Ouvrir le menu principal

Wikisource β

Méliador/Tome I

< Méliador
Texte établi par Auguste Longnon (Ipp. 1-269).
(vers 1 à 9364)


Méliador




En ce temps que li rois Artus f. 1 a
Qui tant fu plains de grans vertus,
De sens, d'onneur et de larghece,
Regnoit au point de sa jonece,
5 Et qu’il commençoit a tenir
Grans festes et a retenir
Chevaliers pour emplir ses sales,
Avoit en le marce de Galles,
Entre Escoce et Norchombrelande,
10 Priès dou lac c’on dist de Berlande,
.I. chastiel moult fort et moult cointe
Seant douçement sus le point[e]
D’un hault rocier et d’un grant bois.
Chils castiaus fu nommés Camois f. 1 b
15 Et le sire qui le tenoit
Messires Camelz se nommoit.
Au chastiel et a la maison
Toute la terre d’environ
Appendoit, qui estoit moult bonne,
20 Voires, pour le temps que j’ordonne ;
Car lors n’estoient pas si grans

Les terres ne si pourfitans
Comme elles sont presentement,
Et vivoit on plus rudement
25 I(lluech) que les gens ne font ores :
Ce savons nous par les hystores
Qui trettent dou temps de jadis.
Environ ou .ix. ans ou .x.,
Avant que li preus Lanselos,
30 Melyadus, ne li rois Los,
Guiron, Tristrans ne Galehaus, f. 1 c
Gauwains, Yewains, ne Perchevaus,
Ne chil de la Table Reonde
Fuissent cogneü en ce monde,
35 Ne que de Merlin on euist
Cognissance, ne c’on seuist
Nulle riens de ses prophesies,
Plusieurs belles chevaleries
Avinrent en la Grant Bretaigne,
40 Si com cilz livres nous ensengne,
Lequel ensiewant je dirai
Ou cas que loisir dou dire ai
Et par quoi la matere approce.
En ce temps avoit en Escoce
45 .I. roy qui fu moult vaillans homs.
Chilz rois fu appellés Hermons.
Moullier ot moult bonne et moult sage,
Et estraite de hault parage
De Norchombreland la contrée.
50 Droitement le witisme anée
Que li rois eut eü la dame,
Elle morut. Diex en ait l’ame !
De la dame remest au roy
Une fille de frisce arroi,
55 Douce, gracieuse et benigne.
La fille eut a nom Hermondine.
Or avoit en Norchombrelande

.I. chastiel seant sus la lande,
Dont li sires qui le tenoit
60 Freres germains esté avoit
A la roÿne dessus ditte.
Chilz castiaus de quoi je recite
Fu pour le temps de dont nommés
Montgriès. Moult bien estoit fremés
65 Et li sires de la maison f. 1 d
Messires Los avoit a nom.
Une fille ot, c’est cose clere,
Mais en avoit perdu la mere.
Florée ot nom la damoiselle ;
70 Moult fu sage, courtoise et belle.
Or avint que li rois Hermons
Fu assaillis dou roi des Mons
Et de Suède, ses voisins.
Adont manda il ses cousins,
75 Ses hommes et tous ses proçains.
Messires Los, li plus lointains
De li, fu erranment mandés,
Qui ne s’en est pas excusés,
Mais le vint vistement servir,
80 Car pas ne li voloit faillir.
Si fu la guerre toute aperte
Entre ces rois forte et ouverte,
Et qui dura plus de .v. ans.
Souvent estoient sus les camps
85 Cil de Suède et cil d’Escoce.
Le roy Hermont pas ne reproce
Qu’il ne guerriast vaillanment,
Car homs fu de grant hardement,
D’avis et de bonne ordenance,
90 Et si avoit de pourveance
Bons chevaliers en son paÿs
Desquelz il n’estoit pas haÿs.



La guerre durant dont je dy,
Cilz rois dont je parolle ci,
95 Pour mieulz a sa besongne entendre
Et pour soi des perilz deffendre,
Envoia sa fille Hermondine
A Montgriès, la, chiés sa cousine,
Pour lui duire et endoctriner f. 2 a
100 Et en lettre plus pourfiter ;
Car Florée en estoit moult sage
Et si avoit plus grant eage
Que n’euist la fille dou roy,
.Viii. ans ou environ, je croy.
105 Florée qui forment l’amoit
Et qui cousine le clamoit
L’endoctrine moult doucement,
Car elle fu si longement
A lui, tant que dura la guerre
110 De Suède a chiaus de sa terre.
Et la fille retint tres bien,
Car elle avoit art et engien
D’aprendre et de bien retenir
Tout ce qu’elle pooit oïr,
115 Comme celle qui moult encline
Estoit a retenir doctrine.



Messires Camels de Camois
Caçoit une fois en ses bois
Apriès .i. cerf moult abrievé
120 Que si chien eurent eslevé.
Montés estoit sus .i. coursier
Oultre mesure able et legier,
Et bien tourné pour porter painne,
Car il avoit si longe alainne
125 Que, pour courir le plus d’un jour,
Gaires ne vosist de sejour.

Li cerfs s’en fuit. Camelz le cace
Qui onques n’en perdi la trace.
Les bois passe, et apriès la lande
130 Et les plains de Norchombrelande.
Courant s’en vient Camelz apr[i]ès
Jusques a l’estanc de Montgriès.
Li ciers sent l’aigue douce et froide ; f. 2 b
Ens se lance et se si refroide.
135 Li chevaliers qui le poursongne
L’estanch nullement ne ressongne,
Ançois apertement y entre ;
Li chevaus en a jusqu’au ventre
Et oultre, car noer le faut.
140 Li cers qui avoit soif et chaut
Boit de l’aigue a tel habondance,
Qu’il en pert toute sa puissance :
Refroidiés est et enroidis.
Li chevaliers le sieut toutdis.
145 Li cers noe oultre en .i. praiel
Qui respondoit audit chastiel.
Messires Camelz le poursieut
Qui a son gré la le consieut.
Tant est lassés qu’il ne poet plus.
150 Adont est Camels descendus
Sus le cerf qui tous quois se tient.
L’espée trait et si s’en vient.
Camelz li met l’espée ou corps.
Li chiers chiet jus ; il vault que mors.
155 Morz est li chers. Camelz s’ordonne ;
Son cor prent, la mort dou cerf sonne,
Sonne et ressonne une aultre fois
La environ s’espant li vois.
Cil dou dit chastiel s’en resveillent,
160 Qui de ce son moult s’esmerveillent.
Cilz qui tient a bouche son cor
Prise de cerf ressonne encor,

Pour recueillier ses loiemiers,
Ses mesnies et ses lévriers
165 Point ne l’oent, car trop loing sont.
A ceste heure estoient adont
As fenestres, sus le praiel, f. 2 c
Les damoiselles dou chastiel,
Florée et Hermondine ossi,
170 Car veü avoient ensi
L’estat que compté ay devant,
Et dou cerf tout le convenant ;
Comment li chevaliers l’avoit
Poursieuï et ocis la droit.
175 Ce dist Florée a Hermondine :
« Je vous pri, tres douce cousine,
« Que nous alons en ces herbiers.
« Je saroie trop volentiers
« Qui est cilz homs, qui est la jus.
180 « Ne sai comment il est issus
« De l’estanc, quant bien l’imagine. »
— « Alons », ce respont Hermondine.
Adont descendent dou chastiel
Et s’en viennent ens ou praiel,
185 Par .i. guicet qui fu ouvers.
Li lieus estoit jolis et vers
Ou li cers estoit arrestés,
Car en ce temps estoit estés,
Ou mois de julle proprement.
190 Messires Camels erranment
Voit les dames vers li venant.
Adont part par bon couvenant
Dou cerf, et si s’en vient vers elles,
Et dist : « A bien viegnent les belles. »
195 Celles voient le chevalier
Qui moult biel les poet recueillier.
Florée l’a lors cogneü,
Car aultre fois l’avoit veü.

Si dist : « Li bien venus soiiés,
200 « Camelz. C’est droit que vous voiiés
« Nostre chastiel et no maison. f. 2 d
« Souper vous y faut ; c’est raison.
« Je vous en pri, qui en sui dame. »
Cilz dist : « Damoiselle, par m’ame,
205 « Vous m’offrés tres grant courtoisie.
« Pas n’est droit que le contredie. »
Florée par le main, l’enmaine,
O lui sa cousine germaine,
Qui avoit environ .xiii. ans.
210 Rien n’estoit de li plus plaisans,
Plus amoureuse, ne plus frice.
Vestie estoit d’un drap moult rice,
Fricement tailliet a son point.
Messires Camelz ne l’a point
215 Encores la recogneü,
Car onques mais ne l’ot veü ;
Mais tout bas demande a Florée :
« Or me dittes, s’il vous agrée,
« Pui je savoir le nom d’icelle ? »
220 — « Oïl », ce respont la pucelle,
« Fille est de roy et de roÿne
« Et s’est ma germaine cousine,
« De mon oncle le roy d’Escoce. »
Et quant li chevaliers ot ce,
225 Si se taist et fort le regarde.
En ce regart li vient la darde
D’amours, c’onques senti n’avoit ;
Mais je croi que la en devoit
Estre ferus pour la pucelle,
230 Car si fort l’esprent l’estincelle
D’amours, qui ens ou coer le lance,
Qu’il dist la, par tele ordenance,
Tout bas : « Voires, belle Hermondine,
« Estiés vous si priès ma voisine,

235 « Et riens je n’en savoie encor. f. 3 a
« A bonne heure sonnai le cor
« Qui vous fist ça jus avaler,
« Pour moy et le cerf regarder.
« Or vous jure jou, foy et ame,
240 « Que de vous je ferai ma dame
« Ou je demorrai en le painne,
« Si com Paris fist pour Helainne,
« Et, se mors sui pour vostre amour,
« II me venra a haute honnour. »


245
Atant entrerent en la salle
Ou a le fois on danse et bale.
Tout prest ont trouvé le souper ;
Ce fu fait, on ala laver.
A table Hermondine on assist
250 A son devoir, car on le fist
Seoir comme fille de roy,
Monsigneur Camel desous soy ;
Et en apriès seoit Florée.
Dou souper ne dirai riensnée,
255 Car il fu biaus, courtois et gens,
Et bien servis de jones gens.
Apriès souper on leva sus.
Florée demanda les jus
Pour le chevalier deporter,
260 Et on li ala aporter
Les eschès avoech le tablier.
Si prist .i. jeu au chevalier :
Entrues qu’il se vont esbatant,
Hermondine estoit en estant
265 Qui le jeu volentiers regarde.
Avis est a Camel qu’il arde
Ou devant soi voit la pucelle,
Si tres gracieuse et si belle

C’on ne poroit riens milz pourtraire. f. 3 b
270 A ce jeu s’ala il fourtraire,
Car il n’i pensoit c’un petit ;
Ailleurs avoit son esperit
Tourné, ce doit on bien penser,
A la pucelle regarder.
275 Matés fu il, se leva sus,
Car adont ne volt jeuer plus,
Pour le soleil qu’il voit baissier.
Adont demanda son coursier
Pour monter, car partir se voelt.
280 Ce dist Florée : « Et qui vous muet
« De partir ores, a ceste heure ?
« Mehui ferés ci vo demeure
« Et de matin vous partirés,
« Et espoir nouvelles orés
285 « De vos gens et de vos levriers. »
— « Dame », respont li chevaliers,
« Vous m’offrés plus que je ne vaille.
« Mais partir me couvient sans faille,
« Car journée ay, demain matin,
290 « A l’encontre d’un mien voisin ;
« Se m’i fault, comment qu’il soit, estre.
« Je sçai, a senestre et a dextre,
« Tous les chemins parmi le bois :
« Ains le jour serai a Camois.
295 « Grant mercis de vo courtoisie
« Et de la bonne compagnie
« Que vous m’avés fait et fait faire. »
Et quant Florée voit l’afaire
De Camel, qu’il se voet partir,
300 Dont fait la son coursier venir.
Camelz y monte apertement.
Si part ; mais, au departement,
Congiet prent sagement et biel f. 3 c
As damoiselles dou chastiel,

305 Et dist bien qu’il les revenra
Veoir ; de ce point ne faura.



Quant messires Camelz parti
Soudainnement, sus le parti
Que compté vous ay chi devant,
310 On ne s’en voist esmervillant,
Car il sentoit en lui tel cose,
La quele descouvrir il n’ose,
Fors a ses gens, au dire voir,
Et ne voroit pour nul avoir
315 Que de Montgriès les damoiselles,
Qui sont jones, frisces et belles,
Le sceuissent aucunement.
Ce que c’est, vous l’orés briefment.
Voirs est que messires Camelz
320 En ses affaires estoit telz
Que tous preus chevaliers doit estre,
Et que, a senestre et a dextre,
On ne trouvast parel a li,
Plus preu, plus fier, ne plus hardi,
325 Fust a la guerre ou au tournoi,
Car riens ne duroit devant soi ;
Mais quoiqu’il fust de tel vaillance,
Tous li avoirs qui est en France
Ne le fesist point seul jesir
330 En une cambre, ne dormir,
Et moult de fois li avenoit
Qu’en dormant il se relevoit
Et demandoit ses armeüres,
Espée, et lance et ses parures,
335 Puis les blances, dont les vermeilles,
Et faisoit la tant de merveilles
Que forment s’en esmervilloient f. 3 d
Li compagnon qui le veilloient.

Et, quant ce venoit au matin,
340 On li comptoit sa vie a fin
Que plus ne s’i volsist rabatre ;
Mais c’estoit toujours sans rembatre
Et toutdis a recommencier.
Si osoit il bien chevaucier
345 Les nuis par forès et par landes,
Et par voies tortes et grandes,
Et entrer en pas perilleus ;
Mais point il n’osoit dormir seulz.
Onques ne perdi cel usage
350 Tant qu’il vesqui en son eage.
Or vous ay compté la raison
Pour quoi ne volt en la maison
De Montgriès demorer ce soir.
Il ne vosist pour nul avoir
355 Que on euist laiens sceü
Son afaire ne cogneü.
Si en savoit assés Florée
Par chevaliers de lor contrée
Qui s’en estoient descouvert.
360 Si tenoit bien Camelz couvert
Sen estat et toutes ses vies,
Et, tant fort amoit ses mesnies,
De lui n’en laissoit nul partir
Ne pour vivre ne pour morir.

 
365
Messires Camelz, ce saciés,
N’estoit pas encor eslongiés
Une lieue dou dit chastiel,
Quant evous, menant grant cembel,
Venus la les chiens de la cace
370 Qui sieuois avoient la trace [1]

Dou cerf qui gisoit ou pré mors. f. 4 a
Il s’en sont venu jusqu’as bors
De l’estanc et dedens entrerent,
Et tout outre au no le noerent ;
375 Sus le cerf vinrent glatissant
Et entre yaus grant deduit faisant.
Les damoiselles dou chastiel
Sont la venues au revel
Pour veoir le deduit des chiens,
380 Car ce leur estoit uns grans biens,
Esbanois, solas et plaisance.
Evous venus sans detriance
Les veneours jusqu’à l’estanc,
Qui leurs chiens aloient sieuant ;
385 Mais pas ne sont dedens entré,
Ançois ont tourniiet le pré.
Au tour vinrent ou li chien furent
Et leur fisent tout ce qu’il durent,
Cuirie et tout le demorant.
390 Florée emmainne tout riant
Les veneours ens ou chastiel ;
Aisier les fist et bien et biel.
Au point dou jour il se partirent ;
Pour revenir a Camois tirent.
395 Dou cerf n’en voelent riens porter
Pour cose c’on sceuist parler.
Ensi se sont mis au retour.
Messires Camelz droit au jour
S’en vint au chastiel de Camois.
400 Sans nul effroi passa le bois
Celle nuit, car point ne dormi.
Si vallet et si chien ossi
Revinrent droit a remontiere.
Camelz leur fist tres bonne ciere
405 Et les enquist sus leur afaire. f. 4 b
Cils ne s’en vorrent mie taire,

Mais li recorderent tout voir
Et comment il furent le soir
Receü comme chevalier,
410 « Et vous voloient renvoiier
« Le cerf, lequel laissiet avons.
« Mais, monsigneur, nous ne savons
« Se ce vous plaist. » Il respont lors :
« Oïl, par m’ame, et fust fins ors.
415 « Se fait euissiés aultrement,
« Vous m’euissiés trop malement
« Couroucié, sachiés le de voir.
« Mais or va bien a mon voloir. »



Messires Camelz n’atendi
420 Trop longement de puissedi
Qu’il se parti de son manage ;
N’en mena avoech soi c’un page.
De nuit chevauca vers Montgriès,
A une journée la priès.
425 L’endemain, ensi c’on esprime,
Entre heure de tierce et de prime
S’en sont venu au dit chastiel.
Adont estoient au crestiel
Les gardes ; la porte estoit close.
430 Sans congier ouvrir on ne l’ose.
Il appella, on vint a li.
Cognissables se fist ensi
Comme il avoit fait puis .i. mois,
Et dist qu’il estoit de Camois
435 Sires, et Camels avoit nom.
On ne le dist mies de non,
Ni : « Enterés, se c’est vostre aise ». [2]
Mais li fu dit : « Ne vous desplaise :

« Sire, nous irons a ma dame ; f. 4 c
440 « Autrement arions nous blasme. »
Il repondi : « Alés, a Dieu. »
Adont s’en sont venu ou lieu
Ou Florée estoit toute preste.
Dit li fu : « La dehors s’arreste,
445 « Ma dame, uns chevaliers voisins.
« Dit nous a que c’est vos cousins.
« Le lairons nous ceens entrer ? »
— « Oïl, quoi dont ? sans arrester.
« Il ne vient fors que pour esbatre ;
450 « Se ne li devons pas debatre
« L’entrée ne la compagnie,[3]
« Ou on li feroit villonnie,
« La quele ne li voel pas faire. »
Lors les gardes, sus cest afaire,
455 L’ont laissiet errant en la porte.
La vient Florée qui li porte
Grant solas a lui recuellier.
Cilz qui ot corps de chevalier,
Bel et gent, et de bonne taille
460 (Voires se il n’euist la maille
De reproce ditte devant),
S’est courtoisement trais avant
Et conjoïst les damoiselles
Doucement, et dist : « Voir, mes belles
465 « Dames et voisines ossi,
« L’autrier me reçuïstes si
« Liement et a bonne ciere,
« Que j’en suis revenus arriere
« Pour vous loer et graciier,
470 « Et de vo bien remerciier. »
— « Messire Camelz », dist Florée,
« Vous dittes ce qu’il vous agrée,

« Mais nous vorriemes vraiement f. 4 d
« Vous et autrui courtoisement
475 « Recevoir, selonch no pooir,
« Et encores mieus no devoir
« En ferions, il n’est pas de doubte,
« Se monsigneur avoech sa route,
« Qu’il tient en la guerre d’Escoce,
480 « Estoit ci. » Et, quant cis ot ce,
Si pense .i. peu, puis dist « Ma dame,
« Je vous prommet, et foy et ame,
« Qu’en tous estas vous serviroie
« Et pour vous me combateroie,
485 « Et pour votre cousine ossi,
« A tout homme, saciés de fi,
« Pour l’amour de la lie ciere
« Et de la tres bonne maniere
« Que j’ai veü et voi en vous. »
490 — « Moult grant mercis, biaus sires doulz »,
Ce respondi Florée en l’eure,
Qui pas encores ne saveure
Pour quoi Camelz si bien s’avance
Et se met en leur ordenance :
495 Pas n’est temps encor dou savoir.
Messires Camelz au mouvoir
De son chastiel, le soir devant,
Avoit pourpos et couvenant,
En soi meïsmes, qu’il diroit
500 A la belle ou ses coers tiroit
De son penser .i. grant quartier,
Et l’avoit trop bien devant hier
Jetté et avisé ossi.
Mais quant la est, il le crient si,
505 Ou le voit aler et venir,
Que brief il ne poet revenir
A son pourpos, ançois le pert. f. 5 a
Et la riens de quoi la plus sert

C’est de regars doulz et soubtieulz,
510 Car en emblant jette ses ieulx,
Quant il poet, dessus Hermondine,
Et tant le fait que sa cousine
S’en perçoit ensi qu’en emblant.
Se n’en fait elle nul semblant,
515 Mais s’en passe legierement
Et parolle moult liement
Toutdis a monsigneur Camel.
S’elle dist un, elle pense el,
Mais si courtoisement se cuevre
520 Que nulz ne scet quel cose elle oevre.



Tout ce jour entier, jusqu’au soir,
Peut o les dames remanoir
Messires Camelz, je vous di,
Et ot bien la le temps pour li
525 Tout ensi qu’il le desiroit.
Car celle ou tous ces cuers tiroit
Fu toutdis en sa compaignie,
Voires, si bien acompagnie
Que de Florée sa cousine.
530 Li chevaliers li fist maint signe
D’amour, ce jour, et maint regart ;
Mais Hermondine que Diex gart
Estoit jonete et ignorans,
En l’eage que de trese ans.
535 Si ne cognissoit nullement
Telz affaires, peu ne granment,
Et si n’eut esté priie onques
D’amer, ne la ne fu adonques,
Car jusqu’a ce ne peut venir
540 Messires Camès, sans mentir.
Et Florée qui .i. petit f. 5 b
S’en perchut, i mist entredit,

Empecement et detriance,
Sus bonne et courtoise ordenance.
545 Quant ce vint au soir, je vous di,
Messires Camels se parti.
Un peu le pria froidement
Florée, a ce departement,
De demorer ; il s’escusa.
550 Depuis le mot ne releva
La damoiselle tant ne quant.
Camels monta ; il part errant
Et retourne vers son chastiel.
Toute la nuit fist il moult biel,
555 Car la lune si estoit plainne.
Sus son chemin une fontainne
Avoit ; si tira celle part.
La descendi ; point ne s’en part
Si tretost qu’il y fu venus.
560 Moult bien scet que nulle ne nulz
N’est dalés lui, la, a ceste heure,
Fors ses varlès qui ne labeure
Pas a ce ou Camelz s’ordonne
Car du tout s’arreste et ordonne
565 A faire un rondelet plaisant
Et tesmongne bien, en faisant,
Que l’amour la belle Hermondine
A ce faire du tout l’encline.


Rondel.

Je me loe de mes ieuls.
570 Il ont mon coer bien assené
Dou tout en tout a son talent.

Je ne desir certes mieus,
Car il est dou tout a mon gré.
Je me loe, etc..

575 Ensi me puist aidier Diex f. 5 c
Que de changier n’ai volenté
Ne n’avrai jour a mon vivant
Je me loe, etc.



Ensi li chevaliers s’esbat,
580 Qui est entrés en grant debat
Pour l’amour la jone Hermondine.
Conceü en a la doctrine,
Le maniere et le frisce arroi,
Et dist que pour la fille au roi
585 D’Escoce sera tres jolis.
Quant il se fu la rafrescis
A la fontainne gente et belle,
Dont moult clere estoit la gravelle,
II se parti sus l’ajournée
590 Et chevauca de randonnée
Les adreces parmi le bois.
Revenus s’en est a Camois.
Or vous conterons l’ordenance
De Florée et quele attemprance
595 Elle mist en celle besongne,
Si com celle qui moult bien songe
De l’onneur sa belle cousine.
Une heure dist a Hermondine :
« Or, cousine, entendés a mi.
600 « Chilz messires Camelz qui ci
« A esté ja de puis .i. mois,
« Ensi que vous savés, .ii. fois
« S’est de vous tous enamourés ;
« Car j’ai moult bien considerés
605 « Les samblans de lui et l’afaire.
« Cousine, vous n’avés que faire
« De penser a lui nullement.
« Si vous prie tres chierement. f. 5 d

« Pour vostre honneur et mon amour,
610 « S’il avient de nuit ou de jour
« Que vous aiiés de li nouvelle,
« N’i arrestés noient, com celle
« Qui est fille de hault parage
« Et hoirs de moult biel hiretage.
615 « Car ja ne venra jusc’a vous :
« A refuser fait entre tous
« Les chevaliers que je cognois,
« Comment qu’il soit et Ions, et drois,
« Et chevaliers de belle taille,
620 « Et fors pour faire une bataille :
« II a en lui si grant reproce
« Que ja la fille au roi d’Escoce
« N’ara tant que creüe en soie,
« Et, se le fourfet vous disoie,
625 « De lui et la condition,
« Jamais jour vostre entention
« N’i metteriés ne tant ne quant ;
« Mais je m’en tairai maintenant
« Et vous dirai que vous ferés.
630 « D’or en avant vous userés,
« Par mon conseil, je vous en pri,
« Si com avés fait jusc’a ci.
« Se chiés nous se vient plus esbatre,
« Tout ce ne li quier plus debatre
635 « Pour men honneur et par vinage ;
« Mais vous arés un tel usage
« Que, pour brisier tout ce qu’il pense,
« Plus ne venrés en sa presense
« Et je vous escuserai bien. »
640 Hermondine, qui nul engien
D’amours n’avoit encor en li,
A sa cousine respondi : f. 6 a
« Certes, cousine, je me voel
« Adonner dou tout a vo voel,

645 « Et vous pri que me reprendés
« Sus l’estat que vous m’aprendés,
« Car je suis o vous pour aprendre,
« Endoctriner et a reprendre,
« Ne point je ne pense a tel chose.
650 « J’aroie ossi chier une rose
« Que l’amour de nul chevalier.
« Se je l’ai peüt recueillier
« Liement en vo compaignie,
« Pour ce, voir, n’i pensoie mie
655 « Non plus que j’ai fait .iii. ans a. »
Florée a tant la le laissa
Qui se tient pour toute avisée
Que, si Camelz sus la contrée
Cevauce et jusqu’a laiens viegne,
660 Elle voet que bien li souviegne
De ce qu’elle a compté et dit.
Oïl ! Puis ne targa petit
Que messires Camelz s’en vint
Chevaucant, et le chemin tint
665 De Montgriès, et vint a la porte.
La damoiselle, qui fu forte
De son pourpos, le fist ouvrir ;
Mais sa cousine fist issir
De la voie, et tantost entrer
670 En une cambre et enfremer.
Florée recueilli moult biel
Le chevalier en son chastiel,
Li quelz demanda d’Ermondine,
En disant : « Ou est vo cousine ?
675 « Pour quoi ne se tret elle avant ? »
Et Florée li met devant f. 6 b
Qu’elle est malade et dehetie,
Et l’a esté celle nuitie
Si fort que sus l’ain d’estre morte.
680 Camelz de ce se desconforte

Et dist : « Certes, ce poise mi.
« Or me recommendés a li,
« Je vous en pri, car je m’en vois.
« Mes gens m’attendent en ce bois ;
685 « Je croi que nous y cacerons,
« Car la trace d’un cerf sieuons. »
Lors remonta incontinent.
Florée adonques molement
Le pria d’illuech demorer,
690 Car assés peut considerer
Ce ou jetté ot son avis.
Li chevaliers dont je devis
Se departi a celle fois,
Tous courouciés, et ce fu drois,
695 Car point n’avoit veü sa dame
Ou tout a rendu jusc’a l’ame.
Encores fust plus courouciés
S’il seuist bien tous les meschés
Que Florée li taille et brasse ;
700 Elle perderoit tost sa grasce.
Mais encor point ne s’i encline,
Ançois le tient pour sa voisine
Bonne, et propisce et gracieuse
Et en tous estas tres joieuse.


705
Messires Camelz retourna
En son chastel et sejourna
Un mois complet de puissedi,
C’onques de Camois ne parti.
Se n’estoit il point a son aise.
710 On ne li fait riens qui li plaise f. 6 c
Tant est fort merancolieus.
Le plus du jour voet estre seulz.
La se devise et si propose
Comment il fera ne quel cose,

715 Ne quel contenance au voir dire,
Soit de parler ou par escrire,
A celle fin, au dire voir,
Que Hermondine puist savoir
Comment tres ardanment il l’aimme.
720 A la fois homs couars se claime,
Quant il ne li a pieça dit,
Ou fait a Florée un despit
Qui en est toute gardiiene.
Tout ensi Camelz amoiene
725 Ses coses et fait ses debas.
Ce seroit uns moult grans esbas
De li a chief de fois oïr :
Une heure se puet resjoïr
Et l’autre se plaint fortement.
730 Tout tel sont li demainement
D’un coer a boine amour rentier ;
Car si fait ne sont pas entier,
Mais de si diverse ordenance
Que point ne scet mettre attemprance.

 
735
Ou chief du mois li chevaliers
Qui estoit corageus et fiers,
Et homs de tres grant hardement,
S’en vint a Montgriès rudement,
Et s’arresta devant la porte
740 Qui estoit moult belle et moult forte,
Et close pour l’eure et barrée
Par l’ordenance de Florée.
Messires Camelz appella
Les gardes, et vinrent la, f. 6 d
745 Qui doucement a li parlerent
Et en parlant lui demanderent
Qu’il voloit. Il dist : « Je voel ens. »
Adont respondirent les gens

Dou chastiel com tout pourveü,
750 Par l’enort qu’ils orent eü
De leur dame, et dirent : « Cier sire,
« Tant qu’en present, nous n’osons dire
« Que ceens entrer vous doiiés,
« Ne qu’ossi banis en soiiés.
755 « Diex nous en gart, ossi no dame !
« Mais, monsigneur Camel, par m’ame,
« A toutes coses, a raison,
« Nous tenrons close la maison
« Tant que no dame qui au lit
760 « Gist dehetie et non petit,
« Mais de la fievre moult grevée,
« Sera en santé relevée.
« Si vous poés sur ce partir,
« Et un aultre jour revenir.
765 « Elle vous veroit volentiers,
« S’aler pooit sus les sentiers :
« De ce devés tous segurs estre. »
Et quant li chevaliers ot nestre
Tels parlers et jetter en place,
770 Saciés que pas ne s’en solace.
Bien voit qu’il a perdu sa painne.
Adont a il repris l’alainne
Et dist : « Et ou est sa cousine,
« Ceste que on nomme Hermondine ? »
775 Et cil respondirent en l’eure :
« Par foy, monsigneur, elle pleure
« Dalés le lit de nostre dame
« Qui ne voelt avoir aultre femme f. 7 a
« Que sa cousine a camberiere ;
780 « Car trop miex cognoist sa maniere
« Que nulle aultre qui ceens soit. »
Et, quant messires Camelz voit
Que l’une ne l’autre n’ara,
Les gardes adont rappella

785 Et dist : « Signeur, j’ai une lettre
« C’uns chevaliers pot l’autrier mettre
« Ciés moy et laissier en ce nom,
« Qui s’adrece en ceste maison,
« Et me pria trop grandement
790 « Que je volsisse temprement
« Cestre lettre ci apporter.
« Adont li alai demander
« A qui ceens la bailleroie
« Et que volentiers je feroie
795 « Son message sans nul dangier,
« Ensi que pour lui adrecier.
« Il me dist, et se m’en fist signe,
« Qu’elle venoit a Hermondine,
« La fille au roy Hermont d’Escoce.
800 « Je ne sçai mie s’elle ot ce,
« Mais saciés que je di tout vrai.
« Ceste lettre vous baillerai
« Et vous li baillerés ossi.
« Mais d’une cose je vous prie,
805 « Que ce soit en sus de vo dame,
« Car cilz par qui je l’ai, par m’ame,
« Me pria moult estroitement
« Qu’elle l’euist secretement,
« Car nouvelles de son pays
810 « Y a grandes, j’en suis tout fis. »
Et cil respondirent en l’eure :
« Sires, jettés les par deseure f. 7 b
« Ces mures, nous li baillerons,
« Et tout ensi nous li dirons
815 « Que recordé nous avés ci. »
— « Voires, signeur, je vous en pri,
« Dittes li que si bien s’esconse
« C’a nullui n’en face response
« Fors a moy, car li chevaliers
820 « Les ora trop plus volentiers

« Par moy que par aultre message. »
Et cil respondent comme sage :
« Sire, nous ferons vo voloir
« Bien et a point sans remanoir.
825 « Ça la lettre. » Et Camelz lor lance,
Qui le mist au bout d’une lance.
Tant fist qu’il l’ont et qu’il le tiennent,
Et puis oultréement maintiennent
Qu’il s’en acquitteront tres bien.
830 Li chevaliers, sus ce moiien,
Est reconfortés grandement,
Se part d’illuech, et congiet prent.
Et puis si s’est mis au retour,
Et dist bien que dedens brief jour
835 Il revenra oïr nouvelles. [4]
Soient pour lui laides u belles,
Jamais ne laira ceste en pais,
Pour qui encargiet a tel fais,
Qu’il en sera, ce dist, plus preus,
840 Plus liés et trop plus amoureus.



Sitost que messires Camelz
Se parti, si com vous savés,
De Montgriès et se trest arriere,
Florée vint a le bariere
845 Et va ses gens en parler mettre.
Tantost on li bailla la lettre, f. 7 c
Car requeste en fist de l’avoir.
Si en ot moult grant joie, voir,
Et dist en soy : « Or, savons nous
850 « Les secrés et les estas tous
« De ce Camel qui nous herie,
« Ne apriès quoi tant il varie

« Entour le chastiel de Montgriès.
« Bien me poroit estre trop priès
855 « Durs voisins, quant bien je m’avise. »
Lors s’en vient sus ceste devise
Hors de ses gens, et si appelle
Hermondine, et li dist : « Ma belle
« Cousine, c’or venés avant.
860 « Je voi une lettre tenant
« Qui s’adrece, ce dist Camelz
« A vous, je vous pri. Or tenés,
« Si la lisiés. Sans contredire,
« Vous le sarés, je croi, bien dire. »
865 Lors Hermondine prent la lettre,
Si l’uevre et va se entremettre
Dou lire par bonne ordenance.
Si disoit ensi la substance
Que Camels avoit ens escrit,
870 Si com vous orés sans respit :



« A vous, ma dame souverainne,
« Escris par parole certainne,
« Com cilz qui ne poet nuit ne jour
« Avoir ne repos, ne sejour,
875 « Que il ne pense a vous toutdis.
« En cel estat m’ont certes mis
« Vo vair oel, simple et attraiant
« Et vostre boucette riant,
« Vo gent corps, vo phisonomie
880 « Et la chiere joieuse et lie f. 7 d
« Qui m’a esté de vous moustrée.
« Plaise vous, ma dame honnourée,
« A savoir que j’ai jusc’a ci
« Vescu, mais onques ne senti
885 « Assaus d’Amours, fors pour vous, dame.
« Et, puis qu’il est ensi, par m’ame !

« Que conquis m’avés, je me rens
« A vous, et tels que je me sens,
« Fors et loyaus pour bien servir,
890 « Je me voel a vous asservir
« Et vorrai grans painnes de corps
« Endurer pour vous ens et hors.
« Et, pour ce que pas ne voi heure
« Que les grieftés u je labeure
895 « Et travelle mes esperis
« Ne puis moustrer, se je n’escris,
« Ne aultrement faire je n’ose,
« Par ceste simple lettre close
« Le vous segnefi vraiement,
900 « Mais c’est si cremeutesement
« Ç’a painnes l’ay jou osé faire.
« Mais considerés mon afaire,
« L’estat en quoi je vif et oevre.
« Il convient que je m’en descuevre,
905 « Car loyaument je ne puis plus
« Porter les assaus de quoi nuls
« Ne nulle ne me poet aidier,
« Et fust ore a men soushaidier,
« Fors vous, ma douce dame ciere.
910 « Si voelliés, sus ceste maniere,
« Regarder comment, un petit,
« Mon tres amoureus esperit,
« Qui est nuit et jour travilliés,
« Soit aucunement consilliés, f. 8 a
915 « U par lettre, u par aultre voie.
« Et, a fin ossi mieulz c’on voie
« Que de bonne amour sui espris,
« Avoech ces lettres que j’escris
« J’ai mis .i. rondelet chi bas,
920 « Ou souvent au canter m’esbas,
« Pour vous, ma dame souverainne.
« De ce soiiés toute certainne :


Rondel.

Par ma foy, j’ay tres grant merveille
Comment mon coer poet endurer
925 L’anui qu’il a
De ce que pieça je ne vous vi.

Car, sans vous, qui n’avés parelle,
Ne poet il nullement durer
Ne cha ne la.
930  Par ma foy, etc.

Si saciés, ma rose vermeille,
Que vous porés tout amender,
Quant vous plaira ;
Mais que vous souviegne de mi. [5]
935 Par ma foy, etc. »



Onques en la lettre lisant,
La quele je vous voi disant,
Hermondine riens ne falli.
Florée le prist et cloÿ,
940 Qui n’en ot mies trop grant joie.
Nonpourquant elle met en voie
Sa cousine dou demander
Quel cose l’en pooit sambler ;
Et celle qui moult jone estoit
945 Respondi qu’elle ne savoit,
Ne savoir ne voet en grant temps,
Et que cilz pert tous ses rommans,
Qui d’amer par amours le rueve. f. 8 b
Et quant Florée ensi l’esprueve

950 Au parler, si l’en scet grant gré,
Et dist : « Il nous faut en secré
« Tenir tout ce, belle cousine.
« Bien avoie veü le signe
« De ce chevalier l’autre fois,
955 « Messire Camel de Camois,
« Qu’il avoit assis son avis
« Sur vous ; en veci le devis
« Tout ensi que je le pensoie.
« Or fault en avant que je soie
960 « Moult songneuse de ce chastiel.
« Plus n’irons dedens ce praiel
« Esbanoiier pour les perilz,
« Car par trop est outrageus cils
« Chevaliers qui vous voet amer ;
965 « La ne me poroie acorder.
« Il n’est pas parelz contre vous,
« Siques, cousine et fins coers doulz,
« Ne pensés a lui nullement. »
Et ceste respont bonnement :
970 « Ma cousine, ossi ne ferai,
« Ne nulle volenté n’en ay.
« Je vous crerai, car c’est raison,
« Quant je demeure en vo maison. »



Florée n’est pas a son aise,
975 Pour voir, comment qu’elle se taise,
Car les perilz trop fort ressongne
Dou chevalier dont elle a songne,
Pour ce que outrageus le sent
Et homme de grant hardement.
980 Volentiers veroit sans reproce
Que ses oncles, li rois d’Escoce,
Euist sa fille en son paÿs. f. 8 c
Ne demora puis des jours .vi.

Que ses peres .i. soir revint,
985 Et avecques li plus de .xx.
Chevaliers et tous Escoçois,
Les quels la envoioit li rois
D’Escoce deviers sa cousine
Et pour remener Hermondine,
990 Sa fille, qu’il n’avoit vers li
Eü bien .v. ans et demi.
Or estoit sa guerre achevée
Et pour lui si tres bien portée
Qu’a honneur en estoit issus.
995 Si ne voet que elle soit plus
A Montgriès, mais le voelt ravoir,
Et tout ce fait il a savoir
A Floré[e] par son chier pere.
Grandement l’en pleut la matere
1000 Et en respondi erranment,
En disant : « Il est vraiement
« Bien saison qu’elle s’en revoise. »
Adont li chastiaus se renvoise
Pour l’amour des dis Escoçois.
1005 Au matin fu près leurs arrois
Et tous li estas d’Ermondine.
Au chastiel moult matin on disne,
Puis monterent li chevalier
Qui vont moult bien apparillier,
1010 Sus une hagenée amblant,
Hermondine au tres doulz samblant.
A monsigneur lor congiet prendent
Et a Floré[e] les mains tendent.
Dont se partent, et si s’en vont.
1015 De Montgriès tost eslogié sont. [6]
Florée n’a de plorer cure, f. 8 d
Mais bien tient a belle aventure,
De ce que, sans grief et sans painne,
Sa cousine arriere on enmainne, [7]


1020
Que dira messires Camelz,
Quant de ce sera enfourmés
Que la belle Hermondine enmainnent
Les gens son pere qui se painnent
De li honnourer et servir,
1025 Sans nulles nouvelles oïr
De quoi il attendoit response ?
Bien dira : « Li solaus esconse
« Sus moy a heure de midi. »
Messires Los fu, ce vous di,
1030 Liement veüs de sa fille
Et de chiaus de son domicille,
Car bien avait .iii. ans et plus
Demoret de Montgriès ensus.
Li chevalier ossi d’Escoce
1035 Mainte riviere, et mainte boce
De montaigne, et tamainte lande
Passerent en Norchombrelande,
Et puis en leur pays rentrerent.
Le roy a Signandon trouverent,
1040 .I. chastiel qui est biaus et fors.
Toutes gens vuidierent dehors
Pour venir encontre Hermondine.
Se li moustrerent tous grant signe [8]
D’amours, et ce fu bien raison.
1045 Resjoÿe fu la maison
Et les gens a sa revenue.
Ses peres qui ne l’ot veüe,
Bien avoit .v. ans et demi,
Moult doucement le conjoÿ,
1050 Et le tint de lui moult proçainne, f. 9 a

Et li dist : « C’est cose certainne,
« Ma fille, marier vous fault ;
« Mais ce sera en lieu tres hault,
« Car j’en ay ja esté priiés. »
1055 — « Monsigneur », dist elle, « or oiiés :
« En vos commandement sui toute,
« Mais ostés moy de celle doubte,
« Car pas marier ne me voel.
« Si ne voel jou, oultre vo voel,
1060 « Riens faire, quoi que je parolle. »
— « Ma fille, vous n’estes pas fole »,
Ce respondi li rois Hermons.
Un peu de la belle lairons,
De son pere et des Escoçois,
1065 Et dou chevalier de Camois
Parlerons et qu’il li avint,
Et comment depuis se maintint.



