Lexique étymologique du breton moderne/V

Texte établi par Faculté des lettres de Rennes, J. Plihon et L. Hervé (p. 275-276).
◄  U
W  ►
V

Va, mon, ma : variante muée de ma. Cf. vâd.

Vak, adj., oisif, paresseux : abstrait de mbr. vacaff. Empr. fr. vaquer, « être vacant ou en vacances, être de loisir ».

Vâd, s. m., bien, plaisir : variante muée de mâd. Cf. va[1].

Vaganéein (V.), vb., s’évanouir : contamination probable de deux empr. fr., d’une part s’évanouir, et de l’autre la famille des mots vague, vaguer, divaguer, etc.

Valgoriein (V.), vb., balbutier : semble[2] une contamination d’empr. fr. balbutier (cf. balbouza) et d’empr. espagnol farfullar « bredouiller ».

Vergadel, s. f., poisson conservé, morue sèche. Empr. espagnol vergadek « merluche » (aussi fr. et provençal).

, s. m., œuf, mbr. eu, corn. oy et uy, cymr. toi et wy, vir. og (gén. uige), ir. ugh et ubh, gael. ubh id. : d’un oelt. *oges- nt., qu’il est aussi difficile de rapprocher que de séparer du type i.-e. bien connu, gr. ᾠόν (pour *ὠϝ-ιό-ν), lat. ōvu-m, ag. egg, al. ei, vsl. jaje, etc. ; aucune autre affinité à constater.

Viel(C), s. m., fainéantise : abstrait du vb. viella empr. fr. « jouer de la vielle », d’où « perdre son temps, muser », etc. Cf. biel.

Vil, adj., vilain, malhonnête. Empr. fr. vil et vilain.

Vilgen, s. f., femme de mauvaise vie : dér. du précédent. Cf. dourgen.

Viltans, s. f., vilenie, ordure, pus, race infâme, lutins. Empr. fr. ancien aviltance, dér. d’un vb. avileter « rendre vil ».

Vuel, adj., humble : fausse lecture pour uvel, mbr. uvel, corn. huoel > uvely cymr. uvyl > ufyll. Empr. lat. humilia > *hamilis[3].

  1. Dans ces mots la mutation douce s’est immobilisée et fixée, comme aussi, avec une altération plus forte, dans les mots du type ab.
  2. Les étymologies de pareils mots, influencés par l’onomatopée, sont nécessairement très flottantes.
  3. Cf. aussi vir. umal, ir. umhal, gael. ûmhal.