Les Méconnus

L’Année poétique - morceaux choisisLibrairie Fischbacher (p. 106).

19 mars


LES MÉCONNUS


C’est à celui qui pleure et que l’on ne plaint pas,
C’est à ceux qui sont morts et qui n’ont rien pu dire,
À tous ceux dont la peine a provoqué le rire
Et dont tous les jours sont des milliers de trépas,

C’est à tous les déçus, c’est à ces cœurs très las
Qui n’ont vu le bonheur qu’au milieu d’un délire
Et qui souffrent, hélas ! presque autant qu’on respire ;
Ô ma pitié, c’est là, c’est là que tu t’en vas !

Vers les silencieux et vers les misérables,
Vers ceux qui des douleurs sont les inséparables,
Vers tous les cœurs aimants que l’on n’a pas aimés ;

Car, vous qui semblez vivre et dont la vie est morte,
Vous resterez toujours d’éternels opprimés
Et de pauvres peureux que rien ne réconforte.

J. Valcler