Messires Camelz qui tendoit,
Et qui nuit et jour attendoit
1070 Que response euist de sa lettre,
Se va .i. jour a cheval mettre.
Si prent ses chiens et ses levriers,
Ses brakes et ses loiemiers,
Et se met en droite ordenance
1075 Pour cacier, il y a fiance,
A .i. cerf qui est en ses bois ;
On y a visé puis .i. mois.
Il est montés et puis partis.
Grandement gist ses apetis
1080 Que li cers ait coursée et cace
Jusc’a Montgriès, et voet c’on sace,
Que droit la le vodra attaindre
Et nulle part ailleurs constraindre.
Par petis ciens partir le fait f. 9 b

1085 Des bois pour venir à son fait.
Li cers a pris errant la lande
Et les plains de Norchombrelande.
Li chevaliers, qui fu montés
Grandement a ses volentés
1090 Pour courir .i. jour tout entier,
Ne voet mies a ce premier
Le cerf cacier dou mielz qu’il puet.
Il ne keurt pas ensi qu’il suet,
Mais par avisée attemprance
1095 Le poursieut par bonne ordenance.
Establis avoit en devant
Ses chiens, et arriere et avant,
Qui le cerf devers Montgriès mainnent.
Tout le jour si bien le pourmainnent
1100 Qu’il vint morir devant la porte
De Montgriès, et la prise morte
Sonna Camelz moult hautement.
Messires Los, qui proprement
Estoit adont en son chastiel,
1105 Dou son oïr ot grant reviel ;
Celle part vint a la couverte.
Contre lui fu la porte ouverte ;
Monsigneur Camel recogneut,
Car aultre fois bien veü l’eut.
1110 Si l’appella et conjoÿ,
Et messires Camelz ossi.
La ont fait grans recognissances,
Et couvint sur ces ordenances
Messire Camel de Camois
1115 Laiens entrer a celle fois,
Et, avoecques monsigneur Lot
Qui joie de sa venue ot,
Souper. Et la estoit Florée, f. 9 c
Qui n’est mies trop esplorée
1120 De ce que n’a plus sa cousine

Avoech soy, car bien voit le signe
Que Camelz ne vient pour el la.
Messires Los si enparla,
Car ensi cheï en matere,
1125 Ossi dou roy Hermont son pere,
Comment remandée l’avoit.
Camelz de ce riens ne sçavoit ;
Mais, quant il en sceut le certain,
Onques de puis ne vin, ne pain,
1130Ne cose salée ne douce,
Ne mist la a table a sa bouce.
Florée moult bien s’en prent garde,
Car a chiés de fois le regarde
Et messires Los autressi.
1135 Quant il orent soupé ensi
Qu’il apartient en liu notable,
On lava, puis ostan le table.
Messires Camels, qui fu la,
Moult grandement remercia
1140 Monsigneur Lot de ce souper.
Congiet prent, car il voet monter,
Ce dist, ne plus ne voet attendre.
Adonques veïssiés entendre
A lui et apporter le vin ;
1145 Il monta sans mettre y termin.
De Montgriès part, non pas si liés
Qu’il y vint, segur en soiiés.
A painnes peut il au partir
Prendre congiet, ne bouce ouvrir,
1150 Especialment a Florée.
Or chevauce de randonnée
Messires Camelz de Camois. f. 9 d
De puis ne demora .i. mois
C’a Montgriès envoia arriere

1155 Une siene cousine ciere,
Et tant seulement pour parler
A Florée et li remoustrer
Que trop mal esploitié avoit,
Quant sa cousine qu’il veoit
1160 Volentiers, sans nulle reproce,
Elle a renvoiiet en Escoce,
Et tout ce fait en son despit
Qu’il ne tient mies a petit,
Mais a grant et a oultrageus.
1165 Et quant jeué a de telz jeus,
C’est bien drois qu’elle le compere,
Et se le fera a son pere
Comparer, qui est ses voisins.
Ne pour parens, ne pour cousins
1170 Qu’il ait, ne laira ne le face,
S’on ne fait revenir en place
Hermondine, ensi que devant.
La damoiselle, je m’en vant,
Quant venue fu a l’ostel
1175 De Montgriès, lors, de par Camel,
Fist son message bien et biel.
Onques personne dou chastiel
N’en seut rien, fort que seul Florée, [9]
Qui n’est pas trop assegurée,
1180 Puis que Camelz se met en voie
Quant telz parolles li envoie.
Mais elle, a ce commencement,
S’en escuse moult doucement,
Et dist que, se Diex li aÿe,
1185 Onques a nulle villonnie
Par dessus Camel ne pensa, f. 10 a
Et c’au jour que on remanda
Sa cousine que moult amoit

Dalés li noient n’en savoit ;
1190 Comment que elle die bien,
Sans sur ce escuser en rien,
Qu’elle l’a plus chier en Escoce,
Pour tout[e] doubte de reproce,
Qu’elle n’ait briefment dalés li.
1195 Sus la response se parti
La damoiselle de Florée
Et s’en revint en la contrée
De Camois et devers Camel,
Qui n’attendoit nulle riens el
1200 Fors response, et il l’eut en l’eure.
Quant il l’a, trop bien le saveure
Et dist que, sus ceste escusance,
Mettera il aultre ordenance,
Car tout cler y voit le deffaut
1205 Et bien scet que Florée faut.



Depuis ne demora granment
Que cilz Camelz qui ardanment
Aime la fille au roy Hermont,
Ensi que courous le semont,
1210 Prist ocquison et qui fu tele
Que pour faire guerre mortele
A monsigneur Lot dessus dit,
Et li manda qu’un grant despit
Avoient fait ses gens as siens,
1215 Et que moiiene ne moiiens
Ja ne s’en essonnieroit
Jusc’a tant c’amendé seroit.
Et sur ce le fist deffiier,
Et prist tantost a chevaucier
1220 Sur lui, et entra en sa terre, f. 10 b
Et li fist une forte guerre,
Tele que d’occire ses gens.

Messires Los en fu dolens
Lors qu’il en oÿ les nouvelles,
1225 Erranment fist mettre ses selles.
Si monta et si fist monter
Chiaus de Montgriès sans arrester.
Si se misent lors sus les camps
Pour contrester as chevaucans,
1230 Qui ce despit fait leur avoient.
Les gens de Camel, qui estoient
Plus assés ne fuissent li aultre,
S’en vinrent lors lance sur fautre
Sur les gens de monsigneur Lot,
1235 Et la moult bon puigneïs ot,
Fort, et dur et bien rencontré.
Tout ensemble s’en sont rentré
En .i. pré ; la se combatirent
Longement, et moult d’armes firent,
1240 Et la fu moult bons chevaliers,
Messires Los a ce premiers,
Et tamaint en jetta par terre.
Mais encores de celle guerre
Messires Camelz passa route.
1245 Nullui n’a la qui ne le doubte,
Car il donne les cops si grans,
Qu’il n’est la ne villains, ne frans,
Qui grandement ne le ressongne :
II se fait chiés de la besongne.
1250 Sur monsigneur Lot est venus,
As bras le prent ; huimais n’est nulz
Qui le puist de ses poins oster.
Mies ne le voet afoler
Ne occire, ne mehagnier, f. 10 c
1255 Mais prendre vif a prisonnier.
Si fort son hÿaume li tire
Que les las desront et descire.
Telement le manoie as mains

Que messires Los ne puet ains.
1260 Rendus s’est, plus ne voet combatre.
Qui veïst adonques abatre
A monsigneur Camel ces gens,
Dire peuist chilz : « Chi est gens
« Et chevaliers de grant proece. » [10]
1265 Briefment la besongne s’adrece
Pour lui et la journée est sienne.
Las ! que dira la terriienne
De Montgriès, quant elle sara
Que li siens peres pris sera
1270 Et desconfie sa gent toute ?
Elle entera en double doute.
Messires Camelz, je vous di,
Chiaus de Montgriès la desconfi,
Et les mist en fuite et en cace,
1275 Et si fu pris dessus le place
Messires Los et de sa main,
Dont se retourna tout le plain
Et repassa parmi les bois.
Si rentra par dedans Camois
1280 Ou moult avoit forte maison.
En une tour mist en prison
Monsigneur Lot, pere a Florée
Qui est durement esplorée.
Quant elle en oÿ la nouvelle,
1285 Ses mains tort la bonne et la belle.
Si se demente et dist en soy :
« Ce grant destourbier je reçoi
« Tout pour l’amour de ma cousine. f. 10 d
« A male heure vint Hermondine
1290 « Demorer cheens avoech mi,
« Quant je pers mon pere par li ! »



Ensi fu mis en une tour
Messires Los, qui a l’estour
Avoit esté par Camel pris.
1295 Cilz Camels, comme tout espris
De courous et de mautalent,
Cevauce encores moult souvent
Dessus la terre de Montgriès
Et en tient les hommes si priès
1300 Que il ne s’osent a moustrer,
Aler as camps, ne labourer,
Ne issir de la forterece.
A le fois son langage adrece
A pluiseurs et leur dist ensi,
1305 Quant il les tient en sa merci :
« Or en alés devers vo dame
« Et se li dittes que, par m’ame,
« S’elle voloit, vous ariés pais,
« Et vous seroie tres parfais
1310 « Bons voisins, de nuit et de jour,
« Et tout ce poet a son honneur
« Faire par bonne entention ;
« Mais s’elle tient l’oppinion
« Qu’elle a en devant maintenue,
1315 « Qui sur vous me muet et argüe,
« Je vous ferai pour tous jours guerre,
« Et tous les hommes de sa terre
« Occirai sans a merci prendre
« Et, sans jamais son pere rendre,
1320 « Morir le ferai en prison. »
Cil qui ooient la raison
De ce Camel ensi compter, f. 11 a
S’en venoient sans arrester
Devers leur dame et li disoient
1325 Tous les parlers c’oÿs avoient.
Si eut en bien courte saison

Tamainte imagination
Florée sur tous telz devis,
Car son pere veoit envis
1330 En prison par devers Camel,
Et si le sentoit moult bien tel
Que ja, en nul jour de sa vie,
II ne li feroit courtoisie
Puis que la arrestés estoit ;
1335 Et ses gens nuit et jour ooit
Qui ploroient et lamentoient
Et qui mains jointes li prioient
Qu’elle vosist a ce descendre
Que devers ce Camel entendre,
1340 Par quoi a pais venir peuissent
Et que leur signeur il reuissent.
Grant pité en avoit la belle.
Lors s’avisa la damoiselle
D’un avis par grant ordenance,
1345 Car sus certainne assegurance
Qu’elle fist prendre au dit Camel,
Elle parti de son hostel,
Et s’en vint la ou mis avoient
La place et parler il devoient.
1350 Quant elle vit le chevalier
Qui si fort le puet travillier,
Si parla a lui bellement,
Et dist : « Camel, moult malement
« Et sans aucun title de guerre
1355 « Grevés vous ma gent et ma terre. f. 11 b
« Vous ne faites pas gentillece.
« Toutes fois pour mettre y adrece,
« Dittes quel cose vous volés,
« Par quoi mon pere me rendés
1360 « Que vous tenés en vo prison. »
Et cilz, qui s’ot mettre a raison,
Respont et dist : « Je le ferai

« Volentiers, et le vous dirai.
« Florée, vous devés savoir
1365 « Que se pais vous volés avoir,
« Il vous fault en Escoce aler
« Et a Hermondine parler,
« Et tant faire par vo pourcas,
« Soit pour li biaus u lais li cas,
1370 « Que elle s’acorde envers mi
« Et qu’elle me tiegne a ami,
« Et non a ami seulement
« Mais a mari certainnement.
« Bien sçay qu’elle vous aime tant,
1375 « Qu’elle s’acordera errant
« A vo gré, il n’est mie doubte.
« Et se je l’ay, vo terre toute
« Et vous tenrai en grant cierté,
« Et raverés pour verité
1380 « Vo pere, et vous serai voisins
« Tres bons et a tous vos cousins.
« Et s’en ce le contraire voi,
« Je vous jure bien, par ma foy,
« Que jamais ne serés sans guerre
1385 « Et vous todrai toute vo terre.
« Eslisiés le quel que volés
« Et vostre entente en respondés. »
Lors respondi Florée, en l’eure,
Qui voit bien que cilz au deseure
1390 Est de sa guerre, et qu’il le tient f. 11 c
En dangier, dont trop fort le crient :
« Certes, Camel, merveilles dittes.
« Ce ne sont pas coses petites
« Que vous demandés maintenant,
1395 « Qui volés, par tel couvenant,
« Avoir amie et ossi femme,
« Qui est ores si gentil dame
« Et fille de si noble roy.

« Prendons que je voise vers soy
1400 « Et li recorde vostre entente,
« Elle en sera triste et dolente
« Et me respondera, espoir,
« Que pas n’en est a son voloir,
« Mais au voloir dou roy son pere,
1405 « Et qu’elle est jone, et n’a matere
« Nulle d’amer par tel corage,
« Ne d’entrer en nul mariage.
« Si vous pri, voelliés aultrement
« Viser, car tout ce, vraiement,
1410 « N’est mies cose qui se taille. »
Dist Camel : « Or adrece ou faille,
« Je voel que deviers li alés,
« Et que telement l’enparlés
« C’a vo retour je m’en perçoive,
1415 « Par quoi mes coers joie en reçoive,
« Qui pour s’amour vit en grant painne.
« Florée, c’est cose certainne,
« Se vous volés, ce se fera.
« S’il ne se fait, mal vous ira.
1420 « Aultre cose n’arés de mi. »
Adont Florée respondi :
« Voelliés dont, sus ceste ordenance,
« Mettre en tres bonne assegurance
« Ma terre. » Et Camelz respont lors : f. 11 d
1425 « Je vous jur, la foy de mon corps,
« Que, si tost que serés partie
« Pour aler en celle partie,
« Ou je vous ordonne d’aler,
« Vous n’orés ja de moy parler,
1430 « Ne des miens, que riens on vous face
« Jusques au jour qu’en ceste place
« Ou nous sons, m’en ferés response. »
Florée, qui se voit semonse
Et priie moult chierement,

1435 Acorde a Camel erranment
Que elle fera ce voiage.
Adont n’i eut plus de langage.
Il se partent ; cescuns retourne.
Florée a l’endemain s’atourne
1440 Pour aler par devers Escoce.
Sa besongne si bien approce
Qu’elle se part au matinet.
Toute sa terre en segur let,
Car Camelz l’avoit ensi dit,
1445 Qui jamais ne l’euist desdit.



Or s’en cevauce en bon arroi
Florée qui en mainne o soy
Ciunc escuiers et .iii. pucelles.
Elle porte assés grans nouvelles
1450 En Escoce et a sa cousine.
Saciés, entrues qu’elle chemine,
Elle n’est pas trop resjoïe,
Car sa terre lait esbahie
Et son pere en moult dur parti.
1455 Mais si tost que elle parti
De Montgriès, en ce propre jour,
Messires Camelz, sans sejour,
Fist mettre son pere a larghece, f. 12 a
Et pooit en la forterece,
1460 Tout par tout, aler et venir
Sans constrainte et sans point tenir.
Et li faisoit grant compagnie
Cilz qui li disoit, a le fie :
« Messires Los, messires Los,
1465 « Se vo fille esploite a ces cos,
« A mon gré, la ou je l’envoie,
« Je vous ferai si large voie
« Que vous rirés en vo maison,

« Sans plus retourner en prison,
1470 « Et amenderai le damage
« Que j’ai fait en vostre hyretage,
« Dou tout a vo seule ordenance. »
Messires Los, sans detriance,
Respondoit : « Oïl, se Dieu plest,
1475 « Je le désir, voires, se c’est
« Cose qui a s’onnour attiegne ;
« Mais je di et vous en souviegne
« Que se la cose, par nul tour,
« Touchoit ores a deshonnour,
1480 « A ma fille ossi et a moy,
« J’aroie plus chier, par ma foy,
« En vostre prison ci morir.
« De tant voel jou honnour cerir. »



Ensi se tient dedens Camois
1485 Messires Los a celle fois.
Prisonniers est ; il n’en poet ains.
A ce est jurés et constrains.
Et sa fille forment approce
La ditte contrée d’Escoce.
1490 De Montgriès jusc’a Signandon
.V. grans journées y compte on.
D’esploitier fist si son devoir f. 12 b
C’a Signandon s’en vint .i. soir
Ou elle fu bien recueillie
1495 Dou roy et toute sa mesnie.
Sa cousine vint contre li
Qui grandement le conjoÿ.
Faire ne voel nulz parlemens
Des amoureus approcemens
1500 Dont entre yaus la se recueillierent ;
Mais de ce qu’elles consillierent,
Par ordenance belle et douce,

Parlerai, car forment il touce.
Lorsque Florée fu venue,
1505 Hermondine, bien pourveüe
De parler, se li demanda :
« Ma cousine, comment vous va ?
« Que fait mon oncle ? Est il hetiés ? »
Respont Florée : « Uns grans meschiés
1510 « Li est soudainnement venus
« En vo nom, et ne l’en poet nulz
« Delivrer, fors vous seulement. »
— « Pour moi ! » — « Voires, certainnement. »
— « Et dont vient, ce dittes le tos. »
1515 Et Florée reprent ses mos,
Et dist : « Volentiers, ma cousine,
« Cilz Camelz a la male estrine,
« Qui l’autrier vous tramist la lettre,
« Nous poet en trop grant dangier mettre,
1520 « Car mon pere tient en prison,
« Et se n’i scet autre raison
« Dire, ne aleghier ossi,
« Hors tant qu’il moustre et dist ensi
« Qu’il vous aime si ardanment
1525 « Que durer ne poet nullement,
« Se de vous n’est reconfortés, f. 12 c
« Et de ce est tous enhortés
« Que deça estes retournée.
« Sitost que il sceut la journée
1530 « Que partesites de Montgriès,
« II vint courir sur nous si priès
« Qu’il occist no gent a no porte.
« Mes peres, en cui pas n’est morte,
« Encores grant chevalerie,
1535 « Issi hors et sa compagnie,
« Et cuida son honte vengier.
« Mais Camelz le vint calengier
« Et le combati telement,

« Que mon pere finablement
1540 « Fu pris et mort cil de sa route.
« Depuis m’en a mis a grant doubte,
« Car il disoit qu’il l’ociroit,
« Et tous les jours le me mandoit
« Par qui que fust en mon castiel,
1545 « Voires, se je a son appiel
« Ne voloie dou tout descendre.
« Cousine, il me couvint entendre
« A ses trettiés. g’i entendi
« Briefment. Il m’envoie a vous ci,
1550 « Et dist c’avoir vous voet a femme.
« S’il ne vous a, il jure s’ame
« Que il occira mon chier pere.
« Il est bien de tele matere,
« Que, s’au retour je ne li porte
1555 « Aucune riens qui le conforte,
« Il le fera sans nul respit,
« Car il a pris en grant despit
« Ce qu’il ne sceut vo departie.
« Sus cel estat me sui partie,
1560 « Que je li ay juré, pour voir, f. 12 d
« Que j’en ferai tout mon pooir.
« Ensi va com je vous devis.
« Si en avés sur ce avis. »



Quant Hermondine au corps parfait
1565 Ot sa cousine qui li fait
Telz recors, s’en fu esbahie.
Nonpourquant, com bien consillie,
Respondi et li dist ensi :
« Pour voir ceste matere ci,
1570 « Ma cousine, qui est si grande,
« Conseil de .xv. jours demande.
« Vous demorrés par dalés moy.

« Nous nos devons amour et foy.
« S’en parlerons et viserons
1575 « Comment user nous en porons.
« Le pis que voi en la besongne,
« Et que plus je crieng et ressongne,
« C’est qu’il tient en prison vo pere
« Lequel j’ains, j’en ay bien matere :
1580 « C’est mon oncle et si m’a nouri,
« Doucement, .v. ans et demi.
« S’en sui tenue grandement
« A faire tout avancement,
« Mettre y conseil et ordenance
1585 « Et sus cel estat attemprance.
« Ançois ne me marieroie
« Jamais, se ravoir le poroie,
« Qu’il usast sa vie en prison.
« Il nous venra quelque raison
1590 « En avis, dedens le termine
« Que vous serés ci, ma cousine :
« Si vous confortés, je vous pri. »
Respont Florée : « Je l’otri.
« Diex nous aidera, voirement, f. 13 a
1595 « Et de ce que si sagement
« M’avés respondu, j’en suis toute
« En parti ostée de doubte. »



Ensi fu dedens Signandon,
Ou moult a jolie maison,
1600 Florée .xv. jours entiers.
Moult l’i veoient volentiers
Li rois, sa fille et tout li homme
De la terre qu’Escoce on nomme.
O sa cousine se tenoit
1605 A qui souvent parlementoit
De ce Camel et de son pere,

Et c’estoit assés grant matere ;
Car, le terme que la se tint
Florée, par .v. fois avint
1610 C’on le requist de mariage,
Homme vaillant, poissant et sage :
Li .iii. estoient fil de roy,
Et de dus estoient li doy.
Et proprement li rois Hermons,
1615 Comme fort priiés et semons
Pour sa fille, en ot grant conseil,
Et fu si priès de l’appareil
Que pour mettre les mains ensamble,
Mais Hermondine, ce me samble,
1620 Brisoit tout et disoit ensi :
« Mon chier pere, pour Dieu merci !
« Que volés vous faire de moy ?
« Trop sui jonete, par ma foy,
« Pour entrer en ce mariage.
1625 « Je n’i ai ne goust, ne corage,
« Car ce m’est uns fais trop pesans.
« Encores n’ay pas .xiiii. ans :
« Je sui voir trop mole et trop tendre. f. 13 b
« Laissieme encor .i. peu attendre
1630 « Tant que soie plus eagie
« Et a ce faire encoragie.
« Vos me poriés a le mort traire
« Par moy en cel estat attraire
« Oultre mon gré, saciés le bien ;
1635 « Car je le crieng sur toute rien.
« Se morte estoie, en vo vivant
« N’ariés jamais le coer joiant.
« Tant say jou bien que vous m’amés.
« Vo belle fille me clamés,
1640 « Or me tenés donc dalés vous. »
Et quant li rois ooit telz doulz
Parlers trettiier a sa fille,

Et le veoit jone et gentille,
Sage en maintien et en arroi,
1645 Si disoit : « Ma fille, je croy,
« Vous avés cause et j’ay grant tort,
« Mais on me prie si tres fort
« De vous, que j’en suis tous honteus
« D’escondire a .i. ou a deus
1650 « Filz de roy qui sont mi voisin,
« Et mes gens sont a ce enclin
« Que pour pais et amour nourir
« Je vous vosisse a l’un plevir.
« C’est la cause qui m’en resveille
1655 « Et pour coy je vous en traveille ;
« Mais as prians responderai
« C’oultre vo gré riens n’en ferai. »



Hermondine ensi s’escusoit,
Qui Florée pas n’acusoit
1660 De son message envers son pere,
Mais tenoit bien ceste matere
Secrée et sa cousine ossi. f. 13 c
Jamais ne li euist, ensi
Que li fais aloit, recordé
1665 Comment Camelz, par le corps Dé,
A juret qu’il l’ara a femme,
Ou il fera damage et blame
A Florée ditte devant.
Nennil. Elle seroit avant
1670 Tout son eage a marier,
Ce voet elle bien affremer,
Que cilz secrés fust ja sceüs,
Ne de son pere cogneüs.
Bellement s’en porte et s’en cuevre,
1675 Mais hardiement s’en descuevre
A Florée quant vient a point,

En disant : « Ne m’espargniés point,
« Belle cousine, je vous pri,
« De trouver aucun tour joli,
1680 « Et de dire ossi a le fie
« Comment Camelz qui vous herie,
« Si com fait m’avés a savoir,
« Et qui me voet par force avoir,
« Poroit estre si apaisiés
1685 « Que vostre pere reuissiés,
« Mon cier oncle, dont je sui moult
« Couroucie, quant si estout
« Il a trouvé le chevalier ;
« Car bien me poés consillier.
1690 « Se de conseil mestier avoie,
« A vous avant en parleroie
« Qu’a nulle creature humainne,
« Qui m’estes cousine germainne. »
Lors dist Florée : « Puis trois jours,
1695 « J[e] ay visé des soutieus tours,
« Dont l’un je vous remousterai. » f. 13 d
Dist Hermondine : « Et je l’orai
« Volentiers, il n’est mies doubte,
« Et metterai ma painne toute
1700 « Au furnir, s’il m’est honnerables
« Et a vous bons et pourfitables. »



Ce dist Florée a Hermondine :
« Je vous di, ma belle cousine,
« Que pour ce Camel apaisier
1705 « Et a no fait remediier,
« Qui est grans et pesans assés,
« Il vous faurra, se vous volés,
« Faintement devers lui escrire
« Avoech ce que li porai dire,
1710 « De par vous, en nom d’amisté,

« Que vous avés consideré
« La grant amour dont il vous aime,
« Quant vos sers se rent et se claimme,
« Et que volentiers vous feriés
1715 « Grasce a lui, voires, se poiés ;
« Mais vous estes en l’ordenance
« Dou tout et en l’obeïssance
« Dou roy vo pere, c’est raisons,
« Et poet de vous faire ses bons,
1720 « Dou marier ou dou laissier.
« Tout ce ne li poés brisier ;
« Mais, pour ce qu’en bon espoir vive,
« Amours voet, qui vo cuer avive,
« Que vous y metés attemprance.
1725 « Vos orés par quele ordenance.
« Cousine, vous li escrirés
« Que s’il se sent chevaliers tels,
« Et preus, corageus et hardis,
« Il s’ordonne après vo devis :
1730 « Aultrement ne vous poet avoir. f. 14 a
« Car vous li ferés a savoir
« Que d’enfans de rois et de dus
« Bons et nobles, n’en nommés nulz,
« Estes vous requise et priie,
1735 « Et de vo pere heriie,
« Que vous voelliés a l’un entendre.
« De ce ne vous poés deffendre,
« Se ce n’est voir, par une voie,
« Laquele c’est drois qu’il le voie
1740 « Et que sus voeille regarder,
« Pour vostre honeur en ce garder.
« Vous vous escuserés en tant
« C’a vostre pere, non obstant
« Toutes priieres et requestes,
1745 « Il faut que de vous uns conquestes
« Se face, et que juré avés,

« En veu dou miex que vous savés,
« Que ja n’arés a mari homme,
« De quel estat c’on le renomme,
1750 « Soit poissant d’afaire ou d’arroi,
« Fils de duch, de conte ou de roi,
« Se trouvés n’est, dedens .v. ans,
« Li plus preus, et li plus vaillans,
« Et plus plains de chevalerie
1755 « Qui soit en ycelle partie,
« Voires, et par condition
« Que de ce fait election
« En la court dou bon roy Artu,
« Ou tant a noblece et vertu,
1760 « Sens, honneur et bonne ordenance ;
« Et cils, qui ara tel vaillance
« Qu’il sera li plus preus trouvés,
« En fin de queste, et esprouvés,
« Vous avra et nulz aultres non, f. 14 b
1765 « Et que vous avés en son nom
« Tout ce fait, jurés ent vo foy,
« Pour ce qu’il n’est pas filz de roy,
« Ne de duch, ne de hault afaire.
« Car, s’il se voloit avant traire
1770 « Pour vous rouver au roy vo pere,
« Il seroit tost, c’est cose clere,
« Reboutés contre les prians
« Dont requis est, riches et grans
« D’amis, de linage et de terre ;
1775 « Mais avoir vos poet par conquerre,
« Par proece, et non aultrement.
« Et li escrisiés bellement,
« Pour li mettre en oultrecuidance,
« Que vous avés bien tel fiance
1780 « En la proece de son corps,
« Que nulz chevaliers de dehors,
« Ne de dedens la Grant Bretagne,

« Ne de terre, tant soit estragne,
« Ne le passera de proece.
1785 « Cousine, n’i voi aultre adrece,
« Fors cesti, se Dix me doinst joie,
« Par quoi reconfortée soie
« Et de Camel assegurée,
« Le quel on crient en no contrée
1790 « Trop plus que nul homme vivant.
« Je le sench de tel couvenant,
« Si hardi et si outrageus,
« Et pour vous si fort amoureus,
« C’onques il n’ot de riens tel joie
1795 « Qu’il ara voir de ceste voie.
« Et s’il devoit estre en la painne
« Occis, c’est bien cose certainne,
« Voires, se l’entreprendra il. f. 14 c
« Ja n’i ressongnera peril,
1800 « Mort, aventure, ne lonc jour,
« Pour son honneur et vostre amour,
« Qu’il aime tant qu’il ne vit mie.
« Ensi ferés vous double aÿe,
« L’une a moy et l’autre a lui voir ;
1805 « Car lors que li ferés savoir
« Ceste ordenance, en verité,
« Si tres plains de prosperité
« Sera et de grant entreprise,
« Avoech ce que nullui ne prise,
1810 « Qu’il ne vous vorroit pas avoir
« Aultrement, par nesun avoir.
« Et tantost par ceste matere
« Vostre oncle rarai, et mon pere,
« Qui gist pour vous en sa prison.
1815 « Siques, je vous pri, escrison,
« Sus le fourme que je vous di,
« Unes lettres par devers li. »
Hermondine adonques s’avise,

Qui prise assés bien la devise,
1820 Et dist : « Cousine, vraiement,
« Mettre ne quier delaiement
« Ou cas que le me consilliés,
« Mais que trop fort esmervilliés
« Ne fust monsigneur de ceci.
1825 « N’est çou pas bon, par vo merci,
« Que joieusement je li die ? »
Et Florée sus estudie,
Et respont : « Oïl, il est bon,
« Mais qu’il y ait terme et raison.
1830 « La premiere fois que sera
« C’aucunement vous parlera
« De celi ou de celi prendre, f. 14 d
« Se li moustrés sans plus attendre
« L’ordenance que dit vous ay. »
1835 Respont elle : « Je le ferai. »



Depuis ne remest lonch termine
Que li rois vint a Hermondine,
Sa fille, et se li dist ensi :
« Ma belle fille, entendés ci.
1840 « Briefment il vous fault marier.
« Ne vous en poés escuser,
« Car j’en sui priiés et requis
« De mes hommes, et ossi puis
« Que je vous sai, sans moy sousmettre,
1845 « En tres hault mariage mettre,
« Je le feray certainnement. »
Et adonques moult tendrement
Prist lors Hermondine a plorer
Et de parfont a souspirer,
1850 Et puis se jeta en jenous
Devant le roy, et dist : « Tres doulz
« Peres, voelliés entendre a mi. »

Et quant li rois qui l’amoit si,
Que riens fors que sa fille amoit,
1855 Plorer et en genous le voit,
Si se leva apertement
Et le baisa moult doucement,
En disant : « Que vous fault, ma fille,
« Volés vous tous jours estre cille
1860 « Qui se tenra a marier ?
« Dittes de quoi volés parler,
« Je vous orai tres volentiers. »
— « Monsigneur, il m’est bien mestiers
« Et que vous y soiiés pour mi,
1865 « Car je n’ai ou monde aultre ami
« Que vous, ne nul je n’en desire. f. 15 a
« Et puis qu’il le me couvient dire,
« J’ai voé, puis .ii. ans en ça,
« Que ja mari mes corps n’ara,
1870 « Quel qu’il soit, ne de quel arroi,
« Filz de duch, de conte ou de roy,
« S’il ne le vault, sans entredeus,
« Qu’il soit des aultres li plus preus. »
— « Li plus preus ! » li rois respondi.
1875 — « Voires, monsigneur, ce vous di.
« Je ne l’arai par aultre voie ;
« Ançois en ce point demorroie
« Tout mon vivant. Nulz n’en parole. »
Dont reprist li rois la parolle
1880 Et dist : « Ma belle fille, voir
« Ce seroit moult fort a savoir
« De trouver le plus preu qui soit ;
« Ne sai ou on le trouveroit.
« Et qui tout tel l’aroit trouvé,
1885 « Que de grant proece esprouvé,
« Espoir, est il loiiés aillours.
« Dont, ma fille, c’est grans folours,
« Ce samble il, a mon couvenant,

« De mettre tel wiseuse avant.
1890 « Voelliés vous ent a tant souffrir
« Et a ma parolle obeïr.
« Pourveü vous ay, par ma foy,
« Dou fil d’un noble et vaillant roy
« Qui tient Suède et Danemarce,
1895 « Qui d’un lés a ma terre marce.
« Vous serés dame noble et riche
« Et tenrés estat grant et frice,
« Tout tel que maintenir vodrés. »
Dist Hermondine : « Or vous soufrés,
1900 « Monsigneur, pour Dieu je vous pri ; f. 15 b
« Car ja il n’avenra ensi
« Que mon veu enfrainde ne brise
« Pour nul homme, voir, c’on me prise.
« Mais voelliés entendre comment
1905 « Ce n’est point pour presentement
« Prendre le preu sus cest afaire.
« Nennil ! Car j’en vorrai .i. faire
« Qui tendera a toute honnour,
« Et s’avancera par m’amour,
1910 « Et ira par l’ejection
« Et la juste correction
« Des chevaliers de vostre hostel,
« Et par chiaus ossi qui sont tel
« Qui dou roi Artu se renomment
1915 « Et que li preu pour vaillant nomment.
« Je seroie trop couroucie,
« Ou cas que je sui adrecie,
« De sens, Dieu merci, et d’arroi,
« Et nommée fille de roy,
1920 « Et je n’euisse .i. chevalier
« Preu et hardi, vaillant et fier,
« Et en qui fust escripte toute
« Proece, et qu’il ne passast route
« De tous chevaliers de son temps. »

1925 Li rois Hermons a bien contens
Se tient lors de sa fille belle,
Et reporte tost la nouvelle
As chevaliers de son conseil,
Et dist : « Signeur, je m’en conseil
1930 « A vous. Qu’en est-il bon a faire ? »
Et cil dient : « Sus cest afaire,
« Monsigneur, ne sarions nous
« Entredeus mettre ne rebous.
« Plus biel ne se puet escuser f. 15 c
1935 « Vo fille de non marier.
« Ossi le poés bien valoir,
« Pour mains de mautalens avoir,
« A chiaus qui le reuvent et prient,
« Et qui sejournent et detrient,
1940 « Et ont ja sejourné droit ci
« Maint jour pour avenir a li. »



Ensi fu consilliés li rois,
Et respondi a celle fois
As messagiers qui la estoient,
1945 Li quel la response attendoient
De sa belle fille Hermondine :
« Biau signeur, je ne voi nul signe
« En ma fille, comment qu’il aille,
« Que de mari avoir li caille,
1950 « Pour cose c’on l’en puist parler.
« Si en poés moult bien raler
« Tant que je vous remanderai.
« Espoir, ma fille trouverai
« En aultre estat dedens .i. an.
1955 « Ne l’en quier faire plus d’ahan,
« Ne d’enqueste, ne de parolle
« Tant qu’en present, car on parolle
« A li, ce m’est vis, pour noient. »

Cil qui oent finablement
1960 Le roy respondre .i. tel langage,
Qui la estoient en message,
S’en retournent sans plus targier.
Or sont parti li messagier ;
Mais Florée encores demeure,
1965 Qui moult couvertement labeure,
Que sa cousine parmaintiegne
Ce qu’elle a mis avant et tiegne.
Li rois Hermons si l’enparla, f. 15 d
Entrues qu’elle sejournoit la,
1970 Et li compta le couvenant
Ensi que je l’ai dit devant.
Et celle, qui l’estragne en fist, [11]
Au roy respondi et li dist :
« Monsigneur, la cose est nouvelle
1975 « Et s’en est la matere belle,
« Et vous poés otant voloir
« Qu’il soit ensi c’autrement, voir,
« Puis qu’ensi gist ses apetis,
« Qui n’est mies, saciés, petis,
1980 « Mais est grans et moult honnourables.
« Et si vous sera agreables
« Quant uns telz chevaliers venra,
« Qui par proece conquerra
« Vostre fille que tant amés,
1985 « Et s’en serés plus renommés,
« Plus doubtés de fait et de guerre,
« Et plus prisiet cil de vo terre. »



Briefment li rois Hermons s’apaise
En ce, et dist que c’est sen aise
1990 C’on regarde, sans detriance,

Comment, par tres bonne ordenance,
Ce se pora perseverer.
Lors prisent a considerer
Sus cel estat tous li consaulz
1995 Dou roy. Et la estoit entre yaus
Hermondine qui leur moustroit
Comment, ce dist, voé l’avoit
Et a par lui tailliet la cose.
Si tres sagement leur propose,
2000 Que joie en eut sur toute rien,
Et n’i voient que tres grant bien,
Ce dient il certainnement. f. 16 a
La fu acordé finalment
Que en la court dou roy Artu,
2005 Ou tant a honneur et vertu,
Hastéement envoieront
.Vi. chevaliers, li quel seront
D’Escoce et dou conseil dou roy,
Et s’en iront en grant arroi
2010 Remoustrer, sans nesun ensongne,
L’estat, l’afaire et la besongne
De leur fille et son bon pourpos.
On mist ceste cose en repos
Bien .vi. sepmainnes puissedi,
2015 Car en Escoce on entendi
Que li rois Artus court tenroit
A Carlion, et la venroit
En devant de le Pentecouste.
Ceste nouvelle bien agouste
2020 Au roy Hermont et a ses gens,
Car il dient que tant est gens
Li rois Artus, et de grant nom,
C’au jour nommé, a Carlion,
Sera fleur de chevalerie,
2025 Siques pour .i. tant on detrie
A envoiier de celle part.

Et entrues, par sens et par art,
Li rois Hermons si se conseille
Et ses coses si appareille,
2030 Par quoi il peussent toute honnour
Remoustrer, quant venra au jour
Qui moult durement les approce,
Et c’on die : « Ces gens d’Escoce,
« Qui sont ci venu pour le roy,
2035 « Moustrent bien estat et arroy
« Que de noble court issu sont : f. 16 b
« Vaillant homme a ou roy Hermont. »



Or sont les damoiselles lies,
Qui souvent se sont consillies
2040 Sus l’ordenance dessus ditte.
Florée souvent le recite
A sa cousine de grant coer,
Et dist : « Ma cousine, a nul fuer
« Ne poions [nous] mieus aviser,
2045 « Pour vous en tous cas excuser
« Et ossi pour ravoir mon pere. »
Hermondine, qui la matere
Glose bien souvent a par soy,
Dist : « Cousine, tenés ma foy
2050 « Que je l’ai fait pour vostre amour,
« Mais je crieng trop c’au cief dou jour
« Des .v. ans c’ordené y ay,
« Cis Camelz c’onques je n’amai
« Ne soit trouvés, sans entredeus,
2055 « De tous les aultres li plus preus.
« S’ensi estoit, las, que feroie ?
« Jamais jour je n’aroie joie.
« Voir, je ne le poroie amer,
« Ne mon coer sur lui entamer,
2060 « Pour proece qui de lui viegne,

« Se n’est fortune qui n’aviegne ;
« C’est cou ou je pense a par mi. »
Adont respont Florée : « Hé mi !
« Cousine, ne vous esmaiiés.
2065 « Dedens .v. ans sera paiiés
« De ses dessertes, je l’espoir.
« Trop de coses avenront, voir,
« Et trop de vaillans chevaliers,
« Pour vostre renom tout premiers,
2070 « Se meteront en celle cace. f. 16 c
« Pas ne di que Camelz ne face
« De grant proece a renommer,
« Mais telz venra sans li nommer,
« Querant armes et aventures,
2075 « Qui a Camel les donra dures.
« Ne pensés point, belle cousine,
« A ce Camel. Je vous destine
« Que vous orés, ains les .v. ans,
« Parler des fais d’armes si grans
2080 « Des preus chevaliers de Bretagne,
« Que petit seront et estragne [12]
« Li fait de Camel encontre eulz,
« Tant soit il bien bacelereus.
« Autrui arés, mes coers l’ordonne,
2085 « Qui grant espérance m’en donne.
« Mais, cousine, il vous fault rescrire
« Sus la matere a quoi je tire,
« Si com je vous parlay l’autrier.
« De moy ferés vo messagier.
2090 « Il ne creroit nulle riens tant
« Que la lettre et moy, non obstant
« Que mon pere tiegne en prison.
« Cousine, moult souvent brise on
« Grant courous par .i. peu de lettre.

2095 « Si nous faurra entente mettre,
« Comment nous ferons, ne sur quoi. »
Et celle respont : « Par ma foy,
« Vous ordonnerés, j’escrirai.
« Si com vous dirés, je ferai. »
2100 Adont ont pris encre et papier.
Hermondine qui bien taillier
Savoit une penne, a son droit,
D’un canivet lonc et estroit
Le taille, errant et par mesure, f. 16 d
2105 Pour faire delie escripture.
Si escrit apriès la devise
De Florée qui li devise :



« Salus et toutes amistés
« Au chevalier qui se dist telz
2110 « Qu’il se voet mettre en no service,
« De par la jone dame rice
« Que tous li mondes voet avoir.
« Et pourtant vous fait a savoir
« Que sus le information
2115 « Et la certainne intention
« De ceste qui la lettre porte,
« Chevaliers, de tant vous enhorte
« Que vous le creés loyaument,
« Car elle a parle royaument
2120 « Pour vostre besongne envers nous.
« Dit li avons, ou nom de vous,
« Tout ce que nous pensons a faire,
« De coer joieus et deboinaire.
« Mais, par quoi vous en valés mieulz,
2125 « Souviegne vous des dous vers ieuz
« Dont vo lettre fait mention,
« Et soiiés .v. ans en son nom
« Preus, hardis et entreprendans.

« Car, se vous au cief de .v. ans,
2130 « Poiés tant faire par proece,
« Entre la vostre forterece
« Et ceste ou li dis cers fu pris,
« Que honneur euissiés et pris,
« Et dou plus preu la renommée,
2135 « Si com ordenance est nommée
« Et que ceste vous contera
« Qui dou fait vous enfourmera,
« Vous seriés Paris, jou Helaine. f. 17 a
« Et c’est cose toute certainne
2140 « Que le verions volentiers,
« Ce saciés, sires chevaliers.
« Escript par dedens Signandon,
« Cieunc jours en march, et vous fai don
« D’un rondelet que vous envoie,
2145 « Afin que plus aiiés de joie,
« Car li vostres li plaisi bien
« Et le prisons sur toute rien. »


Rondel.

Plus c’onques mais, je voel amer
Celui qui m’a tres bien servi,
2150 Car trestout bien si sont en li.

De tres bon coer, sans nul fausser,
Li ay donné l’amour de mi.
Plus c’onques mais, etc.

Ne pour cose c’on puist parler,
2155 Ne sera ja de li parti
Mon coer dou tout, ne le demi.
Plus c’onques mais, etc.



A trop grant dur volt Hermondine
Ce rondelet que sa cousine
2160 Li nommoit escrire, et disoit
Que la lettre bien li plaisoit,
Mais dou rondelet c’estoit trop,
Et qu’elle freoit trop grant cop
Que d’escrire ores si avant.
2165 Florée, qui le couvenant
Veoit moult bien de sa cousine,
Que ses coers noient ne s’encline
Envers Camel, li respondoit :
« Cousine, qui ne mentiroit
2170 « A le fois pour pais mieulz attraire,
« On n’aroit point granment a faire, f. 17 b
« Les coses iroient trop bien.
« Il fault mentir pour .i. moiien
« Trouver, quant le requiert le cas.
2175 « Bien sai dire, ne le fault pas,
« Que ce que vous avés escript,
« Je et vous, nous avons mentit,
« Et que nous arions plus cier
« Ce Camel veoir escorcier
2180 « Que ja jour vous euist a femme,
« Quoi qu’il vous tiegne pour sa dame.
« Par parolles le fault mener,
« Pour mon chier pere ramener,
« Qu’il tient en Camois en prison.
2185 « Si vous pri que nous escrison
« Ce rondelet avoech la lettre,
« Pour plus avant ce Camel mettre
« En pensées et en espoir. »
Respont Hermondine : « Or soit voir
2190 « Tout ensi que vous le volés. »
Dont fu li rondelès boutés
Desous la lettre, et l’escrisi

Hermondine, et tout relisi
Pour savoir si riens y falloit.
2195 Mais la cose si bien aloit,
Qu’il n’i ot riens a corrigier.
Apriès l’ala clore, et ploiier
Et seeler de son signet.
A sa cousine dist : « C’est fait.
2200 « Quant vous vodrés vous partirés,
« Mais ançois congiet prenderés
« A monsigneur, s’il vous agrée. »
— « Oïl », ce respondi Florée,
« Nullement ne me partiroie
2205 « Sans son congiet ; trop mal feroie. » f. 17 c



Ne demora puis que .iii. jours
Que Florée, qui grant secours
Fera au retour a son pere,
A son oncle, c’est cose clere,
2210 Prist congiet amiablement.
Li rois, qui l’amoit loyaument,
Li donna et des biaus jeuiaus,
Fremaus, chaintures et aniaus,
Et palefrois pour chevaucier.
2215 .I. jour parti apr[i]ès mengier.
Hermondine en plora assés ;
Car trop tost, ce dist, fu passés
Li termes que la vint Florée.
Or chevauce vers sa contrée
2220 La demoiselle dessus dite,
Qui telement se abilite
Que retournée est a Montgriès.
Moult fu conjoïe de priès
De ses gens qui le desiroient
2225 A ravoir, car forment l’amoient.
Elle ne fist la de repos

C’une nuit qu’elle parti tos,
Et chevauca devers Camois
Toutdis en costiant les bois
2230 Qui estoient grant et plenier.
Au chastiel vint sans detriier.
Messires Camelz y estoit
Qui sa revenue attendoit :
Si fu moult liés quant il le vit.
2235 Messires Los dessus son lit
Estoit, quant laiens vint la belle.
Riens ne sceut de ceste nouvelle
Que sa fille fu la venue.
Ceste, qui fu bien pourveüe
2240 De parler, se traist vers Camel f. 17 d
Qui ossi ne desiroit el,
Fors que nouvelles li desist.
Moult grandement se resjoïst
Messires Camelz de la lettre
2245 Que ceste li va ou poing mettre.
Il l’ouvri et se le lisi.
Nulle autre place n’eslisi
Pour parlementer a Florée,
Et dist : « Florée, bien m’agrée
2250 « Que vous me devés enfourmer.
« Or tos, or tos, voelliés parler.
« Dittes ce que vous devés dire,
« Car c’est la riens que plus desire
« Que d’oïr de dela nouvelles,
2255 « Si les avés bonnes et belles. »
Ce li dist Florée en riant :
« Ma cousine a esploitié tant
« Devers mon oncle, son chier pere,
« Par soubtieue et belle matere,
2260 « Que tout cil qui le requeroient,
« Li quel enfant de roi estoient,
« Ont congiet par une maniere,

« Car il faut c’uns preus le conquiere.
« Et pour ce que je li ai dit
2265 « L’afaire de vous et l’abit,
« La proece et la grant vaillance,
« Elle y a pris si grant plaisance
« Que elle escuser aultrement
« Ne se pooit aucunement.
2270 « Si remoustra a son chier pere
« Comment elle avoit en matere
« .I. veu voé depuis .ii. ans,
« Le quel veu li estoit pesans, f. 18 a
« Car pas ne le voloit brisier
2275 « Pour homme c’on sceuist prisier,
« Pour grant avoir, ne pour parage,
« Ne pour tenir grant hyretage ;
« Mais uns preus chevaliers l’aroit
« Qui, dedens .v. ans, telz seroit
2280 « Que des aultres passeroit route.
« Li preus serés, il n’est pas doubte,
« Ma cousine l’entent ensi
« Et jou otant bien, et vous di
« Que ceste honnourable ordenance
2285 « Se fera par grant pourveance,
« Tele que recorder orés.
« Dou jour garde ne vous donrés,
« Mais encor, quant je me parti,
« Mon oncle et son conseil ossi
2290 « N’avoient pas conclut dou tout
« L’estat qui avancera moult
« De chevaliers en grant proece ;
« Siques, Camel, je vous adrece
« Que vous pourveés armeüres
2295 « Qui soient a l’esprueve dures,
« Et bons chevaus pour sus combatre.
« A tout ce vous faurra esbatre
« S’avoir vous volés ma cousine.

