARIS

Il m'a permis de changer de maître et je me jette à vos genoux pour obtenir que je vous appartienne. Si vous y consentez, j'aimerai mieux mon sort que celui de l'Empereur même.

ROXANE

Levez-vous, Lascaris.

LASCARIS

Ne vous offensez pas du transport qui m'échappe ; à l'aspect de tant de beautés, il n'est point de raison qui ne s'égare.

ROXANE

Non, vous ne m'offensez point, je vous crois digne de moi, Lascaris, vous me paraissez vertueux, et la véritable fierté excepte de ses dédains un cœur tel que le vôtre ; je n'en méprise donc point l'hommage, vous dirai-je encore plus ? je l'estime.

LASCARIS

Qu'entends-je ? Ah ! Princesse.

ROXANE

Je vous ai plaint dès que je vous ai vu.

LASCARIS

J'ai donc été dès cet instant le plus heureux de tous les hommes ; quoi ! Roxane me plaignait ?

ROXANE

Roxane a souhaité la fin de vos infortunes, puissent-elles enfin être terminées ! puisse le Ciel exaucer mes vœux ! mais rejoignons l'Empereur ; à peine Irène vous a-t-elle vu, et sa tendresse vous attend, sans doute, avec impatience.