Lettre de Léon Bourgeois à Mel Bonis

Palazzetto Bru Zane (p. 1-2).
Paris, le 21 Février 1925


Chère Madame.

Nous vous exprimons notre très vif regret de ne pouvoir, en l’état actuel de votre santé, vous donner la satisfaction d’une audition de vos œuvres.

Comme nous vous l’avons déjà dit, ce serait, pour notre orchestre, une tâche très agréable.

Aussi voulons nous espérer qu’en un avenir très-proche il nous sera permis d’exécuter vos compositions ; nous y tenons, en effet, et restons à votre entière disposition pour cela.

Veuillez agréer, Madame, l’expression de nos sentiments distingués.

Pour le Comité des Concerts Lamoureux.

L. Bourgeois
secrétaire