« De ce vous prie et en ce signe,
2300 « Tenés, veci un anelet
« Qu’elle vous envoie, et l’a fet
« Pour vous le plus encoragier,
« Par quoi on ne puist chevalier
« Trouver qui a vous apartiegne
2305 « De proece, ne qui s’i tiegne. »
Adont Camelz l’anelet prist,
Qui grandement s’en resjoïst f. 18 b
Et de ce que Florée compte.
Or aroit il, ce dist, grant honte
2310 Et li tourroit a grant reproce,
Se la fille le roi d’Escoce
Refusoit sa bonne ordenance.
Si respondi par grant plaisance,
Et dist : « Florée, vraiement [13]
2315 « Vous ne me poiés nullement
« Aporter ou monde nouvelles
« Qui me fuissent de riens plus belles,
« Plus honnourables, ne plus rices,
« Et je vodrai estre tres frices
2320 « Chevaliers et de grant renom,
« Pour ceste queste et en son nom.
« Et maintenant je vous delivre
« Vostre père, et sers je me livre
« A vous, et compains et voisins ;
2325 « Et tous anois et tous arsins
« Que vous ay fait et ay fait faire,
« A vostre plaisir volontaire
« Je l’amenderai seulement. »
— Dist Florée : « Moult doucement
2330 « Parlés ; si vous en sai bon gré.
« Or tenés tout ce en secré
« Et si faites vo pourveance

« Pour premiers estre en l’ordenance
« Et pour deffendre vo contrée.
2335 « Ce seroit cose mal discrée,
« Se l’ordenance estoit sceüe
« Ancois qu’elle fust pourveüe,
« Car on le fera par arroi,
« Et par l’ordenance dou roi
2340 « Artus, qui est si vaillans homs,
« Qu’en tous pays en ceurt li noms, f. 18 c
« Si com nous sarons les nouvelles
« Temprement qui vous seront belles. »
Respont Camelz : « Belle, par m’ame,
2345 « Vous premiers et ma droite dame
« Je n’oseroie couroucier ;
« Mais me vodrai tous consillier
« Par vous et par le vostre afaire.
« Autrement ne me puis parfaire,
2350 « Tant ay je bien de cognissance
« En vous et en vostre ordenance. »



Ensi est Camelz resjoïs,
Qui trop volentiers a oÿs
Les recors la fais par Florée,
2355 Et, par quoi encor miex agrée
A la belle ditte devant,
Messires Camelz fist avant
Venir Lot le pere a celi.
Quant venus fu, il dist ensi :
2360 « Monsigneur Lot, je vous delivre
« Et a vo fille vous relivre,
« Car elle a esploitié si bien
« Que je m’en lo sour toute rien,
« Et sui de ce jour en avant
2365 « En vo commandement, par tant
« Que pour vous aidier et deffendre.

« Se nulz voloit vers vous mesprendre,
« Tost l’aroie mis a raison,
« Et me verés en vo maison
2370 « Aler et venir a le fois.
« Se m’i soiiés doulz et courtois,
« Car ceens vous poés venir
« Et aler a vostre plaisir.
« En ce venir, en cel aler
2375 « N’est nulz qui en doie parler, f. 18 d
« Fors tout a point et par honnour,
« Et averai ce jour bon jour
« Que parlé arai a Florée. »
Messires Los dist : « Bien m’agrée
2380 « Que vous et moy sommes d’acort,
« Car, quant voisin sont en descort,
« C’est grans perilz et grans damages
« Pour yaus et pour leur hiretages. »
Ensi demora la besongne.
2385 Messires Camelz forment songne
D’onnourer Florée et son pere.
A l’endemain, c’est cose clere,
Se sont il parti de Camois.
Messires Camelz plus de .iii.
2390 Grandes liewes les convoia,
Qui le plus dou chemin parla
A Florée, bien le saciés,
Car ses coers estoit si laciés
Au penser apriès Hermondine,
2395 Qu’a riens el ses coers ne s’encline.
Et quant arrier fist son retour
Et laissiet les ot pour ce jour,
Il s’esjoÿ a une fois,
Et chanta lors a haute vois
2400 .I. rondelet biel et joli,
Et le fist poursieuant celi
Qui estoit en la lettre enclos,

Dont tenu vous ay le pourpos.
Li rondelès fu moult plaisans,
2405 Et gracieus en fu li cans,
Que li chevaliers canta lors.
En veci les propres recors.


Rondel.

De nullui joie ou monde n’ay f. 19 a
Que de vous, dame, seulement,
2410 N’avoir ne voel, par mon serment.

Comment qu’il voist, vostres serai
Tout mon vivant entierement.
De nullui joie ou monde n’ay.

Ne jamais je ne vous lairai.
2415 Car tout mon eür vraiement
Me vient de vous certainnement.
De nullui joie, etc.



Ensi se rejoïst Camelz
Qui dist moult bien qu’il sera telz
2420 Que des aultres passera route.
En soi dist : « Il n’est mies doubte
« Puis que j’ay belle amie a dame,
« Enventurer et corps et ame
« Vodrai voir pour l’amour de li.
2425 « Je serai encor, je le di,
« Rois d’Escoce : il n’est mies fort,
« Mais qui m’en poroit faire tort ?
« Tant voel faire par mes .ii. bras,
« Que je n’ai ne pesans ne cras,

2430 « Et tant combatre et tant luitier,
« Que, pour le plus preu chevalier
« Qui soit ne sera les .v. ans
« Des alans ne des combatans,
« J’en averai la renommée.
2435 « En la place qui m’est nommée
« De par ma dame souverainne,
« La vodrai souffrir haire et painne.
« A tous chevaliers qui venront,
« Ja nul escondit n’en iront
2440 « Que recueilliet de moy ne soient,
« Quel proece qu’avoir cil doient.
« Plus seront preu, miex me plaira f. 19 b
« Et plus grant honnour m’en sera. »
Ensi cilz Camelz se devise.
2445 En chevaucant fait sa devise,
Revenus s’en est a Camois.
De li lairons, tant c’a le fois,
Et d’aultres coses parlerons.
Ensi se passa li saisons.
2450 Tant fu que li estés revint,
Si vous dirai quel cose avint.
Li rois Artus, qui fu toutdis
En fais, en oevres et en dis
Larges, courtois, et très vaillans,
2455 Et en festes tenir poissans,
En volt une en ce temps tenir,
Pour faire devers lui venir
Chevaliers, dames et pucelles.
En ce temps li vinrent nouvelles
2460 Qui li furent moult agreables.
Li bons rois, qui estoit moult ables
A toutes emprises d’onnour,
Fu ensi enfourmés .i. jour
Et par tel langage on li baille :
2465 « Sire, il y a en Cornuaille

« .I. enfant qui est moult propisces,
« Plains de bon meurs et vuis de visces,
« Filz dou duch, le vostre compere.
« En cel enfant on considere
2470 « Tant de biens et d’avancement,
« Selonch le grant commencement
« C’on voit en lui, que c’est merveilles.
« Si seroit moult bon qu’ens es veilles,
« Par devant ceste Ascention
2475 « Dont fait nous avés mention,
« De vostre feste qui venra f. 19 c
« Et qui si noble se tenra,
« Il y fust et le veïssiés ;
« Siques, monsigneur, escrisiés
2480 « Deviers son pere et li mandés
« Que son fil avoir vous volés.
« Il en sera tous resjoïs. »
Li rois a ces parlers oÿs.
Si dist : « C’est bon. Tost on escrise. »
2485 Lors fu escript sus le devise
Que compté vous ay maintenant,
Et se partirent, tout errant,
Dou noble roy li messagier,
Qui si bien peurent esploitier,
2490 Qu’il sont en Cornuaille entré.
Adont ont dou duch demandé
Ou il estoit, on leur ensengne.
Quant on voit qu’il sont de Bretagne
Et messagier au noble roy,
2495 Cil ont trové en bon arroy
Le duch en une cité bonne,
Que lors on appelloit Tarbonne.
Cilz dus avoit a nom Patris.
De renommée et de grant pris
2500 Estoit en ycelle contrée,
Et mesnie moult renommée,

De sens, d’onneur et d’ordenance
Avoit o lui de pourveance.
Li dus rechut moult liement
2505 Les messagiers certainnement,
Car il estoient a signeur
A qui on devoit toute honneur.
Cil fisent moult bien leur message
Et li disent par biel langage :
2510 «Sire, apriès ceste Ascention, f. 19 d
« C’est la certainne entention
« Dou roy Artu, a qui nous sommes,
« Qu’il a mandé par tout ses hommes,
« Les nobles, qu’il pora avoir.
2515 « Si vous fait par nous a savoir
« Que vostre fil li envoiiés
« Et, de ce tous segurs soiiés,
« Droit au jour de la Pentecouste,
« Chevaliers sera, quoi qu’il couste. »
2520 Adont li dus en respondi,
Qui bien leur langage entendi :
« Signeur, saciés, que ces nouvelles
« Me sont moult bonnes et moult belles,
« Et, quant bien l’estat considere
2525 « De monsigneur mon chier compere,
« Qui voet Melyador avoir,
« Refuser ne li doi pas voir ;
« Mais l’en doi moult remerciier
« Quant faire le voet chevalier.
2530 « Liement li envoierai
« Quant a ce ordonné l’arai,
« Dedens .xv. jours au plus tart. »
Cil respondent : « Diex y ait part ! »
De puis .iii. jours la demorerent
2535 A Tarbonne, et s’i reposerent
Dalés le duch et sa moullier
Qui, de coer joieus et entier,

Les tinrent en ce jour tout aise,
Et au partir, mais qu’il vous plaise,
2540 Il leur donnerent grans jeuiaus,
Et palefrois amblans moult biaus.
Li messagier Artus le roy
Retournerent, en grant arroy,
En la cité de Carlyon. f. 20 a
2545 Si trouverent ens ou dongnon
Le roy et la roÿne ossi.
Si leur compterent tout ensi
Qu’il ont trouvé en Cornuaille,
Et du duch qui est de tel vaille
2550 C’on ne le poet trop honnourer,
Ne son fil ossi trop amer,
Tant est sages et bien apris,
Que bien en doit avoir grant pris.



Or est li rois Artus moult liés
2555 Quant il voit si appareilliés
Ses voisins, a son mandement,
Qu’il sont a son commandement. [14]
Il dist qu’il tenra court pleniere
Et feste souffissans et chiere.
2560 Par tout s’espandent ces nouvelles,
As dames et as damoiselles,
As signeurs et as chevaliers.
Cescuns s’ordonne a ce premiers
Pour estre la, quoi qu’il leur couste,
2565 Trois jours devant le Pentecouste.
Li dus Patris de Cornuaille
Ne voet pas que ses filz y faille,
Mais fait penser sus son arroy
Pour venir en la court du roy,

2570 Richement et en bonne estoffe.
Ce qu’il li fault, on li estoffe :
Montées, chevaus et sommiers,
Draps fourrés, coffres et deniers,
Riens ne fault en leur ordenance,
2575 Dont on puist avoir cognissance.
Li dus le recarge a ses gens
Et as chevaliers de grant sens.
Il se partent et puis cheminent, f. 20 b
Qui ne sejournent ne ne finent
2580 De chevaucier par leurs journées
Parmi landes et par contrées,
Tant qu’a Carlyon sont venu
Et droit au chastiel descendu,
Ou li nobles rois se tenoit.
2585 Si tost c’on sceut que la venoit
Li filz au duch de Cornuaille,
Cescuns issi hors de la baille
Pour conjoïr et recueillier.
Errant l’ont pris doi chevalier,
2590 Qui de lui honnourer moult painnent
Et par devers le roy l’enmainnent,
Qui doucement le recuelli.
Quant Melyador vint vers li,
II s’enclina priès que tout bas,
2595 Mais li rois le prist par les bras
Et le fist lever contremont,
En li baisant en mi le front.
Et puis si le met en parole,
Et Melyador si parolle
2600 Courtoisement et sagement.
Depuis fu assés prestement
Menés ossi vers la roÿne
Qui li moustra d’amour grant signe.
Tout ensi fu la conjoÿs
2605 Melyador, soiiés ent fis,

Et puis se li fu delivrée
Une cambre toute ordenée,
Pour son corps, dedens le chastiel.
Puis furent logiet, bien et biel,
2610 Toutes les gens en la cité,
Car des hostelz y ot plenté.



Ensi se fist ceste ordenance ; f. 20 c
La feste grandement s’avance.
Moult grant y sera li estas.
2615 A Carlyon viennent a tas
Dames et signeur de tous lés.
On ne les euist ostelés
Jamais tous dedens la cité,
Tant en y avoit grant plenté,
2620 Et pour ce y couvient entendre.
On fist tout aval les prés tendre
Tentes, loges et pavillons,
Et faire ossi moult de maisons
De fueillies et de vers bois.
2625 A tout ce mist on bien .i. mois
Pour ordener au dit plaisir
Dou roy, li quels les vint veïr.
Quant veü en ot l’ordenance,
Se li vint a moult grant plaisance,
2630 Et dist en regardant sus destre :
« Aultrement ne pooient estre
« Toutes gens logiet a leur large.
« Or voel jou que plus on n’atarge
« De faire feste, quoi qu’il couste.
2635 « Demain sera li Pentecouste.
« Vienent avant jone escuier
« Qui voelent estre chevalier,
« Je leur donrai a chiere lie
« L’ordene de le chevalerie. »

2640 Adont resjoïr veïssiés
Toutes gens, et si oïssiés
Trompes, muses et canemeles,
Et toutes aultres coses belles,
Dont on poet en ce cas parler.
2645 Li rois donna le grant souper,
Et puis en joie et en desduit f. 20 d
Passerent il entre yaus la nuit.
A l’endemain, il n’est pas doubte,
Fu li jours de le Pentecouste.
2650 Ce fu uns estas bons et biaus,
Car .cc. chevaliers nouviaus
Y fist li nobles rois Artus.
Et dura .xv. jours et plus
Ceste feste, et li grans despens.
2655 Si vous di qu’entre ces .cc.
Chevaliers, qui toutdis joustoient
Et qui as armes s’esprouvoient,
Melyador en ot le pris
Et com vaillans et bien apris,
2660 Toutes les joustes fourjousta ;
Et si grandement ti cousta
Que, toutdis courant sus la feste,
Onques il n’osta de sa teste
Le hÿaume, bien le saciés.
2665 La fu il boutés et saciés,
Et reçut tamaint horion,
Et pour .i. tant l’en ceri on
Qu’il couroit sus les rens toutdis,
Ne nulz n’en aloit escondis
2670 Qu’il ne li fesist delivrance.
Maint en porta de cop de lance
Jus par terre et le reversa.
Melyador le pris en a ;
Ensi li est il acordés
2675 Par les hiraus bien recordés,

Par dames et par damoiselles.
Gracieuses sont ces nouvelles
Au roy, quant Melyador voit
Qui d’eage encores n’avoit
2680 Que dis et vuit ans ou entours, f. 21 a [15]
Et tant a fait les .xv. jours
Que l’onneur en a et le pris.
Une fois l’a par le main pris
Li rois qui estoit en reviel,
2685 Et li dist : « Il me va moult biel,
« Melyador, quant tels vous estes,
« Que le pris avés de nos festes.
« Ce vous sera avancemens
« Et uns tres grans commencemens.
2690 « Diex vous otroist, par sa poissance,
« Toute bonne perseverance. »
Respont cilz qui tout bas s’encline :
« Vous me donnés si bonne estrine,
« Mon chier signeur, si m’aït Diex,
2695 « Que j’en vaurrai a tous jours miex. »



En grant bien se continua
La feste qui pas n’anuia
A tous ceulz qui la sejournoient,
Car pour fester venu estoient.
2700 Or avint au quinsime jour
Que li signeur qui leur sejour
Avoient pris dalés le roy
Se veurent partie par arroy,
Ossi dames et damoiselles,
2705 Et avoient varlet mis selles
Que pour partir au matinet.
Mais la roÿne, de grant het,

Leur fist dire et dist au souper
C’a l’endemain voloit donner
2710 Un disner a tous et a toutes,
Dont pour quoi il couvint les routes,
Ou fust envis ou volentiers,
Des dames et des chevaliers
Demorer et faire .i. sejour f. 21 b
2715 Encores ce jour, toute jour.
Cilz disners si fu tres notables
Et tres grandement honnourables,
Et la en la sale seoient
.ccc. dames qui bien estoient
2720 Appareillies ricement,
Et la servoient fricement
Jone chevalier amoureus.
Li rois Artus n’estoit pas seulz
En alant visetant les dames,
2725 Dont Diex gart les corps et les ames,
Mais estoit bien acompagniés
De chevaliers jones et liés.
Dalés lui fu Melyador
A nu chief qui, d’un cercle d’or,
2730 Avoit ses cheviaus mis a point.
Evous, droitement sus le point
C’on ot servi dou darrain mès,
.I. moult grant et noble entremès ;
Car .vi. chevalier sont entré
2735 En la sale qui en .i. pré
Estoit faite d’une fueillie.
Chil chevalier a chiere lie
S’en viennent devant la roÿne.
Cascuns d’yaulz a son tour l’encline.
2740 Ce fait, il passent oultre apriès ;
Uns hiraus les sieuoit de priès,
Qui portoit une targe ouvrée,
De vermeil toute coulourée,

A une bleue dame en mi,
2745 La quele dame, je vous di,
Portoit une couronne d’or.
Cil chevalier, de chief en cor,
Par devant les tables alerent, f. 21 c
Ne onques au roy ne parlerent.
2750 Ossi nes pressa point li rois,
Ançois se retrest, ce fu drois,
En une cambre quoiement,
Tant que cil leur dosnoiement
Eurent fait a leur bon loisir,
2755 Ensi que vous porés oïr.



Quant cil .vi. chevalier notable
Eurent passet devant la table
De la roÿne dessus ditte,
Qui a yaus veoir se delitte,
2760 Et remoustré ossi se furent
Par ordenance ensi qu’il durent,
De table en table francement,
Toutdis dalés yaus proprement
Leur hiraut qui fu de tous lés
2765 Pour l’eure forment regardés,
Il prisent errant leur retour
En mi la sale, et la au tour
De leur hiraut sont arresté,
Et l’ont bellement acosté.
2770 Li quelz hiraus en hault monta
Sus .i. escamiel qui fu la,
Et puis commença a criier,
Et toutes gens [a] acoisier,
Et a traire de celle part.
2775 Li hiraus estoit ou regart
De la roÿne de Bretagne
Qui ne tient pas a trop estragne

L’ordenance quant cilz parolle,
Qui moult bien fourma sa parolle.


2780
Ce dist li hiraus en parlant :
« Or oiiés et venés avant
« Dalés moy, qui volés oïr. f. 21 d
« Vous vos devés bien resjoïr
« Entre vous, jones chevaliers :
2785 « Je parole a vous tout premiers,
« Car hui toute honneur vous approce.
« Hermons li nobles rois d’Escoce
« Vous fait plainnement a savoir
« Que qui voet Hermondine avoir,
2790 « Sa belle fille, en mariage,
« Qui tant est gracieuse et sage,
« Par proece le fault conquerre.
« Bien est voirs que le font requerre
« Roy, duc et conte dusqu’a .x. ;
2795 « Mais cascuns s’en va escondis,
« Car elle est a ce ordenée
« Et de volenté adonnée,
« Et se l’a dit au roy son pere,
« Qui bien son estat considere,
2800 « Que ja est riche d’avantage
« Et hoirs de tres grant hiretage,
« Se ne voelt nul mari avoir,
« Ne pour terre, ne pour avoir,
« Se il n’est telz sans entre .ii.
2805 « De tous les aultres li plus preus.
« En cel estat est et demeure ;
« Ne pour cause c’on y labeure,
« Ne c’on li puist hommes prisier,
« On ne li poet son coer brisier.
2810 « En ce point est et demorra,
« Et, s’il besongne, elle y morra.

« Dont, biau signeur qui droit ci estes,
« Qui poursieués tournois et festes,
« Joustes, armes et les behours,
2815 « Et toutes amoureuses cours,
« Considerés ce coer tres gent, f. 22 a
« Qui ne voet ne or ne argent,
« Fors proece et tres bon renom,
« Et chevalier qui ait le nom
2820 « De proece c’on doit amer ;
« Et voelliés vo coer enflamer
« En ceste vertu tres hautainne,
« Car ma dame se fait certainne
« Q’uns preus chevaliers li venra,
2825 « Qui par armes le conquerra. [16]
« Biau signeur, par l’ame a mon pere,
« Nulz n’a bien, s’il ne le compere ;
« Si vous voelliés dont resvillier
« Et l’un a l’autre consillier
2830 « Comment vous ferés la besongne,
« Car pour certain il vous besongne.
« Ce n’est pas cose a refuser,
« Car vous devés vo temps user
« En armes, et en gentillece
2835 « Et en tous membres de proece.
« Ves le ci, je le vous avance.
« Encor avés de pourveance,
« De par le roy mon chier signeur.
« En la queste de toute honneur
2840 « Entera qui en ara goust
« Le .xiiiie. jour d’aoust,
« Et de ce jour jusqu’a .v. ans,
« Sera les armes poursieuans
« Et ce qui de ce pora nestre.
2845 « Or vera on qui vorra estre

« Preus, hardis, et chevalereus
« Et sus les armes curieus,
« Quant la cace est si honourable
« Que tout chevalier, jone et able,
2850 « Y doient bien l’oreille tendre. f. 22 b
« Et me voelliés encore entendre,
« Car c’est raisons que je devise
« Le parfait de ceste devise,
« Comment on le pora tenir,
2855 « Entreprendre et parmaintenir :
« A toutes coses fault avis.
« C’est li entente et li devis
« Dou roy Hermont et son conseil,
« Pour ce que desous le soleil
2860 « On ne scet nulle court qui passe,
« Ne qui la ressamble de grasce,
« D’onneur, d’armes et de vertus,
« Que la court le bon roy Artus,
« Et en ceste court revenront
2865 « Tout li chevalier qui seront
« De queste au cor des .v. anées,
« Et toutes aventures nées
« D’armes, en poursieuant la cace,
« Li rois monsigneur voet c’on sace :
2870 « Que cescuns chevaliers par soi,
« Sus sen honneur et sus sa foy,
« Raisonnablement les retiegne,
« Et qu’en la ditte court reviegne ;
« La les raporte ou les renvoie,
2875 « Telement c’on sace et c’on voie
« Qu’elles sont toutes approuvées,
« Non pas faintes et controuvées.
« Et li roy y ordonneront
« Douse chevaliers qui seront
2880 « Vaillant homme et bon coustumier,
« Le noble roy Artus premier

« Et le roy Hermont mon signeur
« Qui ne tire qu’a toute honneur ;
« Et la ou ceste cours sera f. 22 c
2885 « Les chevaliers on trouvera,
« A qui et par quel pourveance,
« Se conclura ceste ordenance.
« Encores poroit on tout perdre,
« Par lui en grant orgueil aherdre,
2890 « Ne aler beubancierement ;
« Pour ce vous prient chierement
« Et enjoindent li esliseur,
« Qui sont ou qui seront diseur,
« Que cascuns chevaliers s’avise,
2895 « Car dit est, par droite devise,
« C’uns chevaliers ne poet sans doubte
« Mener c’un seul varlet de route,
« Et garde ossi qu’il ne se nomme,
« Pour aventure ne pour homme
2900 « Qui li puist nestre ne venir,
« En la cace parmaintenir.
« Et qui le feroit aultrement,
« Point ne seroit ou jugement
« Des .xii. chevaliers veüs,
2905 « Ne de ma dame pourveüs,
« Qui vous mande et cil qui ci sont,
« Se vous volés, il vous jurront,
« Cescuns par sa foy et sus s’ame,
« Que li plus preus l’ara a femme.
2910 « La quele, ce vous di jou bien,
« Fait a prisier sur toute rien
« De biauté, de sens et d’arroy,
« Et s’est fille de vaillant roy,
« Dont elle fait miex a amer.
2915 « Ensi le porés vous clamer
« En la queste la bleue dame,
« Qui est figurée, par m’ame,

« Au samblant de ceste imagete f. 22 d
« Que je pors, qui est moult doucete,
2920 « Si vous voelliés aviser sus
« Et prendre lances et escus,
« Hÿaumes et espées dures.
« Et entrés ens es aventures
« Des armes, et aiiés espoir
2925 « D’avenir a ma dame voir,
« Car elle vous en fait requeste.
« La quelle, en la fin de la queste,
« Ara .i. tournoy en son nom,
« De tel grasce et de tel renom,
2930 « Que la seront .vc. hÿaumes,
« Sus le marce des .ii. royaumes
« D’Escoce et de la Grant Bretagne,
« Et la tout chevalier estragne,
« Qui la cace tenu aront,
2935 « A ce jour s’i recueilleront. »



Atant li hiraus descendi,
Et cascuns errant entendi
Au parler et au murmurer,
Et li lontain a demander
2940 As proçains : « Quel cose a il dit ? »
Si com on l’euist en escript,
Li uns a l’autre le recorde.
A ce record cascuns s’acorde.
Atant li chevalier s’en vont
2945 Devers le roy et trouvé l’ont,
Ou uns chevaliers li contoit
Le cri, si com oÿ l’avoit.
Li rois l’entendoit volentiers,
Et quant il vit les chevaliers,
2950 Tous .vi. qui devers li venoient
Et qui leur hiraut amenoient,

Si laissa errant le parler, f. 23 a
Et s’en commença a aler
Devers les chevaliers venans.
2955 Et la fu bons li couvenans
Dou roy Artus qui les reçut
Arréement, ensi qu’il dut,
Et furent une espasse ensamble
Toutdis en parlant, ce me samble,
2960 De ce cri et de ces nouvelles,
Qui sont au roy bonnes et belles ;
Et volentiers parler en ot,
Si tost que li hiraus la ot
Fait son cri, si com vous savés.
2965 Certainement savoir devés
Que lors se prist a envoisier
Ceste sale et a engrossier
Cil coer es corps des gentilzhommes,
Et dient, a par yaus : « Nous sommes
2970 « En voie de moult pourfiter.
« Bien se devera debiter
« Et faire en tous pays la feste
« Cilz qui sera, en fin de queste,
« Trouvés des aultres li plus preus.
2975 « Veci .i. cri chevalereus,
« Et cose moult bien devisée,
« Et dame tres bien avisée,
« Qui voet mari par tel maniere
« Et couvient q’uns preus le conquière !
2980 « Or fera elle as vassaus querre
« Les armes et les fais de guerre.
« Or fera elle travillier
« Chevaliers et yaus resvillier,
« Espoir, de telz qui ja n’euissent
2985 « Riens valu ne il ne seuissent
« Que c’euist des armes esté ; f. 23 b
« Ançois se fuissent arresté

« En huiseuses et en folies,
« Se ce ne fuissent les jolies
2990 « Nouvelles c’on nous met avant.
« Or nous remet elle au devant
« Le chemin et la droite adrece
« D’armes, d’amour, et de proece
« Et de toute bacelerie,
2995 « Et l’estat de chevalerie.
« Or ne poet nulz, ne nuit ne jour,
« Faire a l’ostel nul biel sejour,
« S’il ne voet estre trop fourfais.
« Or nous carge elle d’un grant fais,
3000 « Quant elle voet que telz soions
« Que ceste queste poursieuons,
« .V. ans entiers, ce n’est pas doubte,
« Et q’uns chevaliers de sa route
« N’ait q’un seul escuier sans plus,
3005 « Et se ne voet ossi que nuls
« Se nomme ne que beubant face,
« Par quoi en riens ne se fourface ;
« Et a ce taille elle raison,
« C’est sus a perdre se saison.
3010 « Or fera elle as preus vuidier
« Leurs hostelz et cascun cuidier
« Que ce sera, comment qu’il aille,
« Des aultres li plus preus sans faille.
« Car li esperance joieuse,
3015 « Et la maniere gratieuse
« De la dame et de son franc cuer,
« Qui ne s’ordonne a nesun fuer,
« A roy, ne a duch, ne a conte,
« Et ne fait de nul homme compte
3020 « Se des aultres n’est li plus preus, f. 23 c
« Nous fera tous bacelereus ;
« Car les fortunes sont si grans
« C’uns petis chevaliers errans,

« Par eür et par vasselage,
3025 « Pora telz estre en ce voiage
« Qu’il l’ara, et la terre ossi
« Dou royaume c’on prise si.
« C’est droitement li apetis
« Dou desir qui n’est pas petis,
3030 « Mais grans assés pour esmouvoir
« Tous jones chevaliers, pour voir. »



Ensi a par yaus devisoient
Li chevalier qui s’avisoient,
En considerant la besongne
3035 Que nulz d’yaus ne crient ne ressongne,
Car espoir, desir et jonece,
Honneurs, hardemens et proece
Les amoneste et les enflame,
Et atise de l’ardant flame,
3040 Dont pluiseur coer ont esté chaint,
Sans les leur, espris et attaint.
Car, ensi que j’ay devant dit,
Cascuns cuide, sans contredit,
Qu’il passera proece et route,
3045 Ne nulz le peril ne redoubte.
Haute honneur a ce les encline
Et qu’il oent de Hermondine
Toutes grans vertus recorder.
La se commencent a galer,
3050 Quant eulz troi se voient ensamble
Li mariet, si com me samble,
As jones, et dient : « Signeur,
« Nous sommes quitte par honneur
« De ceste queste ; a vous en tient. f. 23 d
3055 « A nous de riens n’en apartient.
« Entre nous qui avons nos dames,
« Nous ne poons avoir .ii. femmes,

« C’est escusance assés pour nous.
« Mais elle touche bien a vous,
3060 « Car, se nous estions ou point
« Que vous estes, n’en doubtés point,
« Nous en ferions no devoir
« Telement, saciés le de voir,
« Que telz ara terre et amie,
3065 « Qui de legier ne l’aroit mie. »
Et la dient li anciien
Pour les jones honneur et bien,
En riant : « Nous parlons as jones
« Qui ont corps frices et ydones
3070 « Et membres fors et bien tailliés.
« Faites dont et vous resvilliés.
« On doit bien, pour une tel dame,
« Aventurer tout jusqu’a l’ame. »



Ensi, et en tamainte guise
3075 Que toute ne di ne ne devise,
Eut en la sale la journée
Mainte parolle retournée.
Proprement dames et pucelles,
Jones, frisces, gentes et belles,
3080 Devant qui les parolles vont,
Grant compte et grans estas en font,
Car la matere le demande.
Cascune en soi moult recommande
Hermondine et son noble afaire,
3085 Et dient que elle voet faire
Bons chevaliers, preus et hardis,
Car, qui seroit acouardis,
Se couvient il voir qu’il s’avance, f. 24 a
Tant pour honneur que pour chavance
3090 C’on prendera avoec la dame,
Et dient entre elles : « Par m’ame,

« Ceste Hermondine est de grant pris.
« Regardés comment elle a pris
« Une devise assés nouvelle ;
3095 « Mais de quoi avisée est elle
« Quant elle voet a sa maniere
« Mari avoir qui le conquiere ?
« Toutes fois pas ne l’en blasmons,
« Mais en tous cas miex l’en amons,
3100 « Puis qu’elle en voet ensi user. »
Quant une dame voit muser
.I. chevalier, elle l’appelle
Et li dist : « Vous pensés a celle
« Fille de roy, dame Hermondine.
3105 « Elle le vault, et est bien digne
« C’on y pense, car ses corps gens
« Resjoïra hui pluiseurs gens,
« Otretant bien ailleurs que ci.
« Elle mettera a merci
3110 « Pluiseurs coers dedens les .v. ans. »
Ensi as chevaliers pensans
Dames et pucelles s’esbatent.
Lors les tables partout abatent
Li officiier de l’hostel.
3115 Adont pipent li menestrel,
De quoy les danses renouvellent,
Et signeur et dames revellent
Liement, car li rois le voet,
Qui y rent painne ce qu’il poet.


3120
Li rois en mainne tout riant
Les Escoçois en yaus priant
Qu’il s’esjoïssent et qu’il facent f. 24 b
Bonne ciere, car voir il sacent,
Leur venue, ossi leurs nouvelles,
3125 Sont a lui et a ses gens belles.

Et cil font ce qu’il leur commande.
Encor li rois les recommande
A ses gens, et cascuns en songne
Et leur font ce qu’il leur besongne.
3130 En une cambre les menerent,
Ou tout paiseulement disnerent.
La furent ricement servi,
Et li rois disna a par li,
Car la roÿne avoit ce jour
3135 Tenu le tinel et l’onnour
Des dames et des damoiselles,
Et pour ce estoit la entre elles
En la sale li grans esbas.
Ensi se porta cilz estas,
3140 En joie et sans retardement,
Jusc’au jour dou département.
Quant li termes de partir vint,
Que dames et signeurs couvint,
Et pucelles, partir d’iluec,
3145 Li rois et la roÿne avoec
Grandement les remerciierent,
Et liement leur envoiierent
Rices presens, dons et jeuiaus,
De quoi cascune et cascuns d’yaus
3150 De cel estat se contenterent
Et dou roy moult recommenderent
Et de la roÿne leurs dons.
Ensi se vuida li maisons
Et dedens leurs marces revinrent,
3155 Mais li dit Escoçois se tinrent
Dalés le roy .v. jours entiers, f. 24 c
Qui parolle a yaus volentiers,
Et leur fait toute amour et feste,
Et se devise de la queste
3160 Qui se fera bien, ce dist il,
Car jone chevalier gentil

Qui ont desir d’yaus avancier
Ne se poeent mieus emploiier.
Et cil qui sont garni d’onneur
3165 Dient au roy : « Mon chier signeur,
« C’est bien la vraie ententions
« Que nos sires li roys Hermons
« Envolera ci temprement
« .vi. chevaliers arréement,
3170 « Si com ditte est li ordenance
« Dont vous avés la cognissance. »
Respont li rois : « Si les verons
« Volentiers, et si leur ferons
« Toute la milleur compagnie
3175 « Que nous porons, n’en doubtés mie,
« Et ordenerons otretel
« Sis chevaliers de nostre hostel,
« Qui leur aideront a enquerre
« Tout ce qui se fera, par terre,
3180 « D’armes et de bacelerie
« De la bonne chevalerie,
« Qui vodront endurer la painne
« En ceste queste tres hautainne. »
Tantost, puis les .v. jours passés,
3185 Li chevaliers, qui ont assés
Séjourné par dalés le roy,
Eurent fait tout prest leur arroy.
Congiet ont pris et on leur donne ;
Mais li rois au partir ordonne
3190 Biaus jeuiaus c’on leur a donnés f. 24 d
Et de par le roy presentés,
Et ossi de par la roÿne
Qui leur prie et voet qu’Ermondine
Leur soit de par lui saluée.
3195 Cescuns liement li agrée
Son bon desir a ceste fois.
Or se partent li Escoçois.

Si chevauchent tant mons et vaulz,
Sus hagenées et chevaus,
3200 Qu’il se sont trouvé en Escoce.
En .i. chastiel seans sus roce
Que lors on clamoit Signandon,
En pays gracieus et bon,
Ont trouvé le roy et sa fille,
3205 Leur estat et leur domicile,
Qui demanderent des nouvelles.
Et cil les recorderent belles,
Et dient bien qu’en ce voiage
Avoient furni leur message
3210 Et ont trouvé roy et roÿne,
Si plain d’onneur et de doctrine,
C’on n’en poet trop en bien parler,
Ne leur estat recommender.
Li rois d’Escoce les entent
3215 Volentiers et grans grés en rent
Au roy Artus, et dist moult bien
Qu’il ne scet nul roy terriien
Qui s’apertiegne contre li,
Tant a le cuer noble et joli.


3220
Or dirons de Melyador,
Qui demorés estoit encor
Dalés le noble roy Artus.
Amours, qui voet de ses vertus
Ouvrer es coers des siens sans faille,
3225 Ne voet mies que cilz y faille f. 25 a
Qui est des chevaliers nouviaus.
Tant li semble li recors biaus
Dou hiraut, qu’il n’en poet partir.
Toutdis li vient en souvenir
3230 La fille au roy Hermont d’Escoce,
Et si trestost que dire ot ce.

Ceste queste commencera
Dedens tel jour qui tost venra.
Il commence tous a fremir,
3235 Ne par nuit il ne poet dormir.
En son lit se tourne et retourne,
Et en retournant telz s’atourne
Qu’il couvient briefment qu’il descuevre
A .i. sien escuier ceste oevre,
3240 Li quels Lansonnès a a nom.
Une heure le met a raison
Et dist : « Lansonnet, vien avant.
« Je t’ai trouvé loyal servant,
« Ja des anées plus de trois,
3245 « Secré, discré, bon et courtois,
« Et pour ce te voel remoustrer
« A present ores mon penser.
« Amours, qui voet que des siens soie,
« M’a trop fort bouté en le voie
3250 « De penser a celle Hermondine
« Et, puis que cel estat m’encline
« Et que j’en ay le souvenir,
« Je le voel laiier couvenir
« De moy, car pour quoi c’est tous biens.
3255 « Jones chevaliers ne vault riens
« S’amours ne le fait et avance.
« Je ne puis faillir a chavance
« Que je n’aie toutdis assés, f. 25 b
« Et se cilz temps estoit passés,
3260 « Ou poroiie aultre recouvrer ?
« Mais feroie a deshonnourer
« Plus que nulz homs de mon eage,
« Se par deffaute de corage
« Je refroidoie mon desir.
3265 « Certes j’ay plus chier a morir

« En la queste, s’ensi avient,
« Puis c’on y doit et y couvient
« Aler, que des premiers n’i soie.
« Mais orains trop fort je pensoie
3270 « A mon pere et a son congiet,
« Le quel j’ai trop fort ressongniet,
« Car je sai bien que par son gré
« Jamais ne l’aroie impetré,
« Et pour ce a toi me descuevre
3275 « Que tu m’aideras sus ceste oevre.
« Partir me fault, il n’y a el,
« Et raler devers nostre ostel,
« Mais par derriere demorras,
« Car le malade tu feras,
3280 « Et de tout ce t’escuserai.
« Mais la finance te lairai
« Pour faire ouvrer, bien et a point,
« Armeüres apriès mon point,
« Et les fais faire sans sejour
3285 « Par quoy partir je puisse au jour
« Qui est ordonnés de mouvoir.
« Or te fault voirement savoir
« De quoi je me voel coulourer :
« .I. bleu harnois sans riens oster,
3290 « Hÿaume et targe, espée et lance,
« Feras tu faire a me samblance.
« Mais tu metteras en me targe f. 25 c
« .I. soleil d’or, de tant te carge.
« Pour l’amour de la blewe dame
3295 « Serai li bleus errans, par m’ame. »
Respont Lansonnès qui s’avise :
« Sire, je pris bien vo devise
« Et je le ferai tout ensi.
« Que recordé le m’avés chi. »
3300 Depuis ne demora granment
Que Melyador proprement

Prist congiet et parti dou roy,
Et retourna o son arroi
En Cornuaille et a Tarbonne.
3305 .I. joedi a heure de nonne
Y vint a belle compagnie.
Receüs fu a ciere lie
Dou duc son pere et de sa mère, [17]
As quelz il a assés matere
3310 De parler dou bon roy Artu,
Et de dire de quel vertu
II est et la roÿne ossi.
Melyador dou bien de li
Parole veritablement,
3315 Et li dus en grant bien l’entent,
Et dist voirement que li rois
Est nobles, larges et courtois.



Ensi se tient en Cornuaille
Li filz dou duc Patris, sans faille,
3320 Melyador li damoisiaus :
As chiens s’en va et as oisiaus
Deduire et cacier toute jour.
Et Lansonnès, qui son sejour
Prent en Charlion la cité,
3325 A tantos fait et carpenté
Armeüres bonnes et belles, f. 25 d
Et vous di que blewes sont celles.
Quant elles furent ordonnées
A son gré, faites et ouvrées,
3330 Il se part et s’en vient arriere
Viers Tarbonne, en tele maniere
Que de nuit se mist en .i. bois,
Ou Melyador a le fois

Venoit jewer et soi esbatre.
3335 A tele heure s’i peut embatre
Lansonnès, qui sus son chemin
Y trouva son mestre au matin,
Qui de lui moult resjoïs fu.
Tantost regarda son escu
3340 Et ensieuant ses armeüres ;
Bien l’en plaisirent les parures.
Il s’arma sans plus riens attendre,
Et dist que il vodra entendre
A estre chevaliers de queste.
3345 Quant armés fu, si fait grant feste.
A son valet a dit : « Alons,
« Lansonnet, puis que droit ci sons,
« Point ne parlerai a mon pere,
« Ne a la ducoise ma mere,
3350 « Ne a Phenonée ma suer,
« Car il m’aiment de si grant cuer
« Que, se de l’aler je parloie,
« Jamais le congiet n’en aroie. »
Et Lansonnès bien s’i acorde
3355 Qui ensi encor li recorde :
« Mestres, je sui a vo commant. »
Ensi se partent tout errant,
Et si se sont mis au chemin
Ce propre jour, et au matin
3360 Commençoit li jours de la queste, f. 26 a
Ou Melyador par conqueste
Vodra estre des travillans
Et sieuir, ce dist, les .v. ans,
Voires, s’il poet durer et vivre.
3365 Par tele ordenance il s’i livre.



Or furent iret de grant cuer
Li dus, sa moullier et la suer

De Melyador, ce, sachiés,
Quant ensi leur est eslongiés
3370 Et partis, sans nul congiet prendre ;
Mais cilz qui voet a honneur tendre
Ne vise point a leur courous,
Fors a estre vrais amourous,
Et dist briefment ou il chemine
3375 Que tant fort il aime Hermondine
Que pour l’amour de lui sera
Bons chevaliers, ou il morra
En le painne et en celle cace.
Or est drois que mention face
3380 Des chevaliers le roi d’Escoce.
Ens ou cas que la queste approce,
.vi. vaillans hommes de grant pris
A li rois en sa terre pris.
Si les envoie incontinent
3385 Devers le roy Artus qui prent
Ossi .vi. chevaliers des siens.
Par ces .xii., c’est uns grans biens,
Se feront li juste recort,
Tout li raport et li enhort.
3390 Dalés le roy Artus se tienent,
Et la les nouvelles revienent,
Tous les jours, des bons chevaliers
Qui travellent, et tout premiers
De Melyador parlerons, f. 26 b
3395 Car chevalier le trouverons
Preu et hardi, oultre l’ensengne.
Entrés est en la Grant Bretagne ;
La trouvera des aventures
Qui li seront grandes et dures.
3400 Ensi qu’il chevaucoit .i. jour,
II regarde vers .i. destour
Et voit .i. chevalier venant
En tres biel et bon couvenant.

Jones estoit, et amoureus
3405 Et de son abit curieus.
Armés estoit, a me samblance,
Pour ce jour, d’une targe blance
A .i. feu vermeil contremont.
Bien a cause qui le semont :
3410 Ce font Amours, quant je m’avise ;
Ensi le requiert sa devise.
Messires Fernagus ot nom
Li chevaliers, mais son sournom
Ne sçai nommer, ne tant ne quant.
3415 Il s’en venoit achevaucant,
Tout galopant sus son cheval.
Si a encontré en .i. val
Le chevalier au soleil d’or,
Qui point jousté n’avoit encor
3420 En ses nouvelles armeüres.
Remoustrer vodra ses parures
Au chevalier qui vient vers li :
Cescuns abaisse, ce vous di,
Sa lance si tost qu’il se voient
3425 Et s’en viennent ensi qu’il doient,
De quanques chevaus poet courir.
Sus les escus se vont ferir
Des bons fers trencans et agus. f. 26 c
La fu messires Fernagus
3430 Portés jus et si rudement,
Qu’il le couvint moult longement
Jesir a terre et, au cheoir
Qu’il fist, il eut le brach, pour voir,
Briset, dont il portoit sa targe.
3435 Melyador, qui point n’atarge,
Passe oultre, et puis si prent son tour.
Au chevalier a son retour

A demandé : « Que faites vous ? »
Et cilz respont qui estoit tous
3440 Angousseus : « Se me va moult mal.
« Au cheoir jus de mon cheval
« Ay eü le brach tout rompu.
« Plus ne puis tenir mon escu. »
Et quant Melyador l’entent,
3445 Com cilz qui a toute honneur tent,
Dist : « Ce poise moi, par ma foi,
« Mais il vous couvenoit, ou moi,
« Par armes estre en ce parti,
« Et, puis qu’il vous en est ensi
3450 « Avenu, porter le vous fault. »
Adont Melyador tout hault [18]
Dist a son varlet : « C’or descens
« Et a ce chevalier entens,
« Tant qu’il soit mis en aultre point. »
3455 Et cil qui ot corps able et joint
Est a la terre descendus.
Si fu messires Fernagus.
Par lui et par son escuier,
Mis a point tant que dou loiier
3460 Le bras brisiet et asteler,
Et le vont moult bien bendeler,
Ensi que l’aportoit li lieus, f. 26 d
Jusc’a tant qu’il trouvera mieus.
Et quant il l’ont ensi aisiet,
3465 Congiet prendent, si l’ont laissiet,
Et chevaucent sans point d’arrest,
Tout en costiant la forest.
Ensi alerent tout le jour
Et l’endemain jusc’au sejour,
3470 Sans trouver nesune aventure
C’on doie mettre en escriture.

Au soir trouverent .i. manoir,
La sont venu pour remanoir.
Cilz a qui li ostelz estoit,
3475 Les conjoïst quant il les voit,
Et les tint celle nuit tout aise
Tant que cescuns bien s’en apaise.
Et, quant ce vint apriès souper,
Il li alerent demander
3480 S’il savoit aucunes nouvelles :
« Oïl », ce respont cilz, « moult belles.
« Il doit avoir certainnement
« .I. grant tournoi proçainnement
« Devant le chastiel de la Garde. »
3485 A ces mots Lansonnès regarde
Le preudomme et li dist ensi :
« Et la Garde, est ce priès de ci ? »
Et li forestiers sans delai
Respont : « Voir, sire, je ne sai ;
3490 « Mais ensi le me dist hersoir
« Uns chevaliers errans, pour voir,
« Qui l’avoit oÿ recorder
« .i. heraut, et bien affremer.
« Et, se vous chevauciés avant
3495 « En l’estat et ou couvenant
« Ou vous estes, il n’est pas doubte, f. 27 a
« Vous en trouverés bien la route. »
Dist Lansonnès : « Vous dittes voir. »
Ensi l’ont laissiet pour ce soir
3500 Et, quant ce vint au bon matin,
Tout doi se sont mis ou chemin,
Et chevaucent sans detriance,
En moult couvegnable ordenance.



Si com Melyador aloit,
3505 Qui a son escuier parloit

De ce tournoi qui devoit estre,
Il jette ses iex sus senestre,
Et voit .i. chevalier venir
Et le chemin vers yaus tenir.
3510 Une targe vermeille et blance
Portoit cilz, selonch ma samblance,
A .vi. besans d’azur en mi.
Au chevalier sont ennemi
Tout chevalier errant sans doubte.
3515 Melyador qui ne le doubte,
Dieu merci ! petit ne granment,
S’est appareilliés erranment
Pour jouster audit chevalier
Qui s’est poüs tant avancier
3520 Que Melyador bien avise.
Riens ne parolle, ne devise,
Mais le bon cheval esporonne,
Et Melyador, qui s’ordonne
Pour jouster, s’en vient contre li.
3525 Je croi c’on appelloit celi
Messire Gobart des Marès.
Il estoit chevaliers moult sès,
Fors de membres et de grant taille.
Ja feront la bonne bataille.
3530 Encontré se sont roidement, f. 27 b
Sus les escus, par tel couvent
Que li fier qui sont aceré
Sont .i. grant piet dedens entré,
Mais point ne sont ataint en char ;
3535 Oultre passent. Evous Gobar
Qui a jetté sa lance jus.
L’espée trette, s’en vient sus
Melyador pour lui ferir.
Quant cilz le voit sur lui venir,
3540 Qui estoit vistes et appers,
Contre le cop s’est lors covers.

Gobars le feri sur l’escu,
Mais ne l’empira .i. festu,
Car il estoit moult fort nervés.
3545 Lors s’est Melysdor tournés
Sus ce Gobart, en mi le voie,
Et .i. cop moult grant li envoie
Tout amont, dessus son hÿaume :
Bien poet dire une belle psaume,
3550 Quant tout ens ne le pourfendi.
Gobart .i. grant cop li rendi
De l’espée dure et taillans,
Mais li bons chevaliers vaillans
Melyador bien se targa
3555 Et adonques plus ne targa,
Mais s’en vint ce Gobar requerre.
Ilz, qui savoit moult de la guerre,
Le consieui sus le brac dextre.
De ce couvint ce Gobart estre
3560 Ou dangier de Melyador,
Car les bracelès a claus d’or
Copa, et le brach li navra
Telement, que Gobars n’avra
Pooir de maniier espée f. 27 c
3565 Dedens une demi anée,
Et, quant cilz se senti blechiés,
Arriere s’est retrais .iii. piés,
Et voit que li sans qui le moulle
Le brach et le costé li soulle :
3570 Si en est forment esbahis.
Melyador, qui le pays
Voloit de telz gens aquitter,
Li va erranment demander
S’il se rendera, et cilz dist :
3575 « Oïl, sire. » Adont la se mist
En son plaisir tout francement.
Ce dist Melyador briefment :

« A Carlion vous fault aler
« Et au bon roy Artus parler.
3580 « Se li dirés, il est mestiers,
« Comment hui li bleus chevaliers
« Vous a combati et conquis. »
Dist Gobars : « Quant j’en suis requis,
« C’est raisons c’a vous j’obeïsse
3585 « Et que sus l’estat me cevisse
« Que nous chevaucons les contrées. »
Ensi font la les dessevrées
Melyador et cilz Gobars,
Qui n’estoit mie trop couwars,
3590 Comment qu’il li fust mesvenu.
Ses varlès a pris son escu
Et son hÿaume ; si les porte.
Entret en une voie torte,
Qui s’en va devers .i. manoir,
3595 S’en vont, et pour la remanoir
Tant que Gobars sera garis.
Tout ce fera qu’il a promis,
Ne le lairoit pour .i. royaume f. 27 d
Avant qu’il mette mes hÿaume ;
3600 Et Melyador d’autre part,
Si tost que dou chevalier part,
II entre eu une voie ombrue.
Souvenirs d’amours si l’argüe,
Et Plaisance avoecques Jonece,
3605 De canter par droite liece
.I. rondelet biel et joli.
Vous l’orés pour l’amour de li.


Rondel.

Je ferai tous jours mon devoir
Vers ma dame et le servirai,
3610 De bon coer, a chiere lie ;

Et tel me trouvera de voir
Que tout a lui m’asservirai.
Je ferai, etc.

Pour ce sui desirans de voir
3615 Sen tres doulz corps c’a servir ay,
D’entier voloir qui me lie.
Je ferai, etc.



Or fu Lansonnès resjoïs
Quant il a si doulz mos oÿs,
3620 En chevaucant, canter son mestre,
Si li dist : « Vous deverés estre
« D’or en avant bacelereus,
« Puis que vous estes amoureus,
« Et faire par armes merveilles. »
3625 — « Je te pri que tu me conseilles,
« Compains », dist lors Melyador.
« Point n’ai veü, tu scés, encor
« Ceste pour qui je suis en cace,
« Et si voet Amours que jou face
3630 « Cançons, rondiaus et virelais.
« Dont vient li sentemens si frais ? f. 28 a
« Se tu le scés, se le me dis. »
— « Oïl, sire, par Jhesucris,
« Vos coers entierement s’encline
3635 « Au penser a ceste Hermondine,
« Qui est dame de grant arroy,
« Fille de roÿne et de roy ;
« Siques com plus y penserés,
« Plus liés et plus gais en serés,
3640 « Plus chevalereus et plus fiers
« Contre tous aultres chevaliers. »
Dist Melyador : « Tu dis voir.

« Encor ay je bien cel espoir
« Que si bien je me porterai,
3645 « Que li plus preus de tous serai,
« Ou je demorrai en le painne. »
Ensi que li chemins les mainne
S’en chevaucent tout en parlant,
Tout ensi qu’il vont avalant
3650 Vers .i. bois et sus le costiere.
La voient en bonne maniere
Tendu .i. vermeil pavillon.
De mains assés s’esmervill[e] on.
A son escuier en parla
3655 Melyador et dist : « Va la,
« Et si me raporte nouvelles
« Se ce sont dames, ou pucelles,
« Ou chevalier en cel arroi. »
Respont Lansonnès : « Je l’otroi. »
3660 Lors part de son signeur en l’eure.
II ne sejourne ne demeure,
Mais est ou pavillon venus
Et, .i. peu ensus descendus,
Son cheval loie a .i. aubiel
3665 Qu’il trouva vert, foellu et biel, f. 28 b
Et puis d’aler avant s’avance.
S’a trouvé en bonne ordenance
Trois dames et .iii. escuiers,
Camberieres et camberiers,
3670 Qui moult menoient grant reviel.
Tout ce vint assés a nouv[i]el
A Lansonnet, bien le saciés.
Adonques s’est il avanciés,
Si salue la compagnie.
3675 Respondus fu a ceste fie
Moult doucement et liement :
« Dames, s’il vous vient a talent »,
Ce dist Lansonnès, « c’or me dittes

« La ou vos voies sont escrites. »
3680 Lors commença li une a rire
Et dist : « Mais dittes nous, biau sire
« Quele part vous volés aler,
« Car vous devés premiers parler
« De nous, se vous avés mestier
3685 « De conseil, ou de ravoiier. »
Ce dist Lansonnès : « Nous tendons,
« Mes mestres et moi qui la sons,
« A aler, mes trop nous retarde,
« Au tournoy qui devant la Garde
3690 « Se doit tenir proçainnement. »
Dont respondi courtoisement
La demoiselle belle et douce ;
Ce dist : « Je croi que bien vous touche
« Li chemins d’aler celle part,
3695 « Mais encore, se Dix me gart,
« Y ventés vous a temps asses.
« Cilz mois sera avant passés
« Et li aultres recommenciés,
« C’on die la : « Laciés, laciés ! » f. 28 c
3700 « Mais, pour vostre mestre emploiier
« Son temps, je vous voeil envoiier
« Ou les armes il trouvera
« Et sen corps il esprouvera.
« Vous enteres en ce chemin
3705 « Qui s’en va dévers Carmelin ;
« La demeure une jone dame
« C’uns aultres chevaliers, par m’ame,
« Herie, et ne scet qu’il li voet.
« Nulz au chevalier ne se poet
3710 « Prendre qu’il ne soit desconfis.
« Ce seroit honneur et pourfis
« Pour vostre mestre vraiement
« S’il se maintenoit telement
« Que le chevalier renommé,

3715 « Que mies ne vous ay nommé,
« Si croi jou c’Agamar a nom,
« Peuist si bien mettre a raison
« Que la dame en fust apaisie.
« Se li feroit grant courtoisie,
3720 « Et s’en seroit par ceste ayewe
« A tous jours mes vers lui tenue. »
Dist Lansonnès : « Vous dittes voir.
« Saciés, j’en ferai mon devoir
« De li dire et dou remoustrer,
3725 « Et croi bien a briefment parler
« Qu’il se traira de celle part. »
Lors prent congiet, et si se part.
Si s’en est retournés arriere,
Et la recorde a lie chiere
3730 Tout ce que vous aves oÿ.
Doncques veïssiés resjoÿ
Melyador, pour ces nouvelles,
Tant les tient a bonnes et belles. f. 28 d



Ensi chevauce les galos
3735 Cilz qui voudra avoir le los
D’armes et de chevalerie,
Car nuit et jour y estudie
Comment il se puist avancier
Au pourpos de son escuier.
3740 S’en chevauce vers Carmelin :
Bien y scet tenir le chemin,
Car il y est grans et ouvers,
Et s’est li bois ombrus et vers,
Et sus les chesnes sont les glandes.
3745 Ensi chevaucent par les landes,
Par pays et par les contrées
Chevaliers, les tiestes armées,
Qui tout les aventures quierent

Et as espées le requierent,
3750 As lances et as fiers agus,
Qui en la queste sont mis sus
Pour l’amour la belle Hermondine,
Qui d’estre amée est moult bien digne.
Plusieur bon chevalier y pensent,
3755 Qui de leurs terres s’en absensent
Et viennent en la Grant Bretagne,
Mais, pour privet ne pour estragne,
Messires Camelz de Camois
N’a point laissiet a ceste fois
3760 Sa contrée et son pays ;
Ançois si est tenus toutdis,
Car ensi li est ordonné,
De par Hermondine et donné
Congiet, que droit la se tenra
3765 Et que sa marce gardera
Contre tous chevaliers errans.
Il est bien si fiers et si grans f. 29 a
Que tous les aultres petit prise.
Une devise a pour lui prise
3770 De rouge a une verde targe ;
De nulle riens il ne le carge
Fors que d’une couronne d’or.
On parlera de lui encor
Ains que la queste soit finie,
3775 Car plains est de chevalerie,
De proece et d’oultrecuidier ;
Et s’a, ce qui le doit aidier,
Le coer joli et amoureus
Et desir d’estre li plus preus.
3780 Tous les jours est dedens ses bois
Messires Camelz de Camois,
Ou entre Montgriès et sa terre,
Et la le vient Florée querre
Quant chevalier a Montgriès viennent,

3785 Li quel ceste ordenance tiennent.
Tant vous di que li chevaliers
Y est tres vaillans au premiers
Et fait merveilles de son corps,
Tant que renommée et recors
3790 S’en espandent en plusieurs lieus,
Car il n’est ne jones, ne vieus,
Qui dure vers lui par bataille.
Se li vaillans de Cornuaille,
Cilz qui porte le soleil d’or,
3795 Ne se combat a lui encor
Et des grans pro[e]ces y face,
Je ne sçai nul qui le pourface.
Et encores quant cil Camelz,
Qui est chevaliers preus et telz
3800 Que recordé ay chi dessus,
Quant .i. chevalier a mis jus f. 29 b
Et par proece desconfi,
Et que cilz s’est rendu a li,
Il l’envoie tenir prison
3805 Par dedens Montgriès le maison,
Afin que Florée le voie
Et que la cognissance en voie
A la fille le roi d’Escoce.
En li ne sçai nulle reproce
3810 Qu’il ne soit moult chevalereus,
Fors tant qu’il n’osoit dormir seulz.
Ne sçai se hardemens li fault,
Mais je tieng certes ce deffaut
A tres mervilleus et très dur
3815 Et le chevalier mains segur.



Or parlons de Melyador,
Le chevalier au soleil d’or,
Qui chevauce viers Carmelin.

Bien y ont trouvé le chemin
3820 Entre lui et son escuier.
Si tost qu’il deurent approcier
Le chastiel, il voient la tour
Et tout le plain pays au tour.
Ou dongnon avoit une gette
3825 Qui la ditte frontiere gette.
Si tost qu’il voit illuec venant
Melyador, ou couvenant
Qu’il estoit, si sonne et ressonne,
Et en sa buisine raisonne
3830 Qu’uns chevaliers errans vient la.
A ce que les gens enfourma
Qui estoient à la barriere,
Il se vont tout retraire arriere.
Lansonnès s’en vient a la porte,
3835 Qui tels nouvelles leur aporte. f. 29 c
« Signeur, c’or nous metés laiens, »
Ce dist, « nous sommes de vos gens.
« Veci mon signeur et mon mestre
« Qui voet vostre saudoiiers estre
3840 « Contre Agamar, qui vous guerrie
« Et qui sans raison vous herie. »
Dont sitost que cil l’ont oÿ,
Si en sont forment resjoÿ,
Et dient : « Amis, cilz nous vaille.
3845 « Si enterés dedens no baille,
« Que vous soiiés li bien venus
« Et a grant joie receüs. »
Adont ont il la porte ouverte.
Cil y entrent a le couverte,
3850 Qui estoient en grant desir
Que de cel Aghamar veïr.



En dementrues que la estoient
Et qu’as bailles il arrestoient,
La gaite, qui estoit amont,
3855 Chiaus d’aval de rechief semont
Et leur ensengne en sa buisine,
Qui laiens estoit bonne huisine :
« Veci Agamar qui vous vient. »
Adont cilz qui la bare tient,
3860 De la porte, lors le refrume
Et Melyador ens enfrume,
Qui dist, lors que l’afaire voit :
« Signeur, maintenés vous a droit ;
« Ouvrés la porte apartement.
3865 « Je ne vorroie nullement
« Estre trouvés chi enfremés.
« J’en seroie trop fort blasmés. »
Et cil dient : « Nous ferons, sire,
« Tout ce que vous nous vodrés dire. » f. 29 d
3870 Adont fu de rechief ouverte
La porte. Point n’i ot de perte,
Car Melyador en issi,
Le hÿaume lachiet ensi
Que pour lors entrer en bataille.
3875 La bonne espée qui bien taille
Avoit il pendu a la selle.
Ja y ara jouste moult belle
De cel Agamar et de li,
Li quelz chevaliers, ce vous di,
3880 Est la venus tout galopant
Et Melyador rampronnant,
Quant il se voelt contre li mettre.
Au partir se va entremettre
Et dist en reprocant encor :
3885 « O chevaliers au soleil d’or,
« Ançois c’a moi vous vous prendés,

« Je vous pri que vous aprendrés [19]
« Qui je sui, ne comment je jouste,
« Car il couvient que trop vous couste
3890 « S’a moi vous metés en bataille. »
Dist Melyador : « Ne me caille
« Qui vous soiiés, sachiés de voir ;
« Mais faire vodrai mon devoir
« Enviers vous, comment qu’il m’en prende,
3895 « Et se je puis a vous aprendre
« Aucun bon tour, j’en vaudrai mieus.
« Ja de moi ne serés eskieus
« Pour aventure qui m’aviegne. »
A ces mos n’i a nul ne tiegne
3900 Sa lance a son droit toute preste,
Et qui en l’arrest ne l’arreste.
A ces mos Agamar s’atourne,
Qui pour jouster trop bien s’atourne, f. 30 a
Car il a pris en grant despit
3905 Ce que Melyador ot dit :
Par dessus ses estriers s’estent.
Li bleus chevaliers, qui l’atent,
S’appareille pour faire empainte
Dou glave qui fu en bleu tainte.
3910 Cevaus brochent des esporons.
Assés tost bonne jouste orons,
Car point espargnier ne se voellent.
Moult tres fierement se recueillent
Des lances as bons fers agus,
3915 Et se fierent sus les escus
Plainnement et en abandon.
Aghamar feri de randon
Le damoisiel Melyador,
Sus sa targe au biel soleil d’or ;
3920 Mais de noient ne l’empira,
Car li mestres qui l’atira
Le fist si bonne et si certainne

Qu’encontre ce cop fu estainne.
Son glave voile en .ii. tronçons.
3925 Onques n’en perdi les arçons
Melyador qui bien se tint ;
Mais en venant la se maintint
A guise de bon chevalier,
Car tele li ala baillier
3930 De son glave trencant et roide
Que la pointe acerée et froide
En l’espaule li embara,
Par tel façon qu’il ne l’ara
Sanée dedens quatre mois.
3935 Moult bien se tint a ceste fois
Aghamar qui point ne cheï.
Melyador se pourveÿ, f. 30 b
Qui mies ne se va lassant
De sachier l’espée en passant,
3940 Et dessus Agamar retourne.
Pour bien escremir biel s’atourne,
Car il sceut ce que faire doit [20]
Et, quant li chevaliers le voit,
Que cilz si aigrement l’approce,
3945 Le cheval des esporons broce
Et si le cuevre de sa targe.
Melyador, qui point n’atarge
Et qui noient ne le ressongne,
De li ferir .i. grant coup songne
3950 De l’espée qui moult bien taille.
Amont le hÿaume, sans faille,
.I. si grant cop li a donné
C’Agamar a tout estonné ;
A painnes qu’il ne l’abati
3955 De ce cop, tout l’a endormi.
Cil qui estoient ou chastiel

Voient maintenir bien et biel,
Et par moult arée ordenance,
Leur chevalier ; s’ont grant fiance
3960 Que Agamar desconfira,
De quoi Dix bien les aidera.



Quant Agamar fut redreciés,
Qui moult avoit estet blechiés
Dou grant cop qu’il ot receü,
3965 Si a grant mautalent eü
Et dist qu’il se revengera.
L’espée estraint et approça
Melyador, bonne aleüre,
Et le fiert ; mais li armeüre
3970 La endroit ou consieuois fu,
Estoit forte, et si mist l’escu f. 30 c
Au devant dou cop de l’espée,
Qui dedens n’est noient entrée.
Et Melyador le requiert,
3975 Qui sus le hÿaume le fiert
De l’espée qui fu certainne.
A ce cop telement le mainne
Que le hÿaume li trenca
Et la coiffe après li perça,
3980 Tant qu’il eut navrée le tieste.
Or ont ens ou chastiel grant fieste,
Quant il voient leur chevalier
Ensi Aghamar maniier.
Entre yaus dient : « Il est vassaus,
3985 « Et cilz Agamars si est faulz,
« II trouvera hui ci son mestre. »
Melyador, qui ja scet estre
En armes tres bacelereus,
Comme homs ables et vigereus,
3990 Quant Agamar voit canceler

Sans nulle riens a lui parler,
Sus lui en traversant s’avance
Et son brach ens ou col li lance ;
Si fort l’estraint, au dire voir,
3995 C’Agamars piert tout son pooir.
Ensi en cel estat le mainne,
Tirant jusc’a le grosse alainne,
Car Agamars fu gros et cras,
Et Melyador eut les bras
4000 Lons, et drois et bien estraindans.
Jamais n’i fust venu a tamps
Homs pour lui, la l’euist estaint.
Ja l’avoit vaincu et estraint
Si roidement, qu’il ne pooit
4005 Parler, fors que il babioit,
Et laissa ceoir son espée, f. 30 d
La pointe desous, en la prée,
Tout ensi comme uns homs vaincus :
Rien ne li valloit ses escus.
4010 Adont Melyador s’arreste,
Qui li bat a le fois la teste
Et li demande : « Chevaliers,
« Qui orains estiiés si fiers,
« Vous mettés vous en ma merci,
4015 « Ou je vous occirai droit ci ? »
Et Agamar, quant parler pot,
Dist : « Sire, oïl. » Et a ce mot
Melyador le lait aler,
Et li dist : « Il vous fault parler
4020 « A la dame de ceste terre,
« A qui a tort avés fait guerre.
« De vous et de vo delivrance
« En ira par soie ordenance. »
Cilz voit qu’il ne poet aultrement
4025 Finer par nul encéement :
Se li accorde et se li prie,

Ens ou nom de chevalerie,
Que amoiener il le voelle
Vers ceste, ançois que plus s’en doelle.
4030 Dist Melyador : « Volentiers.
« Or en venés, il est mestiers,
« Que voirement je vous aÿe,
« Car vo personne est tant haÿe,
« Selonc ce c’orains il disoient,
4035 « Que tout a le mort vous jugoient,
« Se vous estiés pris ne vaincus ;
« Mais je vous serai bons escus
« Envers yaus, ou cas que dit l’ay,
« Et pour vous sauver prierai
4040 « A la damoiselle dou lieu,
« A son pere et a leur baillieu. » f. 31 a



Atant se sont mis au chemin
Et s’en viennent vers Carmelin,
Qui n’estoit mies lonch de la.
4045 Messire Aghamar grante honte a
Quant il se voit la amener,
Mais ce honte li fault porter,
Encor se par tant en escape ;
Car cescuns sur lui mort et hape,
4050 Quant il est entrés en le porte.
Melyador contre yaus le porte
Et dist : « Laissiés le chevalier,
« Je le tieng pour mon prisonnier.
« Se riens li faites, mal pour vous. »
4055 La est de toutes et de tous
Melyador fort regardés.
Adont avale les degrés [21]
La damoiselle dou castiel

Et s’en vient vers le damoisiel,
4060 Ses peres ossi dalés li,
Qui grandement sont resjoÿ
Quant leur ennemi droit la voient.
Si reçoivent ensi qu’il doivent [22]
Le chevalier qui l’a conquis.
4065 Ce jour l’ont honnouré de pris, [23]
Moult grandement, en tous estas.
Ens ou chastiel, plus que le pas,
En fu li prisonniers menés
Et dedens une tour boutés.
4070 Tout li promettent dure fin ;
Mais li bleus chevaliers, a fin
C’Agamar de li mieus souviegne,
En prie et dist : « C’est droit qu’il viegne
« A merci, puisqu’il le requiert. »
4075 Adont dient : « A vous en iert, f. 31 b
« Sire chevaliers. Tailliés li
« Delivrance tele et ensi
« Que vous savés que si fait sont. »
Melyador y pense adont
4080 Et dist : « Certes, grans est ses visces,
« Mais il vous jurra tous services,
« Et vous tenra a bonne pais
« Et a segur a tous jours mais,
« Et encores jurra sa foy
4085 « Qu’il s’en ira devers le roy
« Artu, pour tout ce recognoistre.
« La porés vous vo pris accroistre
« Et de li toute assegurance.
« Y volés vous aultre ordenance ? »
4090 Ils respondent : « Bien nous souffist. »
Adont a Agamar on fist
Relation de ceste afaire

Et comment il li faurra faire.
Ils qui se voit en grant dangier,
4095 N’i osa muer ne cangier ;
Mais tout ensi que cilz li taille,
Qui conquis l’avoit en bataille,
Acorde et jure plainnement,
Et au partir presentement
4100 Pour aler en le court dou roy.
Moult est resjoïs, bien le voi,
Quant il sent qu’il est mis au large.
On ne li rent lance ne targe,
Blason, hÿaume ne parures ;
4105 Ou chastiel lait ses armeüres.
.I. seul cheval li ont donné
Cil qui l’avoient ordonné.
Il se part en celle propre heure,
Et Melyador la demeure f. 31 c
4110 Tout le jour pour lui rafreschir.
On se painne de lui servir
Et, quant ce vint au matinet,
Ses escuiers les selles met :
Congiet prendent, si sont parti.
4115 Or s’en chevaucent tout joli
Li chevaliers et ses varlès.
Ne vont ni galop, ne eslès,
Mais tout souef vers une lande.
Melyador adont demande
4120 A Lansonnet s’il cantera,
Et que trop grant desir en a,
Pour l’amour la belle Hermondine
Que ses coers dou tout imagine.
Et cilz incontinent respont :
4125 « Melyador, oïl, quoi dont !
« Ou cas que plaisance y avés
« Et que bien faire le savés,
« Cantés, je vous pri, hautement.

« Si en irons plus liement »
4130 Adont Melyador canta
.I. virelay qu’il fist droit la,
Je l’espoir selonc ma samblance,
Ou il l’avoit de pourveance.


Virelay.

Ce me fait estre en grant joie
4135 Qu’en quelconque lieu que je soie,
Si croist l’amour de jour en jour,
Que j’ai a vous, ma douce amour,
Dont je n’ai riens qui m’anoie.

Car j’ai si tres grant plaisance
4140 A vo douce souvenance ;
C’est mon deport
Et ossi ma souffisance, f. 31 d
Mon espoir, et ma fiance
Et mon confort.

4145 Plus que nulle riens que j’oie
Ou monde, dont je m’otroie,
De faire toutdis sans retour
Vostre voloir et sans sejour,
Et pour riens ne le lairoie.
4150 Ce me fait, etc.

Et c’est drois, car sans doubtance
Mon coer, m’amour, m’esperance
Sont si d’acort
D’iestre vostres sans muance
4155 Et sans faire dessevrance
Jusc’a la mort.

Se par soushaidier pooie
Avoir ce que je vorroie,
Ce seroit [bien] pour mon millour
4160 Que de veoir vo[stre] coulour,
Ne riens el ne desirroie.
Ce me fait, etc.



Melyador ensi s’esbat,
Qui encores en son estat
4165 Reprent la plaisance nouvelle
Qui grandement li renouvelle
Ses amouretes non veües ;
Pour quoi toutes choses deües
Sont bien taillies de descendre
4170 En son coer, et ossi d’entendre
A faire joieuses cançons
Et amoureuses pareçons.
Encores la presentement
Avoit il assés sentement
4175 De faire ou dire quelque chose,
Selonch l’amour qui est enclose f. 32 a
En son coer qui n’en poet partir.
Mais il a oï retentir [24]
Le son d’un cor a longe alainne.
4180 Ceste vois, c’est cose certainne,
Son penser proprement li brise,
Car Lansonnès, qui moult le prise
En son coer, li dist : « Monsigneur,
« Puisque vous tirés a honneur,
4185 « Prendés vo coiffe et vo hÿaume :
« Vous orrés tantost aultre psaume
« Canter que vous n’aiiés canté.
« Je vous voi bien en volenté

« De jouster, se il vient a point. »
4190 Et Melyador, qui ce point
N’euist jamais desconsilliet,
A encor .i. peu orilliet,
Et ot le son qui approçoit,
Et, pour ce que moult li toucoit,
4195 Sa coife met et si le lace.
Lansonnès en soi se solace
Dou hÿaume mettre et assir,
Ensi qu’ens ou chief doit jesir,
Et li estraint de .ii. lanieres :
4200 J’en prise moult bien les manieres.
Apriès uns gantelès li baille,
Sa targe et sa lance, sans faille ;
Puis chevaucent parmi .i. pré.
Lors qu’en la lande sont entré,
4205 Si voient devers yaus venir
.I. chevalier en grant desir
De jouster, si com il moustroit.
Aramé, je croi, se nommoit.
Grans et fors fu oultre mesure,
4210 Et vighereus en l’armeüre. f. 32 b
Oncles estoit a Aghamar,
Et portoit ossi d’or .i. bar
Sus vermeil, tel, ne plus [ne]mains,
Que portoit ses neveus germains.
4215 A cest Aramé, je vous di,
Avoit on ja compté ensi
L’aventure de son cousin ;
Si chevaucoit vers Carmelin
Pour Agamar contrevengier.
4220 Trop fort s’en peut esmervillier
Lansonnès, quant il l’avisa,
Et dist : « Sire, cilz qui vient ça
« Est armés de teles parures,
« Sans point cangier ses armeüres,

4225 « Com cilz qui fu desconfis hier.
« Je ne sai sur lui que cuidier :
« Se vodroit il desloyauter ?
« Il doit a Carlion aler
« Ançois que il s’arme jamais.
4230 « Or vous tenés ci en vo pais,
« Et vers lui irai pour savoir
« Qui c’est ; lors en sarai le voir. »
Dist Melyador : « Non feras.
« Ja a lui tu ne parleras.
4235 « Lait le venir. Diex y ait part ! [25]
« Nous sarons bien, ains son depart,
« Qui c’est. Ne vois tu qu’il m’aproce
« Et le cheval radement broce.
« Adieu, je m’en voi contre li. »
4240 Lors esporonne sans detri
Melyador le bon coursier,
Et s’en vient vers le chevalier,
Et chilz sus li sans nul deport.
N’en y a nul qui ne se port f. 32 c
4245 A le jouste moult francement.
Consieui se sont roidement,
Mais point ne se sont abatu,
Mehagnié, ne en char féru.
A ces cops cescuns se retourne,
4250 N’en y a nul qui ne s’atourne
Pour jouster la seconde fois
Le plain cours, en l’ombre d’un bois.
En portant leurs lances sus fautre,
S’en viennent li un contre l’autre,
4255 Moult radement esporonnant.
Si s’encontrent, par couvenant,
Ce secont cop, de tel ravine,
Que ce samble c’on les souvine.
Aramé le sien chevalier
4260 Feri sans noient espargnier,

Car volentiers l’euist honni.
Mais a dire vous sçai de li
Que cilz cops rien ne le greva,
Ne onques ne s’en sourleva,
4265 Ne perdi selle ne arçons.
Son glave vole en .ii. tronçons,
Mais la Melyador entiere
Demora et en tele maniere
Que celi feri en l’escu,
4270 Lequel il li a pourfendu
Et la cote de maille apriès.
Dou costé li ala si priès
Que li fiers .i. piet bien en prent ;
Oultre le passe telement
4275 Que li sans contreval li raie.
Messire Aramés sent la plaie
Et le sanc qui descent aval
Sus l’erbe, parmi son cheval : f. 32 d
Si en est forment effraés.
4280 Melyador, tous aprestés
Dou dit chevalier envaïr,
Le vient fierement assallir ;
Mais messire Aramé recule [26]
Qui en lui n’a deffense nulle.
4285 Adont Melyador s’avance,
Quant il en voit la contenance,
Et li demande tout en hault :
« Qui estes vous, se Diex vous sault,
« Chevaliers ? vous cognois jou point ?
4290 « Vous m’avés de grant dolour point,
« Se vous estes cilz Agamars,
« Auquel me combati demars.
« Se vous estes, si le me dittes,
« Car, parures teles escriptes

4295 « Qu’il portoit, portés vous sans doubte.
« De noient je ne vous redoubte,
« Fors tant que vous estes parjures.
« Se fait vous avés tels injures,
« Point n’ai cause que je vous prende
4300 « A merci, ne c’a vous entende. »
Respont cilz, qui moult bien sentoit
Que durement navrés estoit,
Car son sanc veoit jus raiier
Qui moult le faisoit esmaiier :
4305 « Sire, nennil, je ne sui pas
« Agamar, qui fu pris au pas,
« En qui j’avoie grant fiance,
« Mais je sui de sa cognissance
« Et il otant bien de le mienne ;
4310 « Et pour tant que la honte sienne
« Estoit, ce m’est vis, trop proçainne,
« Bien le cuidoie avoech ma painne f. 33 a
« Contrevengier, sans nul defaut,
« Mais bien voi que cuidiers me fault.
4315 « A vous me rent pour ceste anée,
« Que point n’i porterai espée,
« Se par tant me laissiés partir. »
Dist cilz quant il le peut oïr :
« Chevaliers, oïl, je vous prens,
4320 « Mais de ci endroit je vous rens
« A la dame de Carmelin.
« La vous fault aler le chemin
« Et rendre a lui vos armeüres.
« Avoech ce, faut il que tu jures,
4325 « Chevaliers, que sans nul desroi
« Tu iras en la court dou roi
« Artu, et le voir li diras
« Comment combatu te seras
« Et a qui. » Et cilz li acorde
4330 Tout ce qu’il ot c’on li recorde

Et en creante la sa foy.
Melyador, sus cel ottroy,
Le lait partir courtoisement.
Mais, devant son departement,
4335 Lansonnès moult bien li aÿe
Tant que sa plaie soit loiie
Et tantée, bien et a point.
Et, quant il l’ont mis en ce point,
Congiet ont pris : si sont parti
4340 Li mestres et varlès ossi.
Si chevaucent parmi la lande,
Qui estoit moult belle et moult grande ;
Mais, pour ce c’aventure quierent,
Pas ne vont si fort que requierent
4345 Li cheval qui sont bien nourri,
Mais sourattendant, je vous di, f. 33 b
Toutdis c’aventure lor viegne.
Or est çou raison qu’il souviegne
A Melyador de canter.
4350 Si tretost comme il poet penser
A la fille le roy d’Escoce,
Sentemens nouviaus li approce
Et, encores en chevaucant,
Mist la .i. rondelet avant,
4355 Lequel en present je dirai,
Si com retenu de lui l’ay.


Rondel.

Ma dame, je vous ay donné
Mon coer, mon corps et quanques j’é,
Sans riens ou monde retenir.

4360 Si vous prie, prenés le en gré,
Que c’est de bonne volenté.
Ma dame, etc.

Pour ce, vous jur en verité,
Se plus avoie en loyauté,
4365 Vostre seroit sans departir.
Ma dame, etc.



Tout ensi se va esbatant
Melyador, saciés ent tant,
En requerant les aventures.
4370 Or nous dient les escriptures,
Qui font de ceste hystore enqueste,
Que pluiseur chevalier en queste
Se misent la premiere anée.
Cescuns issoit de la contrée
4375 Au plus nettement qu’il pooit,
Et lors c’uns chevaliers ooit
Recorder tout certainnement :
« En ceste marce vraiement
« Chevauce uns chevaliers errans f. 33 c
4380 « Qui est aventures querans »,
Il demandoient sa façon, [27]
Ses parures et son blason,
Car dou nom ne faisoient compte
Et puis ne ressongnoient honte,
4385 Ne riens qui en peuist venir,
Mais pensoient dou poursieuir
Celui, tant que trouvé l’avoient,
Et puis a lui se combatoient
Tout acertes jusques au rendre,

4390 Car s’on peuist par yaus entendre,
Ou par autrui, qu’il se fuïssent,
Jamais jour honnouré ne fuissent.
Si avoient il trop plus chier,
Au requerre et a l’approcier,
4395 Les armes, a quel fin que fust
Et morir de fer ou de fust,
Fust en tournoi ou en bataille,
Que jesir a l’ostel, sans faille.
Tele estoit la vie pour lors
4400 Et disoient : « Moult bien est mors
« Cilz chevaliers et vaillamment,
« Quant ensi par son hardement
« Il s’est mis as camps tous armés. »
Car otretant que renommés
4405 Est sains Pieres, ou sains Jehans,
Dessus aultres sains moins poissans,
Estoient renommé adont
Li chevalier par tout le mont
Que on disoit aventureus,
4410 Et estoient pour ewireus
Tenu, pour noble et pour gentil,
Et li aultre tenu a vil
Qui sejournoient a l’ostel, f. 33 d
Voires, se il n’estoient tel
4415 Que Camelz c’on dist de Camois,
Qui gardoit sa marce et sen bois
Contre tous chevaliers venans.
Cil qui estoient en ce tamps
Tel chevalier que Camelz fu,
4420 On parloit bien de son escu,
Dou fait de lui et des proeces.
Cil qui avoient teles teces
Que de bien fait passoient route,
On mettoit son entente toute
4425 Au renommer et honnourer,

Et faisoient tant a amer
Que on les appelloit, sans faille,
Oultre preu ou dieu de bataille,
Et s’avançoient en ce temps
4430 Cil qui aloient par les camps,
Povre chevalier, preu et bon,
De tel loenge et de tel nom,
Que une roÿne ou sa fille,
Et tenissent par an .c. mille,
4435 L’euissent plus chier a avoir
C’un chevalier a grant avoir
Qui ne fust preus et corageus.
Mais autrement va or li geus,
Car li preus est boutés arriere
4440 Et li avoirs a lie chiere
Est receüs premierement,
Ne or n’est dame vraiement
Qui face conte en son corage,
Ne ne prise nul mariage,
4445 Se la mise ne va devant,
Voires, tele par couvenant,
Que forte soit oultre l’ensengne. f. 34 a
Nous nos retrairons en Bretagne
Et parlerons des chevaliers
4450 Bons et preus, corageus et fiers,
Qui se fisent et avancierent
En ces anées, et cerchierent
Les aventures a grant painne ;
Car, sachiés, c’est cose certainne,
4455 En la cace ne fu pas seulz
Melyador li corageus.
Plus en y ot de .xxiiii.
Qui se vorrent o lui esbatre ;
Vint et .iiii., voires, x fois.
4460 Cescuns voloit a ceste fois
Oultre passer son compaignon

De proece et de bon renom.
D’aucuns on vous fera memore
Chi, en poursieuant ceste hystore,
4465 Qui furent bon oultre l’ensengne,
Si corn leur vie nous ensengne.



Nous clorons .i. peu nos escris
Au fil dou noble duch Patris,
Que j’appelle Melyador,
4470 Le chevalier au soleil d’or,
Et parlerons d’un moult vaillant
Et tres volentiers travillant,
C’on nomme le chevalier rouge,
Qui ne fait mies le harouge,
4475 Mais chevauce par grant avis
Et fait a le fois les devis
A Bertoulet son escuier ;
Mais qu’il ne vous voelle anoiier.
On trouveroit bien mains vassal,
4480 Mains preu a piet et a cheval,
Que li dis chevaliers ne soit. f. 34 b
Agamanor cilz se nommoit :
Issus estoit de Normendie.
Pour dame avoir ses cuers mendie ;
4485 Nuit et jour pense a Hermondine,
Et dist certes qu’elle est bien digne
Que prisie soit et amée,
Et souverainne reclamée
De celles qui sont a present.
4490 Messire Agamanor se sent
Fors et jones, et de grant taille
Pour bien furnir une bataille ;
Si en est plus bacelereus,
Avoech ce qu’il est amoureus.
4495 Entrés est en la Grant Bretagne,

Ou tamainte aventure estragne
Li avenront, ains qu’il en isse.
De li plus lonch recort feïsse
S’il fust li tiers en celle queste
4500 Pour Hermondine et le conqueste.
Mais, nennil, il en y a moult,
Li quel sont bon chevalier tout ;
Si m’en faudra ossi parler
Et leurs proeces recorder.
4505 Mais, puis qu’a Agamanor sui,
Je ne parlerai de nullui,
Quelz qu’ilz soit, ne de quel renom,
Si arai avanchié son nom.



Or s’en chevauce Agamanor
4510 Sus .i. cheval, .i. petit sor,
Sa targe au col, ou poing la glave.
Il n’est nulle riens qui l’emblave ;
Tant li est plaisans li mestiers
Que tout ce fait il volentiers.
4515 Ja avoit passet .i. boscage f. 34 c
Et s’en venoit sus .i. village,
La ou desarmer se devoit.
Ses escuiers regarde et voit
.I. chevalier dessus la lande,
4520 Qui moult estoit herbue et grande
Et le traversoit o son page.
Armés estoit a son usage,
Et portoit selonch ma semblance
De rouge a une targe blance.
4525 Moult y avoit bel chevalier
Et bien tailliet de recueillier
.I. autre chevalier sans faille,

A le jouste ou a le bataille.
Ce dist Bertoulès a son mestre :
4530 « Sire, jettés vos yex sus dextre
« Et regardés droit chi devant
« .I. chevalier moult avenant.
« Ne l’avions encor veü,
« Mais il nous a aperceü,
4535 « Car contre nous vient droitement.
« Jouster vous couvient erranment,
« Il ne vous demande autre cose. »
Et Agamanor, qui bien ose
Attendre et recueiller ossi
4540 Le chevalier amanevi,
Respont tantost : « Diex y ait part ! »
Ce fu fait. Errant il se part
En esporonnant le coursier
Et va son droit glave abaissier,
4545 Qui estoit coulourée rouge,
Sans faire noient le harouge,
Mais bien et aviséement ;
Ossi assés arréement
S’en vint li chevaliers vers li. f. 34 d
4550 Encontré se sont, je vous di,
Et donné tres grans horions
En la fourme de leurs blasons.
Ne se sont noient espargniet,
Mais telement acompagniet
4555 A la jouste, ce premier tour,
Pour acquerre pris et honnour,
Que jus se sont porté a terre.
Agamanor, qui de la guerre
Savoit plus que ses aversaires,
4560 Et ce li estoit necessaires,
Saut sus et si a trait l’espée ;
Son cheval lait en mi la prée
En la garde de son varlet,

Et puis en bon arroi se met
4565 Et s’en vient dessus Agaiant,
Qui levés estoit en estant ;
Mais trop fort estoit estourdis
Pour la cheüte, ce m’est vis.
Et, si tost qu’il se poet ravoir,
4570 Vous devés vraiement savoir
Qu’il ne fist mies l’emprunté,
Ançois a contre lui enté
La targe et a trette l’espée.
Ja orés tres bonne meslée,
4575 Car hardiement se requierent
Et sus les hÿaumes se fierent
Grans horions durs et pesans.
Fors chevaliers fu Agaians,
De gros membres et de grant taille ;
4580 Mais Agamanor en bataille
Valoit mieulz que demi dousainne,
Car cilz avoit si courte alainne
Que tantost li estoit fallie, f. 35 a
Et fu ferus a ceste fie
4585 D’Agamanor sus son hÿaume.
A paines ne li fist le psaume
Canter des mors, dou hourion,
Mais l’achier trouva dur et bon
Qui le garda d’estre navrés.
4590 Si fu il forment estonnés
Et adont, pour soi revengier,
L’espée ala amont haucier
Et le rabati en l’escu
D’Agamanor, par tel vertu,
4595 Que .iiii. doies y entra.
Et a ce qu’il le retira
Agamanor le hasta si,
Avoech ce qu’il le consieui
De l’espée, par grant vaillance,

4600 Qu’il le navra, a me semblance, [28]
Amont ou descouvers estoit,
Et adont le hurta si roit
De l’espaule, par grant proece,
Qu’il li fist moustrer sa longhece
4605 A la terre, car la cheï.
Agamanor se pourveï
De li haster pour faire rendre,
Ou la tieste a l’espée prendre.
Se le tint la en ce dangier
4610 Tant qu’il li ala escriier :
« Chevaliers, rendre vous couvient
« Ou chi morir ; a moi en tient. »
Ce respont Agaians : « C’est voirs,
« A vous me rent, c’est mes espoirs
4615 « Que courtoisie me ferez. »
Dist Agamanor : « Vous l’orés.
« Vous en irés a Carlion f. 35 b
« Et la, de bonne affection,
« Recognisterés no bataille.
4620 « Penitance aultre ne vous taille ;
« Car, quant fait arés ce voiage,
« Vous porés et sans nul outrage
« Retourner, en ce couvenant,
« En la queste comme devant. »
4625 Dist Agaiant : « Dieus y ait part !
« Ensi ferai a vo depart.
« Jamais n’arai hÿaume en tieste
« S’arai acompli le requeste. »
Agamanor prist lors congiet,
4630 Qui la a Agaiant laissiet
Avoech son varlet seulement.
Je crois bien qu’il fist telement
Que Agamanor li carga,

Et que noient il n’atarga,
4635 Mais se mist tantost au chemin.
Ensi esploita ce matin
Li rouges chevaliers vaillans.
Ce jour fist .ii. estours moult grans,
Car a heure de remontiere
4640 En mist il .i. aultre a litiere,
Qui appellés estoit Gondrés.
Et puis chevauca ens uns prés,
Et s’en vint jesir sus ce soir,
Proprement au Destour Manoir,
4645 Ou on li dist vraies nouvelles,
Qui li furent plaisans et belles,
Dou tournoi qui pas ne se tarde,
Qui se tenra devant la Garde.
Et la encor le voir oÿ
4650 Dou chevalier c’on prise si,
En qui proece se deporte, f. 35 c
Qui dou soleil d’or s’arme et porte,
Comment il fu a Carmelin
Et desconfi par bon hustin
4655 Aghamar, le fort chevalier.
Ces nouvelles sans anoiier
Ot volentiers Agamanor,
Et dist, s’il plait a Dieu encor,
Ce bon chevalier trouvera
4660 Et a son corps s’esprouvera.
Ensi passerent il ce soir.
A l’endemain, sans remanoir,
Agamanor et ses varlès
Qui nommés estoit Bertoulès
4665 Sont monté et remis a voie.
Or esce raison que je voie
S’Agamanor scet riens chanter ?
Oïl. Il s’en poet bien vanter,
S’il voet, qu’il en scet grandement

4670 Et a moult joli sentement
D’ordener aucune cançon.
Encores l’en mist a raison
Ses varlès qui li dist : « Biau sire,
« Grant temps a ne vous oÿ dire
4675 « Motet, cançon ne virelay. »
Et cilz respont sans nul délai :
« Tu le m’as or ramenteü,
« A tele fin c’un pourveü
« En ai puis .iiii. jours en ça.
4680 « Je n’en fis ne cantai pieça
« Nul qui me pleusist telement.
« Se le vodrai presentement
« Chanter pour nous miex resjoïr. »
— « Et je suis tous près de l’oïr »,
4685 Ce respont Bertoulès, « par m’ame. » f. 35 d
Adont Agamanor entame
Le virelay a clere vois,
Qui fu si fait, a ceste fois.


Virelay.

Ma dame, je vous laissai,
4690 Au departir, quanques j’ai,
Mon coer, mon corps, entirement.
Si le gardés, car loyaument
De vous ja ne l’osterai.

Car ou monde je ne sçay,
4695 Ce vous di je certainnement,
En qui fiance euisse ou ai,
Fors qu’en vous, dame, seulement.
Pour ce a vous je me donnai,
Tel que, tant com je viverai,

4700 Me sera il bien souvenant,
Que vo voloir parfaitement,
Sans doubte, tous jours [je] ferai.
Ma dame, etc.

Pour ce liés sui et serai
4705 Qu’en bonne garde vraiement
Je me suis mis, et s’est bien vrai
Qui bien se met grant bien attent.
Pour ce tous jours attenderai ;
De vous servir me penerai,
4710 Que vostres bontés est si grant
Que j’en vic tous jours liement.
Pour ce de vous ne parlerai.
Ma dame, etc.



Ensi Agamanor chanta [29]
4715 Son virelay. Moult le loa
Ses escuiers, pour verité,
Et qu’il avoit tres bien chanté.
Adont chevaucent tous les plains. f. 36 a
Agamanor fait ses complains
4720 Souvent de la belle Hermondine,
Et dist certes qu’elle est bien digne,
A ce que il oÿ retraire,
Que on en doie et dire et faire
Toutes cançons tres amoureuses,
4725 Car les pensées gracieuses
C’on a a li et c’on ara,
Les chevaliers esmovera
En armes, et en gentillece
Et en tous estas de liece ;
4730 Par quoi il en seront joli,
Bacelereus et tres hardi.

D’Agamanor droit ci lairons
Et de Gratiien parlerons,
Qui ne fait pas a oubliier,
4735 Car on faurroit a chevalier
Bien plus courtois que de son corps,
Si com vous dira li recors.
Moult estoit pleins de vasselage,
Liet d’esperit et de corage.
4740 Cilz sur l’ordenance taillie
Estoit issus hors d’Italye,
En espoir, ou je l’adevine,
Pour l’amour la belle Hermondine,
Dont il avoit oÿ parler ;
4745 Car nouvelles ne font c’aler
En tous lieus et en tous pays.
Pas ne se sentoit esbahis
Pour bien fournir une besongne.
Tourné li fust a grant virgongne,
4750 Quant il avoit force et poissance,
Armeüres, mise, et chavance
Et desir d’acquerre proece, f. 36 b
Et dedens une forterece
On l’euist la trouvé chiés soi.
4755 Plus chier euist morir, par foi,
Que sourvenus li fust cis blasmes,
Car trop grans estoit li esclames,
Par mi le monde, d’Ermondine.
.C. chevaliers de lui mains digne
4760 S’estoient ja mis en la queste.
Mais je fai de Graciien feste
Pour ce qu’il estoit amoureus,
Friches, courtois et gracieus,
Sans estre hastieus ne harouges.
4765 De blanch a .ii. biaus pelz tous rouges
L’un devant et l’autre derriere,
S’armoit li preus a sa maniere,

Et d’un pel en sa targe blance ;
Bonne en estoit li ordenance.
4770 Varlet avoit pour radrecier,
Le quel on nommoit Manesier,
Qui menoit .i. cheval en destre,
Et portoit la lance son mestre
Et son hÿaume a chiés de fois.
4775 Or est entrés en .i. biau bois
Graciiens, a heure de tierce.
Riens n’a sur lui ne li affierce.
Entour l’eure de miedi
Dedens ce bois il entendi
4780 La vois, qui estoit moult isnelle,
Vis li fu d’une damoiselle.
Adont a il levé la tieste ;
Si se tient tous quois et arreste
Pour lui enfourmer miex dou fait,
4785 Et de la vois, et qui la fait.
De rechief ot et bien entent, f. 36 c
A ce que l’oreille il y tent,
Que ceste n’est pas a sen aise.
A son varlet dist : « Il te plaise
4790 « A cevaucier droit ci devant
« Et va, je te pri, si avant
« Que tu me saces au retour
« De vrai conter en quel atour
« Ceste est, dont j’ai oÿ la vois.
4795 « Et se trop parfont entre ou bois,
« Mait a bouche ton cor d’ivoire ;
« Par ton son arai bien memoire
« Se je doi devers toi aler. »
Quant Manesiers oÿ parler
4800 Son signeur, si dist : « Je l’otri. »
D’iluec s’est partis sans detri
Et le bon coursier esporonne.
.I. petit vauciel environne ;

A l’assent de la vois s’en va
4805 Ou la damoiselle trouva
Qui forment estoit esplorée :
Je croi c’on l’appelloit Florée.
Uns grans chevaliers l’enmenoit,
Qui trop griefment le demenoit.
4810 Cilz l’avoit emblée et ravie,
Ne onques en jour de sa vie,
A painnes avoit il pensé
Bien, ne honneur, ne loyauté,
Fors que barat et trecerie,
4815 Et encores par lecerie
Euist virgondé la pucelle,
Qui estoit moult jone et moult belle
Et fille de souffisant homme,
Se cilz que Graciien je nomme
4820 Ne l’euist trouvé d’aventure, f. 36 d
Si com dira li escripture.



Quant la damoiselle jolie
Voit venir, parmi la fuellie,
.I. homme sus .i. blanc coursier,
4825 Si se va .i. peu renforcier
A criier et a soi complaindre,
Et cilz, qui pas ne se volt faindre
Qu’il n’acomplesist le commant
Son mestre nommé chi devant,
4830 Vint esporonnant jusc’a la.
De premiers bellement parla
En demandant a la pucelle :
« Dittes moy et que vous fault, belle,
« Qui telement vous lamentés ?
4835 « Est çou oultre vos volentés
« Que cilz chevaliers vous emmainne ? »
— « Diex vous mette en male sepmainne, »

Ce dist tantost li chevaliers,
« Tres ors vis garçons lavendiers,
4840 « Qu’en monte il a vous dou savoir ?
« Se je cuidoie honneur avoir
« A vous batre par ces .ii. mains,
« Vous n’en porteriés mies mains.
« Finés de ci tantost en l’eure,
4845 « Ou mal ira de vo demeure. »
Adont la pucelle s’escrie
Et dist : « Ha ! frans varlès, aÿe !
« Se vous avés signeur ne mestre,
« De lui m’en devera bien nestre
4850 « Aucune bonté au jour d’ui.
« Vous veés en quel point je sui
« Par ce faulz traïteur mauvais
« C’amer ne poroie jamais,
« Car il m’a faussement emblée f. 37 a
4855 « Chiés mon peré et priès violée. »
Et quant Manesiers l’entendi,
Son cor sonne, plus n’atendi,
Et se part d’illuech bien montés.
Gratiens, en qui fu bontés,
4860 Honneur, force et chevalerie,
Broce parmi la praerie
Et s’en vient droitement au son
De son varlet qui, par raison,
En sonnant le cor moult le coite.
4865 Li chevaliers si bien s’esploite
Qu’il vient la, ne plus il ne targe,
Le glave ou poing, ou col la targe,
Bien armés et faiticement,
Pour faire .i. grant commencement.
4870 Sitost qu’il fu mis ou chemin,
Il descendi de son roncin.
Ses escuiers errant li baille
Son coursier ; il monte sans faille.

Ja li avoit il demandé
4875 Tout le fait, et cils recordé
Ensi que la besongne aloit ;
Gratiiens qui petit parloit
Est entrés errant es esclos
Ou li chevaliers fu enclos,
4880 Qui la pucelle fourmenoit,
Car tout maugré li l’enmenoit.
Adonques Graciiens s’avance,
Hÿaume ou chief, ou poing la lance :
La vient ou le chevalier trueve :
4885 De si lonch qu’il le voit li rueve
Qu’il lait la damoiselle aler
Et qu’il en fait trop a blasmer,
Quant ensi maugré li l’enmainne, f. 37 b
Et que c’est oevre trop villaine
4890 Pour .i. chevalier de bon nom
Qui voet avoir grasce et renom.
A painnes le daigna respondre
Begos, qui cuidoit bien confondre
Tous chevaliers par sa proece,
4895 Mais passe oultre et la tieste drece.
Et, quant cilz en voit la maniere,
Si dist : « Dans chevaliers, arriere
« Vous fault il retourner sans faille,
« Car a moy arés la bataille.
4900 « Je voel calengier la querelle
« De ceste jone damoiselle
« Et di que vous avés grant tort. »
Et quant Begos s’entent si fort
Manecier, s’en a grant virgongne.
4905 Ensi que cilz qui ne ressongne
Monsigneur Graciien granment,
Prent sa lance tout erranment
Et pour trop bien jouster s’atourne.
Graciiens mies ne sejourne.

4910 Tout doi leurs chevaus esporonnent.
Sus les targes grans cos se donnent
De leurs glaves as fiers trenchans.
Moult par estoit fors li perchans
Dou chevalier ytaliien,
4915 C’on dist monsigneur Graciien :
Begot si tres roit consieui
Que jus a terre l’abati.
Ce fu si mesaisiement,
C’onques de puis aisiement
4920 Ne s’aida si bien que devant.
Graciiens passe tout avant
Et met tantost le piet a terre ; f. 37 c
Si vient son ennemi requerre
De grant coer a l’espée dure.
4925 Begos, qui en son armeüre
Estoit grans, mais trop fors loudiers
Et trop garnis de grans cuidiers,
Estoit ja en piés relevés ;
Mais point n’estoit avant alés,
4930 Ançois se tenoit en estant
Le branch tout nu. Si dist en tant
Que Graciiens s’en vint sur li :
« Chevaliers, qui m’avés droit ci
« Abatu par vo vasselage,
4935 « Est çou par force ou par haussage
« Que tollir me volés m’amie ?
« Saciés que je ne vous voel mie
« Grever dou plus que je poroie.
« Vous ne aultrui je ne vorroie
4940 « Faire tort, point n’en sui de taille,
« Mais laissiés moi et la bataille
« Et m’amie, et alés vo voie. »
Dist Gratiiens : « Se je devoie
« Morir en le painne, par m’ame,
4945 « Si me renderés vous la dame,

« Et recognisterés pour quoi
« Vous li avés fait tel anoi. »
Dist Begos : « Ce ne sera ja. »
Adont nul d’iaus ne s’espargna,
4950 Mais se requierent fierement
Sans mettre y nul detriement.



Cilz Begos estoit grans et durs,
Ce sambloit de son corps .i. murs.
Gratiiens fu de mendre taille,
4955 Mais sans doubte pour la bataille
Il valoit trop miex que Begos. f. 37 d
Je ne comptai pas tous les cops
Que la entre yaus .ii. se donnerent,
Mais telement se randonnerent
4960 Que ce sambloient doi forgeur.
Graciiens, qui en sa vigeur
Estoit et qui savoit le tour
De bien gouvrener .i. estour,
Ce Begot a .ii. bras embrace,
4965 Et contre lui si fort le sace
Et l’estraint contre sa poitrine
Que il l’abat, pance souvine.
Sus li chiet l’espée ens ou poing ;
Dou pumiel, si com sus .i. coing,
4970 Sus le hÿaume li martelle.
Diex, com lie est la damoiselle,
Quant elle voit son ennemi
Jesir a terre en ce parti !
N’en volsist tenir mille livres.
4975 Moult bien volsist estre delivres
De ce pas messires Begos,
Car cilz li donne si grans cops
Sus la teste, que tout l’estonne ;
En ce point que je vous ordonne,

4980 La endroit si fort le demainne
Que jusques a la grosse alainne
Le fait venir. Il ne poet plus ;
II vaut autant que homs vaincus,
Car ensi se lait maniier
4985 C’on voet, sans braire et sans criier.
Gratiiens, qui de priès s’acoste,
Son hÿaume en tirant li oste,
Et li met dessus le visage
L’espée et dist : « J’ai avantage,
4990 « Chevaliers, de toi ci occire. f. 38 a
« Di errant ce que tu dois dire,
« Ou tu n’en aras mies mains. »
Begos, qui se voit entre mains
Perilleuses, est moult confus
4995 Et dist : « Certes, je ne puis plus,
« Chevaliers, a vous je me rens. »
Respont Graciiens : « Je vous prens,
« Parmi tant que vous dirés voir. »
— « Oïl », dist cilz sans remanoir.
5000 Adonques de coer courroucié
Recorde Begos son pechié,
Et dist : « Sire, il est vérités
« C’uns chevaliers qui est voir telz
« Que frans, courtois, preus et vaillans,
5005 « Et vostre queste poursieuans,
« Se combati a moi l’autrier
« Et jou a lui, de coer entier.
« Il me conquist, je me rendi,
« Et sus ma foi il m’enjoindi
5010 « C’a Carlion devoie aler
« Au roi et as barons parler,
« Et la recorder no bataille.
« Tout ce li creantai sans faille ;
« Mais, lors qu’il me fu eslongiés
5015 « Et que de lui fu pris congiés,

« Je m’avisai d’un grant malisce,
« Sire, a vous recognois mon visce,
« Car je di que la ja n’iroie,
« Et que trop vergondés seroie,
5020 « S’il me couvenoit confesser
« Ce de quoi je me voel cesser.
« Si m’avisai que pas n’iroie
« Celle part, mais m’en retourroie
« Chiés moy et dedens mon chastiel. f. 38 b
5025 « Sus mon chemin me vint a biel
« Au penser a ceste pucelle,
« Et me sambla moult bien, se celle
« Pooie avoir en mon manoir,
« Trop bien aroie esploitié voir.
5030 « Si com je l’avisai je fis,
« Dont en ce trop fort me meffis,
« Car je l’emblai a son bon pere
« Et ossi a sa bonne mere
« Qui avoient en moy fiance,
5035 « Et l’euch par soubtieue ordenance.
« S’il vous plaist, si le remenrai. »
Respont Graciiens : « Je ne scai
« S’en vous affiier me poroie,
« Car nullement je ne vorroie
5040 « Que la pucelle euist anoi ;
« Assés en a eü, par foy.
« Mais nommés moy le chevalier,
« Qui se combati avant hier
« A vous et qui vous desconfi. »
5045 — « Sire », dist Begos, « je vous di
« Que mies ne le sçai nommer,
« Mais les armes qu’il poet porter
« Vous nommerai bien en apiert.
« En blewes parures il siert
5050 « Ceste queste et dame Hermondine.
« En sa targe, qui moult est fine,

«Porte .i. soleil d’or, ce m’est vis.
« Biaus homs est, de corps et de vis,
« De membres et de toute taille,
5055 « Et bien scet faire une bataille.
« Diex le gart d’anoi et de mal,
« Car il me rendi mon cheval,
« Mes parures et men espée, f. 38 c
« Et me mist en bonne pensée,
5060 « Quoi que j’aie fait le contraire.
« Plus avant je n’en sçai retraire :
« Si vous pri que vous me faciés
« Grasce sur ce, et bien saciés
« Que jamais je ne mefferai.
5065 « Loyaument je le vous jurrai. »



Graciiens ot celi parler,
Qui prie c’on le laist aler
Ou c’on li face aucune grasce.
Sur ce pensa il une espasse
5070 Que dou faire et que dou laiier,
Et ossi au bleu chevalier
Au quel cilz a fait mesprison,
Quant pris l’avoit pour son prison
Et l’envoioit ens ou message,
Ou tout li fol et tout li sage
5075 Vont ou cas qu’il en sont requis,
Et par armes pris et conquis.
Encor y a .i. aultre point
Qui a pardonner ne fait point
Et qui trop grandement le blece,
5080 Ou jugement de gentillece,
Quant une jone pucelete,
De pechié et de visce nette,
A trahi et son pere ossi.
Ces .ii. coses argüent si

5085 Au chevalier certainnement,
Qu’il dist en soi que nullement
Il ne poet veoir par nul tour,
Que cils ne face son retour
Par le roy Artu et ses hommes ;
5090 Mais il dit : « Chevaliers, nous sommes
« Maintenant sus nostre chemin, f. 38 d
« Lequel nous avons jusqu’en fin
« Dit et juret solennelment
« Que les coses tout telement
5095 « Qu’elles nous poront avenir,
« En painne que dou retenir,
« Nous metterons comment qu’il soit.
« Et se de verité estoit
« Sceü dou faire le contraire,
5100 « Plus avant n’arions que faire
« Pour acquerre honneur et renom.
« Siques, chevaliers, en son nom
« Je vous di : Venir vous en fault
« Avoech moi, sans point de default,
5105 « Au chastiel dont vous partesistes,
« Quant ceste pucelle presistes ;
« Je n’i voi nulle aultre querelle.
« Prendés vo cheval et vo selle ;
« Si montés et partons de chi,
5110 « Car vous n’arés aultre merchi.
« Chiés son pere vous remenrai
« Et la, espoir, conseil arai
« Comment user porrai de vous. »
Adont monta Begos li rous [30]
5115 Qui est grandement esbahis ;
Bien vodroit estre en son pays
Ou aultre part a sauveté.
Graciiens a errant monté

La pucelle reconfortée.
5120 Lors se partent sans demorée,
Et si se sont mis au chemin.
Venu s’en sont a Montgoffin ;
Ensi fu li chastiaus nommés.
Biaus estoit et moult bien fremés.
5125 Laiens ot esté la journée f. 39 a
Toute grant tristrece ajournée
Pour l’amour de leur damoiselle,
Et, quant amont vint la nouvelle
Qu’elle estoit la jus a la porte,
5130 Evous errant qui les clés porte
Qui deffrume tost et apiert.
Et si trestot c’on ot ouvert,
Il entrerent ens erranment
Et descendirent proprement
5135 Ou chastiel, au piet des degrés.
On dit par tout : « Ouvrés, ouvrés ;
« Veci no fille revenue. »
Pere et mere qui bien perdue
Le cuidoient avoir, pour voir,
5140 Ont grant joie lors que veoir
Le poeent et le chevalier.
Adont vont leur fille embracier
Pere et mere moult doucement.
Ne furent pas la longement,
5145 Quant la fillete leur recorde
La vie qui fu vilz et orde
De Begot qui l’avoit emblée,
Et comment a la bonne espée
Li chevaliers l’a reconquis
5150 Et delivré de tous anuis.
Adont fu forment honnourés
Graciiens, prisiés et loés,
Et li met on en abandon
Chastiel, revenue et maison ;

5155 Et cilz grans grasces lor en rent,
Et dist et prommet loyaument
C’un service encores plus grant
Feroit de cuer liet et joiant
A leur fille et a toutes dames, f. 39 b
5160 Ançois que nulz trop grant esclames
Leur fust repris de villonnie,
Ou il y metteroit la vie.



Bien fu festiiés cele nuit
En grant joie et en grant deduit
5165 Graciiens, car ce fu raisons.
Tout li chastiaus et la maisons
En furent forment resbaudi.
A l’endemain on entendi
Que Graciiens voloit partir.
5170 Adonques li alan on offrir
Quel cose on feroit de Begot.
Ilz tantost ordené en ot
Et se le dit au chevalier,
Pere a la pucelle qui hier
5175 Il avoit de peril osté :
« Sire, j’ai bien consideré
« Que cilz Begos s’est trop fourfais
« Et c’on ne li poet tant de fais
« Donner que bien a desservi ;
5180 « Et pour ce que je voi en li
« Qu’il n’est ne loyaus ne estables,
« Vous prenderés de vos feables
« Sis ou .vii., ce que vous vodrés,
« Et par chiaus mener le ferés
5185 « En la court dou bon roy Artu
« Qui regardera sus l’argu

« Dou chevalier, et tout si homme,
« Plus sagement et mieulx en somme
« Que nous ne porions ja faire.
5190 « Cil jugeront de son afaire,
« Car dou tout a yaus il en tient
« Et mieus qu’a nous en apertient. »
Cilz consaus fu tenus sans doute. f. 39 c
Adont est rentrés en sa route
5195 Graciiens, et dou chastiel part.
La damoiselle a son depart
Li donna .i. biel anelet.
Il le prist, mies ne le let,
Et l’en remercia forment,
5200 Et li dist que certainnement
C’est ses chevaliers a tous jours,
Et qu’il sera ou cilz behours
Se tenra par devant la Garde,
Se Fortune ne l’en retarde.
5205 Sus cel estat ist de la porte
Et entre en une voie torte,
Qui l’enmainne devers le bois,
En chantant a moult haute vois
.I. virelai joli et gai,
5210 Lequel pour s’amour je dirai,
Car il vault bien qu’il soit oïs
Et li chevaliers resjoïs,
Com cilz qui bien par amours aimme,
Car des amoureus il se claime.


Virelay.

5215 Sonques de coer vous desiré,
Encor vous desir je trop plus,
Ma douce dame en loyauté,
 

Et a bon droit, car vraiement
Tous les jours de ma vie
5220 Serai vostres entirement,
De ce ne doubtés mie,
Pour faire a vostre volenté ;
Car du tout y sui je tenus
Et certes voir je le feré.
5225 S’onques de coer, etc.

Or pri a Dieu que bien briefment, f. 39 d
Et a chiere tres lie,
Je vous revoie ou nullement
Ne sera acomplie
5230 Ma liëce, et en verité
Tant de joie n’ot onques nuls,
Se ce bonheur m’estoit donné.
[S’]onques, etc.



Ensi a par soi se solace
5235 Graciiens, qui voet bien c’on sace
Qu’il est amoureus et jolis.
Ce li est plaisance et delis
De penser a ses amouretes.
Se sont pensées moult tres nettes
5240 Et qui font a recommender.
Se de li volés demander,
Il chevauca celle journée
Sans encontrer nulle riensnée,
C’on puist conter par aventure.
5245 Or nous dist chi li escripture
Que a l’endemain il trouva
Aventure ou il s’esprouva.
Mais ossi comment il li vint,
Et quel fortune li avint,

5250 Compter le vous voel clerement.
En le marce tout proprement,
Ou il chevaucoit tous armés,
Estoit uns biaus chastiaus fremés,
Dont li sires de la maison,
5255 Qui avoit honneur et raison,
Avoit .i. damoisiel a fil,
Jone, gratieus et gentil,
Qui Clarins estoit appellés.
Cilz filz s’estoit entremellés
5260 Que d’estre entrés en celle queste, f. 40 a
Dont chevalier faisoient feste,
Siques pour son corps avancier,
Car les armes avoit moult chier.
Ja ot fait pluiseurs apertises ;
5265 Mais, tout ensi que les antises
D’armes sont assés mervilleuses,
Une heure bonne et puis nuiseuses,
Ensi l’en estoit avenu.
Il avoit longement tenu
5270 La frontiere de son paÿs
Et n’estoit mies si haÿs
Qu’il ne fust en la cour nommés
Vaillans homs et moult renommés.
Mais puis .i. mois, en liu estragne,
5275 Au departement de Bretagne,
En une moult obscure lande,
Sus les plains de Norchombrelande,
Avoit jousté de fier de lance,
Par ahatie contenance,
5280 A Camel con dist de Camois,
Li quelz l’avoit a ceste fois
Abatu et navré moult mal ;
Mais rendu li ot son cheval

Et dist qu’il se fesist garir
5285 Et pris sa foi de revenir
A Montgriès, en celle saison,
Et avoit laissié son blason,
Com prisonniers, au dit Camel.
Clarins, qui ne pensoit a el
5290 Fors que voir sa santé avoir,
Estoit retrais en son manoir,
Ciés son pere moult anciien.
La avoit .i. phisiciien
Qui le medicinoit de coer. f. 40 b
5295 Cilz Clarins avoit une soer,
Qui le gardoit songneusement
Et qui l’amoit moult tendrement,
Ensi c’on doit amer son frere.
Cilz chevaliers, c’est cose clere,
5300 Qui moult desiroit sa santé,
Avoit de sa jonece hanté
Une moult tres belle fontainne
Qui n’estoit mies tres lointainne
Dou chastiel, et seoit ou bois
5305 Ou Graciiens a celle fois
Chevaucoit, si com j’ai ja dit.
Messires Clarins sus son lit
Se tenoit souvent en seant ;
Sa serour li estoit devant.
5310 Or li vint une heure en plaisance
De la fontainne en remembrance,
Et li sambla, s’il en avoit
Beü, que grant bien li feroit.
Si dist a sa sereur ensi :
5315 « Ma belle sereur, je vous pri
« Que vous alés a la fontainne,
« Et d’une boutillete plainne
« M’en aportés tout quoiement,
« Et je vous ai bien en couvent

5320 « Que elle me fera grant bien,
« Tout maugré mon phisiciien
« Qui m’en a defendu a boire. »
Ceste prist .i. vaissiel de voirre
Et se mist tantost au chemin,
5325 Toute seule ; et a celle fin,
Pour plus tost retourner arriere,
Tant esploita a sa maniere
Qu’a la fontaine en est venue, f. 40 c
Et la tout aval descendue.
5330 Si rafresci sa boutillete
Et, pour ce qu’elle estoit seulete,
Elle en but et si s’en lava,
Et .i. peu trop y sejourna,
Dont il l’en fu priès mesvenu ;
5335 Car par dedens le bois ramu
Avoit .i. ours grant et hideus,
Qui celle part s’en vint tous seuls
Ou la damoiselle seoit
Et quant la fillette le voit,
5340 Si en fu trop fort esbahie.
Adont a haute vois s’escrie :
« Haro ! haro ! voir, je sui morte. »
Li ours a tout sa tieste torte
Se croupoit dessus .i. monciel,
5345 Et la fille estoit ou vauciel
Qui ne s’osoit partir de la.
Gratiiens adont s’avala
Celle part, car la vois oÿ
De la pucelle, ce vous di,
5350 Et si tres bien la voie tint
Que droit a la fontainne vint.
Si voit la demoiselle en bas,
Et l’ours qui faisoit ses apas
En regardant la pucelete.
5355 Adont l’espée toute trette,

S’en vient sur l’ours pour l’envaïr.
Li ours, qui ne daigna fuïr,
Se drece et fait une grant hure.
Gratiiens, qui lors met sa cure
5360 Comment il le pora grever
Pour mieus le monde delivrer,
Tout a piet s’en vient devers li. f. 40 d
Li ours se lance et tout ensi
Qu’il volt le chevalier haper.
5365 Gratiiens li ala fraper
Sen espée dedens la goule,
Et jusques ens es haus li coule.
Ens ou corps si bien l’assena
Que mort illuech le reversa.
5370 Ensi fu occis li maufés,
Et Gratiiens tous escaufés
Reprist erranment son espée,
Qui toute estoit ensanglentée,
Et puis si regarda la beste
5375 En mesurant et cors et tieste.
Et quant il ot alé au tour,
Il prist droitement son retour
Par dalés la jone pucelle,
Qui estoit a la fontenelle
5380 Reconfortée grandement ;
Car elle veoit en present,
La gisant mort, son ennemi.
La damoiselle, ce vous di,
Remercia le chevalier,
5385 Et dist : « Sire, sans mal cuidier,
« Bien sçai que j’euisse esté morte,
« Se vostre espée dure et forte
« Ne m’euist osté de ce pas. »
Et Graciiens, qui n’est pas las
5390 De li honnerer, li demande
Pourquoi, si seule en celle lande,

Elle estoit dou chastiel issue.
Et celle, qui ne fu pas mue
De lui compter la verité,
5395 Li a incontinent conté
.................... [31]
....................
5531 Et moult volentiers travillans f. 41 a
En la queste dont je vous conte.
Honneur amoit et doubtoit honte,
Et grandement fu cogneüs,
5535 Et moult souvent ramenteüs
En la court dou bon roi Artu.
Il portoit .i. vermeil escu
A une harpe toute blance,
J’en prise moult bien l’ordenance.
5540 Dagorisès avoit cilz nom.
Chevaliers fu de grant renom,
De bon tour et de bonne taille
Pour bien furnir une bataille.
Dou grant estoit Agamanor :
5545 De lui vodrons parler des or
Et recorder de ses proeces,
De ses fais et de ses nobleces.
Entrés fu en la Grant Bretagne ;
Si ont passé une montagne
5550 Entre lui et son escuier.
Ce soir s’en vinrent herbegier
Ciés .i. chevalier moult viel homme.
Banidan cilz livres le nomme.

.I. fil avoit dedens la queste,
5555 Dont li chevaliers faisoit feste
Qui Banidans estoit nommés.
Dagorisès fu ostelés
Dou chevalier tout a sen aise,
Tant que c’est drois que bien li plaise.
5560 Adont li ala demander
Dagorisès apriès souper
Et dist : « Sire, par vo merci,
« C’or me dittes, je vous en pri,
« Se vos savés nulles nouvelles.
5565 « Point n’ai fait remuer mes selles f. 41 b
« De puis .iiii. jours en escha ;
« Mais toutes fois, ne ça, ne la,
« N’ai trouvé nesune aventure
« Dont je deuisse faire cure.
5570 « Si ne demande jou riens el. »
Dist li vielz chevaliers : « Otel
« Me demandoit hier soir, ceens,
« Uns chevaliers courtois et gens,
« Qui volentiers euist veü
5575 « Aucun chevalier pourveü
« De jouster ou combatre a lui. »
Dist Dagorisès : « Vemeci
« Tout prest, mes que demain le trueve.
« Or me dittes, je le vous rueve,
5580 « Quel chemin il tient ne u va. »
Dist li vi[e]lz chevaliers : « Dela
« Ce bois le fis mettre au chemin. »
— « Et de quoi s’arme il ? A le fin
« Le demande que le cognoisse,
5585 « Ne s’il me fera ja angoisse,
« Mais a lui je vodrai jouster. »
Respont cilz qui l’oÿ parler :
« Monsigneur, sachiés tout de fi,
« De blanch et vermeil mi parti. »

5590 — « C’est assés, dit Dagorisès,
« Je n’en voel plus oïr hui mes.
« A demain, se li temps l’ordonne,
« J’arai quelque aventure bonne. »
Ensi laissierent le parler.
5595 Si s’en peurent couchier aler
Et dormirent jusc’au matin.
Ensiellé furent li roncin
Et la cose toute aprestée.
Dagorisès a çaint l’espée f. 41 c
5600 Et puis monta sus son coursier.
Congiet a pris au chevalier,
Quant il l’ot ens ou chemin mis.
Or chevauce gais et jolis
Li chevaliers au rouge escu.
5605 Supposés vous qu’il ait vescu
Jusc’a ores sans bien amer ?
Nennil, voir, j’ose bien jurer
Que de ce a assés sa part,
Car, lors que dou chevalier part
5610 Qui liement l’eut recueilli,
II entre en .i. pourpos joli,
Et fist .i. rondelet moult gent,
Le quel il chanta en present,
De liet coer et a haute vois,
5615 En costiant l’ombre dou bois.


Rondel.

Ma douce dame souverainne,
Ne me voelliés ja oublier,
Car ja ne vous oublierai.

De moi poés estre certainne
5620 Que vostre sui, c’est sans doubter.
Ma douce, etc.
 

A vous servir mettrai tel painne
Que vous porés en moi trouver
L’entier voloir que vers vous ay.
5625 Ma douce dame, etc.



Dagorisès ensi s’esbat
Et dedens la lande s’embat,
Ou temprement ora nouvelles
Selonch ce que sont ses querelles.
5630 Ja estoit tierce, et non pas grande,
Quant chanter oÿ sus la lande,
Mais ne savoit a dire quoi, f. 41 d
Fors que la vois et l’esbanoi
D’un chevalier a son samblant.
5635 Ses escuiers s’est trais avant ;
Se li recorda ceste psaume :
« Sire, c’or metés vo hÿaume,
« Si serés plus près, s’il besongne. »
Et chils, qui mies ne ressongne
5640 La painne, li a dit : « Amis,
« Baille cha. » Et chilz li a mis
Apertement dessus son chief ;
Lachiet li a, et de rechief
Estraint sa targe et rebouclée.
5645 Evous venant de randonnée
.I. chevalier moult bien armé,
Qui issoit dou vert bois ramé,
Et si traversoit celle lande,
Ne aultre cose ne demande
5650 Que les armes, saciés pour voir.
C’est cilz dont li frans homs hersoir
Recorda a Daghoriset :
II s’appelloit Hermonicet.
Je croi qu’il estoit de Cartage
5655 Et si avoit bon avantage

D’estre fors, car il estoit grans,
Et par samblant entreprendans.
Compains estoit de ceste queste ;
Ja avoit tamaint biau conqueste
5660 Par les armes pris et eüs.
Rouges et blans fu ses escus,
Et ossi li demorans tous.
Il n’estoit felons ne estous,
Mais gracieus en tous estas.
5665 Quant il perchut qu’il avoit cas f. 42 a
De jouster, si mist le hÿaume ;
II estoit plus lons une paulme
Que ne fust dans Dagorisès.
Entre lui et Hermonicès
5670 Feront une jouste moult belle.
Cescuns la lance sous l’asselle,
En portant .i. petit sus fautre,
S’en viennent li .i. contre l’autre,
Sans demander : « Que querrés vous ? »
5675 Ne : « Pour quoi nous combatons nous ? »
Lors estoit leurs affaires telz
Que li camps leur estoit mortelz,
Sans nulles autres deffiances.
Ensi furent les cognissances
5680 Données de dame Hermondine.
Chil doi chevalier, qui sont digne
D’estre escript ou nombre des preus,
Fisent la .i. cop amoureus
Qui ne fait pas a oublier,
5685 Et pour yaus mieus appropriier,
De courage et de bon argu,
Se ferirent par tel vertu,
Sus leurs targes bonnes et belles,
Que tout oultre les anemielles
5690 Fisent passer en abandon.
Li cop vuidierent de randon,

Autrement il se fuissent mort ;
Mais il s’encontrerent si fort
Et de si arré couvenant
5695 Que, l’un contre l’autre boutant,
Leurs lances en tronçons volerent.
Mais li doi tronçon demorerent
Ens es targes, sachiés pour voir,
Et les couvint pour les ravoir
5700 Par les escuiers traire a force. f. 42 b
Adonques cascuns d’yaus s’efforce,
Pour requerre son compagnon,
D’espée et d’aultre cose non,
Et sus les hÿaumes se donnent
5705 Telz horions, que tout s’estonnent.
Cescuns a bien tel hardement
Qu’il ont entre yaus grant mautalent,
De che que plus tos ne s’afinent.
Tant se batent, tant se hustinent
5710 Que briefment il sont si hasté,
Et leur cheval si enarsé
De caleur et de grant suour,
Que leur cop n’ont mais tel vigour
De la moitié c’avoir soloient,
5715 Ne a painnes il ne pooient
Ravoir leur force et leur alainne.
C’est bataille belle et villainne :
Belle en ce que bien se combatent,
Villaine en ce que trop se batent
5720 Et se travellent sans repos.
Adont vint il la en pourpos
A leur .ii. varlès, ce me samble,
Qui estoient tout doi ensamble
Et qui leurs mestres regardoient
5725 Qui vassaument se combatoient,
Qu’il leur diroient leur avis ;
Car il les veïssent envis

Yaus occire, ne mehaignier,
D’un acord sans yaus espargnier,
5730 Ne savoir se bien font ou mal.
Par les regnes de son cheval
Vient cascuns d’yaus prendre son mestre
Et dient a yaus : « Que voet estre
« Quant ensi chi vous fourmenés, f. 42 c
5735 « Et telement vous escaufés
« Que vertu perdés et alainne,
« Et vo cheval ont si grant painne
« Qu’il ne se poeent soustenir ?
« Ne vous doit il point souvenir
5740 « Dou tournoi, que pas ne se tarde,
« Qui sera par devant la Garde ?
« Vous poriés droit ci, sans raison,
« Perdre vo temps et vo saison.
« Certes, vous estes si vaillant
5745 « Tout doi et si bien travillant
« En armes, ce osons bien dire,
« Que ne sarions le mains pire
« Aviser par nulle maniere.
« Retraiiés vous .i. peu arriere,
5750 « Tant que miex porés concevo[i]r
« Et sentir se nous disons voir. »
Lors se retraient par acort
Li chevalier qui sont si fort
Travilliet, que plus il ne poeent [32]
5755 Le fais porter, si las se truevent.
Leurs hÿaumes a on ostés
Et de puis .i. peu esventés,
Car il suoient de caleur.
Je ne saroie le milleur
5760 Des .ii. cuesir, se Diex m’aÿe.
A piet, en mi la praerie,
Sont descendu isnelle pas.
Adont s’en vient le petit pas

Dagorisès devers celi
5765 Qui s’armoit de ce mi parti,
Si com il est dit chi dessus.
De li ne s’est pas trais ensus
Hermonicès, sachiés de voir, f. 42 d
Car faire voloit son devoir
5770 De recueillier a sa parolle.
Dagorissès, qui biel parolle,
Li dist : « Chevaliers, par ma tieste,
« Se tout cil qui sont de la queste
« Estoient ossi bon que vous,
5775 « Et ossi tres chevalerous,
« Moult seroient les aventures
« A l’encontrer fortes et dures. »
Ce respondi Hermonicès :
« Je ne vous vi ja onques mes,
5780 « Mais tant m’avés donné a faire
« Qu’il me sera bien necessaire
« De .vii. ou .viii. jours reposer,
« S’ensi le volés acorder.
« Mais encor se vous vous metiés
5785 « En arroi et vers moi veniés
« Pour combatre, je vous creant
« Ne me trouveriés recreant. »
Dist Dagorisès : « Bien le croi.
« Temprement serons au tournoi ;
5790 « La mousterons nous no poissance,
« Tant que la plainne cognissance
« En vendra par devant les dames.
« Je croi que ce n’est pas nos blasmes,
« Se nous attendons jusc’adont. »
5795 A ces mos, li chevalier ont
La cescuns repris son cheval,
Et chevaucierent en .i. val
Tout doi ensamble, ce m’est vis.
E les vous ensi departis ;

5800 Ne se veront mais jusc’au jour
Ou il y ara bon estour
Devant le chastiel de la Garde, f. 43 a
Et la est la dame qui garde
.I. esprivier biel et joli,
5805 Et le donra, ce dist, celi,
Sans doubte se li aÿt Diex,
Qui ce jour tourniera mieulz.



Nous revenrons a Graciien,
Le chevalier garni de bien,
5810 D’onneur, de sens et de proece,
Qui prent droitement sen adrece
Ou pays de Norchombrelande.
Entrés s’en est en une lande,
Qui le mainne devers les bois
5815 Ou Camelz, c’on dist de Camois,
Se tient si com li est enjoint
D’Ermondine. Il ne s’en part point :
Pas ne le vorroit courroucier,
Ançois se lairoit detrencier
5820 Par pieces, comment que ce fust.
Il ne crient espée ne fust,
Ne nul chevalier de Bretagne.
Ja en a mis en la montagne
Dou chastiel de Montgriès prisons
5825 Et d’Alemans et de Frisons,
De Bretons et d’aultres paÿs,
Et si en a bien .v. ou .vi.
Occis, de quoi c’est grans damages.
Moult par est plains de vasselages
5830 Cils Camelz, il n’est mies doubte,
Car nul chevalier ne redoubte,
Mais les desire a envaïr,
A yaus combatre et pour veïr

Leurs proeces et essaiier.
5835 Il a bien corps de chevalier
Pour tout ce faire vraiement, f. 43 b
Et si aime tres ardanment
Hermondine, dont il vault mi[e]x.
Tant chevauca, si m’aÿt Diex,
5840 Gratiiens parmi une lande
Dou pays de Norchombrelande,
Sans trouver aucune aventure
C’on doie mettre en escripture,
Qu’il s’en est venus sus .i. soir
5845 A la porte dou dit manoir
De Montgriès. Lors c’on sceut laiens
Qu’il estoit errans et des gens
Le roy Artu, on sault avant
Et Florée toute devant,
5850 Qui li a fait la porte ouvrir.
Cilz y entre en tres grant desir
Que de laiens oïr nouvelles.
Florée avoech les damoiselles
Le rechiurent moult liement,
5855 Et l’en menerent erranment
En une cambre desarmer
Et puis l’ont assis au souper.
Apriès souper se deviserent
Et de pluiseurs coses parlerent.
5860 Gratiiens a la damoiselle
Demanda : « Or me dittes, belle,
« Des besongnes que je desire
« Me sariés vous aucunes dire ? »
— « Quelz besongnes ? » respont Florée.
5865 — « Damoiselle, s’en vo contrée
« A nul chevalier qui s’avance,
« Selonc la queste et l’ordenance,
« La quele nous avons empris. »
Et celle a les parlers repris

5870 Et dist : « Oïl, que fai jou dont ? f. 43 c
« Puis que proece vous semont
« De combatre a .i. chevalier,
« II me fault vers lui envoiier,
« S’il ne vient demain d’aventure.
5875 « Mais, dou chevalier, je vous jure,
« Qu’il est hardis oultre l’ensengne.
« Encores n’a il en Bretagne
« Trouvé nullui qui maté l’ait. »
Graciiens mies ne li lait
5880 Sa parolle a painnes pardire,
Quant il dist : « Voir, je le desire
« Moult a veoir, ce chevalier,
« Car n’ai trouvé, ne hui ne hier,
« A qui esprouver me peuisse.
5885 « Si vous pri, ançois que jou isse
« De ce pays, que je m’esprueve. »
Florée entent que cilz li rueve
Les armes de si tres grant cuer ;
Se ne le vodroit a nul fuer
5890 Destourner. Adont met en voie
.I. messagier, et si l’envoie
Tout de nuit, par devers Camois.
Cilz cognissoit moult bien les bois ;
A mienuit vient au chastiel.
5895 Ces nouvelles vinrent a biel
A Camel quant il les oÿ.
Onques de puis il ne dormi,
Mais s’arma tost et vistement,
Et se parti incontinent
5900 De Camois montés a cheval,
Et portoit par especial
Lance et targe a son droit usage.
Ensi passe il le grant boscage
Et s’adrece devers Montgriès. f. 43 d
5905 Ceste nuit fu servis de priès

Gratiiens dedens le chastiel.
Au matin s’arma bien et biel,
Car li varlès revint devant,
Qui dist : « Graciien, or avant !
5910 « Armés vous, veci vo bataille,
« Mais hui n’i poés faire faille.
« Li chevaliers au vert escu
« Sera tost chi en tel argu
« Que pour esprouver contre vous. »
5915 Dist Gratiiens : « C’est bien mes gous. »
En celle espasse qu’il s’armoit,
Evous, sus les plains venu droit,
Monsigneur Camel de Camois.
Ou chastiel s’en espant la vois
5920 Que li chevaliers est venus,
Encontre qui ne se tient nulz.
Graciiens pas ne le ressongne :
Quant armés fu, erranment songne
Que la porte soit lors ouverte.
5925 Elle le fu ample et aperte ;
Graciiens ist, lance sus fautre.
Or vienent, li .i. contre l’autre,
Li chevalier dessus la prée.
On attendi tant que Florée
5930 Et les damoiselles ossi
Se furent mises ou parti,
La ou d’usage elles venoient,
Quant les batailles regardoient
Des chevaliers aventureus.
5935 Ja orés conter des .ii. preus
Bataille forte et adrecie,
Et plainne de chevalerie.



Devant dames et damoiselles f. 44 a
Sont li chevalier sur les selles

5940 Enfourchiet bien et proprement,
Et se joindent moult fricement
En leurs targes. Il n’est pas doubte :
Nulz son compagnon ne redoubte,
Car tout doi ont proece assés.
5945 Graciiens est avant passés
Et le bon cheval esporonne ;
Tout d’otretel Camelz s’ordonne.
Des lances as bons fiers agus
Se sont ferus sus les escus
5950 Si grant cops qu’il les ont perchiés.
.I. peu fu ou costé blechiés
Graciiens dou fer de la lance,
Mais onques il n’en fist samblance,
Tant estoit il ja escaufés.
5955 Ensi qu’il est oultre passés,
L’espée tret, point ne sejourne
Et dessus Camel se retourne.
Dessus le hÿaume le fiert,
Ensi que cilz qui le requiert
5960 Pour li occire, s’il pooit.
Mais li aciers si fors estoit,
Dont li hÿaumes fu temprés,
Que point n’i est li brans entrés,
Ançois redondist contremont.
5965 Les damoiselles, qui la sont,
Dient : « Vela cop bien jetté. »
Camelz est en grant volenté
Dou parel a Gratiien rendre ;
Adont va hault le brach estendre
5970 Et sus Graciien le ravale.
La euist eü heure male,
Se l’espée ne fust tournée : f. 44 b
S’est elle en tournant ravalée
Sus la targe dou chevalier,
5975 Tant qu’il en cope .i. grant quartier

Et chiet en la prée, la jus.
Or fu Graciiens irascus,
Quant manoiier se vit ensi.
Le cheval point et sur celi
5980 S’en vient l’espée toute trette.
.I. cop en traversant li jette
Qui Camel forment estonna,
Et a ce que se retourna,
Camelz Graciien consieui ;
5985 Sus le hÿaume le feri
Si grant cop et de tele taille,
Que l’acier et la coiffe taille,
Et la tieste jusques au tiès.
Et apriès le sieut de si pr[i]ès,
5990 Qu’il l’embrace et a soi le tire
Si roit que les las li descire,
Dont li escus estoit bouclés.
En tordant le prent sus son lés,
Briefment il le met jus a terre.
5995 A ceste heure sceut plus de guerre
Camelz ne fesist Gratiiens.
La vint Florée com moiiens
Pour yaus partir de la bataille,
Et dist hault a Camel, sans faille :
6000 « Camel, Camel, je vous requier
« Que me donnés ce chevalier. »
— « Damoiselle », ce dist Camelz,
« Je ne sçais mies s’il est tels
« Qu’il se voelle encores combatre.
6005 « Laissiés l’encor a moi esbatre [33]
« .I. peu, ou vous lui demandés, f. 44 c
« Et son hÿaume li ostés,
« Qu’il voet faire, et s’a moi se rent. »
Florée adont Graciien prent

6010 Par le brach et dist : « Chevalier,
« Laissiés vous .i. peu aresnier.
« Vous estes de sanch tous soulliés
« Et de vo corps moult travilliés.
« Demandé vous ai tout a point
6015 « Au chevalier qui en ce point
« Vous a mis et par sa proece.
« Si venrés en ma forterece
« Ou hersoir peuistes souper.
« Je le vous conseil reposer :
6020 « La dedens vous ferai garir. »
Graciiens, qui a grant aïr
De ce qu’en ce parti se voit,
Respondre a ce riens ne savoit,
Car voirement veoit il bien
6025 Que par force, ne par engien,
Cesti ne pooit desconfire,
Qui l’avoit mis en tele tire.
Navrés se sent et bleciés dur,
Dont il n’est mies assegur ;
6030 Toutes fois il s’avise en tant
Qu’il ne poet, la en combatant
Encontre le dit chevalier,
Point de son honte revengier,
Mais accroistre assés le poet il.
6035 Dont, consideré le peril,
Il s’est rendus pour le journée
Et baille a Camel sen espée.
Et Camelz errant le rebaille
A Florée, et li dist sans faille :
6040 « Florée, pour vo prisonnier f. 44 d
« Je vous baille ce chevalier. »
— « Sire, dist elle, et je le prens. »
Ensi chi, par devant les gens,
Tout ce fait par tele ordenance.
6045 Camelz parti sans detriance

Et cielz soi s’est retrès arriere,
Et rentré sont, en la barriere
Dou chastiel, dames et pucelles,
Qui laiens portent les nouvelles
6050 Que li chevaliers est prisons
Qui par tant est gratieus homs,
Et que Camelz l’a desconfi.
Gratiiens fu tout a par li
Mis en une cambre moult belle.
6055 On mist son cheval, et sa selle
Et ses armeüres a part.
Dou chastiel mies ne se part,
Ne partir ne poet nullement,
Se ce n’est au commandement
6060 Dou dit Camel ou de Florée.
Moult se dementa la journée
Messires Gratiiens assés
Et dist : « Or est mes temps passés ;
« Or ai je perdu ma saison !
6065 « On me fait ci tenir prison
« Et je deuisse chevaucier !
« Nul homs ne poet son encombrier
« Eschiewer par nesune voie.
« Or n’arai jou honneur, ne joie,
6070 « Jamais, pour cose qui m’aviegne.
« C’est bien raisons qu’il me souviegne
« Que le premier an de no queste,
« J’ai trouvé le temps si rubeste
« Que chi me faudra sejourner ; f. 45 a
6075 « Et tout cil qui oront parler
« De moi s’en trufferont ossi. »
Gratiiens se demente ensi,
Et ses escuiers ce qu’il poet
Le conforte, lors qu’il se doelt.
6080 Ossi fait a le fois Florée
Qui ne dist mies sa pensée,

Car volentiers veroit la belle
C’on li aportast tel nouvelle
Que Camelz fust mors d’avantage.
6085 Elle ne le poet en corage
Amer, ce dist, quoi qu’il soit preus
Et as armes tres corageus.



Or vous parleron de Camel
Qui retourna à son hostel,
6090 Ens ou fort chastiel de Camois.
Dire avoit oÿ, puis .i. mois,
Qu’il devoit .i. tournoi avoir
Par devant la Garde, pour voir,
Et que tout chevalier errant,
6095 Armes et honneur requerant,
Se traioient de celle part.
Lors dist en soi : « Se Diex me gard,
« Aler vodrai a ce tournoi,
« Par quoi on sara mieus de moi
6100 « Parler encor que on ne face.
« Mais il faut ançois, que le sace
« Hermondine, que la je voise
« Et qu’elle me soit si courtoise
« Que congiet de l’aler me donne ;
6105 « Car[s’] elle voet et si ordonne
« Que je me tiegne en ce païs,
« Si seroie tous fols naÿs,
« Se son commandement passoie, f. 45 b
« Mais je croi, s’a lui escrisoie,
6110 « Que j’aroie son bon congié. »
Adonques n’a plus atargié
Messires Camelz ; mes, ensi
Qu’il li pleut, droit la escrisi
Une lettre moult bien dittée
6115 Et amoureusement jettée.

Quant escript ot, si seela
Et puis meïsmes l’aporta
A Montgriès, ens ou propre jour.
A Florée dist : « Sans sejour
6120 « Vous couvient en Escoce aler
« Et a vo cousine parler,
« Et raporter de ce response. »
Florée, qui se voit semonse,
N’ose respondre dou contraire ;
6125 Mais fait ses chevaus lors hors traire
Et monte, et de Montgriès se part,
Et puis chemine celle part
Ou messires Camelz l’envoie.
Gaires ne fi sus celle voie
6130 De sejour puis son partement,
Car Camelz du departement
Li avoit enjoint et priiet,
Et elle li ot ottroiet.
A Signandon s’en est venue :
6135 Moult fu lie de sa venue
Hermondine, saciés pour voir.
Elle volt erranment savoir
Pour quoi venoit la en tel haste,
Et Florée qui pas ne haste
6140 Sa besongne, fors par raison,
Li dist : « Cousine, en ma maison
« Me vint Camelz priier et querre, f. 45 c
« Et especialment requerre,
« Que je vosisse chi venir
6145 « Et ossi a mon revenir
« Response avoir de ceste lettre. »
Adonques li va ou poing mettre
La lettre et la belle le prent,
Qui a l’ouvrir errant entent.
6150 Au lire ossi la est Florée,
Qui bien voet savoir la pensée

De Camel, quel cose il escript  ;
Car quant il li bailla l’escript
Pas ne li dist : « C’est ce, ne quoi ;
6155 « Aler je voel a ce tournoi. »
Or le sara, car Hermondine
La verité l’en determine,
Par les lettres que elle list,
Dont la teneur ensieuant dist :


6160
« Ma droite dame souverainne,
« Estre poés toute certainne
« Que vous estes de moy amée
« De coer, de foy, et de pensée
« Et de fait, si entierement
6165 « Que onques Paris vraiement
« N’ama tant Helainne, sa dame,
« Com je fai vous, car corps et ame
« Voel je pour vous enventurer.
« Ma chiere dame, il est tout cler
6170 « Qu’il m’est venu a cognissance
« Que, par amoureuse ordenance,
« Il doit devant la Garde avoir
« .I. tournoi, et la seront voir
« Pluiseurs bon chevalier de queste
6175 « A la priiere et la requeste
« De l’iretiere de la Garde. f. 45 d
« Par quoi, ma dame, je regarde,
« Se au dit tournoi je ne sui,
« Il me tourra a grant anui.
6180 « Si vos pri que vo congiet aie,
« Par quoi la mon devoir je paie
« En armes, car c’est li mestiers
« Dou quel use plus volentiers,
« Pour mon pris en tous cas accroistre
6185 « Et mon nom faire ossi cognoistre

« Entre ces chevaliers errans.
« Ce me seroit virgongne grans
« Se je sejournoie a l’ostel,
« Et se seuisse la .i. tel
6190 « Tournoiement et je n’i fuisse ;
« Ne sçai pas comment je m’en puisse
« Escuser par nulle maniere.
« Si vous suppli, ma dame chiere,
« Que par vo gré voise au tournoi,
6195 « Et je vous creanc, par ma foi,
« Que g’i serai bons chevaliers,
« Et telz que assallans premiers
« Et demorans des daarrains,
« Et conquerrai le pris dou mains
6200 « Ou je demorrai sus le place.
« Et, afin que vos gens corps sace
« Que je sui gais et amoureus
« Pour vostre amour, coer gratieus,
« Et que tous jours, quoi qu’il m’aviegne,
6205 « Heure n’est qu’il ne me souviegne
« De vous par pensée jolie,
« Qui me donne esperance lie,
« J’ai fait selonch mon sentement
« Une balade vraiement.
6210 « Si le lirés, je vous en prie ; f. 46 a
« Car vous, a qui dou tout m’otri,
« En estes voir cause et matere,
« Et saciés que je persevere
« En telz oevres de grant valoir,
6215 « En espoir que de miex valoir.
« Ce scet li diex d’Amours, qui ait
« En garde vo gent corps parfait,
« Ma tres droite et tres chiere dame.
« Escript droit a Camois, par m’ame,
6220 « Dou mois d’avril l’onsime jour,
« Pensans tout dis a vostre amour. »


Balade.

Fuiés de moi, tout anoi et tout ire,
En moi n’arés vous jamais nul sejour.
Car mon coer a volu en soi eslire
6225 A servir de toutes dames la flour.
Vous ne poés en moy avoir retour.
Ou monde n’a, ce saciés, qui m’anoie,
Quant donné m’ay a celle qui m’esjoie.

Demorer voel, pour voir le puis bien dire,
6230 A ma dame, sans faire nul faulx tour,
Car ou monde n’a nul si tres dous mire,
Ce sçai je bien, c’osté m’a de dolour.
Je vauch trop mieulz de sa grande valour ;
Comment n’arai dont eur et toute joie,
6235 Quant donné m’ay, etc.

Dont me doit il, et poet tres bien souffire,
Quant j’ai voir mis mon coer en la millour
C’on poet penser, aviser ne eslire,
Dont je le voel servir et sans sejour.
6240 C’est ma plaisance et mon bien, nuit et jour ;
C’est ce qui met mon coer de bien en voie,
Quant donné m’ay, etc.



Vous devés pour certain savoir f. 46 b
Que les .ii. damoiselles voir
6245 Penserent a ce longement,
Sans point parler aucunement
Et l’une l’autre en regardant ;
Car la lettre, je vous creant,
Et la balade desous mise

6250 Les fait que cascune s’avise.
Tout premiers parla Hermondine
En disant : « Ma belle cousine,
« Cilz chevaliers moult s’umelie
« Envers moy, or et aultre fie,
6255 « Et moult grandement se travelle
« A la fin que je me resvelle,
« A sçavoir que c’est par m’amour
« La ou il pense nuit et jour.
« Le vault il, dittes moi, cousine,
6260 « Quant bien l’ordenance imagine
« De ses parlers et de ses fais ?
« Il se nomme preus et parfais
« Quant aler voet en ce tournoy,
« Et me creante sus sa foy
6265 « Qu’il sera si bons chevaliers
« Que des daarrains as premiers
« Tournians, et ara le pris.
« Ne sçai se l’en blasme ou l’en pris
« De ce que telement se vante ;
6270 « Mais s’il faisoit ce dont il chante
« On l’i deveroit envoiier,
« Se vous le volés consillier. »
Et Florée respont en l’eure :
« Cousine, quant bien je saveure
6275 « Tout ce qui en poroit venir,
« Je ne m’i voel point assentir
« Ne acorder c’on l’i envoie ; f. 46 c
« Car vous le metteriés en voie
« Qu’il aroit en vous moult grant part.
6280 « Vous n’avés corage ne art
« De li amer, ce dittes vous,
« Et se vous li faisiés ses gous
« Et tele honneur, au dire voir,
« On le poroit tel part savoir
6285 « Ou on n’en sara ja riensnée ;

« Siques laissiés li sa contrée
« Garder et tenir sa frontiere,
« Et vous faindés a sa priiere,
« Car bien vous en escuserons.
6290 « Encor anuit conseil arons.
« Comment vous rescrirés a lui
« J’ai ja pensé, je le vous di. »
Et Hermondine adont s’apaise,
Qui de la response est toute aise.


6295
Atant laissierent le parler,
Car il fu heure de souper.
Hermondine soupa ce soir
En sa cambre, saciés pour voir,
Tout pour l’amour de sa cousine.
6300 Secretement, je l’imagine,
Parlerent de leur fait ensamble.
Apriès souper, il le me samble,
Se sont remises au parler.
Adonques s’ala aviser
6305 Hermondine ; tout en parlant
Ce dist a sa cousine errant :
« Cousine, j’ay grant temps eü
« .I. penser qui m’a esmeü
« En pluiseurs pourpos, ce sachiés.
6310 « Il m’est maintenant radreciés
« Quant je vous voi, sachiés de vrai. f. 46 d
« Ce que c’est je vous le dirai.
« Une fois, je vous oÿ dire,
« Ne sai pas se ce fu par ire
6315 « Que vous avés au chevalier,
« Que on ne le poet reprochier
« De nulle riens, fors que d’un visce,
« Qu’il ne face trop bien l’office
« D’armes et de chevalerie.

6320 « Or me dittes, je vous en prie,
« Ce visce que sur lui savés. »
Ce dist Florée : « Or m’entendés.
« Je le vous dirai volentiers.
« Camelz est assés chevaliers
6325 « En proece certainnement.
« Mais, quoi qu’il ait grant hardement,
« Par tout le royaume d’Escoce,
« C’est ce pour quoy on le reproce,
« Et pour quoi sa bachelerie
6330 « Est en pluiseurs lieus mains prisie :
« Il n’ose en une cambre seulz
« Jesir, tant soit hardis ne preus,
« Et encor souvent il avient
« Que trop laidement se maintient
6335 « De nuit et trop diversement ;
« Car en dormant certainnement
« Se lieve, et s’arme, et si s’en fuit,
« Et mainne en sa cambre tel bruit
« Que tout cil, qui entour lui sont,
6340 « De ses oevres grant hideur ont,
« Tant ressongnent sa contenance.
« N’esçou pas assés ordenance,
« Cousine, c’on doit reprocier ?
« Vous vodrés vous, en ce dangier, [34]
6345 « Avoecques lui seul a seul mettre ? » f. 47 a
Hermondine li va prommettre
Que nullement ne le feroit,
Et c’ançois elle soufferoit
A lui bouter dedens .i. clostre
6350 — Si diroit la sa patrenostre —
C’uns telz homs l’euist a moullier.
« Je le soloie avoir plus chier
« Que je n’ai, ne n’arai jamais.

« J’en vodroie bien avoir pais,
6355 « S’il pooit estre aucunement. »
Et Florée moult doucement
Li respont et dit : « Ma cousine,
« Pour sen visce que je destine
« A grant et mervilleus pour vous,
6360 « Ai je toutdis mis entre nous
« .I. bon moiien et metterai,
« Mais si tres cruel, je le sçai,
« Que, s’il percevoit le contraire,
« Je n’aroie jamais que faire
6365 « A Montgriès saciés le de voir ;
« Se vous cuide il moult bien avoir
« A moullier, combien qu’il attende.
« Or ne poet estre que ne tende
« Aucuns preus chevaliers pour vous
6370 « Qui ne le contourne au desous,
« Ains que fins viegne des .v. ans.
« Cousine, je ne sui pas sans
« Pluiseurs pensées, nuit et jour,
« A celle fin c’a vostre honnour
6375 « Puissiés de ceste cose issir.
« Or ai je pourpos et desir
« Que quant escusé vous arai,
« C’a la Garde au tournoi irai
« Pour veoir les bons chevaliers. f. 47 b
6380 « Ja y veroie volentiers
« .I. chevalier de tel vertu
« Qui euist le force et l’argu
« De nous ce Camel desconfire.
« Cousine, me volés vous dire
6385 « Plus nulle riens qui viegne a main,
« Car je vodrai partir demain.
« Faire ne puis chi lonch sejour :
« Li tournois sera en brief jour,
« S’en deffaurroie moult envis. »

6390 Respont Hermondine : « Il m’est vis,
« Cousine, que bien dit avés.
« Je vous pri, si com vous savés,
« Si demenés cette besongne,
« Car dessus vous noient n’en songne.
6395 « Laiier vous en voel couvenir. »
Plus n’i eut dit. On va dormir.
Au matin se parti Florée,
Qui est de son fet enfourmée
De faire response a Camel.
6400 Tant chevauca c’a son hostel
Elle si est venue arriere,
Et entra dedens la barriere
De sa porte et de son chastiel.
Si le rechurent bien et biel
6405 Ses gens, car il y eut raison.
On sceut tantost en le maison
De Camois qu’elle estoit venue.
Grant joie a de sa revenue
Messires Camelz, ce sachiés.
6410 Il ne s’est noient atargiés.
A Mongriès est venus le cours.
Si moustre grant signe d’amours
A Florée et se li demande f. 47 c
Par affection bonne et grande
6415 Des nouvelles de par dela.
Et Florée si l’en parla
Bellement et courtoisement,
Vous orés assés tost comment.



« Sire », ce dist la demoiselle,
6420 « J’ai parlé a la bonne et belle,
« Ma cousine qui bien vous aime,
« Car pour son souverain vous claimme
« Des chevaliers qui ores sont.

« Et sachiés, quant la vins adont
6425 « En Escoce, elle estoit malade.
« Grant gré vous scet de la balade
« Et de la lettre moult courtoise
« Qu’ escrit li avés, et li poise
« Qu’en point n’est que sur ce rescrire ;
6430 « Mais raison par droit doit souffire :
« Bien me creés de la response.
« Ma cousine, qui pour semonse
« Se tient de vous a chiere lie,
« De par moi vous mande et vous prie
6435 « Que vous tenés sans variier
« L’ordenance faite avant hier
« De garder la vostre frontiere ;
« Car mieus poés, sus la maniere
« Que commenchiet avés et pris,
6440 « Acquerre honneur, proece et pris
« Que de vous moustrer aultre part.
« Vous attenderés, tempre et tart,
« Les chevaliers par chi passans.
« Vous serés telz dedens .v. ans
6445 « A che que commenchiet avés,
« Que toutes routes passerés
« De proece et chevalerie. f. 47 d
« Elle se tient a emploiie
« A vous, tres grandement et bien,
6450 « Et vous aime sans nul moiien ;
« De ce tout assegur soiiés.
« Et lors qu’elle pora sur piés
« Aler, car au lit le laiai,
« Elle me mandera, bien sçai ;
6455 « Mais elle voet, ne sçai pourquoi,
« C’a la Garde voise au tournoi.
« Vous avés oÿ sa parolle ;
« Siques, Camel, je vous escole,
« Vous le tenrés pour vo proufit. »

6460 Ce dist Camel : « Nul contredit
« N’i oseroie mettre voir.
« Obeïr voel a son voloir
« Dou tout et a son ordenance. »
Ensi fu la cose en souffrance.
6465 Camelz retourna a Camois,
Et li termes que li tournois
Se tenra par devant la Garde,
Sachiés que mies ne se tarde.
Florée sur ce s’apparelle,
6470 Qui nuit et jour devise et veille
Sus ses besongnes, je le croi,
Afin qu’elle voist au tournoi.
En bon arroy, sans nulle doubte,
Elle part avoecques sa route
6475 De Montgriès, et prent le chemin
Pour venir devers Carmelin,
Car elle a proprement entente.
Avoech lui emmena Argente,
Pour estre mieus acompagnie.
6480 Bien fu festée et herbegie
A Carmelin, quant elle y vint. f. 48 a
.I. jour sejourner li couvint,
Car Argentine l’en pria,
Laquele avoecques lui ira
6485 A la Garde, si com je croi :
Envis faurroient au tournoi.
A l’autre jour, de Carmelin
Se partirent le bon matin
Et tournerent devers la Garde.
6490 Nous lairons ci d’yaux, Dix les garde !
Et de Melyador dirons
Qui chevauce com vaillans homs
Pour estre a ce tournoy au jour.
Dou mains qu’il poet prent son sejour,
6495 Ens es marces ou il s’embat,

Ne nuls son chemin ne debat.



Or chevauce Melyador,
Li chevaliers au soleil d’or,
Entre lui et son escuier.
6500 Il ne li doit pas anuiier,
Quant servans est au dieu d’Amours.
Ce li est plaisance et douchours
Au penser, par pensée fine,
A ma damoiselle Hermondine.
6505 A le fois en est tres jolis
Et une aultre si esbahis
C’a paines ne scet il qu’il die.
Ensi porte il sa maladie
En mainte imagination.
6510 Point ne vise a sa nation
Ne a pere et mere qu’il ait.
Tout quois et arriere les lait,
Et nuit et jour entent et songne
Qu’il puist telz estre a la besongne
6515 Dou tournoy, lequel il approce, f. 48 b
Que nouvelle en voist en Escoce
Devers damoiselle Hermondine,
Laquele il aime d’amour fine.
Tant a erret et chevauciet
6520 Qu’il a le chastiel approciet
De moult priès, que on dist la Garde.
Quant il scet ce, vis est qu’il arde
De lïece et d’esbatement.
Adont li vint presentement
6525 Un sentemens gais et jolis
Qui li fist faire, ce m’est vis,
.I. virelai tres amoureus
En pensant, comme gratieus,
A la belle qu’il ne vit onques.

6530 Mais si bien l’ordena adonques
Et de si joieuse maniere
Que li recors, a lie chiere,
Moult grandement m’en resjoïst.
Melyador ensi le fist.


Virelay.

6535 J’ai plaisance en doulz souvenir,
Qui me fait amoureusement
Vivre et tenir joieusement
Et de moi tout anoi fuïr.

Mon coer fait en joie tenir
6540 Et ma pensée resjoïr
Tant doucement.
Bien voi que tout me voet nourir
De doulz espoir, de vrai desir,
Entierement.

6545 Pour ce voel de bon coer servir
Amours, tousjours tres loyaument,
Car je sçay bien certainnement :
Qui bien le siert bien scet merir. f. 48 c
J’ai plaisance, etc.

6550 Dont doi Amours bien obeïr,
Qui pooir a dou remerir
Si largement
Ceulz qui le servent sans partir.
Pour ce voel faire a son plaisir
6555 Parfaitement,
 

Et de ma dame sans faillir,
De bon voloir, tres fermement ;
Car c’est celle tout seulement
Dont tous biens me poet avenir.
6560 J’ai plaisance, etc.



Melyador chanta .ii. fois
Ce virelay a haute vois,
Tant l’en plaisi li ordenance.
Puis s’est logiés sans detriance
6565 En .i. bois desous le chastiel,
Ou vert faisoit, ombru et biel.
La fist ses varlès leur estable
En .i. lieu moult inhabitable
De fueillies et d’arbrissiaus.
6570 Au tour couroit uns biaus ruissiaus
D’une clere et douce fontainne,
Qui pas ne leur estoit lontainne.
Ensi se sont droit la logiet
Et fricement amanagiet.
6575 La environ, sus la frontière
Dou chastiel, devant et derriere,
Se sont logiet li chevalier
Qui vodront ossi tournoiier,
Uns as bois et aultres as camps.
6580 Cilz tournois sera fors et grans.
Bien y a .cc. chevaliers
Amoureus, frices et legiers, f. 48 d
Qui le jour y tournieront,
Et pour ce la tout venu sont.
6585 Li dis chastiaus estoit assis
Tout au plain dessus le paÿs,
Et menuement fenestrés,
Par quoi on poet bien de tous lés
Veoir .ii. liewes environ.

6590 Toutes sont dedens la maison
Dou chastiel les dames logies,
Qui sont en coer moult resjoÿes,
Quant armés sus les chevaus voient
Chevaliers qui tournoiier doient.
6595 On sonna ou chastiel .i. cor.
Li sons ala de chief en cor
Les logeïs des chevaliers,
Car lors montés sus les coursiers
Et sus les chevaus hors sallirent,
6600 Et sachiés que pas ne fallirent
A commencier moult belle feste.
Sans faire a l’un l’autre requeste,
Des lances a bons fers agus
S’encontrent dessus les escus.
6605 Li uns prent, et li aultres non,
Et li tiers chiet sus le sablon
En peril de plus relever.
Mais les dames, pour ordener
Le tournoi mieus a sa maniere,
6610 Avoient sus la sabloniere
Fait la venir grant quantité
De paÿsans, pour verité,
Tout a piet et pour redrecier
Aucun mesaisiet chevalier,
6615 Se cheüs estoit en peril.
Evous venant le tres gentil f. 49 a
Melyador, lance sus fautre.
Ensi c’on vient l’un contre l’autre,
.I. chevalier a encontré :
6620 Tantost le reversa ou pré,
Le secont et le tierch apriès.
La damoiselle de Montgriès
Le regarde et le voit venant
En tres biel et bon couvenant ;
6625 Si le prise moult grandement,

Car Melyador telement
Se remue, dont ça puis la,
Que jus de la lance en bouta
Plus de .xii., ains que fust brisie.
6630 Moult font les dames grant prisie
Dou chevalier au soleil d’or.
Evous venu Agamanor,
En armes trestoutes vermeilles,
Qui y fait ossi grans merveilles,
6635 Car chevaliers abat d’encontre,
Tout ensi com il les encontre.
Dagorissès, a l’autre lés,
S’i est moult grandement portés.
Aratelès et Dromedon,
6640 Feugins, Clarins et Tanardon,
Lucanor et Solidamas,
Albanor, Los et Almanas,
Li uns l’autre point ne ressongne.
Ensi s’entreprent la besongne
6645 Et li tournois fors et entiers.
La veïssiés bons chevaliers
Faire merveilles de leurs corps,
Mais li vaillans Melyadors
Dessus tous grandement s’i porte ;
6650 Une lance qui fu moult forte f. 49 b
Li eurent chil de piet taillie.
Lors esperonne a celle fie
Dessus le rouge chevalier,
Qui pas ne le voelt ressongnier,
6655 Mais vient fierement contre li.
Des lances se fierent en mi
Les targes qui sont bien nervées ;
Aultrement fuissent effondrées.
Tant furent li cop tres pesant,
6660 Et bouté par tel couvenant,
Que les lances as fiers bien lons

Se rompirent en .ii. tronçons
Et ens es targes demorerent.
Li chevalier oultre passerent,
6665 Qui tantost perdirent l’un l’autre ;
Car la vinrent, lance sus fautre,
Chevalier qui les departirent.
Dames et damoiselles dirent
De la jouste qu’elle fu belle,
6670 Que nulz d’yaus ne perdi la selle
Et si s’encontrerent si roit.
Melyador, a cel endroit
La ou li tournois est plus fors,
L’espée au poing ne s’est pas tors.
6675 Celle part vient et ens se boute,
Et assamble a la plus grant route
Qui soit et la plus fort meslée.
Merveilles y fait de l’espée,
Tant que tout aultre chevalier
6680 Le poeent assés ressongnier,
Car il les blece et les abat :
A ce faire prent son esbat.



Ensi le tournois se commence.
Ce n’est mies raison c’on mence f. 49 c
6685 D’armes, car ce seroit pechiés.
Qui la est cheüs entre piés
Relevés est a grant malaise.
Ce n’est pas drois que je me taise
Des proeces Melyador.
6690 Il a encontré Albanor,
.I. chevalier d’oultre Saverne ;
D’un cop telement le gouverne
Qu’il le met jus de son cheval.
Ensi va amont et aval
6695 Grandement faisant la besongne.

N’en y a nul ne le ressongne,
Car les aucuns fait tresbuchier
Et les aultres les colz ploiier,
Pour les grans cops qu’il leur entasse.
6700 Targes fent et hÿaumes quase,
Moult par sont si cop vertueus.
Bien moustre qu’il est amoureus,
Qui le voit aler et venir,
Presses rompre et puis revenir
6705 Tournoiier par devant les dames.
Sur li dou tout est li esclames
Pour le mieus faisant la journée.
Sa proece est bien avisée
Des damoiselles dou chastiel,
6710 Et dient : « Chilz se maintient biel,
« Qui d’or porte ce cler soleil.
« Avoech le chevalier vermeil,
« La journée leur demorra,
« Ne le pris nulz ne leur torra. »


6715
Daultre part est Agamanor,
Montés sus .i. biel coursier sor,
Moult bien armés selonch sa taille ;
Souvent se boute en la bataille f. 49 d
Armés de vermeilles parures.
6720 De lui doient bien escriptures
Estre faites et recordées,
Car ce sont toutes ses pensées
A son corps voloir avanchier.
Son gouvrenement ont moult chier
6725 Toutes les dames a veoir,
Car bien li affiert a seoir
Sus son cheval, qui bien le porte.
En lui n’est pas proece morte.
D’aventure, ensi qu’en venant,

6730 A trouvé en bon couvenant
Melyador qu’il desiroit
A trouver. Sitost qu’il le voit,
Fierement sur lui esporonne ;
De l’espée grant cop li donne
6735 Dessus le hÿaume d’achier,
Si que le col li fist baissier.
Melyador se sent ferus :
Si en est forment irascus
Quant muet en a contenance. [35]
6740 Adont apertement se lance
Sus Aghamanor le vassal
En abandonnant son cheval,
Et le fiert ou hÿaume amont,
Telement que tout cil qui l’ont
6745 Veü se sont esmervilliet,
Quant occis ne l’a ou plaiiet
Moult laidement dedens la tieste.
Ja y euist moult belle feste
D’yaus .ii. qui les euist laiiés,
6750 Mais on les a entrecangiés
Par aultres meslées qui viennent.
Pour .i. tant, pas ne s’en maintiennent f. 50 a [36]
Li doi chevalier mies mains,
Car cescuns de proece est plains,
6755 De chevalerie et d’emprise.
Ce qu’il font durement on prise
Dou chastiel, saciés le pour voir.
La font grandement leur devoir
Li hiraut de crier en hault :
6760 « A ce chevalier, qui le vault,
« Qui porte en sa targe .i. soleil ?
« Nous n’i veons point le parel
« De tournoiier bien et apiert.
« Par lui sont li tournoi ouvert
6765 « Et acompli li vasselage !

« II a grandement avantage
« D’avoir le pris de le journée,
« Car proece est en son corps née. »
Et se li hiraut ensi dient,
6770 Les dames d’autre part affient,
Qui dou regarder ne se faindent
Melyador, et bien attaindent
La force et la painne qu’il a,
Et comment il se maintient la.
6775 Onques chevaliers, pour le jour,
Ne virent si bien en l’estour
Li acquitter en tous endrois,
Que Melyador. Ceste vois
Tout communement on li porte
6780 Ou chastiel et dehors le porte.



Moult fu cilz tournois biaus et gens
Et moult y eut de vaillans gens
Et de bons chevaliers de queste,
De quoi trop mieus valoit la feste,
6785 Car sans yaus ne pooit elle estre
Forte a senestre ne a destre, f. 50 b
Et toutes fois li miex faisant,
Li plus dur, et li plus poissant
Et qui mieulz pooient la painne
6790 En leur force et en leur alainne,
Couroient avant et arriere.
La y eut devant la barriere
Dou chastiel .i. grant puigneïs
Et de chevaus grant fouleïs,
6795 Et moult vaillamment s’i porta
Cilz en qui on se deporta,
Ce jour, a veoir son maintien,
C’est Melyador. Je le tieng
Pour vaillant, et outre l’ensengne.

6800 .I. grant chevalier de Bretagne,
Qui s’appelloit Bekins Faroulz,
Fist jus ploiier sur ses jenouls ;
Tel cop il donna de l’espée.
La y eut moult forte meslée
6805 Au dit chevalier relever,
Et la en couvint desmonter
Des aultres, quant celle part vinrent.
Moult bien sus leurs chevaus se tinrent
Tout le jour le doi chevalier ;
6810 Je di Melyador premier,
Et Agamanor d’aultre part.
Onques pour lance, ne pour dart,
Ne pour cop que il rechuïssent,
Comment que les plus fors sieuissent,
6815 Il ne cheïrent des chevaus ;
Mais ont cil doi des plus vassaus
Desmontés plus de .ii. dousainnes.
La sont si grandes les alainnes
Des dis chevaus et les fumieres
6820 Que ce samblent droites pourrieres, f. 50 c
Qui en l’air volent contremont.
Proece les pluiseurs semont
D’estre chevalier alosé,
N’en y a nul si desghisé
6825 Qui ne s’aquitte a son pooir,
Et qui ne face son devoir
En tres belle bacelerie
Par l’estat de chevalerie.



Melyador, qui pas ne cesse
6830 De rompre a son pourpos la presse
Ou il chevauce en mi sa voie,
.I. bon chevalier de Savoie
Qui s’appelloit Hermonïas,

Grant de corps et moult fort de bras,
6835 A encontré ; sur lui s’arreste.
De l’espée, qui estoit preste
De voler ensi qu’il en jue,
Dessus se hÿaume li rue
.I. cop si dur et si pesant
6840 Que li chevalier en passant
Cheï : il ne se peut tenir.
La veïssiés hiraus venir
Et criier hault, a plains eslais :
« Au bleu chevalier est huimais
6845 « Li honneur dou tournoy sans doubte,
« Car il n’i a si forte route
« Qu’il ne passe par son bien fait ! »
Ensi de li grant compte on fait,
Et bien l’acquiert par vasselage.
6850 Florée, la belle et la sage
Qui as fenestres s’apoioit,
Moult tres volontiers le veoit
Ablement aler et venir, f. 50 d
Et le grant tournoi envaïr,
6855 Uns cachier et aultres abatre,
Et de l’espée biel combatre.
N’i a nul qui a lui se mette.
Moult le loe en coer la parfette,
Et dist qu’il a bien ordenance [37]
6860 D’avoir vertu et grant vaillance,
Plus que chevalier qui la soit.
Melyador qui les lassoit,
Tant au ferir comme au fraper,
Va Dagoriset encontrer,
6865 .I. chevalier de grant afaire
Et qui ce jour ot poüt faire
Moult d’apertises de son corps,

Mais Melyador li fist hors
Vuidier la selle et les arçons.
6870 Hiraut crient : « Cilz bleus blasons
« Passera hui toutes les routes,
« Et par lui sont les presses routes
« Et chevalier mis a merchi. »
La dient les dame[s] : « Vechi
6875 « Le chevalier qui fait merveilles.
« Il n’i a blanches ne vermeilles
« Armes, qui nullement le passent.
« Tous les lasse, pas ne le lassent
« Li chevalier qui sur lui viennent.
6880 « A yaus avient, mais point n’aviennent
« A lui ; il est moult fortunés.
« Nous ne savons dont il est nés ;
« Mais, se longes vit, il fera
« Preu chevalier et telz sera. »


6885
Dames et damoisielles dient
Ensi, et pas ne contredient
Que li bleus chevaliers vaint tout.
Ce jour a maint hÿaume rout, f. 51 a
Mainte quaffe et tamaint escu,
6890 Et maint chevalier abatu,
Qui de puis ne se peut aidier.
On se poroit esmervillier
Des grans proeces de son corps.
Encor en ira li recors,
6895 Je l’espoir, a belle Hermondine,
Car ou chastiel est sa cousine
Qui li voit faire ces grans fais.
Elle dist moult bien : « Onques mais
« Ne vi chevalier de tel force ;
6900 « Sur li tous li tournois s’efforce
« Et a tous il rent bien estire.

« Se je l’osoie a painnes dire,
« Je vodroie qu’il fust ensi
« Que messires Camelz fust chi.
6905 « Je me repens trop grandement
« Quant ne consenti aultrement
« Que Camelz fust droit ci venus.
« Si y euist on ses vertus
« Veües a ce chevalier
6910 « Et l’un contre l’autre assaiier.
« Camelz est fols et oultrageus,.
« Et cilz chevaliers corageus,
« Preus et hardis, et bien le moustre.
« Il euissent ci fait grant moustre
6915 « Se il se fuissent encontré.
« Encor les veroie a mon gré
« Volentiers combatre a l’espée. »
Ensi se devise Florée
Et Melyador se combat,
6920 Qui ne prent a riens sen esbat,
Fors tout dis chevaucier avant,
Et, quant on li vient au devant, f. 51 b
Il s’arreste et les cops telz donne
C’un chevalier dou tout estonne.
6925 Maint en sont reversé par li
Devant les armes, ce vous di,
Car celle part est li tournois
Plus fors c’ailleurs, et c’est bien drois.



Ensi furent en cel estri
6930 Quatre heures ou plus, ce vous di ;
De quoi ce fu trop a aucuns.
Mais ce que ne porte li uns,
Li aultres le poet bien porter.
La, au ferir et au fraper,
6935 En y eut plenté de lassés,

Quant tournoiiet eurent assés
Et qu’il sambla as dames bon,
On sonna dedens le dongnon
.I. cor dont li sons s’espardi ;
6940 Le quel son bien on entendi
Que il ordonnoit le retraitte.
Depuis ceste ordenance traitte,
Il n’i eut feru ne frapé,
Mais sont issu dou bois ramé
6945 Varlet a destre et a senestre.
Cescuns regarde après son mestre :
Li uns le trueve la gisant,
Et li aultres qui en a tant
De horïons qu’il ne poet plus.
6950 Lansonnès est a point venus
A son signeur ; illuec le trueve.
Adont dou retourner li rueve,
Et Melyador si s’ordonne
Au conseil que ses varlès donne.
6955 Revenu sont au logeïs
Que le jour devant eurent pris. f. 51 c
Entrues que chevalier retournent,
Qui pour yaus rafrescir s’atournent,
Hiraut rentrent ens ou chastiel
6960 Et menestrel qui grant cembiel
Mainent de leur menestraudies.
Et la sont les dames jolies
Qui parolent et qui devisent
Dou tournoy. Adonques s’avisent
6965 Que elles vorront ordonner
Dou pris, et par acord donner
Au chevalier qui conquis l’a.
Adont on n’ala ça ne la,
Mais sont en une cambre entrées
6970 Les dames et la enfremées,
Les hiraus seulement o eulz

Qui sevent jugier des plus preus,
Car il ont esté en l’estour
Et chevauciet trestout au tour ;
6975 Si ont veü les mieus faisans,
Les plus preus et li plus vaillans,
Et qui ont le mieus tournoiiet
Et les dames esbanoiiet.
Adont, en ceste cambre la,
6980 Dou milleur cascune parla,
A son avis bien et a point.
Illuecques n’oublia on point
A parler dou bleu chevalier
Et dou rouge ossi. Tout premier
6985 Furent cil doi la mis avant,
En remoustrant leur couvenant
Et comment cascuns l’avoit fait.
Bien examina on leur fait,
Et des autres chevaliers tous,
6990 Des prisonniers et des rescous. f. 51 d
La estoit cascuns, quant g’i vise,
Renommés selonch sa devise
Tele dont il estoit armés.
Bien .xl. en a on nommés
6995 Qui faisoient moult a prisier.
La couvint maint pourpos brisier,
Ançois c’acordés fust li pris.
Finablement il fu escris
Et par bonne sieute acordés,
7000 Et des hiraus tous recordés
Et enfourmés a leur devoir,
Et dit : « Chils qui le doit avoir
« Et qui l’a conquesté de droit,
« Qui demander le me vodroit,
7005 « Je li diroie sans targier.
« On l’appelle le chevalier
« Bleu, armé au cler solel d’or.

« Son nom ne voel je pas encor
« C’on recognoisse, il n’est pas heure. »
7010 Mais toutes fois tant on l’onneure
Que, de pris et de renommée,
C’est le meilleur pour la journée.



Li chevalier, qui en ce jour
Avoient pour acquerre honnour
7015 Travilliet et lassés leurs corps,
Qui logiet estoient dehors
Le chastiel et en le forest,
Retournerent la sans arrest
Ou lieu dont il furent parti,
7020 Cescun son escuier o li.
Evous issu hors de le porte
Le pris qui vient, c’on lor aporte
Et nonce par hiraus jolis
Qui prendent solas et delis f. 52 a
7025 A criier aval et amont,
Ensi qu’il chevaucent et vont,
En regardant viers la forest,
Et dient en hault sans arrest :
« O chevalier, qui laiens estes,
7030 « Boutés hors .i. petit vos testes
« Et de vos logeïs issiés !
« Dittes nous se vous cognissiés
« Celui qui le soleil d’or porte,
« Ou quel proece n’est pas morte.
7035 « Dittes li qu’il se traie avant,
« Car par son tres bon couvenant,
« Et par le tournoiier si bien
« Qu’en tous estas n’i falloit rien,
« On li aporte l’esprivier.
7040 « Les dames, et li chevalier,
« Et les damoiselles ossi

« L’ont assis et jugiet sur li.
« Bien a cause de traire avant,
« Car il a fait au jour d’ui tant
7045 « Que la grasce li est nommée
« De pris et de grant renommée. »
Et puis crient a haute vois,
Si fort qu’en retentist li bois,
Tout ensi c’on jupe au haro :
7050 « Horho ! horho ! horho ! horho ! »



Cil hiraut ensi se demainnent,
Qui longement tel vie mainnent,
Alant a senestre et a destre,
Tant c’on en poet tout lasset estre.
7055 Mais, pour cose que criant voisent
Ne que parmi les landes noisent,
Onques chevaliers n’issi hors
En moustrant vïaire ne corps, f. 52 b
Mais en leurs logeïs se tienent.
7060 Le cri des hiraus bien retienent,
Car il chevauchent moult priès d’yaus,
Par les quelz grans est li reviaus
Tant que de braire et de criier.
Toutdis portoient l’esprivier ;
7065 Et quant il eurent tant alé
Que priès le bois environné,
Sus la lande viers le chastiel,
Il retournerent en reviel
Et dedens le chastiel entrerent :
7070 Toutes les dames encontrerent
Qui recueillierent l’esprivier.
Adont veïssiés commencier
Grandes festes ens ou chastiel,
Apriès le souper grant et biel
7075 Qui moult bien ordenés y fu,

Et la, de par le roy Artu,
Y avoit aucuns chevaliers
Qui festioient volentiers
Pour l’amour de la ditte dame
7080 De la Garde, qui Diex gard l’ame.
Ensi se tinrent celle nuit
En grant joie et en grant deduit,
Et l’endemain trestout le jour.
Trois jours et .iii. nuis lor sejour
7085 Prisent la, en tres grant reviel,
Signeur, dames et damoisiel.
Au quart jour pluiseur s’en partirent
Qui par devers leurs manoirs tirent.
La damoiselle de Montgriès,
7090 Qui ne demoroit pas trop priès,
Mais bien .iii. journées en sus,
Prist congiet, et puis au sourplus f. 52 c
S’en retourna en son paÿs.
Messires Camelz, ce m’est vis,
7095 Sitost qu’il le sceut revenue,
De Camois vint la voie herbue
A Montgriès pour oïr nouvelles.
Florée avoech ses damoiselles
Li fisent grant chiere de bras,
7100 Et li recorderent en tas
Dou dit tournoi la verité,
Et comment on y ot esté
En grant joie et en grant revel.
Dist Camelz : « De tout ce m’est biel,
7105 « Mais dittes moy qui ot le pris ? »
Adont a Florée repris
La parolle et dist : « Sire chiers,
« Le pris en porte uns chevaliers
« Dont je ne cognois pas le nom.
7110 « Mais je li porte tel renom
« C’onques ne vi mieus tournoiant.

« On le poet bien en armoiant
« Deviser : bleues armes porte ;
« En la targe qui est moult forte
7115 « A .i. soleil d’or de brisure.
« Cilz ot le pris et l’aventure
« Dou mieulz faisant pour la journée. »
Dist Camelz : « Ce forment m’agrée,
« Et en y eut nul otant bien
7120 « Qui le pourseuissent de rien ? »
— « Oïl », Florée li respont,
Et dou rouge parole adont
Qui portoit une blance dame.
« Cilz chevaliers ossi, par m’ame,
7125 « Le fist moult bien, oultre l’ensengne.
« Avoech le bleu je l’acompagne f. 52 d
« Pour le mieus faisant en ce jour. »
Dist Camelz : « J’ai bien en dolour
« Vescu depuis que partesistes.
7130 « Las ! pour quoi ne me souffresistes
« A aler a ce dit tournoy ?
« J’en ay eü si grant anoy
« C’a painnes n’en fui marvoiiés. »
Dist Florée : « Camel, oiés.
7135 « Ce fu avis et ordenance
« De ceste qui bien a poissance
« De commander plus et avant
« Sus vostre corps ; de ce me vant. »
Respont Camelz : « Vous dittes voir
7140 « Et, puis qu’el je n’en puis avoir,
« Il le me fault laiier ester.
« Volentiers vorroie jouster
« Au rouge et a cel bleu vesti,
« Car nul n’en y a de cesti
7145 « Qui ne soit gais et amoureus,
« Et grandement chevalereus,
« Pour l’amour de ceste que j’aime

« Et que ma souverainne claime.
« Otant bien li autre le sont
7150 « Qui tout en ceste cace vont,
« Et, pour .i. tant, je les desire
« L’un apriès l’autre a desconfire.
« Si vous pri, Florée, or oiés,
« Quant chi passe, si m’envoiiés
7155 « Querre, et tantos venus serai. »
Dist Florée : « Je le ferai,
« Car je vous doi, par ordenance,
« Amour et vraie obéissance. »



Ensi se rapaisa Camelz,
7160 Qui devant estoit tous tourblés f. 53 a
De ce c’au dit tournoy il n’ot
Esté, car aler il y volt.
Arrier retourna a Camois,
Et Florée dedens ce mois
7165 En ala veoir sa cousine
En Escoce, belle Hermondine,
Qui le rechut moult liement,
Et li demanda erranment
Dou tournoy ou elle ot esté,
7170 Comment on y avoit jousté
Et tournoiiet otretant bien.
Florée n’i mist riens dou sien,
Mais l’en recorda tout le voir.
Adont volt la belle savoir
7175 Qui en avoit le pris porté,
Et elle li a recordé :
« Cils chevaliers, dont je vous di,
« Qui se gouvrena tout ensi,
« Cousine, que conté vous ai,
7180 « Son nom nommer je ne vous sçai,
« Mais une bleues armes porte ;

« Au parler de lui me deporte,
« Car il vault mieulz que ne le prise.
« D’un soleil d’or, voir, il se brise ;
7185 « Se jamais il venoit en place
« Ou vous fuissiés, je voel c’on sace
« Que c’est cilz qui en telz parures
« A fait faire ses armeüres. »
Hermondine atant le laissa ;
7190 Dou chevalier plus ne parla
Ne dou tournoy, mais de Camel,
Et dist : « Ma cousine et a tel
« Avés vous conté tout ensi ? »
— « Oïl, cousine, ce vous di. » f. 53 b
7195 — « Et qu’en dist il ? » — « Il jure s’ame
« Qu’il a receü trop grant blasme
« Et que jamais n’ara honnour,
« Quant il ne fu la, a ce jour.
« Toutes fois je l’en apaisai
7200 « Et ossi je vous escusai.
« De puis me dist : Bien voet c’on sace
« Que s’il en troeve nul en face
« De ces dis chevaliers de queste,
« Il ara grant joie et grant feste
7205 « Se il se poet a yaus combatre,
« Et dist que pour son cors esbatre,
« Tous les fera vos prisonniers.
« Regardés s’uns telz chevaliers
« Doit avoir belle amie a dame ! »
7210 Ce dist Hermondine : « Par m’ame,
« S’ensi le fait, il sera preus. »
Ensi furent entre elles deus
A Signandon, ne sai quans jours.
Point ne desplaisoit li sejours
7215 De sa cousine a Hermondine,
Mais li moustre et li fait grant signe
De boine amours, et c’est raisons ;

Ossi fait toute li maisons.
Au quatrime jour s’en parti
7220 Et tant chemina puissedi,
Que elle s’en revint chiés soy.
Ensi eut on fin de tournoi
Qui par devant la Garde fu :
Li chevalier dou roy Artu,
7225 Qui la furent a la journée,
Partirent une matinée
Et si se misent au retour ;
Je ne sçai mies en quel jour f. 53 c
Il s’en vinrent a Carlion,
7230 Mais la toute l’entension
Dou tournoy au roy recorderent,
Et moult grandement li loerent
Celi qui en avoit le pris.
On a tous leurs recors escris
7235 Tout ensi que recordé ont,
Et par especial mis sont
En escript li preu chevalier,
Ensi c’on les poet armoiier,
Car mies par aultre ordenance
7240 On n’en poet avoir cognissance.



Afin que riens nous n’oublions,
A la journée revenrons
Dou tournoy qui fu a la Garde,
Car verités voet c’on regarde
7245 A toutes coses en venant.
Vous savés en quel couvenant
Tout li chevalier s’en partirent.
Bien oïrent et entendirent
C’on avoit donné l’esprivier
7250 Au vaillant et preu chevalier
Qui de bleu s’arme et qui se brise

Dou soleil d’or, que tant on prise.
Li plus dient bien la endroit
Qu’il l’a conquesté de son droit
7255 Et qu’il a esté bien assis,
Mais il y en a trente sis
Qui le vosissent bien avoir.
Agamanor, sachiés pour voir, [38]
S’en estoit ce jour mis en painne.
7260 II ne sera dedens quinsainne
Liés en son cuer ne resjoÿs.
Plus volentiers euist oÿs f. 53 d
Les mos pour lui que pour autrui.
Or, revenons, puisque g’i sui,
7265 A Melyador le vassal.
L’endemain fait a son cheval
Regarder se riens il y faut ;
Tous armés en la selle sault,
La targe au col, sa lance porte.
7270 Joie n’est mies en lui morte,
Quant, en l’arroi ou il se trueve,
Amours le semont et le rueve
Qu’il cante la aucune cose.
Adont n’a pas la bouche close,
7275 Mais chante .i. rondelet moult bon ;
Vous l’orés, car c’est bien raison.


Rondel

Cest sans partir, sans cangier, sans muer,
Ma douce amour, que mon cuer vous donnai.

Entierement pour tous jours demorer,
7280 C’est sans partir, etc.
 

De ce ne vous couvient jamais douter,
Car, par ma foy, ensi je le ferai.
C’est sans partir, etc.



Tous armés jusc’a son hÿaume,
7285 Fist la ceste amoureuse psaume
Melyador en chevaucant,
Et le canta par couvenant,
Bien et biel, car moult bien cantoit.
Ses escuiers, qui chevaucoit
7290 Dalés lui, l’ooit de grant cuer,
Car il ne volsist a nul fuer
Qu’il n’euist le sentement tel,
Fust a la ville ou a l’ostel,
Qu’il avoit et bien le disoit,
7295 Quant l’estat d’Amours li prisoit : f. 54 a
« Certes, sire, vos sentemens
« Est uns grans representemens
« Que vous tenrés la droite adrece
« De toute honneur et de proece,
7300 « Et vous avés ja commencié
« Et le vostre corps avancié
« Moult grandement en celle queste.
« Encores n’avons trouvé feste,
« Encontré tournoy ne behourt,
7305 « Dont on n’ait parlé en la court
« Dou roy Artus par vo bien fait.
« Encore espoire jou c’on ait
« L’esprivier, qui vous fu donnés
« Et par jugement ordonnés,
7310 « Porté ou on le portera,
« Autrement la cose n’ira,
« Dedens la ditte court dou roy.
« La dira on en quel arroy
« A ce tournoy vous maintenistes,

7315 « Et tout ensi que vous venistes
« Sus les rens et, de chief en cor.
« Le chevalier au soleil d’or
« Serés vous tenus et nommés,
« De tous prisiés et renommés,
7320 « Car li bien fais ne poet perir.
« Cil sont tout prest dou remerir
« En quel istance on se travelle,
« Et certes ce n’est pas merveille
« Se vous travilliés volentiers,
7325 « Car ce vous est un biaus mestiers
« D’avoir le souvenir en place
« D’un doulz penser qui vous solace
« Pour la belle, plaisant et bonne, [39]
« A cui vos coers dou tout s’ordonne f. 54 b
7330 « Et est ja donnés de grant temps.
« Et quant vous estes ce sentans,
« Vous devés trespercier les routes
« Et hors issir de toutes doubtes,
« Car chils ja riens n’achievera
7335 « Qui nulle riens empris n’ara. »



Ensi parolle Lansonnès,
Qui fu moult jolis et moult nès,
A son mestre a fin qu’il y pense
Et qu’il face sa diligense
7340 De poursieuir au droit sa queste ;
Je croi qu’il fera sa requeste
Ne ja n’ara aultre pourpos.
Melyador, dont je pourpos,
Chevauce bien .ii. jours entiers,
7345 Et tient en voies et sentiers,
A son avis les plus hantées,

Les plus froiiées et tantées,
Ainçois qu’il peuist aventure
Trouver nulle, dont escripture
7350 En puist ja estre ensonniie.
Au tierch jour de sa chevaucie
Puis que partis fu de la Garde,
Sus la lande en alant regarde
Et voit .i. chevalier venir,
7355 Qui pooit son chemin tenir,
Moult bien li samble, de la queste.
Onques son hÿaume en la teste
Ne mist si fu venus a li.
Quant il fu priès, si dist ensi :
7360 « Chevaliers, que volés vous faire ?
« Ce nous est cose neccessaire
« Qu’il nous couvient jouster ensamble. »
Et li chevaliers, ce me samble, f. 54 c
Respondi et dist : « Ce fait mont. »
7365 Leurs hÿaumes ont mis adont
Et lachiet bien a leur devoir.
Ce chevalier, je sçai de voir
Que Sorelais estoit nommés,
Moult prisiés et moult renommés
7370 D’armes et de chevalerie,
Et portoit pour armoierie
Une targe toute dorée.
Sorelais erranment s’arrée
Pour jouster a Melyador.
7375 Sa targe qui reluisoit l’or, [40]
Joint priès de luy, et prent sa lance.
Quant Melyador la samblance
En veÿ, si refist otel.
En leurs lances sont cop mortel,
7380 Il ne fault fors que bien s’ataindent.
En leurs mains les lances estraindent
Et s’en viennent de grant randon.

Cescuns feri en son blason
Son compaignon si roidement,
7385 Que les lances, tout droitement,
En tronçons des mains lor volerent,
Mais ens es targes demorerent
Li fier qui as tronçons tenoient.
Oultre passent et, quant il voient
7390 Que les lances leur sont perdues,
Si ont trait les espées nues
Et se requierent a plains bras.
Sorelais n’estoit mies cras,
Mais chevaliers bien aligniés.
7395 Nulz ne s’est noient espargniés
Au bon tournoiier des espées.
Melyador, qui les pensées f. 54 d
Ot tout dis forment honnourables,
Voit que cilz chevaliers est ables
7400 Et qu’en armes bien se manoie.
Sachiés que pas ne l’en anoie
Mais l’en prise moult grandement,
Et, quoi qu’il euist hardement
De parfurnir ceste meslée,
7405 Il s’apoia sus sen espée
Et se retrait .i. peu arrier,
Et demande au dit chevalier
Que, par Amours, li voelle dire
Quel cose le muet et le tire,
7410 Ne a tiret, en ceste cace,
Et, s’ensi est que il le sace,
Il li dira secondement
Partie de son sentement,
Tant que par honneur en pora [41]
7415 Dire, ne ja n’en mentira.
Sorelais, qui se voit priiés,

Ne s’est nullement detriiés
De parler bien et par raison,
Et dist : « J’estoie en ma maison,
7420 « Chevaliers, ce savoir devés,
« Ou j’ai avoech mon pere més
« Et ma mere qui m’ont moult chier ;
« Siques, pour mon corps avancier
« Et par l’ordenance otant bien
7425 « D’une dame qui a le mien
« Coer dou tout en s’obeïssance,
« Je me mis en ceste ordenance,
« Non pas que nullement je tende
« A Hermondine, ne n’entende
7430 « Que ja si bons chevaliers soie
« Que par proece avoir le doie. f. 55 a
« Ce c’aler je puis et combatre,
« Ce n’est fors que pour moy esbatre,
« Et moy duire et endoctriner,
7435 « En ce ou voel perseverer,
« En armes et en gentillece.
« Et ma dame par grant liece
« Le me commanda au partir ;
« Si n’oseroie defallir
7440 « A son pourpos aucunement.
« Or vous ay de mon sentement
« La plus grant plenté decouvert.
« Li coers n’est mies siens qui siert,
« Non que nullement me repente
7445 « De ce que j’ay pris a l’entente
« De ma dame premierement
« Et de mon bon avancement.
« J’aroie plus chier a morir
« Que nullement a repentir,
7450 « Et si le me vaurroit trop mieulz,
« Car ma dame d’uns si doulz yeulz
« Me regarda a mon depart,

« Que j’ai tous jours de celle part
« Ma pensée preste et entiere.
7455 « Et si me dist ma dame chiere :
« Va a Dieu a qui te commande.
« Soies telz c’on te recommande
« Pour bon chevalier au retour,
« Et saces vraiement c’au jour
7460 « Que tu revenras devers moy,
« Ou cas que je n’arai de toy
« Oÿ que tous biens recorder,
« Je te voel m’amour acorder.
« Siques, sire, sus cel espoir,
7465 « J’ai chevauchiet et main et soir, f. 55 b
« Et pense a chevauchier encor,
« Et, quant des ans venrai au cor,
« Si je puis vivre tel espasse
« Et je le vaille, j’arai grasce
7470 « De ma dame tres souverainne,
« Pour quoi je ne ressongne painne,
« Soing ne travel, quel part que soit. »
Et, quant Melyador le voit
En ce parti, li respont tos :
7475 « Vos avés .i. joli pourpos.
« Je vous ay oÿ volentiers.
« Or sai je moult bien, chevaliers,
« Puisque vous estes si jolis,
« Que bonne amour a en vous mis
7480 « Pluiseurs biaus sentemens pour faire
« Aucun motet qui doient plaire
« A oïr chanter a le fois,
« Que vous estes bien si courtois
« Que j’en arai .i., s’il vous plaist,
7485 « Par tel condition qu’il n’est
« Meshui homs qui a vous me face
« Combatre, et voel encor c’on sace
« Que je dirai d’or en avant

« Qu’en tres biel et bon couvenant
7490 « Vous ay trouvé, il n’est pas doute,
« Et ay mis mon entente toute
« A vous conquerir et mater,
« Mais pour ferir ne pour fraper
« Je n’en ay poüt a chief traire.
7495 « Et ce prommet jou a retraire
« A vo dame, s’il vient a point
« Que je soie en lieu et en point,
« Que vous souffrés c’a lui parolle. »
Sorelais entent la parolle f. 55 c
7500 De Melyador moult courtoise.
Si dist : « Sire, voir, il me poise
« Que je ne vous puis honneur faire ;
« Mais, pour vostre bon gré parfaire,
« Ce que je sçai je chanterai
7505 « Et .i. virelai vous dirai,
« Tel que j’ai fait puis .iiii. jours,
« Par l’aÿde dou dieu d’Amours
« Et le souvenir de ma dame. »
Respont Melyador : « Par m’ame,
7510 « Je l’orrai, sire chevaliers,
« Pour certain ossi volentiers
« Que pieça jou oïsse cose,
« Et me pardonnés, quant tant m’ose
« De vous fiier a ceste fois. »
7515 Li chevaliers osta ançois
Son hÿaume qu’il commençast
Son virelay, ne le chantast,
Et puis commença a chanter,
Pour luy bonement acquitter,
7520 .I. virelay gay et plaisant,
Le quel vous orés en lisant.


Virelay.

Or vous voelle souvenir,
Ma tres douce dame, de moy
Qui tous sui vostres, par ma foy,
7525 Entierement jusc’au morir.

Jai tous jours voloir et desir
De vous tres loyaument servir
Et je le doy.
Car puis c’Amours me fist sentir
7530 Que vostres fuisses sans partir,
Je n’eulz anoy.

Mais ay joie a mon plaisir, f. 55 d
Pour ce que moult bien aperçoi
Que tout mon bien de vous reçoi :
7535 De moy faites, tous maulz fuïr,
Or vous voelle, etc.

De bon coer me voel esjoïr
Et toutdis liement tenir,
Pour ce que voi
7540 C’ou monde ne me poet venir
Riens qui me fesist alentir
Ne ce, ne quoi

De vous cremir, obeïr
Et dou tout moy mettre en tel ploy
7545 C’onques amans, si com je croi,
Vers dame fist sans departir.
Or vous voelle, etc.



« Par ma foy, » dist Melyador,
« Chevaliers, je n’ai point encor
7550 « Sus le chemin ou je travelle

« Oÿ nulle cançon parelle,
« Et ce sachiés, sur toute rien,
« Li oïrs m’en a fait grant bien.
« Si vous en remerci .c. fois,
7555 « Il m’en souvenra tout ce mois
« Et si en vaurrai assés mieulz. »
Sorelais, qui fu moult gentieulz,
Li dist : « Sire, j’en sui moult liés. »
Adonques fu la li congiés
7560 Pris d’yaus .ii. moult courtoisement.
Melyador presentement
S’est partis et Sorelay lait.
Si s’en chevauce o son varlet,
Tout ensi que voie le mainne,
7565 En cherchant, c’est cose certainne,
Aventure ; c’est ses desirs. f. 56 a
Or parlerai, c’est mes plaisirs,
De sa sereur la renommée,
Que on appelle Phenonée,
7570 Et d’un tournoy qu’elle mist sus.
.I. jour fu revenus li dus.
Ses peres, de la court dou roy
Artus, en moult tres grant arroy,
Et avoit illuech sejourné
7575 Bien .xv. jours, pour verité.
En ce sejour qu’il ot la fait
On avoit aporté de fait
L’esprivier en la ditte court,
Que Melyador au behourt
7580 Ot conquis par sa grant proece,
Et la demanda : « Quelz homs esce
« Chil qui l’a gaegnié de droit ? »
Mais, pour ce c’on ne cognissoit
Melyador, on li dist : « Sire,
7585 « Nous ne savons nouvelles dire,
« Quelz homs c’est, ne de quel afaire ;

« S’il a brun ou cler le vïaire ;
« Car nous l’avons veü armé
« Et tournoiier a volenté,
7590 « Si tres vaillamment et si bien,
« Que si arroi et si maintien
« Sont recordé pour le millour
« Chevalier qui fust sus ce jour
« Tournoians par devers le Garde.
7595 « Et qui en armes le regarde,
« Tant en poons bien dire encor,
« De bleu s’arme a .i. soleil d’or ;
« C’est la devise que cilz porte,
« En qui proece n’est pas morte,
7600 « Mais fait moult a recommender. » f. 56 b
Li dus qui en oÿ parler
Moult volentiers, tout pour l’amour
De son fils, ens ou propre jour
Qu’il fu revenus a Tarbonne,
7605 Ceste nouvelle belle et bonne,
Et le conquès de l’esprivier,
Recorda il a sa moullier.
La estoit sa fille en present,
Qui entendi parfaitement
7610 Faire a son pere le recort.
Lors dist en soi : « Je n’ai pas tort,
« Se je croi que ce soit mes freres
« Dont si grandes sont les materes.
« Vraiement bien le poroit estre. »
7615 Adont fait la plaisance nestre
En la pucelle .i. grant pourpos,
Le quel elle n’a pas desclos, [42]
Sitos comme au devant li vint,
Jusc’a tant c’a point il avint.

 

7620
Phenonée dont je devis
S’avisa d’un trop grant avis.
Une heure a son pere s’en vint
Et la en parolle le tint,
Courtoisement et sagement,
7625 Et quant dedens son sentement
Perchut qu’il estoit tres bien heure
De parler, adonques s’aheure
Et devant son pere s’avance.
Si dist par tres bonne ordenance :
7630 « Monsigneur, a vo fille chiere,
« Voelliés une seule priiere
« Acorder. » Et li dus errant
Respont liement, en riant :
« Ma fille, je le vous acorde. f. 56 c
7635 « Demandés. » Et celle recorde
La ou gist ses desirs entiers :
« Je veroie tres volentiers,
« Monsigneur, par devers Tarbonne,
« Mais que vostres plaisir l’ordonne,
7640 « .I. tournoy telz comme fu chils
« Ou eut tant de bons et gentils
« Chevaliers, et les quels Diex garde,
« Devant le chastiel de la Garde.
« Ce me sera uns grans deduis
7645 « Pour entroubliier les anuis,
« Que j’ai ja porté longement
« Pour mon frere certainnement,
« Que je ne vi trop grant temps a. »
Et adonques li dus parla
7650 Et dist : « Ma fille, par ma foy,
« Je vous acorde ce tournoy ;
« Il en soit a vostre ordenance. »
Et Phenonée qui s’avance
Dist : « Monsigneur, Diex le vous mire. »

7655 Adonques sans plus la riens dire,
Ordonné fu pour envoiier
Hiraus pour par tout chevaucier
Et anonchier la ditte feste.
Ensi li dus a la requeste
7660 De sa fille, sans nul desroi,
Fist errant nonchier ce tournoy
En Escoce et en Danemarce.
Il n’i a ne paÿs ne marce
Ou il ne soit segnefiiés.
7665 .I. jour chevaucoit li prisiés,
Li chevalier au soleil d’or
Et estoit droitement au cor
D’une lande et d’un vert chemin, f. 56 d
Et n’estoit mies trop matin,
7670 Mais haute tierce ou environ ;
Si voit venir a l’esporon
.I. hiraut moult quoiteusement.
Adont s’arresta proprement,
Pour savoir quel cose il voloit,
7675 Et lors que li hiraut le voit
Qui le recogneut par sa targe,
Si dist : « Chevaliers, je vous carge
« Que vous soiiés a ce tournoy
« Qui se tenra, a bonne foy,
7680 « Devant Tarbonne en Cornuaille.
« Ce n’est pas raisons c’on y faille,
« Quant la fille dou duch Patris
« A pour li ce tournoy empris,
« Et donra au mieus tournoiant
7685 « .I. faucon joli et plaisant.
« Or y soiiés pour vostre honnour.
« Trois mois avés encor de jour. »
Dist Melyador : « Mon ami,
« Se je vif tant, je le te di,
7690 « Je cevaucherai ceste part.

« Or me di, avant ton depart
« Se tu scés nulle autre nouvelle. »
Cils respondi, a vois isnelle :
« Sire, nennil, tant qu’en present. »
7695 Et adonques li hiraus prent
Le chemin tout parmi la lande,
Le chevalier a Dieu commande,
Et Melyador li ossi.
De l’un l’autre se sont parti ;
7700 Tantost se furent eslongiet
Que donnet se furent congiet.



Or chevauce forment pensieus f. 57 a
Melyador, si m’aÿt Diex,
Pour tant que il est enfourmés
7705 Qu’ens ou pays ou il fu nés
Doit avoir .i. tournoy moult grant.
Et quant il ot la pensé tant
Que par droit li devoit souffire,
Si prist tout bellement a dire
7710 A son varlet : « Entent a moy.
« Ma serour fera ce tournoy
« Pour moi veoir, si com j’espoir. »
Dist Lansonnès : « Vous dittes voir.
« C’est la cause, nulle autre non,
7715 « Car elle a oÿ le renon
« De pluiseurs chevaliers parler
« Qui poeent ceste queste hanter.
« Si veroit volentiers les preus.
« Sachiés que pas ne serés seuls :
7720 « Il en y ara des vaillans,
« Des hardis et entreprendans. »
Dist Melyador : « Je le voel.
« Ja n’ara en moy tant d’orguel
« Que je n’i soie des premiers,

7725 « Car je veroie volentiers
« Ma serour et le duch mon pere.
« Et se la sui, c’est cose clere
« Ja ne m’i ferai cognissable. »
Ensi tint ce pourpos estable
7730 Melyador priès tout le jour.
Ce soir vint prendre son sejour
En .i. manoir, sus une lande,
Ou pays de Norchombrelande,
Entre Montgriès et Carmelin,
7735 Et quant levés fu au matin,
Pour ce qu’il faisoit biel et chaut, f. 57 b
Et qu’il perchut le soleil hault,
Il ne se volt noient armer.
As camps vint ; si prist a chanter
7740 .I. rondelet a clere vois,
En breton, non pas en françois,
Et avoit dit .i. peu devant
Qu’il euist commenciet son chant :
« Tout ce qui au chanter m’encline,
7745 « Ce fait li amour d’Ermondine
« Pour qui je sui jolis et gais.
« Li doulz pensers m’est grans souhais ;
« A lui il n’est si vraie cose,
« Et parmi tant moult bien je m’ose
7750 « Fiier d’un seul rondelet dire,
« Car j’ai matere qui m’i tire. »


Rondel.

Jai pensée et doulz souvenir
A vo biauté et grant valour,
Pour qui je sui tous jours en joie.
 

7755 Mieus ne m’en poroit avenir,
Car j’en sui ostés de tristour :
J’ai pensée, etc.

Car vous estes voir, sans mentir,
De toutes dames le millour
7760 Et trestous biens a vous s’emploie.
J’ai pensée, etc.



Ensi Melyador s’esbat,
Qui en le contrée s’embat
Ou messires Camelz converse.
7765 Plaisance s’est en soi aherse
Moult grandement en chevaucant,
Car en ce matin chanta tant
Que ses varlès, bien le sachiés,
En estoit tous esmervilliés f. 57 c
7770 Comment qu’il li fesist grant bien.
Melyador, en son maintien,
S’esbanoia de grant corage.
Or entra dedens .i. bocage,
Entour heure de miedi ;
7775 Desous .i. cesne deschendi,
Qui estoit a merveilles grans
Et grant ombrage entreprendans.
Si tost qu’il ot mis piet a terre,
Ses varlès vint son cheval querre ;
7780 Si le loia .i. peu en sus,
Et puis sus l’erbe s’assist jus,
Loing de Melyador arriere,
Ensi que le get d’une piere.
Sitretos comme il fu assis,
7785 II s’est si tres fort endormis
Que, pour bouter ne pour huchier,
On ne le peuist esvillier.

Et ses mestres, a l’autre part,
Dou dormir a bien pris sa part,
7790 Car il s’estoit levés matin,
Et si avoit sus son chemin
Canté et pensé grant fuison.
Pour quoi il y eut bien raison,
Si com je l’entens et saveure,
7795 Qu’il dormesist fort a celle heure.



En ce terme et en celle espasse,
Une damoiselle la passe,
Moult courtoise et bien ensegnie,
Et si estoit acompagnie
7800 D’un petit page seulement,
Et cantoit moult joieusement
En chevaucant sus son chemin.
Moult bien savoit la a quel fin f. 57 d
Li chevaliers est endormis
7805 Et quel aventure l’a mis
Desous l’arbre ou il se gisoit,
Mais elle pas ne cognissoit
Melyador par son droit nom,
Car point n’en veoit le blason,
7810 Et si ne pensoit pas en soy
Que ce fust cilz qui au tournoy
De la Garde qui[st] avant hier,
Ou onques corps de chevalier
Ne fist tant comme il y fist lors.
7815 Moult seroit plainne de confors
Se elle l’avoit ravisé,
Mais a ce n’a noient visé
En dit, en fait ne en corage.
Ce dist la pucelle a son page :
7820 « Il nous fault descendre droit ci. »
Adont sont descendu ensi

Comme elle l’avoit ordené.
Sen palefroi a lors donné
A son page, et puis vient avant,
7825 Et se met tout droit au devant
De Melyador qui dormoit.
Si le regarda et bien voit
Qu’il estoit endormis moult fort.
En soy dist : « J’aroie grant tort
7830 « Se soudainnement l’esvilloie ;
« Trop grant desplaisir li feroie.
« Cela ne feroie a nul fuer,
« Mais j’ay or plaisance a mon cuer
« Et raisons si le me conseille
7835 « Que en chantant je le resveille. »
Lors se mist la belle au chanter,
Qui se pooit moult bien vanter f. 58 a
Que vois avoit jolie et douce,
Et ossi moult tres belle bouche
7840 Dont la vois en chantant issoit.
Et c’est bien raison que chi soit
Mis li doulz rondelès avant,
Qui li vint droit la au devant,
Le quel chanta pour resvillier
7845 Courtoisement le chevalier.


Rondel.

Amis, quel[e] part que je soie,
Jamais ne vous oublierai,
Ains vous serai loyal amie
En tout dis par mon sierement,

7850 Car vous m’estes confors et joie,
Vous estes tout le bien que j’ay
Et serés, voir, toute ma vie,
Amis, etc.
 

Pour ce, de tres bon coer m’otroie
7855 A vous amer de voloir vrai,
Or en ait dont qui voet envie,
Car il ne sera aultrement.
Amis, etc.



Sachiés que ceste damoiselle
7860 Qui chantoit a vois douce et belle,
Et qui la estoit embatue,
Estoit hors de Montgriès issue
Et si en estoit hiretiere.
C’est Florée la tres entiere,
7865 Qui se tient germainne cousine
A ma damoiselle Hermondine.
Elle avoit adont tel usage
Qu’elle chevaucoit le boscage
Deux ou .iii. fois sus le sepmainne.
7870 Mis l’en avoit en celle painne f. 58 b
Messires Camelz de Camois,
Car enjoint li eut puis .iii. mois
Que elle a le fois chevaucast
En ce bois et si s’avançast
7875 De parler a tous chevaliers,
Qui passoient par ces sentiers,
Et de yaus mener a Montgriès,
Car li chastiaus seoit la priès,
Et li avoit dit tout ensi :
7880 « Damoiselle, je vous en pri,
« Dittes as chevaliers errans
« Que Camelz est forment engrans
« Qu’il se puist a yaus esprouver,
« Et, s’il en pooit un trouver
7885 « Qui fust si vaillant et si fors
« Que mater le peuist de corps,
« Il aroit par tout grant renom. »

Et, pour ce, Florée en ce nom
Estoit la en ce jour venue ;
7890 Mais, quant elle y fu embatue,
Jamais adeviné n’euist
Que cils est. S’elle le sceuist,
Elle en fust toute resjoïe,
Car bien vit sa chevalerie
7895 Devant le chastiel de la Garde.
Florée en cantant le regarde :
Si est assise dalés li,
En arroi plaisant et joli,
Et dist de la ne partira
7900 Jusc’a tant qu’il s’esvillera.



Melyador tout en dormant
Ooit bien la vois, je m’en vant,
Et li faisoit grant melodie.
Mais, pour ce, ne laissoit il mie f. 58 c
7905 A dormir, car si douce estoit
La pucelle, qui la seoit
Et qui le rondiel chanté ot,
Qu’il ne se poet pas a ce mot
Esvillier, mais toutdis dormoit.
7910 Et quant la damoiselle voit
Que point ne le resvillera,
Se dist que tant travillera
Au canter, car c’est ses mestiers
Et se le fait tres volentiers,
7915 Que resvilliés sera sans doubte.
Et, a ces mos, elle avant boute,
De sa vois qu’elle ot moult jolie,
.I. rondelet a vois serie,
Pour li resvillier sans contraire.
7920 Dou rondiel ne me voel pas taire
Que je ne le die en present.

La damoiselle, qui bien sent
Tout ce qu’elle voet faire et dire,
Au canter doucement s’atire
7925 Le rondelet que vous orés,
En tel maniere que vodrés.


Rondel

Diex le gart de mal et d’anoi, [43]
Ma douce desirée amour,

Car je le sçai loyal vers moy.
7930 Diex le gart, etc.

Pour ce desire, par ma foy,
Son bien et dessus tous s’onnour.
Diex le gart, etc.



Ensi la pucelle chantoit
7935 Et Melyador l’escoutoit
En dormant, ce li estoit vis,
Mais ses cuers estoit tout ravis f. 58 d
En plaisance gaie et jolie.
Quant ceste cançon fu finie,
7940 Melyador se resvilla,
Qui en resvillant souspira,
Et, quant ensi eut soupiré,
La damoiselle a regardé
Qui estoit plaisans et doucete,
7945 Et seoit la toute seulete.
Or fu trop fort esmervilliés ;

Mais, quant il fu tous esvilliés,
Si dist ensi : « Ce poise mi
« Que j’ai en ce lieu tant dormi. »
7950 — « Pour quoi ? » ce dist la damoiselle.
Ce respont Melyador : « Belle,
« Pour ce c’on y piert sa saison.
« Vous en ay je dit la raison ?
« Je deuisse ja avoir fait
7955 « D’armes quelque voie, ou quel fait.
« Je sçai bien, et s’en sui tous fis,
« Que, puis qu’en la queste me mis,
« Point ne m’est la cause parelle
« Avenue, dont j’ai merveille. »
7960 — « Sire, » la damoiselle dist,
« Environ ce contour chi gist
« Une cose moult mervilleuse
« Et qui est assés perilleuse,
« Car nulz frans chevaliers n’i poet
7965 « Chevaucier, et voelle ou non voet,
« Qui n’i dorme en tele maniere
« Que fait avés, ça en arriere.
« Une fée si l’ordonna,
« Qui au lieu le don en donna ;
7970 « Siques, pas ne vous en anoie,
« Quant trouvé en avés la voie f. 59 a
« Et vous paiiés ce qu’elle doit.
« Et se vous voliés, chi endroit,
« .I. peu encores arrester
7975 « Et mes parolles escouter,
« Le certain vous en compteroie,
« Ne ja ne vous en mentiroie. »
Respont Melyador en l’eure :
« Damoiselle, je ne labeure
7980 « Par les landes vertes et belles,
« Fors que pour apprendre nouvelles,
« Car je les och plus volentiers

« Que nulz estragnes chevaliers. »
Et adont Florée li compte,
7985 Qui est lors entrée en son compte :



« Chiers sires, vous devés savoir
« Qu’en ce paÿs a .i. manoir
« Et .i. chastiel joli et cointe,
« Seant droitement en le pointe
7990 « De ceste lande et de ce bois.
« Li chastiaus est nommé Camois,
« Et li sires qui le maintient
« Tres bon chevalier on le tient :
« Cilz chevaliers si est nommés
7995 « De Camois messires Camelz.
« Or avint entour .iiii. ans sont,
« Si com les aventures vont,
« Que cilz chevaliers dont je compte,
« Qui scet bien que proece monte,
8000 « Esleva .i. cerf en ces bois.
« Tant le caça a ceste fois
« C’a .i. chastiel dont sui partie
« L’occist tous seulz, sans sa mesnie,
« Car il l’avoit caciet ce jour
8005 « Sans avoir arrest ne sejour. f. 59 b
« Quant occis l’eut, il sonna prise.
« A ceste heure que je devise,
« Estions moy et ma cousine,
« D’Escoce la belle Hermondine,
8010 « As fenestres de mon chastiel,
« Quant nous veismes ou praiiel
« Le cherf et le chevalier la.
« Cescune de nous avala
« Et venimes jusques a li ;
8015 « Moult belement nous recueilli.
« Je l’en menai tout devisant

« En mon chastiel, par couvenant,
« Pour li fester et honnerer,
« Et li priai de demorer
8020 « Apriès souper, plus de .vij. fois ;
« Mais il retourna a Camois,
« Dont partis estoit au matin.
« Je le vous recorde a tel fin
« Que je, qui noient n’i pensoie,
8025 « De l’acointance euc peu de joie ;
« Car il, si com depuis me dist,
« Son coer et sa plaisance mist
« En ma cousine telement
« Et l’enama si ardamment,
8030 « Seulement et par regarder,
« C’onques puis ne s’en peut oster.
« Depuis revint .ii. ou .iii. fois.
« Je m’en perçuch, et ce fu drois,
« Par aucuns signes qu’en li vi
8035 « Faire et moustrer, tout a par li.
« Et je, qui a garder avoie
« Ma cousine et qui bien savoie
« Les coustumes dou chevalier,
« Pour tous perilz entrecangier f. 59 c
8040 « Alai de ceste oevre au devant,
« Avoeques .i. remede grant
« Qui y sourvint dedens l’anée,
« Car ma niece fu remenée
« En Escoce dont iert partie.
8045 « De ce fu forment resjoïe
« Et Camelz moult fort courouciés.
« Tantost fu par lui deffiiés
« Monsigneur mon pere et no terre,
« Et nous fist si tres mortel gherre,
8050 « Que nulz n’osoit de no chastiel
« Partir, ne par lait, ne par biel,
« Et, quant on volt savoir de li

« A quel title il nous grevoit si,
« Il respondi apertement :
8055 « Que nulz ne nulle vraiement
« N’i metteroit pais ne concorde,
« Pour Dieu ne pour misericorde,
« Fors moy, et maintenoit tres bien
« Que, par moy et par mon moiien,
8060 « Pais aroie et mes gens ossi.
« Siques, chevaliers, j’en fui si
« Tres fort priie de mes gens
« Que je cangai pourpos et sens,
« Car en prison tenoit mon pere,
8065 « Dont la cose m’estoit amere.
« Tant fist qu’en Escoce en alai
« Et a ma cousine comptay
« L’aventure et le fait tout tel
« Que dit vous ay de ce Camel.
8070 « Ma cousine, qui estoit jone
« Et plus que pour Camel ydone,
« Me demanda et volt avoir
« De moy conseil ; je li dis voir, f. 59 d
« Quoi que Camelz, n’en doubtés mie,
8075 « Soit si plains de chevalerie
« Que nulz chevaliers estre poet.
« Mais loyauté qui pas ne voet
« Fallir as siens me consilla,
« Et ma cousine s’enclina
8080 « A ce que je vols dire et faire
« Dont pour ma guerre a bon chief traire
« Et le dit Camel apaisier.
« Quant je fui revenue arrier
« Et il se fu trais devers moy,
8085 « Je li baillai en bonne foy,
« Pour li donner joie et plaisance,
« Lettres telles que de creance,
« Faites ou nom de ma cousine,

« Et lors qu’il en perçut le signe,
8090 « Il fu resjoïs grandement
« Et volt savoir entierement
« Son pourpos, et je li comptai,
« Qui tout a fait le machonnai
« En contant que je li disoie.
8095 « La fis tout ce que je voloie
« Et li dis voir que ma cousine
« L’ameroit, mais c’aucun bon signe
« Veïst en li de grant proece ;
« Mais, pour ce qu’elle en grant jonece
8100 « Estoit encor, elle voloit,
« Et commandoit et ordonnoit
« Que .v. ans complis et entiers
« Elle asseroit tous chevaliers
« Qui vodroient entrer en queste
8105 « Pour s’amour et a sa requeste,
« Et cilz qui seroit en .v. ans
« Li plus preus, et li plus vaillans f. 60 a
« Et plus plains de chevalerie,
« L’aroit a femme et a amie.
8110 « Siques, sire, sus ceste entente,
« Ceste queste qui est presente
« Ou travellent maint chevalier
« Est faite, mentir ne vous quier,
« Ou nom de Camel de Camois.
8115 « Or, estes vous or ens ou bois
« Ou il converse, et ou demeure
« Et ou je vieng quant il est heure
« Pour les chevaliers enhorter
« Qu’il viegnent contre li jouster,
8120 « Li quelz par armes telz les mainne,
« Et si vaillanment se demainne
« Qu’il les fait venir a merci,
« Et a fait venir jusqu’a ci,
« Mors et conquis, par tel raison

8125 « Que j’en tieng pluiseurs en prison,
« Biaus chevaliers et aligniés.
« Siques, chevaliers, telz soiiés
« Tous enfourmés que ceste queste,
« Dont pluiseur chevalier font feste,
8130 « Fu emprise tout par tel cas
« Et par aultre afaire non pas.
« Si vous faudra a lui jouster
« Et vo corps au sien esprouver,
« Ou vos armeüres laissier,
8135 « Et dire ensi au chevalier
« Que jamais, en jour de vo vie,
« Vous ne penserés a s’amie.
« Aultre remede je ne voi
« Qui vous oste de cest anoi. »


8140
Et quant li preus Melyador,
Qui n’est mies trop bien encor f. 60 b
Resvilliés, mais il se resveille,
Entent ceste grande merveille,
Si se taist et .i. peu colie
8145 A trop grande merancolie ;
Je le vous dirai maintenant.
Droit la li revint au devant
Une pensée de quoi ja
Ses propres varlès l’avisa,
8150 De quoi adont il ne fist conte ;
Mais maintenant scet bien que monte
Ceste pensée vraiement,
Jalousie, qui ardanment
Li est entrée ens ou corage.
8155 A par soi dist il : « Las ! or ai je
« Travilliet mon corps jusc’a ci
« Pour l’amour ceste que ne vi,
« Onques fors par oïr parler,

« Et elle a mandé, c’est tout cler,
8160 « Si com ceste pucelle dist
« Qui en riens ne s’en contredist,
« A ce chevalier qu’elle nomme
« Et que de proece renomme,
« Que biel se maintiengne et se porte,
8165 « Et qu’en bon espoir se conforte ;
« Qu’il pora bien tant travillier
« Que on le vodra recueillier.
« Haro ! se j’en avoie otant,
« J’en seroie tout mon vivant
8170 « Plus gais, plus jolis, et plus frisces
« Et de tous nobles meurs plus riches.
« Ha ! Lansonnet, pour quoi dors tu ?
« Pour quoi, compains, ne me viens tu
« Reconforter a ce besoing ?
8175 « Certes, amis, en trop grant soing f. 60 c
« Sui entrés puis que m’endormi.
« Jalousie est entrée en mi
« Et si ne sçai mies par u,
« Fors seulement par mon argu.
8180 « A tout le mains se le savoies,
« Tu as bien tant alé de voies
« Que tu m’i trouveroies bien
« De confort aucun grant moiien. »



En cel estat, sans nul confort,
8185 Pense Melyador si fort,
Que la pucelle belle et bonne
S’en perchoit. Adont l’araisonne
Doucement et dist : « Sire chiers,
« Vous estes, je croi, chevaliers
8190 « Preus, hardis et entreprendans,
« Et qui avés ja, par .ii. ans,
« Eü des aventures grandes.

« Se cestes vous sont trop pesandes,
« Si vous confortés au besoing,
8195 « Et si me dittes en quel soing
« Vous estes entrés maintenant. »
Respont Melyador errant :
« Je vous diray, ma damoiselle,
« Je tieng a si grande et si belle
8200 « L’aventure que j’ai trouvée
« C’onques cose ne me fu née
« Mieus a point, comme voir est ceste,
« Et en fai en mon coer grant feste,
« Pour tant que cilz amis se claime
8205 « A vostre cousine que j’aime
« Et ay amé sanz nulz faulz tour,
« Telement, puis l’eure et le jour
« Que je vi pourtret son image,
« Que je n’ai ailleurs mon corage. f. 60 d
8210 « Or est si, com ce dittes vous,
« Chevaliers tres vaillans sur tous,
« Preus, hardis, et entreprendans
« Et li mieudres de ces .ii. ans,
« Qui ait courut a vo semblance.
8215 « Mais dittes moy, par vo plaisance
« S’il fu au tournoy de la Garde. »
Et Florée qui le regarde,
Li dist : « Nennil, mais il en fu
« Trop courouciés en son argu,
8220 « Et si s’en mist en tres grant painne
« De l’aler, c’est cose certainne.
« Mais onques ne m’i assenti,
« Dont de puis je m’en repenti
« Et repenc encor, quant j’i pense,
8225 « Car je vi la en ma presence
« Des bons chevaliers faire otant
« D’armes, c’onques en mon vivant
« J’en vi ne en oÿ parler. »

Adont li ala demander
8230 Melyador et dist : « Ma belle,
« Qui fu le mieus seant en selle,
« Ce jour, et li mieus tournoians
« Et les dames esbanoians ? »
Et Florée li respont lors :
8235 « Ce fu certes uns vaillans corps
« Et bien tournoians, ce m’est vis.
« Onques ne le vi ens el vis,
« Qu’il n’euist laciet son hÿaume,
« Mais je croi, voir, qu’en .i. royaume
8240 « On faurroit a chevalier tel.
« Cognoistre ne le sçai par el,
« Fors par l’armoirie qu’il porte :
« .I. soleil d’or, qui reconforte f. 61 a
« Tous jolis coers au regarder. »
8245 Adonques s’ala afrener
Melyador de plus avant
Parler sus cesti couvenant,
Fors tant qu’il dist trop bien a point :
« Damoiselle, n’atargiés point.
8250 « Montés, faites monter vo page ;
« Alons ent devers vo manage.
« Veci mon varlet qui me vient.
« Je sui moult liés quant il couvient
« C’a ce chevalier je m’esprueve,
8255 « Qui est telz que tous chiaus qu’il trueve
« Il les fait a merci venir.
« Haro ! Bien me doit souvenir
« De la belle et bonne et parfaite
« Pour qui ceste ordenance est faite ! »
8260 Adont sont monté ambedoi,
Florée sus .i. palefroi
Que ses pages la li tenoit.
Si chevaucent a cel endroit
Pour aler devers le chastiel

8265 De Montgriès, ou il fait moult biel,
En devisant de pluiseurs coses.
Pas ne sont en Florée closes
Les pensées de resjoïr.
Melyador volt la oïr
8270 Aucune cose de nouviel,
Et la belle, qui .i. capiel
Tout vert dessus son chief portoit,
Respondi tantos la endroit
Et dist : « Sire, je le dirai
8275 « Pour vostre amour, sans nul delai. »
Et lors commença a chanter
.I. rondelet sans arrester. f. 61 b


Rondel

Muée sera ma dolour
En joie et en tres parfait bien,
8280 Chiers amis, quant vous reverai,

Car trop plus desire ce jour
C’onques ne fis nul[e] autre rien.
Muée, etc.

Dont sera cangie tristour [44]
8285 En trestout solas terrïen,
Et tous mes maus oublierai.
Muée, etc.



Moult grandement se resjoï
Li chevaliers, quant a oÿ
8290 La damoiselle ensi chanter.

Ensi peurent tant cheminer
Qu’il s’en sont a Montgriès venu
Et la au chastiel descendu.
Li varlet appareilliet furent,
8295 Qui fisent ce que faire durent,
Car il prisent tous les chevaus.
Melyador, c’est chi consaulz,
En tenant par le doy Florée,
Qui de riens n’estoit effraée,
8300 Sont monté les degrés amont.
Li escuier de laiens ont
Menet en une cambre gente
Le chevalier sans plus d’attente,
Entre li et son escuier.
8305 Trop pooit au coer anoiier
Au damoisiel Melyador,
Quant descouvers n’estoit encor
A Lansonnet de sa pensée,
Et comment la belle Florée,
8310 Qui laiens l’avoit amené, f. 61 c
Li avoit dit et recordé.
Siques lors qu’en la cambre il fu,
Sans demander aigue ne fu,
Sus .i. siege s’assist errant.
8315 A Lansonnet dist : « Vieng avant.
« Je te dirai trop grant merveille ;
« Je n’ai point trouvé la pareille
« Puis que je parti de Tarbonne. »
Et adonques il li ordonne,
8320 De point en point, ne plus ne mains,
Tout ensi que Florée orains
Li avoit dit et devisé.
Tres bien en comptant a visé
Que riens il n’i puist oubliier.
8325 Lors se poet moult esmervillier
Lansonnès, ce poés bien croire,

Et pensa sus, et puis dist : « Voire,
« Melyador, Melyador,
« Or couvenra vo soleil d’or
8330 « Faire resclarcir en proece
« Ou morir ; aultre cose n’esce.
« Ci gist li fors de vostre queste.
« Se vous ne faites le conqueste
« De ce chevalier desconfire,
8335 « Je ne donroie .i. pois de cire
« De tout ce que vous avés fait.
« Or se monteplient vo fait,
« De tout en tout, de miex en mieus.
« Or sera demain temps et lieus,
8340 « Quant laciet arés vo hÿaume,
« Que vous pensés a ce royaume
« D’Escoce, et ossi a la dame
« Et ossi sus celi, par m’ame,
« Qui si le vous voet calengier, f. 61 d
8345 « Et qui s’est poüs avancier
« De lui segnefiier et dire
« Comment il muert a grant martire
« Pour l’amour de li. Toutes voies,
« Bien deverés fallir a joies
8350 « D’amours, se cesti ne matés.
« Gardés bien, se vous l’abatés,
« Que vous l’ociiés sans merci ;
« Si arés en ce pays ci
« Et par tout grande renommée.
8355 « Mais, dittes moy, s’il vous agrée,
« Se point avés a la pucelle
« De ceens, qui est sage et belle,
« Demandé de l’estat de li. »
— « Oïl, je le te certefi.
8360 « On m’a dit qu’il est chevaliers
« Grans et fors, orghilleus et fiers,
« Et qu’il ne prise au jour d’ui home,

« Quel qu’il soit ». — « Et comment se nomme,
« Monsigneur ? » ce dist Lansonnès.
8365 — « Camelz. Il est telz et si fès,
« Qu’il a en armes moult grant grasce,
« Et n’est nulz encor qui le passe
« De proece ne de renom. »
— « Par ma foy, il porte un bon nom »
8370 Dist Lansonnès, « et volentiers
« Le verai, s’il est chevaliers
« Tel, a le main et a l’espée,
« C’on li porte le renommée. »



Tout ensi qu’il se devisoient,
8375 Et que la entre yaus .ii. parloient,
Evous Florée la venue
Et sa gent moult bien pourveüe
De conjoïr le chevalier. f. 62 a
En la cambre, sans detriier,
8380 Sont entré et grant joie font.
Floré[e] se prent garde adont
De ce que point n’avoit encor
Veü cest dou biel soleil d’or,
Qu’elle voit point en une targe.
8385 Adonques ses coers si se carge
De penser trop plus que devant ;
Tout quoiement s’est trette avant
Et au dit chevalier parolle.
Toute tele fu la parole :
8390 « Biaus sire, cognissiés moy voir,
« Se le tenrai a grant savoir.
« Estes vous cilz, en bonne foy,
« Qui conquesistes au tournoy
« L’esprivier par devant la Garde ? »
8395 Et Melyador le regarde,
Si mua .i. petit coulour ;

Et Florée, qui toute honnour
Savoit, s’en percut. Si dist : « Sire,
« Vous le poés bien droit ci dire,
8400 « Car vous estes en lieu segur. »
— « Damoiselle, se j’euch l’eür »,
Ce dist Melyador, « dou pris,
« Je ne m’en vante, ne ne pris,
« Mieus que devant, une castengne.
8405 « Des chevaliers a en Bretagne
« Trop plus vaillans que je ne soie,
« Et se la fortune fu moie
« A ce jour, loés en soit Diex !
« Encor prenderoiie bien mieulz,
8410 « S’ensi voloit venir a point. »
Lors s’arresterent sus ce point,
Fors tant que Florée li dist : f. 62 b
« Sires chevaliers, on vous fist
« Trop mains que ne deservesistes,
8415 « Car si vaillamment le fesistes
« Que j’en aime et en prise encor
« Vostre corps et le soleil d’or
« Que vous portés d’armoierie.
« Or vera on chevalerie
8420 « Demain, dou jour, venir en place,
« Quant Camelz et vous face a face
« Serés et entrés en bataille,
« Car vous estes tout doi de taille
« Pour bien furnir .i. tel ouvrage.
8425 « Pleuist Dieu que la douce image
« Pour qui de chevaliers vont tant,
« Ma cousine, fu chi devant
« A l’eure que vous monterés
« Et c’as lances assamblerés ! »
8430 — « Voires, » respont Melyador,
« Et il m’euist cousté encor
« Tout ce c’avoir puis de finance,

« Se j’en veoie la samblance,
« J’en vaudroie grandement mieus ;
8435 « Et toutes fois, si m’aÿt Diex,
« Puisque tant parlé en avés,
« Damoiselle, savoir devés
« Que j’en sui forment resjoïs,
« Et s’en soiiés segure et fis
8440 « Que li souvenirs de la belle
« M’en fera tenir en la selle
« Plus fricement en tous estas.
« Mais je vous pri sur tous debas,
« Voires, se priiés vous en ose,
8445 « Que vous voelliés faire une cose. »
« — Quele ? » ce respondi Florée. f. 62 c
— « C’une cancon soit chi cantée
« En l’onneur de vostre cousine. »
Et Florée, qui lors s’encline
8450 A la priiere de celi,
Moult doucement li respondi :
« Sire, je vous tieng pour mon hoste.
« Se n’est pas drois que je vous oste,
« Ne faire ne voel a nul fuer,
8455 « Le jolieté de vo cuer,
« Et je canterai volentiers,
« Car ce me samble uns biaus mestiers
« Et qui bien affiert a telz gens
« Que vous estes, courtois et gens. »
8460 Adonques commença Florée,
Par joieuse et lie pensée,
.I. rondelet biel et plaisant.
Le dit orés, non pas le chant.
Ce poise moy que ne le say,
8465 Mais le dit mieus retenu ay
Que le chant ; pour tant vous l’orés
Et puis apriès en jugerés.
Elle dist qu’elle le chantoit

Pour l’amour celi qu’elle amoit ;
8470 De tant l’oÿ plus volentiers,
Ce sachiés, li bleus chevaliers.


Rondel.

Bonne amour a ce me constraint,
Mon tres dous amis, main et soir,
Dessus toutes riens vraiement,
8475 Quant ma souvenance en vous ay,

Car souvenir point ne me faint
De moy toutdis ramentevoir
La vostre bonté loyaument.
Bonne amour, etc. f. 62 d

8480 Et par force mon coer destraint,
C’a tous jours mais, de bon voloir,
Voet estre vostre entierement ;
Pour ce dou tout le vous lairai,
Bonne amour, etc.


8485
Haro ! que cilz rondelès fist
Grant bien au chevalier ! S’en dist
La tantost sen entention :
« Damoiselle, en vostre maison,
« Me tenés vous joieus et aise.
8490 « Or me dites, mais qu’il vous plaise,
« Voires, se demander je l’ose,
« Car c’est contre moy une cose
« Qui pas n’afiert a demander,
« Mais outrages m’en fait fier
8495 « Dou parler, et pour ce le fay,
« Se ce Camel contre qui j’ay

« A combatre demain, ou jour,
« Vous veriés que par biel estour
« Il fust matés et desconfis. »
8500 — « Oïl, sire, soiiés ent fis,
« Car il nous a fais tant d’outrages,
« De despis et de grans damages,
« Que ne l’adiroie a nul fuer,
« Ne onques ne me peut en coer
8505 « Bien entrer en toute sa vie,
« Ja soit plains de chevalerie. »
Et lors Melyador s’avance
De parler sus ceste ordenance :
« Damoiselle, et a vo cousine
8510 « Que vous appellés Hermondine,
« Peut il onques en riens complaire ? »
Et Florée, qui ou vïaire
Regarde adont Melyador,
Dist : « Je ne m’en sui pas encor f. 63 a
8515 « Aperceüte nullement,
« Ne ja ne ferai vraiement,
« Car Camels pas a lui n’afiert,
« Se par armes ne le conquiert.
« Mais les fortunes sont si grans
8520 « Que s’il est, entre les errans,
« Esleüs li mieudres de tous,
« Il l’ara, maugret aions nous.
« La cose est ensi ordenée,
« Et dou roy d’Escoce acordée
8525 « Et de ma cousine autant bien.
« Et, ce sachiés, sur toute rien,
« Nous le venons moult envis. »
Dist Melyador : « J’en sui fis
« Que demain le combaterai.
8530 « Mais, belle, je vous prierai
« Encor d’une cose en present
« Que vous me voelliés erranment

« Les blasons de ces chevaliers,
« Que vous tenés pour prisonniers
8535 « Si com j’ay oÿ recorder,
« Se je les puis veoir, moustrer,
« Et puis irons souper après. »
Et Florée, par mos exprès,
Respont : « Volentiers le ferai. »
8540 Dont sont parti sans nul delay
De la cambre qui fu moult belle.
Devant passe la damoiselle,
Florée, qui en mainne o soi
Le bleu chevalier par le doi.


8545
Adont ont monté un degré.
En une cambre sont entré,
Car Florée deffrema l’uis. f. 63 b
Il n’estoit mies encor nuis,
Mais jours biaus, clers, jolis et gens,
8550 Quant en la cambre furent ens.
Lors dist Florée au chevalier :
« Regardés devant et derrier ;
Vesla les mors, veci les vis. »
Melyador met son avis
8555 Au regarder parfaitement ;
La y recogneut plainnement
Les blasons d’aucuns chevaliers
Qu’il deliveroit volentiers
De prison, si com il le pense.
8560 Et la est Florée en presense
Qui l’enparolle, a chiés de fois,
Et dist : « Li quelz est plus courtois
« De l’autre et trop plus gracieus ?
« Li quelz fu plus bachelereus
8565 Au combatre ? » La le devise.
Melyador en la devise

Des blasons .i. grant temps s’esbat,
Et si avant adont s’embat
Que il en recogneut bien .iiii.,
8570 As quelz il s’est poüt combatre
Qu’il a trouvés bons chevaliers :
Le blanc et le vert tout premiers,
Et ossi le vert et le rouge,
Et .i. aultre qui le harouge
8575Fist moult, quant il deut assambler.
Il ne le scet mies nommer ;
Mais moult bien, par l’armoierie,
Le recogneut a ceste fie :
C’est cilz qui en ce se deporte,
8580 Qui unes blances armes porte,
A .i. feu vermeil contremont. f. 63 c
Le quart ravise bien adont,
De vermeil a .i. vert escu.
Onques n’en canga son argu
8585 Melyador en nul effroi ;
Mais, a Florée qui lés soy
Estoit, dist bas et en riant :
« Belle, vous n’avés mies tant
« Prisiet ce chevalier qu’il vault,
8590 « Contre qui combatre me fault.
« Ne sçai comment poet avoir fait,
« Par armes, .i. si tres grant fait,
« Que telz chevaliers desconfis
« Dont je voi la des blasons dis. »
8595 A ces parlers, oultre s’en passe
Et tous les .x. blasons trespasse.
Si vient a .x. blasons des mors,
Et la li est .i. peu remors
Li sans qui li frit et catelle.
8600 Il voit une targe vermeille
A unes noires armeüres ;
Puis voit unes aultres parures

De noire a une rouge bende
Et, que clerement on l’entende,
8605 Ceste bende semée estoit
De mouletes faites a droit,
Toutes noires si com li camps.
Li tiers blasons fu biaus et grans
D’or a .ii. fasses azurées,
8610 Moult joliement mesurées.
Blans fu li quars, par couvenant,
A .i. lyon d’azur rampant :
Ces armes sont bien en Suede
Et les porte cilz de le Hede.
8615 Li .vez. blasons fu telz : f. 63 d
De geules a .ii. faissiés pels
De blanc et de bleu, ce me samle.
Et li .viez. qui l’asamble
Fu vairiet encontre vairiet,
8620 A .i. baston parmi brisiet,
Qui estoit de blanc et de noir.
Dou viie vous dirai voir :
De bleu fu a .iii. croissans d’or.
Je ne vous ay point dit encor,
8625 Dou .viiie., con fais il fu :
Il avoit geronné l’escu
De rouge et de noir, ce m’est vis.
Li nuefimes, par mon avis,
Fu blans a une harpe noire.
8630 Li disimes, on m’en doit croire,
Fu d’asur a .ii. blans griffons.
Quant tous ot veüs ces blasons
Melyador li damoisiaus,
Si dist moult bellement a chiaus
8635 Et a celles qui la estoient,
Et qui dalés lui s’arrestoient :
« Bien doit on celui honnourer
« Et bien fait a recommender

« D’armes et de chevalerie,
8640 « Qui, par sa grant bacelerie,
« A mis tous ces blasons ceens,
« Et ossi sont ce bonnes gens
« Qui ont fait par les armes tant
« Que vaillanment en combatant
8645 « Sont demoret sans leurs corps rendre.
« Je voel bien donner a entendre
« Que mon blason sera onsimes,
« Ou il morra par moi meïsmes ;
« Car, s’il poet avenir ensi, f. 64 a
8650 « Pité n’en arai ne merci. »



A ces parolles avant traient
Doy escuier qui leur retraient :
« Venés souper, prest est pour l’eure. »
Florée la plus ne demeure,
8655 Mais le bleu chevalier enmainne
En une sale qui fu plainne,
De vers jons joncie et arrée
Et moult faiticement parée
Ensi que par le temps de lors.
8660 On ne parla plus des .x. mors
Ne des .x. vis qui laiens sont ;
Mais doi escuier avant ont
Amenet le pere Florée,
.I. chevalier de renommée,
8665 Qui messires Los a a nom.
Melyador en estat bon
Le rechut, car bien le sceut faire.
Adonques pour l’estat parfaire
On l’assist tout premiers a table,
8670 Et puis, par ordenance estable,
Melyador fu mis apriès.
Li hiretiere de Montgriès

Sist au desous, ensi le voet.
Vous devés savoir c’on ne poet
8675 Mieulz penser de nul chevalier,
Sans nulle riensnée espargnier,
C’on fist la de Melyador :
A .i. cler voirre bendé d’or
But ce soir vin par mignotise.
8680 Issir voel de ceste devise :
Je croi bien qu’il eurent assés.
Lors que li soupers fu passés
On s’ala .i. petit esbatre. f. 64 b
De ce ne poet on riens rabatre.
8685 Melyador en fu menés,
Quant deporté se fu assés
A son gré, parmi le chastiel,
Ou moult faisoit joli et biel,
En sa cambre toute joncie
8690 De vers jons et bien abillie
Pour li et pour son escuier :
La se peurent ce soir aisier
Et reposer a leur devis.
Melyador, par grant avis,
8695 Pensa ce soir a ses besongnes,
Et mist arriere toutes songnes,
Fors que ceste de la bataille.
« Or est temps, » ce dist il, « que vaille
« La pensée qui tant m’encline
8700 « A l’amour ma dame Hermondine,
« Et que demain je le remoustre
« Contre celui qui telz se moustre,
« Qui le voet par armes conquerre.
« Nous ferons une mortel guerre,
8705 « Mais que nous venons as espées,
« Qui sont d’acier dures temprées. »

 


Ce soir envoia .i. message
La damoiselle belle et sage,
Florée, dame de Montgriès,
8710 A monsigneur Camel, la priès,
Qui se tenoit dedens les bois
En son fort chastiel de Camois,
Et ensi li segnefia
Que dedens Montgriès o soi a
8715 .I. chevalier de grant emprise,
Le quel en armes moult on prise,
Car le pris conquist a le Garde, f. 64 c
Et c’a ses besongnes regarde,
Car a Montgriès s’est embatus
8720 A celle fin que combatus
Soit Camelz, comment qu’il aviegne,
Et que demain tous armés viegne ;
Car cilz qui .i. soleil d’or porte
L’attendera hors de le porte
8725 Ou il istera si tretos
Qu’il le vera issir dou bos.
Et, quant Camelz ot ces nouvelles,
Se li sont moult grandement belles :
Si respondi au messagier :
8730 « Di a Florée sans targier
« Que je serai la bien matin. »
Li varlès revint son chemin
Et recorda Florée ensi
Que vous avés devant oÿ.
8735 Or ne mist pas en oubliance
Messires Camelz l’ordenance
De la bataille qu’il attent ;
A nulle riens el il n’entent,
Fors qu’il soit matin a Montgriès.
8740 Petit dormi, il s’est fais près
D’armeüres a son usage,

Puis s’est partis o soi .i. page ;
Plus n’en voet de ses gens mener.
Tant peut errer et cheminer
8745 Parmi bois, landes et sentiers,
Le quel chemin fist volentiers,
Qu’il est venus sans nul sejour,
Entre prime et tierce de jour,
A Montgriès, sus le sabelon.
8750 Ja a trouvé son compagnon
Melyador le damoisiel, f. 64 d
Qui estoit issus dou chastiel,
Moult bien armés sus son cheval.
Et quant Camels le voit ou val,
8755 La s’arreste ; contre lui broce.
A ce premiers pas ne l’approce
Pour ferir, fors que pour parler.
Melyador, qui galoper
Le voit vers lui moult fricement,
8760 Se part de son lieu proprement
Et s’en vient ossi contre li.
Messires Camelz, ce vous di,
L’araisonna et dist premiers :
« Entendés chi, bleus chevaliers,
8765 « Qui a moy vous volés combatre.
« Saciés, se vous estiés .iiii.
« Telz chevaliers que je vous voi,
« Si n’en vorroiie ja arroi [45]
« Contre vous muer ne cangier.
8770 « Rendés vous a moi prisonnier :
« Si ferés sçavoir, non folie,
« Car ma lance est si alignie
« Et de jouster si coustumiere
« Que vostre targe est trop legiere
8775 « Pour les cops sentir et porter.

« Tost le ferai oultre passer
« Vos armeüres, je m’en vant. »
Et Melyador, qui avant
Est passés et qui bien l’entent,
8780 Li respondi courtoisement
En disant : « Sire chevaliers,
« Se vous me poés de premiers
« Desconfir par vostre parolle,
« Je tenroie ma targe a molle
8785 « Et ma lance mal aguisie. f. 65 a
« Je voel faire ossi grant prisie
« De la moie com de la vostre,
« Et, se la journée n’est nostre,
« Vous y acquerrés haute honnour.
8790 « Partés de ci, car, pour l’amour
« De la belle et bonne Hermondine,
« Jousterai a vous par tel signe
« Que vous m’ocirés ou je vous.
« Aultrement ne marchandons nous. »
8795 Ce respont Camelz : « Je l’otroi. »
Lors retourna sus cest arroi
Et prist lors la lance a son page.
Moult par estoit de fier corage
Et chevaliers de grant emprise.
8800 Qui la le voit, forment le prise,
Tant se manoie gentement :
Il li est avis proprement
Qu’il mettera mort, quoi qu’il couste,
Le chevalier a ceste jouste.


8805
Tout estoient hors dou chastiel
Damoiselles et damoisiel :
Aultrement ne l’osaissent faire.
Trop le tenist a grant contraire
Messires Camelz, ce sachiés ;

8810 Se Florée ne fust en piés
En la place avoecques ses gens,
Ce li fust uns grans mautalens
Et le tenist a grant desdaing.
Melyador, qui Diex doint gaing,
8815 S’est lors tres devers son varlet
Et li dist : « Ma lance ça met,
« Si le me laisse enventurer. »
Et Lansonnès li va donner.
En donnant li dist comme gens : f. 65 b
8820 « Monsigneur, je suis mal contens
« De Camel, par sainte Marie,
« Qui se vante et voelt a amie
« Avoir ceste que tant amés.
« Je vous pri que vous li blasmés
8825 « Hui a la lance et a l’espée. »
Melyador qui sa pensée
A, ce dont pas ne descouvri,
Se taist et sa lance saisi ;
Pour ce ne pensa il point mains.
8830 Quant il tint sa lance en ses mains,
Dessus le chevalier regarde
Et encor .i. peu se retarde,
Tant qu’il l’ot moult bien avisé.
Si le voit grant et desghisé,
8835 Ce li samble, et de rude taille,
Et voit que ses varlès li baille
Son glave et si le met a point.
Melyador adont se joint
En sa targe et li muet li sans.
8840 A ces cops n’est il mies sans
Grant hardement et bonne emprise.
Quant cascuns ot sa lance emprise,
Il esporonnent de randon
Et mettent tout en abandon
8845 Corps et membres sans espargnier.

Si s’encontrent cil chevalier
Et se fierent, sus les escus,
Des lances as bons fers agus,
Par une si fiere ordenance
8850 Que cescuns des chevaus s’estance.
Contre les cops, qui sont pesant
Et fort encontré, en boutant,
Les lances ne sont point rompues, f. 65 c
Ne les targes ossi fendues ;
8855 Oultre s’en passent sans cheïr.
Mais qu’il ne leur puist mescheïr,
Encores feront une jouste,
Car li bien jouster leur agouste :
Il reprendent rens et conrois.
8860 Melyador fu lons, et drois
Et bien enfourciés en la selle ;
Si arreste desous l’asselle
Sa lance qui fu bonne et roide,
A une pointe agüe et froide.
8865 Messires Camelz, d’autre part,
En tel point de son tour se part,
Felenés et mautalentis
De ce que ja n’est desconfis
Ses campïons au premier cop :
8870 Il ne le doubtoit pas dont trop.
Cescuns son cheval esporonne
Et s’en viennent a l’eure bonne,
L’un sus l’autre, par grant aïr.
Au droit se peurent consieuir
8875 Droit en mi lieu de leurs escus.
De ce cop fuissent porté jus,
Se les lances qui sont prisies
Ne fuissent en tronçons brisies ;
Mais, pour ce qu’elles tronçonnèrent,
8880 Sus leurs estriers estançonnerent.
Oultre passerent radement.

Elesvous tantos caudement
L’un dessus l’autre revenu :
Si s’encontrent par grant vertu
8885 As espées trencans et nues,
De quoi, as premieres venues,
Il s’en donnent grans horïons. f. 65 d
Certes, li mendres d’yaus est bons
Pour la guerre et pour la bataille.
8890 Il jettent tous les cops de taille,
De quoi il vien[en]t contremont.
Merveilles d’apertises font,
Et plaisant les fait regarder
Comment il scevent behourder,
8895 En tournoiant de leurs espées
Et en donnant tres grans collées
Dessus les hÿaumes d’acier.
Il samblent qu’il voelent forgier
L’un sus l’autre. Ensi se detaillent
8900 Et si grans hatiplas se baillent
Que cil qui les voient au tour
Ont merveilles de leur estour,
Comment il poeent tant durer
Sans yaus jus a terre porter
8905 Ou yaus mehagnier malement ;
Mais il se scevent sagement
Couvrir, garder et escremir,
Sans yaus nullement descouvrir.



Messires Camelz fu moult durs :
8910 Ce sambloit que ce fust .i. murs
De son corps montés a cheval,
Et quant au plain poet le vassal
Le bleu chevalier consieuir
De l’espée, par grant aïr,
8915 Il li donne .i. cop si pesant,

Car si brach sont dur et poissant,
Lonch et gros, et de bonne taille,
Et s’a espée qui bien taille ;
Tout fait Melyador cliner.
8920 Camels li va .i. cop donner :
Cils jette le targe au devant, f. 66 a
Mais cilz cops fu telz, je m’en vant,
Que Melyador cancela.
Li cops en l’espaule avala,
8925 Car la targe tourna envoies.
L’espée entra plus de .iii. doies
En l’espaule dou chevalier
Tant que li sans en poet raiier,
Qui jusques au braiier le moulle.
8930 Che dist Camelz : « Il fait ci doulle,
« Chevaliers, je vous materai,
« Ne jamais ne vous prenderai
« A merci, ja soit c’on m’en prie.
« Mar venistes en la partie
8935 « De Montgriès moustrer vo proece.
« Ceste espée que je tieng blece
« Tous chiaus a qui je me voel prendre.
« Vous et li aultre poés tendre
« A tel cose, se Diex me vaille,
8940 « Ou vous n’arés ja par bataille
« Nulle raison encontre moy.
« Je vous dirai raison pour quoi :
« Pour ce que la belle Hermondine
« Ay amé tous jours d’amour fine
8945 « Et vous l’amés par oïr dire.
« On en doit bien truffer et rire. »



Or fu Melyador irés,
Quant ensi se voit rapronnés
De Camel et navrés se sent.

8950 En la place a tel demi cent,
Hommes et femmes tout ensamble,
Qui dient ensi : « Il nous samble
« Messires Camelz vaintera
« Et cest homme desconfira.
8955 « Il en est ou milleur parti, f. 66 b
« Ja l’a navré et cilz point li. »
Dist Florée : « Or vous apaisiés,
« Et les .ii. chevaliers laissiés
« Faire tout ce qu’il ont empris. »
8960 Melyador, qui fu espris
De mautalent et de courous ;
Ses coers qui estoit amourous,
Fiers et hardis comme lupars,
Est a painnes d’aïr tous ars,
8965 Quant navrés ensi il se sent.
Adont double son mautalent,
Et s’avise com vaillans homs
Que cilz dont Camelz est li noms
Est malement soubtilz et fors,
8970 Et qu’il ne le pora de corps
Desconfire, fors par engien.
Tout ce scet Melyador bien ;
Si se tient de puis sus sa garde.
Messires Camelz le regarde :
8975 Si cuide que il le ressongne,
Si en prise mieulz sa besongne
Et en entre en tres grant orguel,
Dont li dist : « Par Dieu, je te voel,
« Chevalier, a ce cop occire !
8980 « Ta belle targe ou on se mire
« Envoierai en che chastiel.
« .I. crampon a a .i. estiel
« La ou pendre je le ferai,
« Par quoi devant moi le verai,
8985 « Quant la dedens irai esbatre.

« Il se fault aultrement combatre
« A la guerre c’a .i. tournoy,
« Et especialment a moy
« Qui sai tous les tours de bataille. f. 66 c
8990 « Chevaliers, men espée taille
« Plus que la tienne, je m’en vant.
« Se tu le me mes au devant,
« Je te le trencerai en deus. »
Melyadors, en qui li feus
8995 D’Amours est plainnement escrips,
N’a mies en gré ces mos pris,
Que messires Camelz li conte ;
Ancois en a virgongne et honte.
Or s’avise comment fera
9000 Et de cesti se vengera
Qui le reproce et a navré.
Il a son escu acolé
Et l’espée estraint en ses mains.
Cilz Camelz n’en fait mies mains,
9005 Mais enorguellis est si fort
Et s’est si garnis de confort
Que dou chevalier petit donne.
Le cheval .i. peu esporonne
Et vient devant li, par beubant,
9010 L’espée en contremont levant,
Sans nulle autre riens qu’il en face.
Melyador qui en le face
Le voit, comme tous aprestés
Et chevaliers bien arrestés,
9015 Fiert le cheval sus le travers.
Se regarde que mal couvers
Fu messires Camelz, dou lés
De le part ou il fu alés :
Se li donne .i. tour de l’espée
9020 Au travers, a brache levée.
Li cops cheï au grant damage

De Camel et a l’avantage
Dou chevalier de Cornuaille, f. 66 d
Car li espée qui bien taille
9025 Cheï dou cop si rudement
Sus le brach, dont cilz proprement
Tenoit l’espée toute nue,
Que le brach ens ou pré li rue,
Tenant l’espée ens ou poing clos.
9030 Par ma foy, ce fu uns biaus cops
Pour Melyador, ce m’est vis,
Et donnés par tres grant avis ;
Car, s’ensi n’en fust avenu,
Li pluiseur avoient argu
9035 Que Camelz l’euist desconfi.
Mais, par ce cop, je certefi
Que Melyador vaintera
Et que cilz Camelz perdera.



Or fu esbahis grandement
9040 Messires Camelz, quant il sent
Et voit de son brach .i. quartier
Avoech le poing dessus l’erbier ;
Vis li est que marvoiier doie.
Or a perdu toute sa joie.
9045 Ce dist ; ne scet mes qu’il fera.
Empensé a qu’il s’enfuira,
Et puis dist : « Ce ne vaudroit riens.
« Vengier me fault. C’est tout li biens
« Que je voi en mon reconfort. »
9050 Adont s’avise en soi moult fort
Par quel voie ce pora estre.
Ilz s’est trais sus le lés senestre.
S’eskeut le brach dont il portoit
Sa targe, qui moult forte estoit
9055 Et tout agüe par devant :

Entre ses bras le va levant,
Et est tele s’entention f. 67 a
Qu’il le boutera ou moilon
De le poitrine au chevalier,
9060 Mais c’a cop li puist emploiier ;
Il li pense a crever le cuer.
Melyador, qui a nul fuer
Ne s’en voet laissier approcier,
Voit bien le tour dou chevalier,
9065 Comment il le voet encontrer :
Si se va sur ce aviser.
En sa targe se joint et boute
Et se cuevre tous pour le doubte.
L’espée met dessous l’aissielle,
9070 Ja fera jouste moult nouvelle :
Je ne sçai qui li eut apris,
Mais par ce point ara le pris.



Messires Camelz, qui sambloit
Tous foursenés ou il venoit,
9075 Pour ce qu’il se sent mehagnés,
De ses .ii. bras s’est apoiiés
En levant contremont sa targe,
Qui petit li couste et le carge,
Car il estoit malement fors :
9080 Ce sambloit .i. murs de son corps,
Bien enfourchiés sus son cheval.
Or cuide ravaler aval
La pointe de sa targe forte,
Ensi que devant lui le porte,
9085 Pour le bleu chevalier confondre
Et parmi le poitrine fondre.
Melyador, qui de ce cop
Eut avis grandement et trop,
De sa targe moult bien se cuevre

9090 Et, la ou Camelz se descuevre,
Melyador se boute avant, f. 67 b
L’espée roide, et, en levant
La pointe, li met en la gorge,
Et la telement li engorge
9095 Desous le hÿaume ens, ou vuit,
Que trouvé li a bon conduit.
Passer li fait, et bien et biel,
Deux piés oultre le hateriel
Et puis retrait a lui l’espée,
9100 Qui tout estoit ensanglantée.
Messires Camelz ne poet plus :
Il vault que mors, il chiet la jus,
Il s’estent, onques ne parla.
En tel maniere s’en rala
9105 Messires Camelz de Camois.
Or en eut pais, pour toutes fois,
Florée, Los et Hermondine.
Ce fu pour li trop povre estrine,
Quant onques le cerf poursieui
9110 Jusc’a Montgriès, car cel anui
A il par le cerf vraiement :
Vous savés assés bien comment.
Car, au jour que prise corna,
D’Ermondine il s’enamoura,
9115 La quele amour, c’est vraie cose,
Si com ceste hystore nous glose,
Le fist mourir ; aultre riens non.
Et, s’il rechut ce povre don
Pour amer la belle Hermondine,
9120 Qui ne le tenoit mies digne
De li, ne onques ne l’ama,
Il ne fu mies seulz qui a
Le mort rechut pour bien amer.
Leander en morut en mer.
9125 Si fist Narcissus pour Equo,

Tristrans, Priamus et Porro ; f. 67 c
Et li rois Mennon, on me tonde
S’il n’en fu mués en aronde.
Si en morut Deucalyon [46]
9130 Et Acilles, qui de renom
Passoit tous aultres chevaliers.
On en trouveroit .iii. milliers
Qui en sont mort ; il n’est pas doute.
Tele est Amours qu’elle ne doubte
9135 Cop d’espée ne cop de lance.
Florée, qui voit l’ordenance
De ce Camel gisant a terre,
Cognoist bien que faite est sa guerre
Et que li dis Camels est mors.
9140 La s’en vient pour veoir le corps
Et ossi font toutes ses gens.
Melyador qui fu moult gens
Est descendus de son cheval ;
Encores li couloit aval
9145 Li sans jusques a l’esporon.
Lansonnès l’a mis a raison
Et dist : « Sire, chi ne targiés.
« Venés ent ; vous estes blechiés.
« Regarder me fault vostre plaie,
9150 « Car cilz sans durement m’esmaie
« Que j’en voi contreval descendre. »
Bien le peut ses mestres entendre.
Ce fu ce qu’il li respondi :
« Je n’ai garde, je le te di. »


9155
A ces mos, viennent la errant
Damoiselles, gens et servant
Qui s’en entrent dedens la prée,

Et tout premiers y vint Florée
Qui estoit de sa loge issue. f. 67 d
9160 Jusques a la s’en est venue
Et voit le corps dou chevalier
Qui tant l’a poüt travillier,
Pour l’amour sa belle cousine,
D’Escoce ma dame Hermondine,
9165 Qui gist la mors. Sur lui s’arreste
Et li fait oster de la teste
Le hÿaume et le voit au nu.
Adont li dist par bon argu :
« Camelz, es tu venus a fin ?
9170 « Encor as tu trouvé plus fin
« Chevalier et mieulz combatant
« Que tu ne fuisses, je m’en vant.
« Je plaing ta grant chevalerie,
« Quant en bien n’estoit emploiie,
9175 « Et je ne te plain qu’un petit,
« Pour ce que fait m’as maint despit,
« A mes hommes et a ma terre.
« Or est venue fin de guerre. »
Adont Florée la ordonne,
9180 Et a .iiii. varlès le donne,
Et leur commande a ceste fois
Que il le portent a Camois.
Tantost fu fait, et de la partent
Qui, oultre ce commant, ne tardent.
9185 Venue en est Florée en l’eure
Au bleu chevalier et l’onneure
De contenance grandement,
Et li demande doucement,
Pour ce qu’ensanglanté le voit,
9190 Comment li est ; et cilz, qui doit
Respondre de coer liet et baut,
Dist : « Dieu merci, rien ne me faut. »
La est festé et conjoÿs f. 68 a

Melyador, li resjoïs
9195 De toutes et de tous sans doubte,
Et est poursieuois a grant route
De gens, ensi qu’il s’en reva.
Le corps de Camel on leva
Et fu renvoiiés a Camois
9200 Par .iiii. escuiers moult courtois
De ma damoiselle Florée.
Sa mesnie en fu esplorée ;
Ce fu raison, car il est telz
Que moult liés estoit ses hostelz,
9205 Et moult cremus en cell